La (re)naissance...

[Décembre 2007]

 Voici en quelques mots notre nouveau bateau et son programme. Il s'agit d'un Idylle du chantier français Bénéteau, construit en 1984 il va passer sur la base de Verneuil quelques temps pour que je le prépare au voyage. Je tiens a lui ajouter quelques éléments d'autonomie importants et puis le relooker intégralement et le refitter dans sa quasi-totalité pour qu'il soit prêt au départ. Eau chaude (car je vis à bord), electricité complète, électronique à refaire et compléter, énergie solaire à générer et stocker seront les principaux (...) travaux "techniques", le reste ne sera que de l'huile de coude et de l'énergie, peinture des fonds, peinture et anti-fouling coque et extérieurs, pont en teck a refaire intégralement, accastillage à modifier, portique a dessiner et fabriquer, antidérapant...
 
Le bateau à deja été modifié, sa longueur à augmenté grace à sa delphinière facilitant les mouillages et un ajout de jupe.
Il a été gréé en côtre par le remplacement de l'étai largable par une trinquette sur enrouleur et ajout de bastaques pour compenser, je vais le faire revenir à sa configuration d'origine avec genois sur enrouleur et trinquette a endrailler. L'avenir et quelques branlées nous feront revenir à une trinquette sur enrouleur ultérieurement.
Une grand voile full batten viendra remplacer la GV classique et un génois triradial à 150% en Hydranet sera à l'avant. Nous lui trouverons un spi asy et un symétrique plus tard.

Pourquoi celui la, pourquoi cette taille, pourquoi pas un plus récent?

Les voiliers actuels ont oublié, à mon avis, leur mission première qui est de naviguer, certains ont même oublié d'avoir une table à carte... Navrant ! Il n'y a donc que dans les anciennes générations que je trouve mon bonheur. Mon porte-monnaie est, de plus, en accord avec mon choix

Un voilier de 11 à 13 m est, à mon avis, une bonne taille pour une navigation solitaire, car même a deux (Sandrine sera Capitaine en second) l'autre doit dormir de temps en temps et on se retrouve donc en situation de solo. Le vieil adage marin nous le rappelle: petit bateau = petits problèmes... Mon porte monnaie est encore en accord avec cette théorie.

Il y a autant de sorte de voiliers qu'il y a de type de navigation. J'ai choisi celui-la car il correspond à un programme de navigation hauturière pour équipage réduit. En effet, les manoeuvres sont toutes ramenées au cockpit et celui-ci est bien protégé pour affronter le gros temps. Il possède une véritable table à carte et on peut travailler en cuisine à la gite, les rangement sont nombreux et adaptables...

Concernant son nouveau nom de baptème "Spirit of Traou Mad", ce sont à la fois un clin d'oeil aux épopée d'autrefois, mes origines celtiques et un manque certain de sérieux qui sont seuls responsables...  :)
 
Voici l'aspect qu'il avait quand nous l'avons acheté:
 

[Février 2008]
 
Tout l'inutile, le cassé, le crado, le "a-changer", etc... à été enlevé du bateau. La voilerie et sellerie entreposée à terre pour réfection. L'intérieur entièrement lessivé, décapé, poncé, électronique démontée, vaigrages enlevés, électricité enlevée, plomberie démontée...

La destruction intérieure étant terminée, j'ai attaqué la reconstruction, je commence par la partie avant: transformation de la cabine avant en rangements multiples, fringues, literie, nourriture sèche et reservoir eau supplémentaire, le chauffe-eau y prendra sans doute place également. Les plans sont faits, j'ai poncé tous les vernis et commence les sous-couches peinture.
 
Un coup d'oeil sur le "avant travaux":
 


[Avril 2008]

Cabine avant transformée en rangements multiples, peintures refaites, distribution électrique revue, lumières changées et peintures de l'intérieur en général sont ENFIN terminées! Nom d'un chien, je finissais par en réver la nuit et en ramener jusque dans mon lit... mais c'est bon, j'ai même peint l'intérieur des coffres, cales, équipets...

Je viens de commander certains des équipement intérieurs (WC, cuves eaux noires, pompes a eau, groupe d'eau de mer, chauffe-eau, reservoir carburants supplémentaires, éclairages et robinetterie...) Va falloir monter tout cela, mais j'avais tellement hate d'en finir avec cette bon sang de peinture que j'ai hate de passer a autre chose...

Les tissus de la sellerie intérieure ont été choisis, on va pouvoir envoyer les anciennes mousses à l'usine et ainsi pouvoir ne serait-ce que s'assoir a l'intérieur du bateau...
Parallelement, je m'attaque a l'extérieur et le pont en teck à faire sauter:
Un milliers de bouchons en teck a faire sauter, autant de vis qui ne venaient évidemment qu'a grand peine, puis les lattes collées au sika à faire sauter au ciseau à bois...
 
 
[Décembre 2008]
 
J'ai essentiellement travaillé sur l'intérieur du bateau, ce n'est pas dans l'ordre des choses habituel pour un bateau appellé à naviguer, mais la nécessité d'avoir un toit (enfin... un pont!) pour m'abriter le temps des travaux à inverser le processus.

Voici donc l'intérieur:
 
 
 
 
 
 

[Janvier 2009]

Nous quittons Verneuil et nos amis pour nous diriger vers Tancarville, déposer le mat et vérifier le gréement, finaliser l'électricité et l'électronique, gratter les ancien anti-fouling, démonter l'accastillage, poncer la totalité de la peinture, refaire la strat de la jupe, faire des coffres supplémentaires, puis.... les sous-couches et couches multiples de peintures sur le pont et la coques, après traitement des oeuvres vives en résine époxy:

 
Puis début de la repose de l'accastillage, des éléments en teck puis tracé et découpe des gabarits d'anti-dérapant, puis tracé et découpe de l'anti-dérapant puis tracé des zones à encoller... pas répétitif du tout...
 
 
[Mai 2009]
 
La pose du teck dans le cockpit sonnera pour moi comme une délivrance, en effet, le bateau va pouvoir ensuite quitter les ateliers et sortir à l'air libre... moi aussi, de plus il commence à faire beau dehors...
 
 
Certaines femmes demandent des jupes en soie, la mienne m'a demandé une jupe en teck...

 

A ce stade, je ne compte plus mes heures ni mes jours (parfois mes nuits) de travail, je suis un peu robotisé mais j'abat un gros boulot donc je laisse faire...
 
Le teck est posé, Sandrine à terminé ses études d'infirmière, à reussi avec succès son éxamen et décide de venir me rejoindre sur le chantier pour m'aider. Nous allons maintenant donner à ce bateau un peu de gueule avec un déco personnalisée et plastifiée et travailler sur les oeuvres vives, après mastic époxy, 3 couches de peinture époxy puis 3 couches d'anti-fouling en matrice dure et 2 couches en érodable, le bateau est comme neuf, il est beau, on est content de nous, on à bien bossé, il a fallu travailler de nuit parfois pour respecter les temps maxi de séchage de ces produits capricieux...
 
 
 
Puis nous enchainons rapidement, mise a l'eau, matage, mise en place des sécurités et nous finissons la pose de l'accastillage... Puis, les voiles neuves arrivent...
 
 
[Juin 2009]
 
Le Land-Rover nous crée quelques ennuis mécaniques, le bateau flotte, nous décidons donc de réintégrer le bateau comme logement principal, je laisse donc tomber le petit meublé loué pour l'occasion au Havre, les beaux jours arrivent... Le gros des travaux est maintenant terminé, il nous manquent encore quelques équipement commandés mais nous décidons d'aller patienter au port du Havre
 
 
Le passage de ce pont sera tout un symbôle pour nous, c'est la limite du domaine maritime, le bateau est "officiellement" en mer.
C'est, non sans une émotion dans la voix, que j'ai annoncé que l'on hisse la Grand-Voile! Nous avons déroulé le génois, puis, Ô délivrance, nous avons coupé le moteur... Le bateau s'est mis dans ses lignes d'eau et à filé sans bruit... Ce n'est pas grand chose mais cela faisait 1an et demi que nous attendions ce moment...
 
[Juillet 2009]
 
Nous naviguons tous les jours, sauf pour installer les derniers appareils qui sont arrivés au Havre. Puis, nous avons pris la route de Saint Valéry en Caux (notre port d'attache pour cet hiver) ou nous avons multiplié les sorties pour affiner les réglages d'accastillage et des appareils électroniques. Nous nous sommes doté d'un nouveau radar, d'une nouvelle girouette electro (pas le choix!), d'un navtex et autres feux de mat à leds.
 
 
Puis, après le travail... les vacances, nous avons pris une route Nord pour une traversée de la Manche, un force 6 dans notre axe de route nous attendait avec ses 3m de creux pendant plus de 20 heures. Nous avons pu apprécier le caractère très marin du bateau. Nous nous sommes promené autour de L'ile de Wight, puis Cowes, son Solent et ses Needles et avons taillé la route vers le sud de la Cornouaille. Notre (encore faible) autonomie nous permettait (quand même) d'éviter d'être systématiquement en marina le soir, nous avons donc pu jeter notre ancre dans des petites criques peu fréquentées et y déguster notre poisson péché dans la journée... Une vie de rêve...
 
 
 
Arrivés a l'extrémité de la Cornouaille, nous nous sommes fait violence pour ne pas filer vers la Bretagne sud et préparer notre transat, mais nous avons encore quelques impératifs à regler. Ce voyage n'est qu'un run d'essai, il est concluant, le bateau est presque prêt pour le moment et nous a donné pleinement satisfaction.
 
 

[Septembre 2009]

Le bateau prend ses quartiers d'hiver à St Valéry en Caux à l'atmosphère humaine si chaleureuse...

Il nous manquera l'énergie à mettre en place (production et stockage), les reservoirs d'eau à remplacer et le pilote auto à changer, et oui... celui-ci à décidé de prendre sa retraite à la fin des vacances...
En attendant, nous travaillons et économisons pour remplacer ces derniers matériels et moi, j'ai commencé une formation de 9 mois de mécanicien réparateur en moteur marine. Mais dès Aout 2010 nous reprendrons la mer pour refaire une grande boucle qui nous mènera en sud Bretagne pour hiverner avant "LE" départ.

En attendant, dès que la météo le permet nous naviguons, nous naviguons et naviguons encore...

 
 
Comments