Le PowerBlast 4-8


Photo: L. Versalie, 2006, GP Dunkerque


Ayant beaucoup piloté dans un passé de cervoliste acrobatique les différents modèles Revolution, cerf-volants 4 lignes par excellence, avant de passer à une activité presque exclusivement orientée vers le cerf-volant de traction, le buggy, la compétition de classe 8, etc., inutile de dire que cela me démangeait furieusement de pouvoir tester enfin le nouveau Powerblast 4-8, un modèle Revolution destiné à la traction et conçu spécialement pour cela!

Je suis par ailleurs un inconditionnel des voiles "mono-peau", à mon avis la seule solution logique et raisonnable pour une activité toujours pleine de sable et d'eau; elles y sont totalement insensibles, et avec des performances très proches de celles des voiles à caissons, pour qui sait s'en servir. Seul très net avantage des voiles à caissons: l'encombrement réduit une fois pliées...

Et ça y est, donc, c'est chose faite, il est enfin dans le sac pour des essais intensifs et en vraie grandeur dans le circuit de compétition de Classe 8 :-) Merci mille fois à Hans-Peter Diez kite.icare@wanadoo.fr (Icare), son importateur de La Rochelle, de l'avoir fait venir à grand frais de la côte Ouest des Etats-Unis et de me l'avoir gracieusement confié pour savoir ce qu'il avait *vraiment* dans le ventre!

Déballage, premiers vols d'essai, tout correspond exactement à ce qu'a déjà constaté et décrit l'ami Fredy lors de ses premiers essais de son petit frère le Revolution Powerblast 2-4; je vous renvoie donc à son long article, et j'essaierai de mon côté de mettre en avant les quelques petites ou grosses différences...

La première différence, c'est leurs noms, bien sûr, ceux-ci faisant référence à leurs tailles. Les photos visibles sur le site officiel de son constructeur en donnent un assez bonne idée. Ci-dessous, le PowerBlast 4-8 à côté du Revolution EXP, le modèle acrobatique le plus répandu.

http://www.revkites.com/images/product/blast/4-8/colors/p-blast_4-8_a.jpg



Pour le Powerblast 4-8 comme pour le 2-4, le premier nombre donne la surface exacte de la voile, 4 m2 donc pour le Powerblast 4-8, tandis que le second prétend indiquer un équivalent-surface dans des modèles de voiles plus "habituels", et lorsqu'on l'utilise au mieux... J'avoue ne jamais avoir encore ressenti une équivalence quelconque avec des voiles de 8 m2 que je connais bien, et je crois qu'il ne faut surtout pas s'attarder sur cet argument, qui ne trompera personne parmi les pilotes expérimentés.

Sa structure est faite d'un bord d'attaque démontable en trois morceaux, et de six lattes (au lieu de quatre) sur l'extrados; elles sont légèrement forcées par des élastiques, et 4 d'entre-elles (les plus centrales et les plus extérieures) ont la particularité de disposer de petits "wiskers" en acier, ayant le rôle d'inverser à leur niveau la convexité de l'extrados lorsqu'il n'y a plus de pression dans la voile, ceci contribuant à sa stabilité quasi indestructible lorsqu'elle va se déventer en extrémité de fenêtre et au delà, là où toutes les autres voiles sont confrontées à des problèmes plus ou moins bien gérables de fermeture.

Malheureusement, la météo lors des premières compétitions où j'en disposais a nécessité l'utilisation de voiles de beaucoup plus grandes tailles, et ne m'a pas encore permis de jauger et de montrer ce que ce cerf-volant a dans le ventre; mais je l'ai tout de même un peu perçu à l'occasion de sorties d'entrainement: une vraie "Revolution", pour le coup, que je n'ai ressentie avec aucune voile de traction jusqu'à présent, pour peu que l'on ait un vent suffisant. On dispose alors d'une puissance totalement gérable, on borde ou on choque la voile avec des réactions et des sensations très proches de ce qui se passe sur un voilier ou un char à voile classique lorsqu'on fait de même avec une écoute. Sensation de sécurité totale, jamais de traction excessive (on pourrait presque se passer de harnais...!), jamais en dérapage, très bon cap au près, que du bonheur...!

Idéalement, je pense qu'il faudra quand même au moins un autre modèle encore plus grand (6-12?), pour couvrir vraiment les conditions de vent léger, lorsque les pilotes utilisent des voiles de plus de 6 m2. Ou bien en mettre 2 en train...?


  • 23 octobre 2005: course de Ligue à Bray-Dunes...
Après une première manche sous toilé en C-Quad 6.3, puis une seconde manche correcte en C-Quad 8.5, le vent semble vouloir forcir suffisamment pour me permettre de la courir avec le Powerblast 4-8. Cela se confirme lors des quelque bords avant le départ, mais hélàs, le vent retombe sérieusement après 2 ou 3 minutes de course :-( Je finis la manche comme ça quand même, sans problème particulier, sinon qu'il m'aurait fallu à nouveau la 8.5 pour être bien.


http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/200511_CL_Fort-Mahon/l56.jpg    http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/200511_CL_Fort-Mahon/l98.jpg

Enfin du vent! :-) 3 manches courues, et toutes les trois avec le PowerBlast 4-8. J'avais aussi préparé la C-Quad 6.3, mais a posteriori, elle aurait été trop grande pour le vent qui a continué de forcir au fur et à mesure de la montée de la marée. Mes bonnes impressions se confirment, et cette voile m'a apporté toute la matinée exactement la puissance dont j'avais besoin, alors qu'en C-Quad il m'aurait fallu faire le bon choix entre les 4.2, 3.2 et peut-être même 2.2 par moment. Jamais surtoilé, jamais en dérapage au près malgré mes big-foots lisses et des bancs parfois secs et durs donc propices au dérapage, ceci grâce à la possibilité réelle que l'on a de border/choquer efficacement; il est vraiment possible de doser très précisemment la puissance dont on veut disposer. Excellentes sensations au portant également, avec l'apport indiscutable des lignes longues dans cette allure par rapport à mes 18 mètres habituels en C-Quad, combiné avec sa totale impossibilité de faire des fermetures. Le pilotage reste pointu, quand même, avec des réactions encore plus vives lorsque le vent est plus fort. Mais avec déjà un peu plus d'habitude, je commence à me permettre de lâcher une main un très court instant, par exemple pour réajuster mon casque ou essayer de désabler mes lunettes... Le système très simple que j'ai adopté pour le bout de harnais convient parfaitement, et ne gène en rien au pilotage lorsque le vent est soutenu et qu'il n'y a donc pas à se battre et à travailler sans arrêt l'incidence pour simplement garder le cerf-volant en l'air.



Du vent fort, encore! Cela faisait longtemps qu'on attendait ça, un Grand Prix avec du vrai vent! :-) Juste après une première manche un peu sous toilé en C-Quad 2.2, je me risque à faire un petit bord d'essai avec le PowerBlast 4-8 que j'avais préparé avec des lignes plus courtes que celles d'origine (15 mètres), sachant par avance que si je devais l'utiliser cette journée, j'aurais bien plus besoin d'un contrôle serré que de possibilités de relance... Et ça marche très bien: la gestion de la puissance reste totale, instantanée, et très sécurisante, au point que je prends la décision de courir la seconde manche avec le pseudo-monstre censé équivaloir à une voile de 8 m2... Et elle aurait été de loin ma meilleure manche, d'ailleurs, si je n'avais dû abandonner avant la fin, suite à une emmêlade avec un autre concurrent dans un passage étroit. Je me souviens très bien en particulier de tout un bord de près fait juste derrière notre Ben F161 national, et où son avance n'avait pas vraiment augmentée une fois arrivé à la bouée au vent... Quelques réparations en perspective pour l'hiver, donc, mais qui seront très faciles comme toujours sur les voiles mono-peau. Et aucun regret de ne ne pas avoir pu en disposer pour les manches du lendemain: le vent ayant encore forci, j'ai préféré ne pas courir avec la seule C-Quad 3.2 que j'avais préparée pour ce dimanche, et refaire voir un peu la plage et le vent à ma bonne vieille Modulus 3.8 Special ;-)

A noter: dans la force de vent où j'ai pu utiliser le PowerBlast 4-8, et par rapport à la photo au dessus, le bout de harnais doit encore être descendu de quelques centimètres en direction des lignes arrières, ceci étant probablement dû aux courbures plus importantes de la voile et de son bord d'attaque provoquées par la pression supérieure, et qui doit faire que son bridage lui donne un calage un peu différent.


Et encore du vent fort, chic! Une excellente première manche avec le PowerBlast 4-8 et ses lignes longues d'origine, avec malheureusement quelques places perdues juste avant l'arrivée suite à une dévente au portant mal contrôlée, la chute du Revolution au sol et un redémarrage un peu trop longuet de ma part. Et sans son annulation suite au malheureux accident de Jean-Mimi, la seconde manche était encore meilleure, ayant monté des lignes un peu plus courtes (18 mètres) qui me conviennent mieux lorsque le vent est irrégulier et à la limite d'être trop fort.

Le lendemain, une seule manche courue: le vent, passé légèrement à la mer, est plus régulier, mais il est encore monté d'un petit cran. J'hésite entre ma C-Quad 2.2 qui m'avais servi pour le tour de reconnaissance et le PowerBlast 4-8 à nouveau... Allez, hop, je tente le coup! A posteriori je n'aurais probablement pas dû, et il m'a fallu bien souvent garder le Revo très choqué dans les surventes au près... Une pas trop mauvaise place, quand même, et je pense avoir maintenant bien cadré la gamme de vent dans laquelle je peux l'utiliser, et qui, rapportée à mes C-Quads que je connais bien, irait en gros de la 2.2 lorsqu'elle manque un peu d'air jusqu'à la 6.3 lorqu'elle devient trop dure à tenir. Très bonne tenue du matériel lui-même, également, dans ces conditions tout de même un peu au delà du raisonnable pour lui.

A noter: l'accident de la veille a fait longtemps hésiter le directeur de course, et on le comprend un peu, à relancer le moindre départ de course ce jour là, alors même que les conditions étaient les plus belles qu'on puissent rêver pour ce sport qu'on a choisi. Il est clair qu'avec le matériel communemment employé par la majorité des pilotes de compétition, on va être exposé de plus en plus à ce risque. Outre le problème majeur du harnais, et là, il appartient aux pilotes eux-mêmes de prendre les décisions qui s'imposent, saluons donc Revolution qui nous propose enfin des voiles adaptées, c'est à dire avec un vrai bordé-choqué instantané, comme devrait le proposer tout engin à voile qui se respecte, en plus de sa totale insensibilité au sable, à l'eau et à son mélange, qui il faut bien le dire, ne sont pas rares sur nos spots préférés;-)


Depuis le temps que j'en parlais, il fallait passer à l'acte;-) Eh bien c'est fait: toutes les manches du samedi courues sans harnais, et avec le harnais à peine utilisé lors de la troisième et dernière manche de ce CDF courue le lundi 1er mai. Pour me faciliter cette démarche sécuritaire, et en plus du Revolution PowerBlast 4-8, j'y ai utilisé un tout petit char Flexifoil première génération, extrèmement léger. Evidemment, les performances ne sont plus au rendez-vous, mais qu'on se le dise:

c'est possible!

http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/truquage/sans_harnais.jpg
Allongement des bras fait avec Photoshop... ;-)


  • Bricolage d'été...
- Remplacement des 8 connecteurs des 4 barres longues. Trop courts et trop fragiles d'origine, je les ai remplacés par des connecteurs faits moi-même en m'inspirant des connecteurs qui équipaient les tout premiers Revolution: morceaux de tube d'alu, embouts de chaise et rayons de vélos en sont les principaux ingrédients.
 
http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/bricolage/PB48Connector1.jpg     http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/bricolage/PB48Connector2.jpg


- Avec des morceaux de tubes flottants pour piscine enfilés sur ces mêmes 4 barres longues, j'ai pu tester fin août les éventuelles possibilités aquatiques du PowerBlast 4-8, qui se sont avérées excellentes: vol très peu affecté par le surpoids des mousses, flottabilité plus que suffisante, redécollage très facile en position normale, un tout petit peu moins en position inversée, mais sans aucune tendance à "chaluter". En lignes pas trop longues, décollage également possible en lançant le Revolution en l'air et à la main, un peu comme un javelot, comme au bon vieux temps du cerf-volant acrobatique... Par contre, il va me falloir étanchéiser les tubes de carbone, car lorsqu'ils sont pleins d'eau après une immersion à l'envers, leur poids devient momentanément très génant pour redécoller... Voilà qui va peut-être relancer ce vieux projet de kiteboat, celui-ci étant quasiment terminé concernant le flotteur, mais toujours dans l'attente du cerf-volant vraiment adapté à une pratique sécurisée, simple et autonome.

http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/bricolage/WaterPB48.jpg



A nouveau du vent fort, pour ce premier Grand Prix de la saison.
J'ai pu utiliser le PowerBlast 4-8 lors de deux des trois manches courues, dans un vent où la C-Quad 3.2 aurait été mon choix alternatif. Le vent m'est apparu tout de même trop fort pour lui à la première manche du dimanche matin... J'y ai donc utilisé ma Modulus en configuration 3.8, sortie en catastrophe de son sac toujours prêt, ceci après avoir cassé la barre centrale du PowerBlast 2-4 que je comptais utiliser pour une fois, dans un démarrage pleine fenêtre qu'il n'a pas bien supporté... Possible aussi que la barre latérale n'y était pas enfoncée bien à fond, un point que je sais pourtant ultra-important de vérifier scrupuleusement sur ces deux Powerblast...

http://apc8.album.free.fr/2bgal/img/200611_GP_Dunkerque/l77.jpg



Enfin, mon retour à la compétition FFCV de Classe 8 :-) après quelques sérieux problèmes de sciatique m'ayant handicapé toute la saison 2006-2007. Les soixante balais sont presque là, la condition physique  et l'entrainement sont au plus bas, et la plus grande prudence est de rigueur... Mais quel bonheur de retrouver enfin tous ces jeunes (pour la plupart) compétiteurs!

Et cerise sur le gâteau, la météo a été super favorable (si si ;-): vent de terre, fort, rafaleux, irrégulier, les conditions idéales (et pourtant très ordinaires, finalement...), pour pouvoir enfin démontrer à tous en quoi le concept de cette voile est bien supérieur à tout ce qui existe pour l'instant. Le vieil "has been" a ainsi pu finir à la 11ème place de ce Grand Prix, sans avoir forcé, sans s'être mis en danger à un quelconque moment, sans avoir dérapé au près parmi toutes ces voiles à caissons malmenées, alors même que j'avais préparé pour cette saison un char très allégé, et perdu moi-même une dizaine de mes nombreux kilos en trop...;-)

http://www.lescharslatents.com/EnImages/GPBrayDune2007/images/100_9663.jpg     http://www.lescharslatents.com/EnImages/GPBrayDune2007/images/100_9698.jpg
Photos: Solveig, Les Char Latents




Sylvain "F5" Bouju F5@apc8.org