Poésie‎ > ‎

Pourtant

Poésie
Sélection de poèmes de Stéphane Berrebi, artiste peintre

     Accueil      Peintures 2007-11      Peintures/Californie 2005-06      Dessins  Gravures

      Œuvres 1997-2005      Œuvres 1987-1996        Dessins d'Enfant

      Biographie      Réflexions      Poésie
     English

      Contact


Pourtant
1994

Il n’y avait plus de soleil dans le ciel
Pourtant l’or du matin m’avait tout entier investi
Je chantais avec les passagers soldats prophétiques de l’oubli
La douceur paradoxale des pierres arides qui brûlent les yeux du fidèle

Il n’y avait plus de musique dans le ciel
Les violons des nuits de sang pleuraient en silence
Pourtant j’entendais comme un écho lointain d’élégies qui m’émouvaient
Plus encor que la lente migration du troupeau doré des étoiles

Il n’y avait plus de miel dans la ruche
Les abeilles tremblantes s’égayaient comme des braises
Les avions lourds de troupes aguerries vrombissaient
Au-dessus des monuments funéraires de siècles presqu’oubliés
Pourtant dans une cour d’école épargnée par le froid
Un enfant chantait une comptine vieille de trois mille ans

Les satellites qui nous observent peuvent bien mesurer chacun de nos pas
Nous ne tremblerons pas nous poursuivrons notre chemin
Nous connaissons des formules éprouvées contre la peur
Nous connaissons chaque pierre de notre cœur chaque répit de nos combats
Il n’y avait plus d’eau dans les puits de lave
Le vent des grandes résolutions les avait asséchés

Comments