Addis-Abeba : Conférence de Jean-Renaud BOISSERIE pour les élèves de seconde du LGM

Le paléontologue français Jean-Renaud Boisserie, a fait honneur au Lycée Guébré-Mariam d’Addis Abeba en proposant une conférence « Lorsque la génétique et la paléontologie travaillent ensemble : l’origine des hippopotames » à destination d’une centaine de personnes : personnels de l’établissement et élèves des classes de 2de.

Ce mercredi 18 mai, la salle de théâtre Senghor a été le siège d’une conférence de grande qualité. Ainsi, les élèves du lycée ont pu profiter d’une présentation rapide de la biologie des deux espèces actuelles d’hippopotames : Hippopotamus amphibius et Hexaprotodon liberiensis. Les élèves ont fait preuve de motivation par rapport à cette première partie. Ceci a abouti à une longue interaction suite aux nombreuses questions.

Puis c’est avec passion que l’aspect du registre fossile a été abordé puisque le sujet correspondait au sujet de thèse de notre conférencier. La part belle a été faite à la démarche scientifique. En effet, Jean-Renaud Boisserie a su développer le travail du paléontologue, scientifique de terrain, en prenant l’exemple d’une dent fossile d’hippopotame : de sa découverte, jusqu’à la publication d’un article en passant par les diverses mensurations et analyses à l’université d’Addis-Abeba. Mais aussi de montrer le caractère évolutif des connaissances scientifiques à travers l’opposition entre les données génétiques et paléontologiques au sujet de l’origine de la lignée des hippopotames.

La complexité de l’analyse comparative entre les fossiles rattachés au groupe des hippopotames, au groupe des anthracotères et au groupe des cétacés avec l’étude des baleines à pattes (ex : Radhocetus) a été abordée avec rigueur. Les compétences travaillées en classe ont permis aux élèves de suivre la méthodologie permettant de retrouver l’ancêtre commun à ces trois groupes puisque la méthode cladistique était au centre du discours.

Mais comme bien souvent se sont les données de terrain qui ont permis de mettre d’accord paléontologues et généticiens avec la mise au jour d’Epirigenys lokomensis dans des sédiments du bassin du lac Turkana daté de -28 millions d’années. Ce drôle d’Anthracothères possédait en effet une astragale évoluée à double poulie caractéristique des hippopotames.

Une nouvelle phase de questions a permis de clarifier quelques points abordés. Les élèves de 2de 2 ayant participé à la visite de la galerie de paléontologie se sont particulièrement distingués par la pertinente de leurs questions.

Comments