nous avons aimé....

Perspectives‎ > ‎

eolien (et hydrolien)

page précédente : petite et grande hydraulique

page suivante : la géothermie

Eoliennes Terrestres et Off-Shores

L’énergie éolienne, à part les voiles pour les bateaux, est principalement convertie en électricité, pour un coût très faible (0,05-0,1 $/kWh). Par contre les éoliennes posent des problèmes environnementaux (pollution sonore, visuelle, impact sur la faune) et son intermittence exige d’avoir un réseau autre de production électrique au moins équivalent en puissance et capable d’absorber, ou de compenser, de fortes variations de production. Cela limite la contribution de l’éolien à 10 ou 15 % de la production d’un pays, selon un rapport de l’Académie Française.

Pourtant les perspectives de développement sont considérables. Il y a de forts potentiels dans les Grandes Plaines américaines (seuls 6% du potentiel total (500 MW) sont actuellement utilisés), en Mongolie Intérieure et en Chine. Globalement, le potentiel mondial raisonnable envisageable est de 2000 GW.

Les pistes de développement sont nombreuses, en plus de celles déjà citées, mais c’est la filière éolienne off-shore qui devrait connaître le plus grand succès. Cela impose l’utilisation de matériaux résistants à la corrosion maritime, et de rester à moins de 20 km des côtes pour l’acheminement de l’électricité.

La taille des pales, qui a augmenté exponentiellement de 1980 à aujourd’hui, est également un sujet de recherches important : la puissance convertie est proportionnelle au carré du rayon des pales. Cependant l'investissement n'est lui pas linéaire. Des éoliennes de 200 m de diamètre apportent une rentabilité certes plus élevée, mais le gain est dérisoire par rapport à ce que d'autres technologies peuvent apporter. Par exemple, l'installation standardisée d'un nombre industriel d'éoliennes off-shore est beaucoup plus rentable et générateur d'emplois. Et, accessoirement, neutre pour la qualité du paysage rural ! En effet, les éoliennes offshore peuvent être maintenant installées à plusieurs dizaines de kilomètres des côtes, c'est-à-dire au-delà de la ligne d'horizon.

Les perspectives économiques sont bonnes, puisqu’on s’attend à une baisse de 35 à 45 % du prix dans les 20 prochaines années. On peut atteindre des chiffres bien plus élevés à condition de mettre en oeuvres certaines technologies, mais cela fera l'objet d'un article à part entière, tellement le sujet est important.

Hydroliennes et Voiles géantes

Les perspectives de développement des usines marémotrices sont faibles : leur puissance est comparable à celle de la « petite hydraulique », avec un impact trop important sur les écosystèmes et l’ensablement. Quelques projets sont en cours au Canada et en Chine. Il faut par contre signaler deux projets importants, l’un dans le domaine de la production d’électricité, l’autre pour le transport maritime. Le premier projet est en expérimentation en Europe, et consiste à installer des turbines sous la surface de la Mer

ou des fleuves, et à convertir l’énergie des vagues en électricité. Etant au stade de l’étude de faisabilité, on ne peut pas prédire l’avenir de ce concept. On peut imaginer des champs d

e turbines sous-marines, mais l’usage serait plutôt décentralisé, en raison de l’impact sur la faune, même s’il est négligeable comparé à un barrage. L’autre projet est déjà validé, il consiste à remettre une voile aux bateaux motorisés. Une voile un peu particulière (photo ci-contre), mais qui fera gagner jusqu’à 70% de carburant !


page précédente : petite et grande hydraulique

page suivante : la géothermie

plan de l'étude :


Subpages (1): offshore
Comments