Alors que je cherchais à apaiser mes craintes liées à la culture du séquoia, après avoir ratissé le web en anglais comme en français à la recherche d'images de jeunes séquoias, je me suis rendu compte que le web ne propose en général que des photos spectaculaires de séquoias plusieurs fois centenaires. Je consacre donc un site web à la culture du jeune séquoia, pour tous les francophones qui voudront bien tenter cette expérience excitante et folle, que ce soit pour en faire un bonsaï ou l'exposer aux forces de la nature à l'extérieur.

Personnellement, je cultive des dizaines de séquoias dans le but de créer une petite forêt expérimentale au Saguenay. Les discours pessimistes ne me font pas reculer, certains indices me laissent croire que le séquoia pourrait très bien survivre dans certaines régions du Québec. L'expérience prouvera rapidement si j'ai raison ou non. Mais au-delà de cette expérience un peu folle, j'ai acquis certaines connaissances qui pourront être utiles à toute personne qui veut faire pousser un séquoia avec succès. Je dois beaucoup à Shoot's Blog pour l'idée du présent site et pour ses précieuses informations sur la germination.

LES TYPES DE SÉQUOIAS

Il existe trois types de séquoias que je cultive de la famille des Cupressaceae.

Séquoia géant, Sequoiadendron giganteum (en savoir plus sur Wikipédia)

Séquoia Redwood, Sequoia Sempervirens (en savoir plus sur Wikipédia)

Séquoia dinosaure ou de Chine, Metasequoia Glyptostroboides (en savoir plus sur Wikipédia)

LA GRAINE

Le taux de germination des graines de séquoia est assez bas. Il varie généralement entre 10% et 40%, certains lots vont jusqu'à 50%, mais c'est assez rare. Si vous voulez faire un seul bonsaï, 50 graines vous suffiront donc en calculant qu'environ 5 graines sur 50 germeront. Si vous perdez 3 ou 4 séquoias en cours de route pour diverses raisons, vous aurez donc votre bonsaï. Si vous disposez d'un terrain assez grand pour planter une mini forêt de séquoias, vous pourrez commander une once ou deux pour aussi peu que 20 à 40$ US, ce qui représente de 1000 à 2000 graines.

Pour une petite quantité de graines, eBay est probablement le meilleur endroit pour se les commander.

eBay

J'ai souvent fait affaire avec Grainedumonde, un commerce eBay belge très fiable et efficace.

Grainedumonde

Si vous cherchez des graines de haute qualité (très haut taux de germination) en grande quantité et à petit prix, rendez-vous sur le site de cette banque américaine de semences et suivez les instructions. Il faut être familier avec l'anglais car ce n'est pas si simple de commander à cet endroit.

J.L. Hudson, Seedsman

GERMINATION

Quand on reçoit ses graines pour la première fois, on est tout excité et on ne rêve que d'une chose: les voir germer au plus vite.

 

Si vous êtes très impatient, vous pouvez déposer les graines sur une surface de terre (idéalement de la terre à semis Pro-Mix) d'au moins 3 cm d'épaisseur et tamiser une fine couche de terre pour tout juste couvrir les graines. Plus vous semez les graines en profondeur, plus vous réduisez leur chance de germer. Arrosez régulièrement, de préférence avec un vaporisateur, pour maintenir la terre toujours humide. Vous lirez un peu partout de ne jamais mouiller complètement la terre, cela pour éviter la fonte des semis. Dès les 7 premiers jours, vous devriez voir vos premiers séquoias germer.

La fonte des semis. Je vous donne ici un truc très simple qui vaut son pesant d'or. Comme il est indiqué dans les instructions sur l'emballage de Pro-Mix, il faut humidifier le terreau à semis avant de le mettre en pot. En plus de vaporiser de l'eau sur votre terreau en le mélangeant, VAPORISEZ UN FONGICIDE à quantité à peu près égale sur votre terreau, toujours en mélangeant.

Ma première génération de séquoias a totalement été emportée par les champignons. Avec le fongicide, les pertes sont bien moins importantes et seulement quelques séquoias en meurent. Lorsque cela se produit, n'hésitez pas à vaporiser vos jeunes pousses de nouveau avec le fongicide.

J'utilise le fongicide commercial Safer's Defender, mais il est possible de trouver des recettes maison à base de camomille ou d'ail, par exemple. Le fongicide vous donne également beaucoup plus de latitude pour l'arrosage.

Si vous êtes patient, vous pouvez faire tremper vos graines 24 heures avant de les semer. Vous pouvez aussi les faire tremper 3 semaines en changeant l'eau aux deux jours avant de les semer. Certains les font tremper 24 heures avant de les stratifier de 3 à 4 semaines pour ensuite les semer.

 

La meilleure méthode.

La meilleure méthode consiste à faire germer les graines en dehors de la terre avant de les semer. Vous économisez ainsi la terre et l'espace, surtout si vous prévoyez en cultiver des dizaines. Vous vous assurez également de faire germer presque toutes les graines «vivantes» que vous avez en main, et ce à quelques jours d'intervalle au lieu de quelques semaines.

Dans un premier temps, stratifiez vos graines 4 semaines. Pour ce faire, prenez un papier filtre non-blanchi à café #4 ou #6 que vous humidifierez et que vous plierez en 4 en laissant une seule épaisseur sur le dessus et trois épaisseurs sous vos graines. Ne mouillez pas trop votre papier, les graines auront tendance à moisir. Placez le papier à café dans un sac à sandwich de type Ziploc dans lequel vous soufflerez légèrement pour le gonfler avant de le fermer pour laisser un peu d'air à vos graines. Placez au réfrégirateur pour une période de 4 semaines. Vérifiez de temps à autre le taux d'humidité et jetez les graines pourries s'il y a lieu.

Au bout des 4 semaines de stratification, placez votre sac Ziploc à température de la pièce dans un endroit complètement noir, idéalement dans un placard à 20 degrés Celsius. Au bout de quelques jours à peine, ce sera l'explosion. Pour mettre toutes les chances de votre côté, attendez que la racine soit bien sortie de la graine avant de la planter. Manipulez le germe avec soin en prenant la graine par son tégument (son enveloppe) et en évitant de toucher à la racine. Attendez jusqu'à trois mois avant de jeter les graines stériles qui n'auront pas germées. Si la moisissure prend le dessus, n'hésitez pas à transférer vos graines sur un autre papier à café.

Un truc pour éviter la moisissure : manipulez toujours le papier et les graines avec des gants de caoutchouc (à vaisselle par exemple), évitant ainsi de cultiver les germes qui se retrouvent en si grand nombre sur vos mains. Vous pouvez aussi vaporiser un peu d'antifongique sur le papier, ce qui réduit les risques de moisissure sans toutefois l'empêcher complètement.

La meilleure période de l'année pour faire germer les graines est après le Jour de l'an, en janvier. Surtout dans l'hémisphère Nord, les journées ont recommencé à rallonger depuis le 21 décembre. Si vous commencez une stratification de 4 semaines à la mi-janvier, vos premières pousses seront en terre à la mi-février, soit environ deux mois après le solstice d'hiver, bénéficiant d'une période de soleil acceptable pour leur bon développement tout en évitant les chaleurs accablantes de l'été si dangereuses pour de jeunes séquoias vulnérables.

Ceci dit, rien n'est impossible, si vous commencez la germination en décembre, vous pouvez notamment recourir à l'éclairage artificiel en utilisant des tubes fluorescents pour plantes qu'on retrouve dans les quincailleries et dans les animaleries (pour les aquariums). Assurez-vous d'avoir le spectre idéal pour les plantes.

Si vos jeunes pousses arrivent en juillet, il faudra être beaucoup plus attentif aux effets de la chaleur et si vous prévoyez des vacances... il faudra les faire garder!!!

 

La terre à semis. J'ai effectué quelques expériences avec divers types de sol, comme on pouvait s'y attendre, la simplicité l'emporte. Utilisez la terre à semis Pro-Mix et les mini-serres en plastique avec un dôme.

Servez-vous du dôme avec parcimonie. Le dôme n'est qu'un outil à votre disposition pour améliorer le développement de vos pousses. Le dôme sert à conserver l'humidité et la chaleur de manière à stimuler la germination des graines. Si vous utilisez la technique de stratification des graines, le dôme est presque inutile. À la limite, il pourrait servir par une journée froide de février où quelques rayons de soleil viennent caresser le terreau. Si vous partez au travail en laissant votre mini-serre au soleil par une journée de 28 degrés Celsius, ne vous attendez pas à des miracles. Vos graines ou vos jeunes pousses pourraient très bien y passer! Le dôme, à utiliser sous surveillance seulement pour «fouetter» un peu des graines paresseuses. Par exemple, ne le laissez jamais la nuit, c'est inutile.

Assurez-vous de maintenir le terreau humide en tout temps en arrosant à l'aide d'un vaporisateur.

Transplantation. À quel moment transplanter la jeune pousse et dans quel type de terre?

Après avoir perdu son enveloppe et développé ses premières vraies aiguilles, le séquoia peut pousser quelques semaines dans le terreau à semis. Un arrosage fréquent (voir aussi la section d'arrosage qui suit) s'impose étant donné la mince quantité de terre qui sèche très rapidement. À huit semaines environ, après avoir développé quelques séries d'aiguilles, le séquoia se divise une premières fois en deux ou trois têtes qui deviendront des branches qui, à leur tour, se subdiviseront. Certains recommandent d'attendre l'apparition de ces premières têtes (cotylédons) avant d'effectuer une transplantation, à ce moment-là, le réseau de racines est assez bien établi et les chances de survie sont plus élevées.

Selon mon expérience, la transplantation peut s'effectuer bien avant. Comme j'avais mal compris au départ, dès que deux «générations» d'aiguilles avaient poussé, je transplantais les séquoias avec succès bien avant l'apparition des têtes. À vous de voir si vous voulez tenter l'expérience.

La grandeur du pot dépend de la période à laquelle vous plantez votre jeune pousse en considérant également si vous comptez par la suite en faire un bonsaï ou un arbre de décoration extérieure. Si vous transplantez votre jeune pousse en mars ou en avril pour ensuite la planter à l'extérieur le printemps ou l'automne suivant, un contenant d'un demi-litre suffit amplement. Si vous transplantez une jeune pousse en septembre ou en octobre et que l'arbre doit passer l'hiver à l'intérieur, vaut mieux utiliser un pot d'un litre. Il est préférable d'utiliser des pots longiformes étant donné que la racine centrale du séquoia plonge en profondeur afin d'assurer la stabilité proportionnelle à son envergure. Mais vous verrez, la plupart des magasins n'ont pas prévu une clientèle d'arboristes amateurs de séquoias...

Voici le modèle de pot sur lequel j'aimerais bien mettre la main. Ils sont en rupture de stock chez DA Tree Store (janv. 2008), pas de chance!

 

Le type de terre nous amène tout de suite à parler de l'hydratation. Le séquoia ne tolère ni la sécheresse, ni l'humidité excessive. Il faut donc un sol qui se draine bien, qui ne stagne en aucun cas et qui «respire». Selon mes expériences, un mélange de terre noire ordinaire (oui oui, celle en vente dans tous les bons supermarchés) et de sable de rivière - ou de quelconque sable pourvu qu'il soit sain - donne d'excellents résultats d'après un ratio 2/3 terre noire et 1/3 sable. Je vous suggère fortement de faire quelques expériences personnelles en variant les ratios terre noire / sable. Évitez les terres trop riches du genre Miracle Gro, c'est inutile et risqué, les conifères en général n'aiment pas les engrais radicaux.

 

Lors de la transplantation, si vous utilisez les ensembles à terreau en plastique, n'hésitez pas à couper les contenants de plastique à l'aide de ciseaux - en évitant bien de couper les racines qui longent le fond - afin d'en sortir les jeunes pousses sans briser les racines ou le tronc. Il m'est souvent arrivé de briser des séquoias en essayant de simplement pousser la rondelle de terre hors du contenant, ainsi, il vaut mieux le couper.

L'arrosage LE POINT SENSIBLE

Les séquoias viennent d'un autre temps, d'une autre époque, d'un ancien monde. Dans ce monde, on devine que les écarts météorologiques s'avéraient beaucoup moins radicaux qu'aujourd'hui. Au moins à quelques endroits sur la Terre, au gré des saisons, le temps était toujours clément - donc jamais trop chaud ni trop froid - et de fines pluies hydrataient continuellement le sol, un peu comme c'est le cas dans les hautes altitudes côtières ouest-américaines où se sont naturellement réfugiés les derniers spécimens de cette race noble.

Les séquoias aiment donc les arrosages réguliers, c'est pourquoi votre sol DOIT sécher rapidement - MAIS PAS COMPLÈTEMENT - afin d'être immédiatement hydraté de nouveau. Il est préférable d'utiliser de l'eau à la température de la pièce afin d'éviter d'envoyer des signaux contradictoires à votre arbre, particulièrement pendant les mois d'hiver très froids quand l'eau d'aqueduc devient glaciale.

Avant l'arrosage, vérifiez l'humidité du sol à l'aide d'un hydromètre pour éviter les catastrophes. Ça ne vaut pas la peine de s'en passer. Le jugement à l'oeil est souvent erroné et un hydromètre, très facile à trouver, ne coûte que quelques dollars. Certains spécialistes le disent sur le web, 99% des pertes sont dues à une question d'arrosage.

On pense même que les séquoias pourraient absorber une partie de l'eau par les aiguilles, c'est pourquoi je vaporise régulièrement mes séquoias, le temps qu'on confirme ou qu'on infirme cette hypothèse.

Anecdote  Pour le plaisir, j'ai fait pousser trois érables dans un pot. Un été, j'ai oublié de les arroser pendant les grosses chaleurs de juillet. Pensant qu'ils étaient morts, je les ai donc abandonnés dehors. Le printemps suivant - après avoir passé l'hiver sous la neige épaisse du Saguenay - je me suis rendu compte que les érables bourgeonnaient!!! Je les ai plantés devant chez moi. Vous savez quoi? Cette histoire est absolument impossible avec un séquoia. Vous oublierez d'arroser votre séquoia une seule fois et il sera mort avant d'avoir donné un seul signe. Quand un séquoia donne un signe, c'est souvent qu'il est déjà mort.

Les aiguilles pendues vers le bas constitue peut-être le seul signe d'un séquoia récupérable. Cela signifie qu'il étouffe dans un sol trop peu aéré, trop compact et probalement trop humide. Un développement anémique viendra également confirmer cette hypothèse.

Engrais ou pas? Les séquoias se développent plus rapidement à l'aide d'engrais, mais encore faut-il savoir quel engrais utiliser. Certains utilisent  du Miracle Gro lors des arrosages, je l'ai moi-même essayé sans que mes séquoias ne meurent, mais j'ai trouvé mieux. J'utilise Acid Plus 33-11-11 de Schultz qui contient 33% d'azote. Cet engrais légèrement acide peut s'utiliser à tous les arrosages dès le plus jeune âge et les séquoias se développent à merveille. Le plus important, peu importe le produit que vous achetez, est de vous assurer d'un apport d'azote (N) et d'acide conçu pour les conifères. Évitez les produits trop forts destinés à d'autres types de plantes à développement plus rapide, vous évitez ainsi les problèmes. Vous pouvez demander des conseils à l'arboriste le plus près de chez vous, c'est le temps d'impressionner quand il vous demandera «quelle sorte de conifère tu fais pousser?».

L'un des meilleurs arboriculteurs de séquoias au monde propose un engrais spécialisé que j'ai découvert récemment et qu'on ne peut malheureusement pas commander en France ni au Canada.

Joe Welker de Giant-Sequoias.com nous propose donc de copier le produit à partir de l'analyse 50% de 16-16-16 et 50% de 15.5-0-0. Il faudra voir ça avec un spécialiste.

 

Luminosité Même si le facteur de la lumière est moins important que celui de l'hydratation, il faut quand même en dire quelques mots. Selon une étude que j'ai lue sur le web - et mon expérience le confirme -, les séquoias qui poussent à l'ombre ont de plus grandes chances de survie que ceux qui poussent directement au soleil, PAR CONTRE, la biomasse des premiers est très inférieure à celle des seconds. Qu'est-ce que ça signifie? Que si vous n'avez que deux ou trois pousses, il vaut mieux les tenir loin de la chaleur et de la lumière excessives, mais vous devez vous attendre à un rythme de croissance plus lent. Lorsque les séquoias auront développé leurs premières têtes et que vous les aurez transplantés dans un plus gros pot, vous pourrez les exposer en plein soleil sans problème. Ceci dit, méfiez-vous de la chaleur excessive et de la sécheresse en tout temps. Les séquoias ne sont pas des plantes tropicales ni des cactus. L'été, vous pouvez toujours essayer de contrôler à l'aide d'un ventilateur, d'un climatiseur et même des rideaux.

 

 

L'expérience en détail

Le blogue «Le séquoia d'Antoine»

 

LES GALERIES

La tournée juin 2008

Séquoias géants, printemps 2008
Séquoias géants, hiver 2007-2008
Séquoias géants, automne 2007
Séquoias géants, été 2007

 

LES LIENS

Les séquoias de T. Jacquin

Un arboriste-horticulteur passionné. On trouve dans cette galerie richement commentée les étapes de développement de ses séquoias géants, sempervirens et métaséquoias. À voir aussi sa galerie de plantes et bien plus.

 

Blake's Giant Sequoias

Expérience illustrée et comiquement commentée sur le très beau blogue de Blake, un Américain de la Pennsylvanie du sud. Aussi une galerie photo sélective.

 

Mon Jardin Intérieur

Le site nouvelle mouture 2008 d'un Québécois de Terrebonne passionné des plantes et des séquoias. Voir la section «Le séquoia géant» pour en apprendre sur son expérience.

 

Shoot's Blog sur treedazzled

La source même d'inspiration du présent site. En anglais.

 

Norwegian Redwood

Un album norvégien non-commenté datant de 2006 et regroupant 163 photos de jeunes pousses de séquoias giganteum et sempervirens. Depuis le printemps 2008, Emile a aussi ouvert un blogue A Giant What?

 

Forum arboquebecium

Un forum de discussion lié au site arboquebecium sur les arbres au Québec en général comportant une section sur les séquoias. À noter, une section très fournie de liens utiles à consulter sur les arbres en général et en particulier.

 

LES COMMERÇANTS

 

JL Hudson

Le meilleur endroit pour s'acheter des graines de séquoia et bien plus!!!

 

 

 

Rarexoticseeds

Situé au Québec. Permet d'acheter par quantité de 100.

Seedman

Par paquet de 15 graines. Aux États-Unis.

 

TOUS LES AUTRES

 

GIANT-SEQUOIA.com

Un site californien en anglais dédié aux séquoias géants où l'on retrouve beaucoup de photos, d'informations et des liens. Une petite partie commerciale aussi. Extrêmement intéressant parce qu'il recueille des photos de séquoias de partout dans le monde.

Sequoia's

Un incroyable site en néerlandais qui s'intéresse aux séquoias, justement rebaptisé le «mammoetboom», cultivés en Belgique, dans les Pays-Bas et au Luxembourg. Plus de 2000 photos et 1600 pages!

sequoias.eu

Site français sur les séquoias géants en Europe.

Projekt Mammutbaum

Site allemand sur les séquoias géants en Europe.

Giant redwoods in the U.K.

 Site anglais sur les séquoias au Royaume-Uni.