Perspectives‎ > ‎

hydraulique

page précédente : les batteries - 2 : les piles à combustible (PAC)


Cette forme d’énergie est stockée sous forme potentielle (barrages) ou cinétique (vent, vagues, courants marées). Pourtant c’est la même technologie qui est utilisée pour convertir l’énergie : une turbine est entrainée grâce à la force mécanique. Quelles sont les perspectives de cette ressource ?

La grande hydraulique

Les barrages de retenue sont une technologie maintenant maîtrisée, il y a peu de perspectives d’évolution technologique pour cette méthode de conversion de l’énergie hydraulique, à part des grands défis comme le Barrage des Trois Gorges en Chine. Ils offrent l’électricité la moins chère (0,01 €/kWh), malgré un investisseme nt initial colossal. Cette énergie verte ne l’est en fait pas complètement, à cause de l’impact environ nemental d’un barrage et la concurrence avec l’agriculture pour l’eau des régions en amont de la centrale. Quant à l’évolution du parc installé (800 GWél en 2002, 16,2% de l’électricité mondiale), elle se limite aux sites à forte hauteur de chute et /ou à grand débit volumique. Par conséquent il y a peu de potentiel non exploité en Europe, mais encore en Afrique (les Inga Falls du Congo ont un potentiel de 37 GW !), en Asie, Canada et Russie. Le potentiel mondial est estimé à 900 GWél même si techniquement on peut atteindre 1500 GWél. Cependant il y a l’incertitude de la pérennité des installations, et certains spécialistes craignent les conséquences du réchauffement climatique (assèchements, changements brutaux de lits des rivières, etc.).

La petite hydraulique

Ici l’énergie hydraulique est convertie au fil du courant des rivières, sans passer par l’étape de concentration de la quantité d’eau. Cette technologie est très bon marché, et largement disséminée, mais dépend du débit d’eau, variable et saisonnier, et soumis au changement climatique en cours. Pourtant les perspectives de développement de cette technologie sont nombreuses, surtout avec la miniaturisation des équipements, jusqu’à l’échelle nanométrique. On cherche à dépasser ainsi le concept du « barrage » pour simplifier le convertisseur final, devenu transportable par un homme et pouvant atteindre quelques kW pour les plus gros générateurs. L’impact sera bien sûr plus important dans les pays en voie de développement.


page précédente : les batteries - 2 : les piles à combustible (PAC)

plan de l'étude :

Comments