Les 7 responsables baha'is Iraniens condamnés à 20 ans de prison (9 août 2010)

Communiqué de presse des bahá¹ís de France


Téhéran : les responsables bahá¹ís semblent condamnés à 20 ans de prison

Paris, le 9 août 2010 ­ Sept innocents, deux femmes et cinq hommes, viennent d'être informés qu¹ils sont condamnés à 20 ans de réclusion chacun, après un procès expéditif. Leur seul crime : ils sont bahá¹ís.

Les sept responsables bahá¹ís iraniens seraient chacun condamnés à 20 ans de prison selon les sources de la Communuauté internationale baha'ie. Détenus dans la prison d'Evin de Téhéran depuis plus de deux ans, ils étaient accusés, entre autres, d'«espionnage», «coopération avec Israël», «de propagande contre l'ordre islamique», et du crime de «propagation de la corruption sur terre».

«Si l¹information est confirmée, il s¹agit d¹une issue profondément choquante dans le procès de ces innocents» déclare Bani Dugal, représentante de la Communauté internationale bahá¹íe auprès des Nations unies à New York. «Ils ont été informés du verdict, et leurs avocats ont immédiatement fait appel».
Leur procès s'est limité à six brèves comparutions devant la cour, entre le 12 janvier et le 14 juin 2010. Ils avaient auparavant été détenus sans charge pendant 20 mois durant lesquels ils ont à peine eu une heure d¹accès à leurs avocats.
Ils ont toujours nié toutes les accusations.

Les deux femmes et cinq hommes ont été arrêtés en 2008, six d¹entre deux le 14 mai, l¹une d¹entre eux deux mois plus tôt. Ils ont été détenus à Evin depuis.

On sait très peu de choses sur leurs conditions de détention, sinon qu'ils vivent à deux dans 6 m2 pour les femmes, et à cinq dans 12 m2 pour les hommes, voient la lumière du jour deux heures par semaine, et dorment à même le béton.

Madame Fariba Kamalabadi, Messieurs Jamaloddin Khanjani, Afif Naeimi, Saeid Rezaie, Madame Mahvash Sabet, Messieurs Behrouz Tavakkoli et Vahid Tizfahm composaient le groupe en charge de veiller aux besoins d¹une communauté de quelques 300 000 bahá¹ís, la plus grande minorité religieuse non musulmane de l¹Iran.

Les bahá'ís sont considérés comme des «infigèles non-protégés» par le régime iranien. On estime à 47 le nombre de bahá¹ís détenus aujourd'hui dans tout l'Iran, au seul motif de leur foi.

Contact presse : Sophie Ménard / 06 63 55 49 14 / sophie.menard@bahai.fr /
Pour plus d'informations sur la situation en Iran : http://www.bahai.fr/iran


----


Dépêche de l'AFP

Iran-religion-droits-procès-France
Iran: 7 responsables de la communauté bahaïe condamnés à 20 ans de prison (Bahaïs de France)

PARIS, 9 août 2010 (AFP) - Sept responsables de la petite communauté religieuse iranienne bahaïe, accusés notamment d'hérésie et d'espionnage au profit d'Israël, ont été condamnés à Téhéran à 20 ans de prison, a-t-on appris lundi auprès de la communauté bahaïe de France.
Les sept accusés, cinq hommes et deux femmes, ont été arrêtés courant 2008. Leur procès s'était achevé le 14 juin, sans verdict prononcé.
"Les autorités ont fait part dimanche de la condamnation à 20 ans de prison de l'ensemble des accusés à leurs avocats, par oral", a déclaré à l'AFP Sophie Ménard, responsable de la communication de la communauté bahaïe de France.
"Les avocats ont entamé des démarches pour faire appel, ce qui devrait aussi permettre de disposer d'un compte-rendu écrit du jugement. Nous n'avons aucune information sur les termes de la condamnation à l'heure actuelle", a-t-elle précisé.
Les Etats-Unis et l'Union européenne ont fait part à plusieurs reprises de leur préoccupation au sujet des bahaïs, victimes de persécution en Iran, où ils n'ont notamment pas accès aux études supérieures et à la fonction publique.
La communauté bahaïe compte, selon ses responsables, plus de 7 millions de fidèles à travers le monde, dont quelque 300.000 en Iran, où cette religion est apparue au XIXe siècle.
Les bahaïs suivent les enseignements de Bahaullah, né en Iran en 1817, qu'ils considèrent comme un prophète. Les bahaïs ont été régulièrement persécutés, notamment par la République islamique iranienne qui considère cette communauté comme un foyer d'hérétiques et d'opposants, ainsi que des "espions" d'Israël car leur siège mondial est à Haïfa.
"Mais pour les musulmans, il ne peut y avoir de nouveau prophète ni de messager divin après Mahomet (mort au VIIe siècle). Ils considèrent donc Bahaullah comme un imposteur et ses fidèles comme des hérétiques, alors que la foi bahaïe n'a rien à voir avec l'islam et constitue une religion indépendante", a expliqué à l'AFP Foad Sabéran, membre de la communauté bahaïe en France.
"Et si le siège de la communauté est à Haïfa, c'est parce que c'est là qu'a fini par s'installer en 1868 Bahaullah, après avoir été exilé à Bagdad puis à Constantinople, bien avant la création de l'Etat d'Israël", a-t-il ajouté.
thm/hr/rs