2 branche de Pisani

 
ndlr Pisani n'est pas une coquille, mais l'orthographe originale de Dangibeaud, 
comme dans les parchemins, à la française et non à l'anglaise ( comme Pisany qui prévaudra)

  • début de la branche des Rabaine Pisany avec  04 Hélie I (ou Ellie) de Rabaine branche de Pisani, = 03.1° , valet (1270), puis chevalier (1273 : Rymer, Acta), seigneur de Pisani (anciens textes) ou Pisany, La Faye, plénipotentiaire du roi de France en 1276 ; &1° Agnès, dame de Nieul, de Saint-Georges des Coteaux ; &2 N. (Houppais ou Houppays) de La Lande ; &3 Hispania de Bourg 
  • fin de branche Rabaine Pisany : 08 VIII) Jeanne, dite la quenouille, , mariée trois fois, qui mourut au début du XVIè (décembre 1603) sans autres enfants que des bâtards, après avoir vendu le château de Pisany


  • continuation du nom avec la branche de Gémozac et Usson : Guillon  = 6. 2°, fils puiné de  6 Geoffroy IV & Fenote de Saint-Astier, et frère de Jean I, chevalier de l’Etoile et du Porc Epic






C'est une photo que j'ai prise du château ancestral des Rabaine, le berceau des Rabaine Pisani.  Le  vieux Pisany est sorti de la maison de Rabaine et a été vendu vers  1500 et les Rabaine ont émigré au château d'Usson pour être "catholifié "car le fils de son constructeur, Jean V des Rabaine Usson, était un capitaine huguenot de Condé et d'Henri IV.   Pisany  lui est resté tel quel depuis le moyen âge et n'a pas été découpé en rondelles pour être rebâti plus loin comme Usson. Il a été  est magnifiquement restauré par ses propriétaires actuels.  

Pisany
 est une austère et rugueuse  citadelle moyenâgeuse aux portes de P
ons.  Je l'ai visitée en 2998 avec les regrettés Jacques Boinard et Jean Glenisson, qui  disait que c'était une architecture militaire typique rare et très pure de l'époque.  Si on voulait comparer les châteaux d'Usson et celui de  Pisany , Usson est souvent cité comme  la perle de la Saintonge, avec son style italien de la Renaissance; par contre l'aspect peu engageant  du médiéval  Pisany ferait penser plutôt à une huître. La  Saintonge est réputée pour ses huîtres certes non perlières mais très convenables quand même, comme disait le  Walrus !  Sa reconversion en hôtel restaurant  est donc logique !
 
Vu des douves asséchées, cet austère château-fort médiéval, petit mais costaud,     est  d'un aspect assez perpendiculaire nettement  moins engageant  que  le château d'Usson    avec son   architecture typique de la Renaissance, décoré à l'italienne avec une ribambelle de statuettes, de clochetons  et de colonnades. A Pisany, c'était  du sérieux ... Qu'ils z'y viennent ,  . ils = ceux qui viennent par la mer  (on appelait aussi " mer" la Gironde,  dans les Usances de Saintonge du Présidial de Saintes) . On a mis longtemps à bouter l'Anglois, ma chère Jeanne,  lesquels nous ont aidé à bouter Napoléon, puis plus tard se sont rattrappés en nous aidant à bouter l'allemand par trois fois, mon cher Charles. Maintenant tous sont européennement invités à visiter nos châteaux et déguster nos huîtres,  Donc attention avec les châteaux charentais de la maison de Rabaine : ils se suivent et ne se ressemblent pas !  JPB


hommage à Jacques Boinard 
  en  templier du XIV ème !
précisons que aucun Rabaine Pisani ni autre Rabaine ne s'est croisé et n'a eu affaire aux tetempliers, de près ou de loin !
Toute mention de leur nom, ou de leur blason, sur un quelconque diplôme  de templier est  donc ...
heu.. comment dire  la chose 
enfin ...c'est vous qui voyez !

C'est le gardien du château en réfection qu'il m'a fait visiter en 2008 (c'est ma première  et seule visite ! ). Grâce à lui et aux propriétaires actuels qui font une belle rénovation, le vieux  château médiéval  de mes ancêtres a gardé toute  sa mémoire  ... et ses pierres.  En effet il n'a pas été tronçonné et transplanté comme le vieil Usson. Disons qu'il est moins délirant de rencontrer un templier dans un château médiéval  du XIV ème   que dans un château de la Renaissance (comme on le propose sans vergogne aux plus nombreux   visiteurs du château des Eygreteaux. (ex Usson) .. Ils se flattent de 50 000 visiteuyrs par an dans le plus visité des châteaux de Charente .... Je n'ai aucune nostalgie personnelle du temps révolu des templiers, mais c'est juste une question d'intelligence historique. Mortecouilles ! 
J'en profite pour remercier ici une mémoire de la Saintonge qui m'a communiqué de nombreux documents (cf ses blasons pieusement recopiés à la main dans un diaporama dont je dois refaire tous les liens car ils pointent sur l'ancien site maison de Rabaine ).
JPB 



Château de Pisany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Château de Pisany
Château de Pisany

Les jardins du château
Présentation
Période ou style


Début constructionXIIe siècle
Fin constructionXVIIe siècle
Géographie
PaysFrance France
Région historiqueSaintonge
Subdivision administrativePoitou-Charentes
Subdivision administrativeCharente-Maritime
CommunePisany
modifier Consultez la  documentation du modèle

Le château de Pisany est une ancienne forteresse médiévale. Situé un peu en retrait de la place des Halles, il est l'un des principaux monuments de la commune de Pisany, en Charente-Maritime.

Historique

Dès 1270, des chartes mentionnent le nom d'Hélie Rabaine, seigneur de Pisany. Probablement élevé un siècle plus tôt à l'emplacement d'une ancienne motte féodale, le château-fort de Pisany est durant plusieurs siècles une place stratégique contrôlée par la famille de Rabaine. Au XVe siècle, elle devient la propriété du président du parlement de Bordeaux Arnauld de Tourettes, frère de l'abbé de Sablonceaux Guy de Tourettes. Celui-ci entame une campagne de travaux visant à moderniser l'ancienne forteresse médiévale.

À sa mort, il lègue la propriété à son neveu Arthus de Vivonne. De l'union de ce dernier avec Catherine de Brémond naît vers 1530 Jean de Vivonne, appelé à devenir plus tard marquis de Pisany (1586), sénéchal de Saintonge, ambassadeur de France à Madrid puis à Rome, chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et maréchal de France. En marge de sa carrière politique et diplomatique, il fait fortifier le bourg et modernise le château.

Sa fille Catherine de Rambouillet et sa petite-fille Julie d'Angennes, duchesse de Montausier sont des femmes de lettre influentes au XVIIe siècle.

Au siècle suivant, le château est vendu à plusieurs reprises, d'abord à Charles-Auguste Bessier, conseiller du Roi (1737) puis à Jean-Charles de Senecterre (1748). Le château, peu entretenu, est endommagé par la tempête de 1784, puis de nouveau durant la période révolutionnaire. Vendu comme bien national, il est alors partiellement ruiné.

Architecture 

Le château est formé d'un corps de bâtiment épaulé de contreforts. Percé de hautes fenêtres à meneaux, il semble dater du XVe siècle. Une aile perpendiculaire au corps de logis témoigne d'une reconstruction partielle au XVIIe siècle. Il ne subsiste rien de l'ancienne chapelle Sainte-Barbe, relevée en 1657 par Julie d'Angennes après avoir été détruite une première fois durant les guerres de religion.

Le bâtiment est précédé de vestiges du mur d'enceinte et du pavillon d'entrée, autrefois équipé d'un pont-levis. Bien que très remanié au XIXe siècle, le château reste le témoin de l'architecture militaire féodale.

références 

Liste des sous-pages de la branche de Pisani




Sous-pages (10) : 04 Hélie I (ou Ellie) de Rabaine branche de Pisani, valet (1270), puis chevalier (1273 : Rymer, Acta), seigneur de Pisani (anciens textes) ou Pisany, La Faye, plénipotentiaire du roi de France en 1276 ; &1° Agnès, dame de Nieul, de Saint-Georges des Coteaux ; &2 N. (Houppais ou Houppays) de La Lande ; &3 Hispania de Bourg 05 Almode de Montausier & 1316 5.Geoffroy III de Rabaine 05 Geoffroy III de Rabaine, seigneur de Pisany, Rabaine en Pons, Gemozac, Montausier en partie ( ?-1353) ; &1316 Almode de Montausier 06 Geoffroy IV de Rabaine, damoiseau (1363, Pièce VII ; 1364, Pièce VIII), puis chevalier (1373, Pièce IX), capitaine général de Périgord et de Quercy (Pièce XI), seigneur de la bastille, terre et seigneurie de Pisany (Pisani ou Pissani dans les chartes), Brassau, Varsay, Gemozac, Montréal, Rabaine, Jazenne, Rioux, Faye, La Ramade, Pessines, La Martinière ( ?-1416) & Fenote de Saint-Astier (Sainct Astier) 07 Jean I de Rabaine chevalier de l’Etoile et du Porc-Epic, écuyer de l’écurie du roi, seigneur de Pisany ; &1° Jeanne Maignenne, dite d’Hiers ; &2° Jeanne (Jehanne) de Mambier 08 Jeanne ou Jehanne de Rabaine, dame de Pisany &1° Pierre de Montalembert, huissier d’armes du roi &2° Nicolas Calf, chambellan du roi, seigneur de Cheusses et La Salle &3° Loubat de Meritain 08 Pierre de Montalembert &1° Jeanne de Rabaine 09 Pierre de Montalembert 1500 3 decembre : vente de Pisany à Arnaud de Tourettes par François de Pons et Marguerite de Coëtivy 1500 3 dec : procès entre les sgr et dame de Pons, et Jehan de Rabaine, sgr d’Usson, pour la vente de Pisany 8 pages non traduites
Comments