Historique


Parce qu'elle a observé la laideur d'un monde dont, par contre-coup, souffrent les animaux, Odette MAS rejoint l'embryon d'une protection animale déjà sur place, à EPINAL (Vosges). 
En 1964, Monsieur André ARGANT -Maire d'Epinal- met d'abord à sa disposition l'ancienne poudrière, chemin des Forts, puis bien vite, une carrière avec plus de terrain, dans ce même secteur.
Le refuge de la Vierge était né !

C'est dans un autobus désaffecté qu'Odette MAS commencera, seule, sa mission de protecteur, entourée déjà par de trop nombreux chiens et chats abandonnés. Bien vite, un petit groupe d'amis lui a prêté main forte, tandis qu'un Conseil d'Administration était nommé ; Odette MAS en devenant la Présidente. 


Un bâtiment à usage de chenils fut construit, bien avant qu'elle-même ne puisse enfin avoir accès à un petit chalet aimablement monté et mis à disposition par la municipalité. Rapidement squatté par une cinquantaine de chiens bancals et âgés, il régnait dans cet endroit une cohabitation bénéfique pour tous, chats y compris.  
Monsieur Pierre BLANCK qui succède à Monsieur ARGANT, reconnaît en la personne d'Odette MAS un être attachant et courageux, et ne la laisse pas tomber.
Pour nourrir ces quelques 200 pensionnaires, Odette (et parfois son seul employé) collecte les restes de cantines à bord de vieilles guimbardes toujours très pittoresques...  Il fallait bien nourrir tout son petit monde !

Une récompense bien méritée.  
La S.V.P.A est reconnue d'utilité publique par décret le 29 Novembre 1971.
Sous son impulsion sont nées une filiale à LUNEVILLE (54) puis deux antennes, à Neufchâteau (88) et Bar le Duc (55). Que de trajets, de fatigue, à chaque visite dans ces structures, pour y prodiguer les conseils d'une expérience compétente, et quelle cruelle déception lorsque, successivement, ces refuges dont la gestion était autonome, ont fermé leurs portes, et les animaux transférés à Epinal.
La S.V.P.A se consacre alors toute entière à son refuge et à sa mission tout en se préoccupant de trouver une propriété à acquérir.  La carrière est devenue insalubre, dangereuse avec ses roches qui se détachent ; les portes du refuge de la Vierge se ferment définitivement sur un passé chargé de peines et de joies ; nous sommes en 1977. 

Alors commence "la vie de château".
La SVPA contracte un emprunt sur 15 ans et s'installe dans une vaste propriété au lieu dit Forges de Mortagne à Brouvelieures, commune de 525 habitants située à 27 km d'Epinal.  Plus de 5 ha de terrain boisé, et de nombreuses dépendances en font un endroit rêvé pour les animaux recueillis. Capacité d’accueil : 250 animaux (chiens, chats, animaux de ferme, nacs). Sans subventions, son fonctionnement s’identifie à celui d’une entreprise (10 salariés). Elle ne peut s’appuyer que sur ses sociétaires et le soutien de généreux donateurs pour assurer le quotidien de son refuge et la pérennité de sa mission. 
En 1985, grâce à un legs important, la S.V.P.A vient en aide à d'autres associations du grand Est, et fait l'acquisition d'une propriété près de Vittel (88) et Amance (54) ainsi que d'une fermette à THIMONVILLE (57) permettant à des structures autonomes (ASPA de Vittel, SLPA à Amance, Mon Ami le Chat à Thimonville) d'accueillir les animaux de ces secteurs. Malheureusement, le refuge de Vittel fermera ses portes en 2003. 

Depuis de nombreuses années, la SVPA est membre de la Confédération Nationale des SPA de France dont le siège est à LYON.

A force de tirer sur la corde...
La SVPA exerce également le rôle de fourrière et l'assume avec le même professionnalisme que celui de son refuge. De 1966 à 2002, elle a toujours répondu présent, de jour comme de nuit, à toutes missions sollicitées par des services de Mairies, Polices, Gendarmeries.

Pour sa Présidente fondatrice, pas de vie privée ! Sa passion ne lui laissait que de rares moments de répit, bien souvent obscurcis par de nouvelles missions à accomplir. Résidant dans son refuge, les appels téléphoniques nocturnes réduisaient encore ce besoin de récupérer, si nécessaire.
C'est peut-être pour cela qu'elle a négligé sa santé, et nous a quitté bien trop tôt, le 6 septembre 2002, à l'âge de 72 ans.
Tout au long de sa mission, Odette MAS s'est toujours battue pour les plus faibles. Refusant les honneurs, la médiocrité et les compromissions, elle lutta sans relâche face à l'indifférence, la cruauté et pire... le mercantilisme qui gangrène notre temps. Son franc parler lui valut admiration et soutien du plus grand nombre, souvent parmi les plus humbles, alors que lui fut refusée, le plus souvent, la prise de conscience des plus influents. Elle avait cette foi, cette détermination et ce courage que bien peu de gens possèdent, et son refuge modèle représente l'oeuvre compétente d'une vie entière, le dévouement de jours et de nuits.

Ses amis et sociétaires l'avaient bien compris et lui ont accordé toute leur confiance. Son oeuvre demeure, perpétuée  par les membres du Conseil d'Administration, les 9 employés ainsi que les bénévoles, à l'image de sa fondatrice.