Shorinji Kempo‎ > ‎

Chinkon

Le chinkon est la cérémonie pratiquée généralement en fin de cours. Celle-ci commence par la récitation des textes repris ci-dessous, énonçant les principes essentiels de la philosophie du Shorinji Kempo, suivi de quelques minutes de méditation assise, ou zazen.


Maximes


La sérénité est à la portée de chacun.
Bannir le mal et rechercher le bien permet de purifier son cœur ; tel est l’enseignement de chaque Bouddha.

Chaque individu est son propre maître.
Il ne doit puiser sa force qu’en lui-même.
Le développement harmonieux du corps et de l’esprit permet d’atteindre la maîtrise de soi. 

Les mauvaises actions rejaillissent sur celui qui les commet.
Ne pas commettre le mal permet d’être pur ;
Notre pureté est à la mesure de nos actes.

Nous sommes les maçons de notre bonheur.



Serment


Nous, pratiquants du Shorinji Kempo :
Nous ne trompons pas le maître
Nous respectons les aînés
Nous ne méprisons pas les jeunes

Nous tentons d’accéder à la voie du juste milieu
En cherchant à mieux nous connaître
En nous aidant les uns les autres
En collaborant entre kenshi du Shorinji

Nous oublions notre passé pour nous adonner à l’art du Shorinji Kempo avec un esprit aussi simple et naïf qu’un enfant.

Le but ultime du Shorinji Kempo est l’accomplissement et le bonheur de l’homme, et non la gloire ou le profit personnel.



Principes


Notre esprit nous vient du Dharma ; nous avons reçu notre corps de nos parents : témoignons-leur notre gratitude.

Nous aimons l’humanité, et nous essayons d’améliorer ses conditions de vie.

Nous sommes résolus à nous comporter en êtres braves, justes, humains, courtois et pacifiques.

En pratiquant le Shorinji Kempo, nous cultivons notre corps et notre esprit ; nous oeuvrons pour construire un monde meilleur, sans nous écarter de notre chemin, en cherchant à mieux nous connaître, en nous entraidant, en nous faisant des concessions et en collaborant entre kenshi du Shorinji.

Vivons moitié pour nous-mêmes, moitié pour les autres.