Accueil‎ > ‎

AIMER LA VIE !

"AIMER LA VIE"

Rencontre avec des témoins aînés de la vie et de la foi,

Jean et Michèle


 

Le 15 janvier 2014, nous avons vécu une très belle rencontre au cours de laquelle deux "aînés dans la foi", Jean Jodocius, d'une part, avec son épouse Marguerite, et Michèle Guillais, notre célèbre nageuse, nous ont partagé un peu de leur expérience de la vie. Voici quelques notes prises par une participante...

 

« Il ne faut jamais perdre espoir ! »

La prière fut un soutien toute notre vie.

Gandhi a dit : « Mets ton cœur en prière, même si les mots te manquent. »

« Dans les difficultés de la vie, on n’est pas tout seul... »

(Michèle) : « J'ai eu le pied broyé un jour par la voiture d'un ami qui a fait une manœuvre malencontreuse. Quand on se remet de ce genre d’accident, çà donne de la volonté.  Il faut regarder toujours devant ! Les médecins avaient dit “elle ne remarchera jamais”. Maintenant je marche ... et je nage !

Prier c’était difficile … Je me suis battue toutes les nuits, tous les jours. Plus on vieillit, plus on a des difficultés… J’ai du tout réapprendre… retrouver mes repères, retrouver des réflexes. »

 (Jean) : « Ma foi ? Elle m’est venue de mon père ; mes deux parents étaient animés d’une foi agissante comme toute notre parenté ; et dans la région d’Honfleur on avait des prêtres ; on avait besoin des prêtres.

Très jeune je me suis engagé dans l'armée. À 26 ans, il y a eu un choix cornélien entre rester dans l’armée (voie toute tracée) ou retrouver une activité ; tout était à reconstruire. Ma famille était ruinée  (9 enfants). J’avais toujours eu envie de fonder une famille, c’était plus fort que le reste... »

Il se marie et empoigne les difficultés Il évoque une vie de livreur à bicyclette pour une grosse épicerie, les journées harassantes. Une seule fois le découragement est venu, l’envie d’abandonner.

(Michèle) : « Moi, ma mère est morte,  j’avais 12 ans ; on m’a dit : “les études c’est fini, il faut élever la petite (sœur)” »

Pour l’un comme pour l’autre sur le plan éducatif ; discipline et devoir. Pas de paroles valorisantes à l'époque : « tu n’as fait que ton devoir et bien petitement ».

« On n’est pas les seuls à avoir des difficultés ; il faut regarder autour de soi… »

« Dans les accidents de parcours de la vie, une phrase m’a toujours aidée, c'est celle-ci : “Lorsque tu as envie de t’arrêter, fais encore un pas… et peut-être 2 puis 3”. »

Jean  évoque aussi sa vie de visiteur de prison : chez ces hommes, les vies qui basculent, les assassins par amour, l’homme blessé derrière le criminel, les renaissances, les amitiés qui se tissent et la fidélité, la dignité possible malgré le crime.

Jean et sa femme sont très proches de leurs petits enfants et partagent beaucoup avec eux (pendant les vacances, les randonnées).

Michèle a eu 5 enfants et a travaillé aux côtés de son mari ; vers les 65 -70 elle s’est lancée dans la natation qu’elle avait découverte étant enfant. Elle ne va pas "à la piscine"….elle "va nager" ! Des longueurs et des longueurs de brasse puis elle apprend les 4 nages : on lui conseille d’intégrer le club ; elle se heurte aux préjugés vis-à-vis d’une « vieille » puis convainc de son potentiel. Elle intéresse les dirigeants, et finalement glane médaille sur médaille : elle est championne du monde dans sa catégorie ! C’est un challenge pour elle, une façon de repousser ses limites comme elle l’a toujours fait sa vie durant. Elle pratique aussi le vélo. “Là on voit le paysage et pas le carrelage des piscines” Entre autres elle a réussi à aller jusqu'à Bordeaux.

Bien sûr il y a une certaine solitude... un regret que « çà n'intéresse pas plus que ça ses petits-enfants. J'ai prié pendant  50 ans pour que mon mari se convertisse,  j ai été exaucée 15 jours avant sa mort ! »

Michèle comme Jean ont discerné ce qui dans leur éducation d'autrefois ne devait pas être “reproduit”... Par exemple, « il faut être avec les enfants, s’intéresser à leur monde, parler avec eux... »

         Merci à Jean et son épouse, et à Michèle pour ce partage encourageant qui donne le goût d'aimer la vie et de la vivre avec foi et passion !

 

ĉ
CSP Caen,
12 févr. 2014 à 07:34