L'UNSA a les deux fers de l'action au feu : la négociation et les mobilisations

publié le 29 nov. 2019 à 21:57 par Syndicat National Unsa Valeo



Dans le contexte complexe de la réforme des retraites, le bureau national du 27/28 novembre a confirmé et précisé, à l'unanimité, le positionnement de l'UNSA.

 

Un positionnement déterminé

L'UNSA a fait le choix de maintenir au feu les deux fers de l'action :

  • la négociation jusqu'au bout afin de protéger les salariés des effets négatifs de la réforme ou pour obtenir des avancées (comme par exemple l'augmentation au niveau du SMIC des plus petites retraites).
  • la mobilisation dans les secteurs qui seraient les plus impactés par la réforme et qui sont en attente légitime de garanties et de compensations ;

 

Ce positionnement a été construit depuis septembre en lien permanent et en complicité avec les fédérations et syndicats de l'UNSA les plus mobilisés (RATP, Ferroviaire, Éducation, Territoriaux...) mais également avec nos fédérations qui peuvent trouver, dans cette réforme, des améliorations à la situation des salarié·es qu'elles syndiquent.

 

C'est cet équilibre entre les deux modalités de notre action qui assure à l'UNSA sa capacité à parler au nom de tous les salarié·es.

Nous avons ainsi une parole libre et assumée collectivement, par toutes nos composantes.

 

Le rôle pivot de l'UNSA

Ce positionnement est visible et personne ne doute de l'implication double de l'UNSA : dans notre volonté d'argumenter avec le gouvernement et de faire des propositions comme dans les mouvements sociaux.

Ce positionnement a été repéré par les observateurs, la presse et le pouvoir.

Il nous assure un rôle pivot dans les jours qui viennent. Le gouvernement a décidé d'enjamber le 5 décembre. Après cette date, nous regarderons avec attention quelles seront ses réponses. La balle est dans son camp. Il peut faire le choix d'assurer des transitions longues et d'éviter de fabriquer des punis de la réforme par une application précipitée ou brutale.

S'il fait le choix inverse, l'UNSA saura hausser le ton pour faire connaître son opposition.

 

Une opinion publique à la pensée complexe

L'opinion publique est un élément décisif dans ces semaines. Un sondage* daté de jeudi 28 novembre apporte les informations suivantes :

« 66 % des Français considèrent que le mouvement du 5 décembre est justifié et le même pourcentage (66%) est favorable à un alignement des régimes de retraite. Ils considèrent donc que les catégories les plus impactées sont légitimes à exprimer leurs inquiétudes et leurs demandes de garanties, tout en validant l'idée d'un régime universel. »

Cela nous amènera à observer de très près les évolutions éventuelles dans les jours qui viennent.

 

* Sondage France Info/Dentsu Consulting

 

Une organisation autonome

La qualité des interventions des régions, des fédérations et des syndicats de l'UNSA lors du bureau national montre la maturité de notre organisation. L'écoute, la confiance et le respect de chacune et chacun, même quand s'expriment des interrogations, sont de mise. Mais plus encore, nous avons gagné au fil des années et plus particulièrement ces derniers mois, la capacité à déterminer notre propre positionnement, sans être suiviste de l'un ou soumis aux oukases de l'autre...

Dans la période particulièrement compliquée qui s'ouvre, cette maturité et l'engagement de toutes et tous nous sont précieux.

 

Continuer à construire notre identité

L'UNSA a choisi de porter des positionnements clairs et précis, sans caricature ou simplisme. C'est la raison pour laquelle, les fédérations mobilisées de l'UNSA ont fait le choix au niveau parisien de ne pas mêler leurs revendications catégorielles légitimes à la plate-forme du refus de tout et aux manifestations de la convergence politicienne. La confusion serait préjudiciable au combat à mener et contreproductif pour les salariés concernés. Elles ont donc décidé d'organiser un rassemblement spécifique le jeudi 5 décembre au matin. Le Secrétaire Général viendra y apporter son soutien.

Dans les territoires, l'UNSA est rarement en position de construire une telle alternative. Essayez cependant au maximum de conserver notre identité. Par exemple en tenant une conférence de presse différente de celle des organisations du « front du refus ». 







Comments