SIGEAN - Le Château du Lac du XIIe au XVIIIe siècle


Une seconde édition à dévorer !
Edition disponible sur AMAZON téléchargement format KINDLE 

Au bord des étangs de Bages et Sigean, à quelques kilomètres au sud de Narbonne, touchant presque au rivage de la Méditerranée, le château du Lac dort aux pieds des Corbières. Si au cours des siècles il est maintes fois sauvé de l'oubli et de la destruction, le manoir des ducs de Sabran, autrefois reflet de beauté et d'harmonie n'est aujourd'hui qu'un triste vestige du passé. Il règne dans ces ruines une étrange atmosphère comme si les personnages tourmentés qui firent sa gloire et son malheur souhaitaient encore habiter leur vieille demeure... 


Le Lac n'est pas l’œuvre d'un seul, de nombreuses personnalités souvent brillantes liées à notre histoire régionale dominent son destin. Ses hôtes sont des familles de première importance. Citons à titre d'exemple les Sabran-Pontevès, les Monteil, les Lareinty-Tholozan... Dans cet ouvrage l'auteur nous fait partager ces tranches de vie qui se croisent et s'entremêlent, permettant ainsi au lecteur d'imaginer l'existence de ces aristocrates. Après avoir traversé la Monarchie absolue, l'Empire et les Républiques, le château du Lac était au début du XXème siècle l'un des fleurons du littoral audois. Hélas, un jour sombre de 1941 tout allait basculer...




l
 





           
L'origine du Lac reste de nos jours encore incertaine. Selon plusieurs historiens, le Lac pourrait être une villa gallo-romaine qui aurait pris son nom de l'antique Lacus Rubresus ou Rubrensis, appelé le lac rouge en raison de la couleur rougeâtre des ses eaux due aux flots boueux de l'Aude en temps de crue. Cette vaste étendue d'eau qui ne communiquait à la mer que par une étroite ouverture s'assécha progressivement du fait des apports alluvionnaires de l'Aude, donnant naissance aux étangs. Il est probable qu'un personnage important, séduit par le charme bucolique du lieu décida de s'y installer.         


 
                                                                                                                                   Du Lac
                        
 


 Le Lac est le nom féodal d'une famille considérable qui, divisée en plusieurs, branches donne des familiers aux comtes de Toulouse et aux vicomtes de Narbonne, des chevaliers qui sont parmi les premiers du Narbonnais, des légistes, des avocats qui prennent part durant de longues années à l'administration de la ville de Narbonne et aux plus importantes affaires du pays. Bérenger et Raymond du Lac sont les premiers seigneurs de cette maison dont on trouve trace dans les anciennes chartes. Nous savons qu'en 1114 la seigneurie du Lac appartient déjà à la vicomté de Narbonne, pour preuve l'engagement  passé entre le vicomte de Narbonne Aymeric II et l'abbaye de Lagrasse. Le 6 septembre 1445, le comte Gaston de Foix achète la Vicomté de Narbonne aux derniers survivants de l'ancienne famille vicomtale, la transmet à son fils qui l'offre à son oncle le Roi Louis XII en échange du duché de Nemours, le 19 novembre 1507. Après la réunion de la vicomté à la Couronne, de nombreuses familles de la noblesse mais aussi de la bourgeoisie narbonnaise vont rivaliser d'empressement pour obtenir du Roi, un château, des terres ou des titres nobiliaires. Le château du Lac sera aliéné à titre d'engagement à Messire de Narbonne peu avant 1523. Vers l'année 1557, il passe ensuite à Bernard de Narbonne-Lomagne.  Plus tard Guillaume de Montredon déjà en possession du château de Mattes près de Portel aurait acquis la seigneurie du Lac. 

 
         Montredon
                                                                                     
Les Montredon vont s'installer au château de Mattes situé près de Portel des Corbières. Afin d'accroître leurs richesses, les archevêques de Narbonne détenteurs de la seigneurie de Sigean vont user de leur influence politique considérable pour que le Lac devienne un lieu d'étape pour les troupes employées à la conquête du Roussillon. Le Lac sera très vite ruiné obligeant les habitants à se réfugier dans les seigneuries voisines de Portel et Sigean. Après 1653, Melchior de Montredon quitte le château de Mattes. Avant de mourir, il lègue le Lac et Mattes à son cousin par alliance Jacques del Rieu seigneur de Villefalse. Son fils prénommé lui aussi Jacques,  hérite des biens de son père et se sépare du château de Mattes vers 1657 qu'il vend à Raymond Pierre de Pompadour, fils de Pierre, seigneur de Villesèque. 

Jacques del Rieu prend le titre de baron du Lac et de Villefalse. Il devient Conseiller du Roi à la Cour des Comptes Aides et Finances de Montpellier. Il épouse en 1683 Marie Faure de la Farge. De cette union naît une fille qui choisit de rentrer au couvent. Privé de descendance mâle il vend ses seigneuries du Lac et de Villefalse à son neveu par alliance Balthazar Aymar de Monteil, originaire du Vivarais. Ce lien de parenté va faciliter les futures acquisitions de Monsieur de Monteil et son installation dans le Narbonnais. 


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Del Rieu
                                                                                                                                                                                 
                                                                                                         
                                                                                                                                                                                     

La Maison de Monteil est originaire du Dauphiné. Quelques auteurs prétendent que cette maison descend de l'ancienne et illustre famille d'Adhémar de Monteil, évêque du Puy. En Provence, les Castellane d'Adhémar de Monteil d'Ornano de Grignan, donne un époux à la fille de la célèbre femme de lettres, la marquise de Sévigné, ainsi qu'un évêque du diocèse de Carcassonne, Louis Joseph de Grignan 1681-1722. Balthazar Aymar de Monteil, baron du Lac et Villefalse, seigneur de Mattes, Montpezat et Roquefort, au diocèse de Narbonne, fait une brillante carrière militaire. Le 4 novembre 1715 il épouse Marie Françoise Faure de La Farge qui lui donne quatre fils et une fille. A la mort de Balthazar Aymar, son fils aîné Charles François Just de Monteil hérite des biens paternels. Comme lui, il fait une brillante carrière militaire mais aussi diplomatique grâce à son ami de toujours le Cardinal de Bernis. Le 22 février 1762 il épouse Charlotte de Malon de Bercy, issue de la noblesse de robe. Vers 1777 il est nommé par le Roi ministre plénipotentiaire auprès de la République de Gênes. Fin 1791, le gouvernement révolutionnaire le remplace par le marquis Charles Louis de Sémonville, un proche de Mirabeau. A sa mort en 1794, son dernier frère François Louis Aymar de Monteil devient le nouveau seigneur du Lac.


 
                                                                                                                         Monteil


La venue de Monsieur de Monteil au château du Lac est assez rare. Sa haute position dans la marine du Roi de France l'éloigne de ses terres. En 1781 ce grand navigateur assiste l'amiral espagnol Galvez lors de la bataille de Pensacola (Floride). Elle oppose l'armée espagnole alors en campagne aux côtés de la France pour la libération des Etats Unis d'Amérique à l'armée britannique pour le contrôle de la Floride. François Louis remporte une éclatante victoire. L'histoire a retenu que le Chevalier de Monteil est un héros. En récompense de ses loyaux services Sa Majesté le Roi d'Espagne lui offre officiellement son portrait rehaussé de diamants. Le 20 octobre 1784,  Monsieur de Monteil épouse Anne Thérèse de Sabran, fille du marquis Jules César de Sabran. De cette union naît un fils que l'on prénomme Maurice. François Louis profite très peu des joies de sa récente paternité et s'éteint trois années plus tard. Son fils Maurice hérite naturellement des biens de son père. Sa mère devient sa tutrice et va gérer l'ensemble de son patrimoine. La révolution ne va laisser que peu de répit à la jeune veuve qui doit fuir en Espagne avec son  fils unique pour éviter l'échafaud...



SIGEAN LE CHATEAU DU LAC DU  XIXe AU XXe siècle





Déclarés émigrés La baronne de Monteil et son jeune fils Maurice prennent les chemins de l'exil. Leurs biens sont alors saisis. Fort heureusement le Directoire départemental de l'Aude a attribué en 1798 l'intégralité du patrimoine du dernier seigneur du Lac aux Hospices de Narbonne. Les terres échappent ainsi à la vente et à la dispersion. En 1801, les Monteil vont bénéficier des premières mesures d'apaisement établies par le Consulat et sont rayés de la liste des émigrés. Madame de Monteil ne revient pas en France comme héritière des seigneurs du Lac, mais comme simple particulière, bien décidée à récupérer avec son fils la totalité de ses domaines. Hélas, Maurice est tué lors d'un duel. Au fil des années la conjoncture politique devint plus favorable. La baronne s'engagea alors dans une bataille juridique qui  dura plus de vingt années. gagnant procès sur procès, rétablissant ses droits sur l'ensemble de ses propriétés. Plus tard après avoir légué ses biens au fils adoptif de son frère, elle se retira dans la résidence de son héritier à Marseille où elle disparut à l'âge de 88 ans.

 Saint Ezéar et Sainte Delphine de Sabran
         
Le 22 janvier 1847, Marc Edouard de Sabran-Pontevès, neveu de La baronne de Monteil reçoit le titre de duc et va faire du Lac une de ses résidences principales, signalant fréquemment sa présence au château. Le 12 février 1833, il épouse Régine de Choiseul-Praslin qui lui donne 6 enfants. Elle ne profita guère de sa belle famille et décéda à Narbonne en 1855 à l'âge de 
44 ans. Le duc ne se remit jamais de cette cruelle disparition et se consacra à l'éducation de ses 4 filles et de ses 2 fils. Il continua le développement de ses domaines du Lac et de Mattes et ne s'éloigna plus de son château. Il fut qualifié par la population locale de bon duc. Il décéda au Lac en 1878.
 
 
Les étangs de Bages et Sigean -Musée de Sigean-
 
Son fils Ezéar de Sabran-Pontevès était aussi lié au Lac que son père. Fervent royaliste, il devint lieutenant du régiment des zouaves pontificaux et défendit l'Etat Pontifical menacé par la réalisation de l'unité Italienne. Il fut élu conseiller général du canton de Sigean et durant ses nombreux mandats, il sut toujours tout en combattant le régime républicain, donner l'exemple de l'observation de la loi. Il consacra une partie de sa vie à la peinture et se spécialisa dans la peinture lagunaire du sud de la France. Il devint un des rares ambassadeurs des sites du Narbonnais. Sa peinture reçut d'excellentes critiques notamment au Salon de 1879 et 1870. En 1863 il épousa Marie-Julie d'Albert de Luynes  qui mourut en couche à l'âge de 24 ans. Il ne se remaria que 16 ans après et se consacra exclusivement à l'éducation de sa fille unique Louise Delphine. Le 16 juin 1881 le duc Elzéar de Sabran pris pour seconde épouse la comtesse de Kalnoky, soeur du ministre des affaires étrangères de l'Empereur d'Autriche-Hongrie. Le 11 mai 1882 naquit un fils. Malheureusement le petit marquis ne vécut que quelques années et s'éteignit à Vienne le 13 février 1885. Privé de descendance mâle le duc Elzéar passa le restant de sa vie entre la France et l'Empire Austro-Hongrois. Il décéda le 6 avril 1894 dans son château de Komorn-Csieso en Hongrie.




Le duc de Sabran-Pontevès laissa pour unique héritière sa fille Louise Delphine devenue par son mariage marquise de Lareinty-Tholozan. Le duc de sabran-pontevès eut espérer pour sa fille un meilleur parti. Néanmoins il finit par céder aux désirs de Louise et autorisa ce mariage d'amour dont certains tirèrent de fâcheux augures pour les futurs conjoints. L'héritage de Louise lui venant principalement de son père était considérable et elle devint une des plus grandes fortunes de France. Son beau père le célèbre baron de Baillardel de Lareinty, sénateur et ami personnel du comte de Chambord offrit au jeune couple le château du Pont-Piétin (Loire-Atlantique), un lieu digne de leur rang.

Le marquis Jules de Lareinty-Tholozan
                  Archives du Sénat  
Les nouveaux mariés portaient un vif intérêt à la vie mondaine qu'offrait la capitale. Ils résidaient à Paris la plus grande partie de l'année dans leur hôtel de Luynes situé sur le vieux Boulevard St Germain ainsi qu'au château du Lac qu'ils appréciaient tout particulièrement. Louise eut 5 enfants de cette première union. Après un cour passage à la chambre des députés, Jules de Lareinty se retira de la vie politique en 1893. Il se consacra exclusivement à sa vie très mondaine et fut autorisé à relever le nom de Tholozan suite au décès de son oncle Ernest, dernier marquis de Tholozan. Jules fut terrassé  par un infection et fut enlevé à sa famille à l'age de 48 ans. Un conseil de famille fut constitué pour veiller aux intérêts  des enfants. Après quatre années de veuvage, la marquise de Lareinty décida d'épouser Joseph Horschel,  le précepteur allemand de ses enfants et ce malgré une forte opposition de sa proche famille. En janvier 1909 elle mit au monde une fille que l'on baptisa Louise Blanche. Les enfants Lareinty étaient très préoccupés par cette naissance d'autant plus que leur mère avait rédigé un testament ainsi qu'un acte de donation mettant définitivement à l'abri son mari et sa petite Louise. En 1914 La marquise de Lareinty, devenue  marquise d'Horschel de Vallefond par décision du Saint Siège fut frappée par une crise cardiaque et décéda au château du Lac entourée de son mari et de sa fille qui n'avait que 5 ans.
La succession ne fut pas facile à régler du fait de l'animosité et de nombreux conflits d’intérêts qui existaient entre les enfants Lareinty et le marquis d'Horschel. De Plus la guerre qui s'éternisait n’arrangeait rien. Ce n'est qu'en 1918 qu'un juge fut nommé et décida de la licitation judiciaire de la succession. Plusieurs lots furent constitués. Le château du Lac fut attribué à Foulques de Lareinty-Tholozan, le cinquième enfant du marquis et de la marquise de Lareinty-Tholozan.


Durant la première guerre mondiale, le comte Foulques de Lareinty-Tholozan et ses frères Jules et Honoré  s'illustrèrent dans de nombreuses batailles. En 1915 Foulques s'engagea dans l'aviation à titre volontaire et donna un bel exemple de valeur morale. Il devint par la suite adjoint au commandant Milan Ratislav Stéfanick à l'origine de la création de l’État Tchécoslovaque. Après de nombreuses et périlleuses missions,  il partit  pour Saint-Petersbourg où il fit la connaissance de la princesse Zénaïde Pavlovna Demidoff fille du prince Paul Alexandrovitch Demidoff et de la princesse Olga née Cheremeteff. Le mariage fut précipité et eut lieu à Kiev en 1917, en pleine révolution russe. Le jeune couple regagna ensuite Paris. Le comte et la comtesse ne s'installèrent durablement au château du lac qu'à partir de 1925. Le domaine était immense et s'étendait sur plus de 760 hectares.  l'harmonieux manoir des Sabran idéalement situé entre les étangs et les belles garrigues des Corbières était un terrain de jeu idéal pour les enfants du comte. La comtesse appréciait les plages sauvages de la petite station balnéaire de Port-La-Nouvelle mais elle regretta bien vite les fastes de la Cour impériale et les soirées courues par le Tout Paris. Grâce à la notoriété du son nom qui dépassait le cadre régional, la comtesse eut l'idée de faire du Lac un lieu incontournable pour les artistes et élabora avec eux de somptueuses fêtes. Tout le gotha  et la bohème cosmopolite des années 1920 défila au château. Le comte était un homme d'allure sportive, grand et véritablement séduisant. Les trais fins et délicats de la comtesse, sa silhouette élancée étaient représentatif de l'élégance des femmes de son époque. Le comte et la comtesse choisirent une destinée hasardeuse faite de rencontres d'un soir, se souciant peur du quotidien qui allait très vite les rattraper. Pour le comte et la comtesse il était impensable d'abandonner ce mode de vie qu'ils avaient toujours connu. 

Le prince Félix Youssoupoff


De nombreux aristocrates russes furent invités au château et le plus célèbre d'entre eux fut sans nul doute le prince Félix Youssoupov, un lointain cousin de la comtesse. Considéré par ses compatriotes comme étant l'un des plus bel homme de l'Empire, le Tout Paris des années folles se l'arrachait. En 1927, poussé par la comtesse, Foulques de Lareinty demanda à être reçu par le prince. Félix Youssoupoff qui n'était pas insensible à la beauté masculine vit arriver chez lui un bel officier qui prétendait être son cousin. Amusé par cette heureuse rencontre, le prince vouera une profonde amitié à son élégant cousin. Cependant Les deux hommes ne partageaient pas les mêmes convictions politiques et leurs échanges furent parfois houleux.


La fin des années 1920 et le début des années 1930 ne laissaient rien présager de bon pour le comte et la comtesse. Une succession d’évènements tragiques se succédèrent laminant peu à peu les finances du couple.  Après le Krach boursier de Wall Street de 1929, la crise financière s’abattit  également sur la France et fut suivie d'une récession qui s'aggrava au fil des années, conduisant le pays vers une grave dépression. La viticulture fut très durement touchée à cause d'une surproduction endémique . Le château du Lac qui tirait ses principaux revenus de la vente du vin ne fut pas épargné. Le comte vit ses revenus baisser de plus de 50%.
En 1936 le Front Populaire et les accords de Matignon précipitèrent le déclin financier de la famille Lareinty-Tholozan. Alors que dans les autres pays la crise semblait fortement s’atténuer, la France s'enlisait également dans l'instabilité politique.

 Après son divorce en 1937, le comte fut confronté à la dure réalité du changement social mais aussi aux chiffres qui n'étaient pas moins rassurants. Il fallait se rendre à l'évidence, il n'était plus en mesure d'entretenir son château. Il fut contraint de morceler son domaine en le vendant pièce par pièce. Ces mesures d'urgence comblèrent dans un premier temps une partie de ses créances. Ce fut la seconde Guerre Mondiale qui précipita sa chute. En 1941 accablé de dettes le comte avait vendu la majorité de ses terres. Il eut la folle idée de faire démonter son château et de brader tout ce qui pouvait être récupéré. Portes, fenêtres, cheminées, boiseries, tout fut liquidé même les ornements de la chapelle.. Le comte conserva les deux pavillons pour lui et ses enfants. Le beau Manoir n'était plus qu'une triste ruine.                                                                                 
                                                                                                                                                                                                                        Les ruines du château


Durant la difficile période de l'occupation le comte commis l'erreur de mal choisir son camp. Foulques de Lareinty-Tholozan avait été adopté par le deuxième mari de sa belle mère, le prince Kotchoubey. Certains prétendent que le comte pouvait faire valoir ses droits sur l’Ukraine et qu'il pensait pouvoir récupérer les immenses domaines de son père adoptif, si l'Allemagne venait à gagner la guerre. En 1944 alors qu'il résidait au Lac avec sa deuxième épouse, le comte fut arrêté par la résistance et fut traduit devant la cour martiale de Narbonne. Les accusations portées contre lui étaient graves. Il fut exécuté à Narbonne en septembre 1944. 

Aujourd'hui les ruines du château trônent majestueusement au milieu des vignes comme les vestiges d'un douloureux passé que l'on souhaiterait effacer. Les seigneurs du Lac sont tombés dans l'oubli, laissant place à de grandes familles dont la noblesse ne fut pas un rempart contre cette sombre destinée.



L'origine d'Aristide Briand

                                                                                          
                 
Aristide Briand était il le fils naturel du baron clément Gustave de Baillardel  de Lareinty ? 
Toutes les suppositions sont ouvertes et rien aujourd'hui n'a été définitivement élucidé... Marie Magdeleine Boucheau était la fille d'un vigneron. Elle était la cadette de cinq enfants. Cette belle jeune fille rencontra un jour Guillaume Briand  le fils d'un meunier. Guillaume était un fort bel homme, une barbe brune taillée à la Gambetta qui le faisait reconnaître de loin par  tout le vieux Nantes qu'il égayait des bruits de ses nombreuses aventures. Il était devenu fameux par ses bombances et les plaisirs qu'il prenait devant une table bien servie. Tout était prétexte à d'extravagants paris gastronomiques qu'il remportait la plupart du temps. Marie Magdeleine était quant à elle lingère au château du baron de Lareinty. la première règle que la jeune fille imposa à son futur mari fut de devenir sérieux. Le 28 mars 1862 naquit un fils que l'on prénomma Aristide.  Bien plus tard quand la célébrité commencera à s'attacher à Aristide Briand, une explication romanesque de son génie et de l’extrême finesse de ses mains va circuler dans les milieux aristocratiques. On fera de lui, un allié par le sang des Lareiny-Tholozan. Quand on compare le portrait de Jules de Lareinty-Tholozan avec celui d'Aristide Briand ,on est d'emblée frappé par autant de ressemblance : des doigts effilés et longs, un nez long et émacié, les yeux bleus, le front large et bombé. Mais au delà des ressemblances physiques, ce sont les liens étroits que noua  Aristide Briand avec la famille de Lareinty-Tholozan qui peuvent à plus d'un titre paraître des plus énigmatiques. Sa venue au château du Lac, son portrait dans la galerie  du château et celui dans  la chambre d'Alyette de Lareinty-Tholozan laisse supposer qu'Aristide Briand pourrait bien être le fils de monsieur le baron... 




Les trésors retrouvés

Blain - LA Grange Neuve - Le Castélas -


La porte orientale du château du Castélas
Le 2 mai 1892 la marquise de Lareinty-Tholozan fit  l’acquisition du château de la Groulais à Blain. L'ancienne demeure des Rohan fut longtemps convoitée par son beau-père le Baron de Baillardel de Lareinty. Louise de Lareinty-Tholozan était passionnée par les fouilles. Dès 1897, elle engagea d'importants travaux pour la restauration du château. A cette occasion de nombreux objets de grande valeur furent mis à jour. C'est alors que vont commencer les recherches pour découvrir le trésor des Rohan. Le 30 septembre 1905, un coffre renfermant plus de trois mille pièces  d'argent est retrouvé dans les fondations... 
 
 
Le Cardinal de Rohan-Soubise
                                                                                                                                       
  La marquise souhaitait également entreprendre des fouilles sur le site des ruines du château du Castélas situé sur la commune de Portel des Corbières. En observant ses ruines on reconnaît la main des Visigoths à l'origine de la construction. Ce vaste édifice  présente les soubassements d'une vaste enceinte qui a plus de 400 mètres de pourtour. Au nord-est la porte a été miraculeusement épargnée mais pour combien de temps ? Au point culminant se dressait la tour où il ne reste aujourd'hui que la citerne éventrée. La marquise demanda une étude des lieux, persuadée de la présence d'un fabuleux trésor enfoui depuis des siècles. Le destin en décida autrement puisqu'elle disparut en 1914. Le chantier ne vit jamais le jour laissant toujours planer le doute et le mystère.


              Le château de la Groulaie (blain 44)

La marquise transmit sa passion à son fils le comte Foulques de Lareinty-Tholozan. Le comte adhéra très tôt à la Commission Archéologique de Narbonne et put accéder à des travaux et informations non communiqués à ce Jour. D'importantes fouilles vont débuter quelques années après son installation au château du Lac. En 1929 lors d'un défoncement au lieu dit La Grange Neuve plusieurs sépultures sont dégagées. A l'intérieur des cercueils des objets en or et en argent sont recueillis. Si ces premières fouilles furent déclarées, d'autres moins officielles allaient se poursuivre laissant planer des zones d'ombre quant à  la découverte d'un trésor...





 
   




L'âme romantique du Lac : Louise de Sabran-Pontvevès

La deuxième fille du duc Marc-Edouard de Sabran-Pontevès fut prénommée Louise Gabrielle Laure Victorine et vit le jour le 2 juin 1835 à Paris. Cet enfant de santé assez fragile trouva sa voie dans piété. Fervente catholique comme son père, elle fut portée par la vague romantique qui mit l'accent sur la personne et incitait à une relation avec Dieu. Louise ne souhaitait pas connaitre la célébrité et fuyait par-dessus tout les mondanités qui devenaient pour elle insupportables.  Cet enfant réservé demeura protégée au sein de la forteresse familiale. elle s'exprimait peu. Sa pudeur et son maque d'affection la poussa à se réfugier dans la prière et la contemplation. Louise souffrit de cette éducation ou les sentiments étaient refoulés. Elle écrivait dans son journal : "Je passais des jours entiers à épier un regard de ma mère, à pleurer dans l'attente d'une caresse"....C'est au château du Lac qu'elle trouva son refuge. Tout l'amour qu'elle n'avait ni reçu, ni pu donner en retour, c'est le Lac, ce lieu enchanteur propice au recueillement et à la méditation qui allait le lui procurer. Louise de Sabran-Pontevès entretenait une correspondance avec l’évêque de Carcassonne Monseigneur François de la Bouillerie. Elle se plaisait à lui faire part de ses impressions chrétiennes à la vue d'objets du monde extérieur qu'ils soient visibles ou invisibles. Monseigneur de La Bouillerie encourageait sa pieuse correspondante à chercher en toutes choses les harmonies que Dieu a mises entre le visible et l'invisible. En développant de manière extraordinaire  sa sensibilité imaginative, Louise put contempler l'infini au sein de la nature. Au château du Lac la nature lui apparaissait comme un vaste monastère, d'un côté les montagnes, de l'autre les flots de mer aventurés jusqu'au pied des murailles, par un de ses beaux lacs qu'elle isole au-delà des plages ; de toute part la grande végétation et les grands horizons  formaient la clôture de ce monastère.

                                                                                                Mgr. de la Bouillerie

Son père le duc Marc Édouard était aussi pieux que sa fille. Il décida de la construction d'une chapelle au sein du château. Louise écrivait à se sujet : "J'aime tant la chapelle où je possède jour et nuit le bien aimé de mon 
cœur...Je voudrais pouvoir rester toujours ici". La ligne romantique adoptée par Louise de Sabran et son père apparaît bien comme le refus de passer d'un siècle à l'autre. Ils se nourrissent des thèmes de la solitude et de la difficulté d'être. Comme aujourd'hui, le règne de l'argent, la perte des valeurs traditionnelles, le désir de paraître, de consommer , la vanité sociale, les rendent de plus en plus hostiles à un individualisme moderne, héritage de la révolution. Au château du Lac, entourés par cette nature inviolée, ils puiseront un nouveau sens à leur vie et trouveront la sérénité recherchée en vain dans cette société égoïste qu'ils qualifiaient de décadente.  



 
                                                                                                                                                                                                                   



tout droit de reproduction ou d'adaptation sous quelque forme que ce soit, réservé pour tous pays copyright   ©jean-pierre Géa 2013

mon compteur