L’UNSA refuse que des arguments économiques soient opposés à la question du deuil parental

 

5 ou 12 jours pour le congé en cas de deuil parental ?

 

« Erreur » de la majorité ?

 

Voilà plusieurs jours que le débat enflamme les uns et les autres.

 

Pour l’UNSA, la question du deuil d’un enfant peut difficilement se mesurer en nombre de jours attribués aux travailleuses et travailleurs qui en sont victimes, et quel qu’en soit ce nombre, il ne sera jamais suffisant pour affronter la perte de son enfant.

 

En revanche, dans une société qui voit 800.000 naissances par an (et avec elles, 800.000 congés de maternité et de paternité), comment opposer à des parents qui viennent de perdre leur enfant (environ 4500 par an) des arguments économiques pour refuser l’augmentation de ce congé de quelques jours ?

 

L’UNSA s’insurge contre ce débat déplorable qui ne fait que mettre en exergue le manque de dispositifs de suivis pour ces familles endeuillées.

 

Il est plus que nécessaire que cette « erreur » soit réparée rapidement et que le congé de deuil parental puisse effectivement, et a minima, passer de 5 à 12 jours.

 

Bagnolet le 06/02/2020