https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSekKz3IhDl47JFGJSMD6GjDFXOHkQrh3ViAUCKZ8Qa2hKi2-A/viewform
 

A voir, A écouter,A mediter

publié le 11 nov. 2019 à 06:15 par Syndicat National Unsa Valeo   [ mis à jour : 11 nov. 2019 à 06:17 ]












VALEO , EQUIPEMENTIERS

publié le 9 oct. 2019 à 04:46 par Syndicat National Unsa Valeo   [ mis à jour : 9 oct. 2019 à 04:46 ]

VALEO , EQUIPEMENTIERS PUBLIÉ LE 09/10/2019 À 06H00

Alors que L'Usine Nouvelle publie en exclusivité le 10 octobre le classement des 100 meilleurs équipementiers automobiles mondiaux, zoom sur les performances des leaders français.

Valeo, Michelin, Faurecia, Plastic Omnium... Où se situent-ils dans le classement des équipementiers auto ?

Michelin affiche la plus forte progression parmi les entreprises françaises.© Pascal Guittet

SUR LE MÊME SUJET


Dans notre classement annuel des équipementiers automobiles mondiaux, les Français résistent, malgré la concurrence de nouveaux venus chinois. Un cinquième Français fait même son entrée dans le top 100 : Vallourec. Découvrez les performances des quatre autres.


Valeo, 11e : Bien placé sur les technologies du futur

C’est le premier équipementier français du classement. Si l’arrivée du chinois Weichai au sommet du deuxième cluster lui a fait perdre une place, l’entreprise dirigée par Jacques Aschenbroich "se défend bien grâce à son bon positionnement sur les technologies du futur", estime Éric Espérance, associé au cabinet Roland Berger. Valeo profite de ses innovations dans le véhicule autonome, avec, notamment, sa technologie lidar. La coentreprise nouée avec l’allemand Siemens autour des machines électriques permet aussi au groupe de répondre à l’arrivée des véhicules 100 % électriques ou hybrides. En 2017, la coentreprise a réalisé 6,1 milliards d’euros de prises de commandes.


Michelin, 17e : Un choix produits payant

C’est la plus grosse progression chez les Français, ex-aequo avec Plastic Omnium. Et ce, dans un contexte compliqué pour les spécialistes des pneumatiques. "Michelin évolue dans un marché plutôt en contraction, avec une valeur du pneu qui a plutôt tendance à diminuer. Mais il a su se positionner sur les pneus à haute valeur ajoutée", relève Éric Espérance. Le fournisseur clermontois mise par exemple sur les activités de spécialité (agricole, deux-roues, avion, génie civil). Dans le même temps, il veut se diversifier, comme en témoigne le rachat en 2017 de l’américain NexTraq, fournisseur de solutions télématiques pour flotte commerciale.


Faurecia, 20 e : Un recentrage sur son cœur de métier

Avalanche d’investissements pour Faurecia. Pour renforcer ses compétences dans l’hydrogène, l’équipementier a annoncé en 2017 l’acquisition d’un accès exclusif au savoir-faire industriel de Stelia Aerospace Composites dans les réservoirs à haute pression. En parallèle, le groupe a vu sa rentabilité des capitaux investis (Roce) croître avec la cession de son activité Automotive exteriors à Plastic Omnium. "Les activités dédiées à l’extérieur sont généralement très intensives en capital", justifie Éric Espérance. De quoi permettre à Faurecia de centrer son expertise sur l’intérieur et la mobilité propre.

Plastic Omnium, 33e : Un portefeuille client diversifié


C’est la plus grosse progression du troisième cluster, sans prendre en compte les nouveaux entrants. Et ce grâce à une opération entre acteurs français. "Grâce à l’intégration de l’activité Extérieurs de Faurecia, Plastic Omnium a pu acquérir des parts de marché, notamment auprès des acteurs allemands", précise Éric Espérance. Un choix qui a permis d’améliorer le portefeuille de l’entreprise. Plastic Omnium profite déjà de sa proximité avec les acteurs chinois, mais a enregistré en 2017 onze nouveaux clients, dont neuf chinois, parmi lesquels BYD, GAC Motor et les start-up Byton et Nio.


https://www.usinenouvelle.com/article/valeo-michelin-faurecia-plastic-omnium-ou-se-situent-ils-dans-le-classement-des-equipementiers-auto.N891719


UNSA Please, la plate forme d'aide et de soutien aux équipes syndicales de terrain

publié le 8 oct. 2019 à 23:27 par Syndicat National Unsa Valeo



Bonjour à toutes et à tous,

UNSA Please, la plate forme d'aide et de soutien aux équipes syndicales de terrain a été présentée au dernier Conseil National. Ce numéro unique permettra aux équipes de terrain de trouver des réponses concernant la communication, la formation, le développement, les questions juridiques, le conseil et la stratégie.

Nous avons la volonté d'apporter l'aide de l'UNSA à 500 équipes militantes différentes d'ici à décembre 2020. Nous avons donc besoin de toutes et tous afin de populariser et de faire connaitre notre plate forme.

Vous trouverez ci dessous quelques éléments à utiliser à l'occasion de vos instances et réunions :

    - la petite vidéo de présentation d'UNSA Please : https://nuage.unsa.org/index.php/s/RRUIVPVk752qoEN

    - un diaporama rapide avec quelques éléments de présentation (à modifier à loisir) : https://nuage.unsa.org/index.php/s/wNBPPuPzwOHKGeT

    - le tract de présentation de UNSA Please : https://nuage.unsa.org/index.php/s/l2K5EcENkqcKFMt

    - l'intérieur du tract de présentation, que vous pouvez adresser sous forme électronique : https://nuage.unsa.org/index.php/s/SWVE7VZfai3WKrm


Amicalement

Eric PÉDEBOSCQ
Coordonateur UNSA Please






Rentrée étudiante : l’UNSA dénonce la situation catastrophique du logement étudiant.

publié le 23 sept. 2019 à 03:29 par Syndicat National Unsa Valeo






Rentrée étudiante : l’UNSA dénonce la situation catastrophique du logement étudiant.


 

700 000 boursiers pour 172 000 logements CROUS !

Les chiffres parlent d’eux-mêmes ...

 

La baisse de l’offre (notamment due à la concurrence des logements style Airbnb) est combinée à l’augmentation du nombre d’étudiants (2,7 millions), à la hausse des loyers.

 

Autant d’éléments qui génèrent toujours plus de formes de logements de plus en plus précaires : so us-location, colocation de très petits espaces parfois, abris de fortune, ...

 

L’UNSA revendique l’encadrement des loyers des logements étudiants et l’accélération du Plan 60 000 logements étudiants (seuls 50% sont prévus à l’horizon 2022).

 

De plus, des outils de régulation permettant de favoriser l’accès au logement (notamment pour celles et ceux qui sortent du dispositif Parcoursup très tard)


ou de faciliter la mobilité des étudiants (qui hésitent par exemple à recourir à Erasmus pour ne pas perdre leur logement) doivent être créés.








Après l’amiante, la Cour de cassation élargit à le périmètre du préjudice d’anxiété toute substance toxique

publié le 11 sept. 2019 à 09:37 par Syndicat National Unsa Valeo   [ mis à jour : 11 sept. 2019 à 09:37 ]

Après l’amiante, la Cour de cassation élargit à le périmètre du préjudice d’anxiété toute substance toxique

Le « préjudice d’anxiété », consacré en 2010, permet l’indemnisation de personnes qui ne sont pas malades, mais qui s’inquiètent de pouvoir le devenir à tout moment.

Par Afp | Publié le 11/09/2019 

Photo archives Ludovic MPhoto archives Ludovic Maillard - La Voix du Nord


La Cour de cassation, qui a récemment ouvert la voie à l’indemnisation du préjudice d’anxiété pour tous les travailleurs exposés à l’amiante, a élargi ce mercredi le périmètre du préjudice à d’autres substances toxiques.


« En application des règles de droit commun régissant l’obligation de sécurité de l’employeur, le salarié qui justifie d’une exposition à une substance nocive ou toxique générant un risque élevé de développer une pathologie grave et d’un préjudice d’anxiété personnellement subi résultant d’une telle exposition, peut agir contre son employeur pour manquement de ce dernier à son obligation de sécurité », affirme la haute juridiction dans sa décision.


« Cela signifie que tout salarié qui justifie avoir subi une telle exposition à +une substance nocive ou toxique+, c’est-à-dire, à de l’amiante mais potentiellement du benzène ou de la silice ou autre, pourra demander réparation à son employeur, sur le fondement de ses obligations de sécurité », 


a indiqué à l’AFP Me Manuela Grévy, avocate de 732 anciens mineurs des Houillères du Bassin de Lorraine.


Le « préjudice d’anxiété », consacré en 2010, permet l’indemnisation de personnes qui ne sont pas malades, mais qui s’inquiètent de pouvoir le devenir à tout moment.


La Cour de cassation a annulé une décision de la cour d’appel de Metz du 7 juillet 2017 défavorable aux mineurs car cette dernière n’a « pas donné de base légale à sa décision » et ordonné un nouveau procès devant la cour d’appel de Douai (Nord).


« C’est une décision magnifique. Des centaines d’anciens ouvriers des mines de Lorraine vont pouvoir prétendre à une indemnisation, du fait de leur exposition à l’amiante comme à d’autres substances toxiques », a déclaré Me Grévy.


La cour d’appel de Metz avait débouté les mineurs à la fois de leur demande d’indemnisation au titre du préjudice d’anxiété et de leur plainte contre Charbonnages de France pour violation de l’obligation de sécurité de l’employeur. Un an avant, les prud’hommes leur avaient accordé 1 000 euros au titre du préjudice d’anxiété – contre les 15 000 euros demandés.


L’avocate avait dénoncé les « manquements à la sécurité » des Houillères où « le port du masque n’a jamais été obligatoire » et où le « taux de couverture était de 23,5 % en 1991 et de 37 % en 1996 ».



https://www.lavoixdunord.fr/636105/article/2019-09-11/apres-l-amiante-la-cour-de-cassation-elargit-le-perimetre-du-prejudice-d-anxiete?utm_source=mailing&utm_medium=email&utm_content=article-1&utm_campaign=newsletter-soir&M_BT=4285940545240








Retraites : interview de Laurent Escure dans "Les échos"

publié le 6 sept. 2019 à 04:57 par Syndicat National Unsa Valeo   [ mis à jour : 6 sept. 2019 à 04:58 ]

Retraites : interview de Laurent Escure dans "Les échos"

 


A la veille, de la rencontre entre le Premier Ministre et l’UNSA, Laurent Escure donne la position du syndicat dans le quotidien "Les échos".

Lire l’interview : https://www.lesechos.fr/economie-france/social/reforme-des-retraites-ce-que-va-plaider-lunsa-aupres-du-gouvernement-1129110

Opération « des listes UNSA 🔵 à La Croix rouge 🔴 »

publié le 5 sept. 2019 à 06:41 par Syndicat National Unsa Valeo


Opération « des listes UNSA 
🔵 à La Croix rouge 🔴 »
Nous vous sollicitons pour que chacun cherche et sollicite son entourage pour les prochaines élections CSE les établissements d de la Croix-Rouge !
Toute connaissance est à mettre en relation avec Yves Mathon 
Yves.mathon@unsa.org 
06 21 70 29 92

Violences faites aux femmes : l’UNSA demande des mesures concrètes

publié le 4 sept. 2019 à 04:22 par Syndicat National Unsa Valeo   [ mis à jour : 4 sept. 2019 à 04:44 ]

Violences faites aux femmes : l’UNSA demande des mesures concrètes


Alors que le 1er septembre a été marqué par le 100e féminicide en France depuis le début de l’année, s’ouvre aujourd’hui à Matignon le Grenelle des violences conjugales.

Alors que le 1er septembre a été marqué par le 100e féminicide en France depuis le début de l’année, s’ouvre aujourd’hui à Matignon le Grenelle des violences conjugales qui devrait déboucher sur des propositions concrètes présentées le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Devant la gravité du sujet, et l’ampleur de la catastrophe, l’UNSA ne peut que saluer cette initiative. Pour l’UNSA, ce Grenelle se doit maintenant de déboucher sur des mesures concrètes : 
• Accueil, accompagnement et hébergement des victimes de violences conjugales, 
• Formation des professionnels prenant en charge ces victimes, personnels médicaux évidemment, mais également forces de l’ordre lors des dépôts de plainte, 
• Budgets alloués aux associations œuvrant quotidiennement sur le terrain.
La 108è session de la Conférence Internationale du Travail réunie à Genève en juin dernier a adopté une convention ( https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_norm/---relconf/documents/meetingdocument/wcms_711571.pdf)
et une recommandation ( https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_norm/---relconf/documents/meetingdocument/wcms_711576.pdf) pour combattre la violence et le harcèlement au travail.

L’UNSA souhaite vivement que la France, conformément aux engagements pris par Muriel Pénicaud la ratifie rapidement.

L’UNSA relaie le numéro national d’écoute téléphonique et d’orientation destiné aux femmes victimes de violences sexistes, car s’il existe depuis 1992, il reste aujourd’hui bien trop méconnu : 39 19

L’UNSA rappelle aussi qu’une plateforme de signalement en ligne des violences sexistes a été mise en place en 2018 : www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr




compteur de visite

L’UNSA continue à s’engager dans la bataille référendaire du Non à la privatisation d’ADP

publié le 3 sept. 2019 à 01:10 par Syndicat National Unsa Valeo


L’UNSA continue à s’engager dans la bataille référendaire du Non à la privatisation d’ADP


lundi 2 septembre 2019

Depuis le mois de juin, l’UNSA a lancé une campagne de mobilisation de ses structures syndicales dans la signature au référendum d’initiative partagé sur la proposition de loi (présentée en application de l’article 11 de la constitution) visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris.
4,7 millions de signatures sont nécessaires pour contraindre le Parlement à examiner cette proposition de loi.

Au mois d’août, on évaluait à environ 700 000, le nombre de signatures recueillies.
Parce qu’ADP est un enjeu de souveraineté de la France, de ses infrastructures de mobilité, parce qu’ADP est une entreprise rentable (cours en bourse multiplié par 3,5 depuis 2006) l’UNSA appelle ses sympathisants à se mobiliser en soutenant le référendum.
Signez la pétition en cliquant sur le lien ci-dessous
https://www.referendum.interieur.go...




















Rentrée sociale : une volonté de dialogue à confirmer et à concrétiser

publié le 28 août 2019 à 05:21 par Syndicat National Unsa Valeo

Bagnolet, le 28 août 219

Rentrée sociale : une volonté de dialogue à confirmer et à concrétiser

L'UNSA note que l'exécutif semble vouloir redonner leur place légitime aux partenaires sociaux et parmi eux aux syndicats.

Le Président de la République, à l'issue du G7, en s'engageant pour une phase de négociation sur le dossier des retraites et le Premier ministre en recevant les 19 organisations du Pacte « social et écologique », ouvrent la voie à ce qui pourrait être la confirmation d'un changement de méthode.

L'UNSA attend désormais, lors des prochaines rencontres, notamment dès le 6 septembre sur le dossier des retraites, que se confirme cette place faite au dialogue. Un engagement sur l'utilité de ces échanges et un calendrier précis en sont la clé. 

L'UNSA, favorable à des compromis positifs estime que cette année doit être celle d'un virage social, démocratique et écologique dont notre pays et les salariés ont besoin.

Pour cela, et au-delà des cadres de discussions, c'est bien sur la capacité du gouvernement et de la majorité à nous entendre que l'UNSA constatera la sincérité de l'exécutif.

L'UNSA jugera sur pièce, à chaque étape et sur chaque dossier. Les rendez-vous pour ce faire ne vont pas manquer : les retraites, la PMA, le chantier du Revenu Universel d'activité, les projets de loi de finance (PLF) et de finance de la sécurité sociale (PLFSS)... Ils seront l'occasion pour l'UNSA de vérifier que les mesures concernant le social et l'écologie seront à la hauteur de nos attentes et des enjeux pour notre pays.

 Le Secrétaire général

Laurent Escure



1-10 of 201

Comments