Accueil

Actif avec les salariés




Ce site est nouveau, il a pour  but premier d'informer au mieux les salariés qui ont adhéré au syndicat Monoprix Nation CGT.
Nous en souhaitons bonne usage à tous, syndiqués ou non, bien sûr certains accès à ce site sont réservés aux adhérents du syndicat.

Vous voulez nous rejoindre, vous voulez vous syndiquer...




Communiqué de presse des élus C.G.T. de l’U.E.S. MONOPRIX

publié le 20 sept. 2015 à 08:41 par Girault Raymond   [ mis à jour : 20 sept. 2015 à 08:53 ]

Monoprix vient d’être condamné pour ne pas avoir respecté le Code du Travail en premier lieu et plus grave encore ne pas avoir respecté les décisions de justice.

Le montant de l’astreinte décidé par le juge ne représente que 100 fois le montant de l’amende prévue aujourd’hui pour le fait d’entrave au fonctionnement des

institutions représentatives du personnel.

Il nous faut rappeler que le délit d’entrave était jusqu’à il y a peu de temps encore passible de peine de prison. Alors que dans le cas présent, il s’agit en plus du non

respect des décisions de justice.


Est-ce que le montant infligé est dissuasif, nous n’en sommes pas convaincus puisque depuis la première décision de justice, Monoprix a continué de faire travailler

illégalement des salariés.

La CGT affirme sa volonté de continuer à faire respecter le Code du Travail afin de préserver la santé et la vie familiale des salariés qui lui ont fait confiance.


Nous déplorons uniquement que toutes les organisations syndicales de salariés n’aient pas le même objectif et participent ainsi à créer des différences de traitement

entre salariés de la même entreprise.

Nous espérons que cette décision permettra aux salariés de prendre conscience du fait qu’ils ont la possibilité de faire pencher la balance de leur côté en fonction du

choix de leurs représentants lors des prochaines élections.


Cette bataille syndicale CGT est une victoire et démontre qu’il ne faut rien lâcher. La CGT Monoprix et la Fédération Commerce et Services CGT poursuivrons sans

relâche, toutes les infractions au droit du travail.




Contacts : Marie-Christine ARIBART - DSC UES Monoprix : 06.21.76.48.10

Le CE peut-il ne pas donner les bons de fin d'année

publié le 23 nov. 2014 à 09:53 par Girault Raymond   [ mis à jour : 23 nov. 2014 à 09:55 ]


Monoprix encore une fois désavoué par la justice !

publié le 11 juil. 2014 à 00:49 par Girault Raymond

L' accord sur le travail de nuit de 2006 et son avenant de 2009 définitivement non applicables chez Monoprix !

La Chambre Sociale de la Cour de Cassation vient de rejeter le pourvoi de Monoprix contre l'arrêt rendu le 2 avril 2013 par la Cour d'appel de Versailles concernant la validité de l'opposition de la CGT à l'accord sur le travail de nuit de 2006 et à son avenant de 2009 (arrêt no 1485 FS-P+B de la Cour de Cassation lors de l'audience publique du 08 juillet 2Ol4)
Ce qui veut dire que l'accord sur le travail de nuit de 2006 et son avenant de 2009 sont définitivement inapplicables. 


Encore une fois il nous faut rappeler que les accords signés en 2006 par la CFDT et la CFTC et l'avenant de 2009 signé lui par la CFDT et la CFE- CGC sont une atteinte au code du travail et que les accords négociés par magasin depuis la condamnation de Monoprix sont tout aussi condamnables puisqu'ils ne respectent pas les motifs de recours au travail de nuit prévus par l'article L.3122-32 du code du travail.
Le recours au travail de nuit doit être exceptionnel et on ne doit pas confondre « assurer la continuité économique » et « rentabilité économique»


Questionnaire travail de Nuit fait par l'INRS

publié le 26 juin 2014 à 06:33 par Girault Raymond

Un questionnaire est fait par l'INRS (Institut Nationale de recherche et de sécurité) concernant le travail de Nuit.

                                                             Je clic ici

Travail de nuit chez Monoprix :

publié le 26 juin 2014 à 06:17 par Girault Raymond   [ mis à jour : 3 juil. 2014 à 11:22 ]

Historique :
Dans l'année 1998 la société Monoprix prend la décision de fermer des magasins à 22 heures, pour beaucoup de magasins ces fermetures tardives se feront par le décalage des horaires de travail des salariés, les salariés travaillant jusqu'à 22 heures seront rémunérés normalement sans aucune majoration de salaire, ni repos compensateur.
Ce système vivra jusqu'à 2006, puis-qu’arrive  la loi de 2001 qui réglemente le travail de nuit et son entrée dans le code du travail. Un accord sur le travail de nuit est négocié chez Monoprix en 2006, puis un avenant à cet accord est fait en 2009.
La CGT utilisera son droit d'opposition concernant l'accord de 2006 et l'avenant de 2009.


Concernant l'accord de 2006 et son avenant de 2009 la CGT a utilisé de son droit d'opposition puisqu'elle est le syndicat majoritaire chez Monoprix.
La direction de Monoprix ne tient pas compte de ce droit d'opposition et continu à appliquer les accords signés par d'autres organisations syndicales minoritaires.
La CGT introduit une action en justice afin de faire reconnaître son droit d'opposition, la justice donne raison à la CGT, Monoprix fait appel de cette décision tout en continuant à appliquer les accords concernés.
La Cour d'appel donne encore raison à la CGT, déclare non écrit l'accord de 2006 et son avenant de 2009, contraint Monoprix à se mettre en règle avec la loi en négociant un nouvel accord sur le travail de nuit.
En 2013 un accord sur le travail de nuit est négocié au niveau de l'entreprise, celui-ci est signé par la CFDT, la CGC (syndicat des cadres) et le délégué syndical central de FO qui n'a pourtant pas le mandat pour cela .
La CGT organisation syndicale majoritaire chez Monoprix ne signe pas cet accord, celui-ci n'est donc pas valable.

Un jugement vient d'être rendu dernièrement pour condamner Monoprix pour 1 610 infractions au jugement rendu concernant le travail de nuit.
De plus Monoprix avec l'aide de la CFDT essaie d’introduire le travail de nuit au niveau des magasins en signant des accords localement dans ceux-ci.
Vous en voyez la preuve en ce moment à Monoprix , faire entrer par la fenêtre ce que l'on a pu passer par la porte....


Une subtilité à connaître :
Il ne faut pas confondre le travail de nuit avec le travailleur de nuit !
 - En effet, est considéré comme du travail de nuit, le travail effectué entre 21h00 et 6 heures du matin.
 - Par contre est considéré comme travailleur de nuit celui qui :
 * soit accomplit au moins deux fois par semaine dans son horaire habituel, au moins 3 heures de son temps de travail journalier entre 21 heures et 6 heures.
Ce qui veut dire qu'un salarié qui travail 6 jours de 21h00 à 22h00 n'est pas un travailleur de nuit.
* Soit accomplit au moins 270 heures de travail entre 21 heures et 6 heures, pendant une période de 12 mois consécutifs..... Donc plus de 22 heures par semaine.
La majeur partie des dispositions de l'accord s'applique aux travailleurs de nuit donc êtes-vous concernés ????


Que prévoit donc cet accord de 2013 la direction veut mettre en place ?

Le recours au travail de nuit :

  • Assurer l'ouverture au public dans des conditions optimales (ce qui veut dire ouvrir le magasin après 21h00 et jusqu'à …....)

  • Tenir compte des contraintes logistiques liées à la réception (donc le réceptionnaire est concerné ? Aujourd'hui non mais demain...)

  • Assurer la préparation, l'approvisionnement et la présentation marchandise (donc le réassort des rayons pourrait se faire la nuit ?)

  • Réaliser exceptionnellement l'inventaire fiscal (donc l'inventaire se ferait la nuit ?)


Mesures salariales :

  • Travail entre 21h00 et 22h00 et entre 5h00 et 6h00 du matin majoration de 25 % ( soit environ 1,85 € net de plus pour un salarié payé au SMIC)

  • Entre 22h00 et 5h00 majoration de 35 % (soit environ 2,60 € net de plus pour un salarié payé au SMIC)

    Subtilité : si le salarié dépasse son horaire de travail il n'est pas payé au taux supérieur et cela dans la limite d'une demi heure.

    Exemple, un caissière fini normalement son travail à 22h00 elle devrait après 22h00 être majorée à 35 %, et bien ce n'est pas le cas elle continue à percevoir la majoration de 25 % jusqu'à 22h30.

    Cette disposition n'a pour seul but que de faire finir la caissière plus tard mais sans la payer plus.

  • La rémunération majorée pourra être remplacée par une récupération en temps (sous quelle forme et quel mode de calcul ce n'est pas défini dans l'accord, le salarié ne pourra qu'en être lésé)

Subtilité : cela ne concerne que les salariés travaillant à temps complet, le salarié à temps partiel lui ne pourra pas le faire.

Des dispositions pour le travailleur de nuit :
Repos compensateur
Prêt préférentiel
Durée du travail
Surveillance Médicale
Etc....

Celles-ci sont peu de choses en rapport des problèmes occasionnés par le travail de nuit, qui génère beaucoup de problèmes de santé.

Subtilité : rappelez-vous est travailleur de nuit le salarié qui travaille de nuit pendant un temps bien précis.
Attention …........


Concernant les cadres au forfait/jours :

Pour les cadres là encore de multiples dispositions sont prévus dans l'accord mais reste de la poudre aux yeux, comme :

un cadre référent en charge des fermetures pour les établissements de plus de 150 salariés équivalent temps plein, de quoi faire sourire beaucoup de cadres des magasin  car ils sont bien loin du compte.

Cadre de niveau VI : Une prime de 20 € bruts par fermeture dans la limite de 4 fermetures par mois, ce qui veut dire qu'au delà le cadre ne perçoit plus la prime, c'est n'importe quoi !

Car rien ne dit que le cadre ne pourra pas faire plus de 4 fermetures dans le mois de manière exceptionnelle ou non.


Négociation chez Monoprix

publié le 1 mars 2014 à 04:01 par Girault Raymond

Actuellement ont lieu chez Monoprix les négociations annuelle obligatoire, la question des salaires y est donc traitée ainsi que d'autres thèmes d'ordre social ou salarial.
La direction a donné ses propositions, pour la CGT celles-ci sont loin d'être à la hauteur des besoins des salariés.

La CGT propose la signature d'une pétition pour que les salariés montrent leur mécontentement.

Pour avoir accès à la pétition et aux propositions de la direction Monoprix :

                                                                              Je clic ici

Toute la vérité sur l'accord d'intéressement

publié le 21 févr. 2013 à 08:59 par Girault Raymond   [ mis à jour : 21 févr. 2013 à 09:16 ]

La CGT à utilisé sont droit d'opposition concernant le nouvel accord d'intéressement.


Peut elle le faire ?

Oui le code du travail lui donne cette possibilité car elle s'est un syndicat majoritaire qui a obtenu + 50 % des voix aux élections.


Pourquoi a-t-elle utilisé son droit d'opposition ?

Tout simplement car l'accord d’intéressement n'est pas favorable aux salariés et, est inférieur à l'accord précédent.


La direction de Monoprix a-t-elle un autre moyen de mettre en place l'intéressement ?

L'intéressement peut-être mis en place :

  1. Par accord signé avec les organisations syndicales représentatives ;

  2. Au niveau du comité central entreprise (*concernant Monoprix) ;

  3. Par ratification des salariés à la majorité de 2/3 du personnel ;

* La direction a donc d'autres choix possible.


Les salariés de Monoprix vont-ils avoir de l'intéressement cette année ?

Ce choix revient bien sûr à la direction qui peut décider de :


  • Repartir en négociation avec les organisations syndicales pour proposer mieux,

    ou

  • Proposer les mêmes conditions pour l'intéressement au comité central entreprise ou les signataires de l'accord sont majoritaires ;

    ou

  • Proposer aux salariés de Monoprix une ratification par la majorité des 2 tiers.


Est-il trop tard pour négocier l'accord d'intéressement ?

Non il n'est pas trop tard, il suffit simplement de bonne volonté si l'on veut vraiment mettre cet accord en place. La CGT est d'ailleurs toujours prête à s’asseoir à la table des négociations pour de meilleures propositions.


Alors pourquoi cette campagne contre la CGT, d'un coté par les autres syndicats et de l'autre par la direction de Monoprix ?

Nous ne sommes pas dans le monde du « politiquement correct » la CGT en ne signant pas cet accord d'intéressement fait ressortir les lacunes de celui-ci. Les syndicats signataires de l'accord essai de salir l'image de la CGT qui est dans son droit, dans l'espoir de gagner des voix lors des prochaines élections et faire abstraction sur le fait qu'ils auraient dû signer pour mieux. Pour la direction de Monoprix c'est un moyen pour essayer de faire barrage à un syndicat majoritaire qui ne signe pas tous les accords à l'aveuglette.


En conclusion, que peut en dire la CGT ?

Nous dirons que si la direction de Monoprix est si inquiète du sort des salariés, elle peut reprendre la négociation avec de meilleures propositions ou tout simplement verser cette argent dans le cadre des négociations annuelles des salaires qui ont lieu en ce moment.

La CGT utilise son droit d'opposition

publié le 21 févr. 2013 à 08:53 par Girault Raymond

Comme la loi le lui permet puisqu'elle a recueilli plus de 50% des voix lors des dernières élections, la CGT a décidé d'utiliser son droit d'opposition concernant l'accord d'intéressement pour les années 2013, 2014 et 2015.

En effet celle-ci déclare que ses propositions et revendications pourtant en concordances avec les besoins des salariés Monoprix, n'ont pas été prises en compte.
De plus, l'accord porté à la signature ne requière pas l'aval de notre organisation syndicale et; l'opposition porte sur les points suivants :

  • Une baisse du montant trimestriel de la prime de chiffre d'affaires,
  • le maintien des mêmes critères de progression est en contradiction avec la situation économique actuelle et qui semble inatteignable,
  • l'attribution de la prime sur le chiffre d'affaires encarté est modifiée par la suppression du montant fixe pour les magasins faisant l'effort de maintenir un pourcentage identique à l'année précédente avec pour conséquence d'augmenter considérablement le nombre salariés ne pouvant bénéficier de cette prime;
  • la nouvelle "prime" sur les économies d'énergie n'est pas en adéquation avec l’activité et l'intervention des salariés. C'est un domaine sur lequel les salariés Monoprix n'ont aucun moyen de contrôle, ni d'action;
  • la CFE-CGC n'est pas représentative à Monoprix car cette organisation n'a pas obtenu plus de 10% aux dernières élections;
La CGT est naturellement ouverte à toute négociation qui permettrait aux salariés de bénéficier de conditions plus favorable aux salariés et d'un réel accord d'intéressement.

Casino nomme un nouveau PDG chez Monoprix

publié le 1 déc. 2012 à 06:49 par Girault Raymond   [ mis à jour : 1 déc. 2012 à 06:56 ]

Le groupe de distribution Casino a annoncé la nomination de son propre patron à la tête de Monoprix, dont il est en train de finaliser le rachat auprès des Galeries Lafayette.

Le groupe de distribution Casino a annoncé vendredi 30 novembre la nomination de son patron Jean-Charles Naouri à la tête de Monoprix, dont il est en train de finaliser le rachat intégral auprès du groupe Galeries Lafayette.

Jean-Charles Naouri succède comme PDG à Philippe Houzé, dont le départ était attendu depuis la fin juin, cela fait suite à l'opération de rachat pour 1,175 milliard d'euros des 50% qu'il ne détenait pas dans Monoprix.

Le directeur général délégué, Stéphane Maquaire, est confirmé dans ses fonctions, Casino "renouvelant ainsi toute sa confiance dans le management de Monoprix", selon un communiqué.

Attente de l'accord de l'Autorité de la concurrence
L'acquisition par Casino de la participation de 50% détenue par les Galeries Lafayette devrait intervenir en 2013 à l'issue du processus d'examen en cours par l'Autorité de la concurrence

Après des mois de dispute sur la direction et la valorisation de Monoprix, considéré comme une entreprise très rentable pour avoir su conquérir une clientèle fidèle, notamment à Paris et en région parisienne, malgré des prix de vente plus élevés que la moyenne selon les diffusions de la presse, les deux groupes avaient fini par se mettre d'accord sur le rachat des parts de Monoprix.

Les groupes doivent encore obtenir le feu vert de l'autorité de la concurrence, qui avait souligné en janvier la position dominante de Casino, qui détient aussi Franprix et Leader Price, à Paris.

La CGT regarde avec une attention toute particulière le déroulement de cette opération, puisque pour notre syndicat l’intérêt des salariés passe avant tout, que ce soit pour préserver les acquis, mais aussi l'emploi et tout se qui touche aux conditions de travail des salariés etc.

Nous vous informerons des suites quand nous aurons plus d'informations.


Comité Central Entreprise Monoprix : l'alliance des minoritaires

publié le 11 nov. 2012 à 09:00 par Girault Raymond   [ mis à jour : 11 nov. 2012 à 09:14 ]

Bien que la CGT ait obtenu des résultats majoritaires aux élections en terme de représentativité syndicale ainsi qu'à l'élection du comité central entreprise, les autre organisations syndicales ont fait alliance pour prendre les postes clef au sein du comité central entreprise.
Ainsi le secrétariat du comité sera détenu par la CFDT qui pourtant n' obtenu que 26% des voix en termes de représentativité syndicale dans l'entreprise, ceci avec le soutient des syndicats FO et CGC.

Au dela de toute polémique sur ce sujet, les élus CGT aux comités central entreprise entendent mener leur action pour l'intérêt et la défense des salariés Monoprix.
Nous espérons que ces syndicats minoritaires dans l'entreprise fort de leurs postes stratégiques au sein du comité ne feront pas défaut dans l'action dans les grands événements, qui peuvent arriver dans l'avenir et impacter les acquis ou l'emploi des salariés travaillant dans l'entreprise.

1-10 of 33