Page d'accueil

 
Biographie Vénérable Maître THICH THÔNG TRIÊT 

 
 Les jeunes années

      Le maître zen Thích Thông Triệt est né en 1929 au Sud-Vietnam. Déjà dans sa jeunesse, il était attiré par le bouddhisme zen pour trouver des réponses aux nombreuses questions spirituelles qu'il avait, mais ce n'est qu'à la fin de 1972, alors qu'il avait presque 40 ans, qu'il décida de laisser derrière lui toutes les relations mondaines pour entrer dans la vie monastique. Grâce à l'introduction du Vénérable Thích Thiện Hoa, il avait été accepté comme disciple par le maître Zen prééminent Thích Thanh Từ et avait été officiellement ordonné au Vesak de 1974, soit le 12 mai 1974. Il a commencé sa formation sous la direction du Maître Zen Thích Thanh Từ lors de son deuxième séminaire de méditation organisé au monastère de Chân Không à Vũng Tàu, Vietnam. 

Pratique incorrecte 

      En juillet 1975, quelques mois après la chute du Sud-Vietnam, il a été emprisonné pendant 14 ans dans des camps de rééducation par le travail, dispersés à travers le Nord et le Sud- Vietnam. Il appelle cette période sa «retraite de méditation non sollicitée». Pendant les sept premières années, il a profité de sa situation pour pratiquer la méditation dix heures par jour. Mais les résultats étaient décevants: il était en mauvaise santé et se sentait souvent anxieux et découragé. Il soupçonnait que ces effets désastreux sur son corps et son esprit étaient le résultat d'une mauvaise pratique de méditation, mais il ne savait pas exactement ce qui n'allait pas avec sa pratique.

Première réalisation spirituelle 

Au début de 1982, Maître Thích Thông Triêt se sentait dans une impasse et dans un désespoir absolu. Il pratiquait durement depuis sept ans sans jamais avoir expérimenté le samādhi. Au contraire, il continuait d'être dominé par des pensées vagabondes. À 3 heures du matin, le quatrième jour après le nouvel an lunaire, au début de février 1982, il se sentait tellement découragé de ne pas pouvoir trouver une solution à ses problèmes qu'il avait pris un stylo à bille et avait écrit une série de « négations » sur une feuille de papier: « Pas de méditation, pas de contemplation, pas de samatha, pas de samādhi, pas de demeure, pas de non, pas de séparation, pas de sans, pas d'extinction, pas de concentration, pas de vide, non, non, non, non, non! »

       Puis, en traçant avec rage un trait sous le dernier mot « non », il leva son bras au-dessus de sa tête. En regardant le stylo au bout de son bras, il avait soudainement réalisé son éveil. Il avait vu la réponse qui lui avait échappé depuis si longtemps, à savoir : « L'immobilité de l'esprit est atteinte lorsqu'il n'y a plus de murmure mental dans la tête! ». Il éclata de joie! À ce moment, il s'était rendu compte qu'il était enchevêtré depuis trop longtemps dans la terminologie compliquée des textes académiques du bouddhisme zen.

       Une fois qu'il avait éliminé la terminologie compliquée et avait juste arrêté le murmure mental  dans sa tête, il a réussi à entrer dans une conscience claire et vide. Quatre versets ont immédiatement jailli dans sa tête: 

                                        J'ai fini avec les choses du monde 
                      Mon esprit est serein comme les nuages dans le ciel
                                             Il n'y a rien de plus à dire 
       Les pensées cessent, les paroles s’éteignent, l'esprit est vide...      

       Il savait que c'était une réalisation spirituelle, un éveil réalisé par le toucher naturel stimulé par le mouvement de son bras. Une fois qu'il avait digéré le sens de sa réalisation, il avait fait un vœu : quand il retrouvera sa liberté, il étudiera les textes Pāli du Bouddhisme ancien et s’appuierait sur le processus d’éveil et d’illumination du Bouddha  pour enseigner la méditation bouddhiste. Ce processus, basé sur la conscience pure (P: pajānati), représente la quintessence de la méditation bouddhiste.

Effet d'une bonne pratique 

      Après sa réalisation spirituelle, Maître Thích Thông Triệt ressentit en lui un sentiment constant de joie et ne s'inquiétait plus sur sa date de sortie de prison. Il n’était plus surpris ou effrayé  comme auparavant lorsque les gardiens de la prison l'interpellaient.  Son esprit était serein. Il acceptait simplement son emprisonnement comme un dû à son karma.   

      Au milieu de 1982, quelques mois seulement après sa réalisation spirituelle, les maladies psychosomatiques qui l'avaient précédemment affecté ont progressivement disparu et son visage était devenu radieux. Il s’était promis,une fois libéré, d'étudier les neurosciences, afin de comprendre le fonctionnement du cerveau pendant l’ état de samādhi, et d'établir la présence des substances biochimiques sécrétées lors d'une  pratique de méditation correcte ou incorrecte.   

Méditation et science 

        Maitre Thích Thông Triệt était libéré en février 1989 et, arrivé aux États-Unis en décembre 1992,  s’était installé à Seattle, WA. Au début de 1993, lors d’une  visite à un ami à Hawaï, sa rencontre providentiellele Dr David Johnson, Ph.D en psychologie sociale à l'Université d'Hawaï, lui avait fait  découvrir un livre de 800 pages sur l'hypothalamus. Ce fut le début de son étude sur les neurosciences.

        Ainsi en 1994, il souhaitait utiliser la tomographie par émission de positrons (TEP) pour prendre des images du cerveau pendant la méditation et pouvoir identifier l'emplacement des quatre éléments de connaissance non-verbale, mentionnés par le Bouddha dans le Bahiyā sutta (Khuddaka Nikāya, Livre 3) : la vision naturelle, l'audition naturelle, le toucher naturel et la cognition. Cependant, ce rêve n’était pas réalisable en raison des coûts élevés impliqués.

    Dans l’attente des conditions favorables, il s’exerçait à atteindre l’état de méditation profonde selon sa volonté, ceci dans les quatre postures de marche, debout, couchée et assise. Il s’entraînait à demeurer  dans l'état de conscience non verbale (ou le mental Tathâ) ou laisser les pensées surgir quand il le voulait.


       *******************************************************

                





Imagerie cérébrale

        En 2006, lors d'un voyage d’enseignement en Allemagne, les conditions nécessaires étant enfin réunies,  le rêve de Maître Thích Thông Triệt d’imagerie cérébrale devenait réalité.

       Grâce à la persévérance et aux circonstances favorables, un étudiant de la méditation Sunyata en Allemagne avait réussi à entrer en contact avec le Dr Michael Erb, chercheur au Département de neuro-radiologie de l'Université de Tübingen, en Allemagne. Une collaboration fructueuse était établie entre Maître Thích Thông Triệt et le Dr Michael Erb et le Dr Sitaram Ranganatha, chercheurs à l'Institut de psychologie médicale et de neurobiologie comportementale de Tübingen. Cela avait abouti à une série d'expériences et de mesures utilisant l'IRMf (Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) et l'EEG (électroencéphalographie) impliquant le Maître Thích Thông Triệt et plusieurs autres pratiquants de la méditation Sunyata en 2007, 2008, 2009, 2010 et 2013.

       Les résultats des recherches du Dr Michael Erb et du Dr Sitaram Ranganatha avaient été présentés lors de la réunion annuelle de l'OHBM (Organisation de cartographie du cerveau humain) en 2010 à Barcelone, en Espagne, et en 2011 à Québec, au Canada.

       Le programme d'imagerie cérébrale mené avec l'Université de Tübingen avait validé scientifiquement ce que Maître Thích Thông Triệt pressentait déjà à travers sa vision spirituelle, en particulier :

             • L'existence et l'emplacement des quatre éléments de la connaissance sans paroles : vision ultime, audition ultime, toucher ultime et cognition ultime,

             • La localisation et la fonction des éléments de la connaissance avec paroles dans le cortex préfrontal: la base mentale, l'intellect et la conscience discriminante et le «chemin usuel du langage».

      Les expériences ont également identifié l'emplacement du mental tathâ ou de la conscience cognitive sans parole dans la zone précuneus du cortex.

       Les expériences menées en 2010 avaient également révélé comment différentes zones du cerveau fonctionnent au cours de chacune des quatre étapes du samādhi - samādhi avec murmure mental et dialogue intérieur, samādhi sans murmure mental et sans dialogue intérieur, samādhi de conscience claire et globale et samādhi d'immobilité totale (ou samādhi d’ainsité).

La méditation au service de l'humanité

     Maître Thích Thông Triệt avait déménagé en Oregon en 1993 et avait commencé à y enseigner son premier cours de méditation fondamentale au début de 1995. En 1998, il s'était installé dans le sud de la Californie et avait étendu ses activités d'enseignement. À ce jour, plus de 120 cours de méditation fondamentale, ainsi que de nombreux cours de méditation intermédiaires et cours de méditation avancée,étaient organisés en Californie, au Texas, à Washington DC, au Canada, en France, en Allemagne, en Suisse et en Australie, apportant les bénéfices de la méditation à des milliers de pratiquants.

       Maître Thích Thông Triệt en combinant l'essentiel des quatre écoles du bouddhisme - le bouddhisme Ancien, le bouddhisme Theravāda, le bouddhisme Mahayana et le bouddhisme Zen - avec les découvertes des neurosciences, avait établi en une méthode pratique pour guider les étudiants vers une prise de conscience non verbale et finalement vers un mental Tathâ. En confrontant, les neurosciences avec la méditation, il avait  démontré que la méditation bouddhique est vraiment une science spirituelle expérimentale et avait développé des techniques pratiques claires pour aider les étudiants à goûter les fruits ultimes de la méditation.

       L’idéal de Maître Thích Thông Triệt, est de servir la société à travers la méditation dont le but est de créer l'harmonie entre le mental et le physique,harmonie aboutissant à la sérénité, au bien-être et mental et au développement spirituel.Grâce à la méditation avec une vue objective, dépourvu de notre égo et de nos souillures mentales, découleraient l’harmonie au sein de la cellule familiale, de la société et de notre entourage,  la bienveillance, la compassion, la joie empathique et la sérénité. Enfin, pour ceux qui veulent aller plus loin sur le chemin spirituel, la méditation bouddhiste est la porte qui mène à la fin de la souffrance, de l'illumination et à la libération du cycle des morts et des renaissances.

      Sous la direction de Maître Thích Thông Triệt, la méditation n'est plus un sujet difficile et mystérieux. Sa propre vie, ses idées et la façon dont il mène sa vie continueront d'être une source d'inspiration spirituelle pour de nombreuses générations futures.

      Maître Thich Thông Triêt s'est éteint le 27 décembre 2019, à l'âge de 90 ans et après 45 ans de vie moniale bouddhisme.

Traduit en français par l’Association Méditation Sunyata Paris d’après le texte en vietnamien publié sur le site tanhkhong.org : https://tanhkhong.org/p105a1056/tieu-su-hoa-thuong-thien-chu-thichthong-triet .
BIENVENUE
Sunyata méditation Paris est le relais du centre de méditation Sunyata de Perris/Riverside, Californie/USA. Il est dirigé par le vénérable maître Thích Thông Triệt. Maître Thích Thông Triệt s'est établi en 1992 aux Etats-Unis et a commencé à donner son enseignement sur la méditation Sunyata depuis 1995.

Voir ci-joint : Objet/Siège social/Activités/Demandes d'inscription.

But de notre association

Notre but est de promouvoir la pratique de la méditation Sunyata et celle du QiGong du maître Thích Thông Triệt en France.

REFERENCES

[1] Ranganatha Sitaram, Michael Erb, Adrian Furdea, Quang Chiêu Nguyên van Hung & Master Thích Thông Triệt, University of Tuebingen, Germany, Neuroelectric and hemodynamic correlates of Sunyata meditation : a combined EEG and fMRI study. HBM 2010, 16th Annual Meeeting of the Organization for Human Brain Mapping, Barcelona, Spain, June 6 –10, 2010.

[2] Le Zen sous l'éclairage de la science .Association Tanh Khong

[3] DVD QiGong, Sunyata Meditation Center, Perris, CA, USA 2009.