Poésie‎ > ‎

Germanica

Poésie
Sélection de poèmes de Stéphane Berrebi, artiste peintre

     Accueil      Peintures 2007-11      Peintures/Californie 2005-06      Dessins  Gravures

      Œuvres 1997-2005      Œuvres 1987-1996        Dessins d'Enfant

      Biographie      Réflexions      Poésie
     English

      Contact


Germanica

1973

Y croyais-tu vraiment, à ce conte impossible ?
L'empereur endormi dans sa grotte impassible
Dont la barbe dit-on faisait sept fois le tour
L'empereur Barberousse héros des anciens jours
Y croyais-tu vraiment à ce conte impossible ?
Et les corbeaux du fond de l'aube iraient-ils donc 
Le réveiller ? L'empereur mort iraient-ils donc
Le réveiller quand l'Allemagne aurait atteint
Le fond du gouffre y croyais-tu ? conte incertain

Car on disait alors que les dieux des légendes 
Resurgiraient bientôt Faut-il que tu m'entendes
Le crépuscule est proche effrayant l'avenir
Les monstres oubliés les entends-tu rugir ?
Car on disait alors que les dieux des légendes 
Resurgiraient bientôt. Faut-il que tu les croies ?
Qui tracera de l'insolite la frontière ?

C'est le long trajet solitaire et d'aval en amont 
Des corps contre la volonté des fleuves
C'est l'heure où rien ne bouge hormis les morts fugaces
En route vers les cimes des derniers sacrifices
Tandis que passent les corbeaux
Dans un même vol et versé d'abondance
La terre enfin se rebelle
La mer se jette dans le ventre de la rivière
Et branches inclinées les arbres se prosternent

Ô cadavres épars à contre-courant des fleuves
Vous augurez les temps de grand silence
Ultime randonnée vers les sources d'eau vive
Les vannes sont ouvertes la chair morte abonde
Et la phrase alternée ne suit plus vos prodiges

Les mots comme les morts ne peuvent plus rien dire

Comments