Un peu d'histoire...

(avec l'aide de Pierre de Fontnouvelle et de René Springuel)
 
Dès 1925, sur l’initiative d’une religieuse française, Mère Marie du Plessis, les catholiques d’origine française se retrouvaient le dimanche après-midi au pensionnat du Sacré Cœur, situé à cette époque 1719 Massachussetts Ave. Le Père Baisnée, sulpicien, professeur de philosophie á l’Université Catholique, était aumônier de ce groupe.

Au début des années 40, le Père Argaut, prêtre français, ancien missionnaire en Inde, vint á Washington et fut vicaire á la cathédrale Saint Matthieu jusqu’ à sa mort en 1958. Sans être l’aumônier de la communauté française, il fut d’un grand secours pour tous ceux qui eurent recours à son ministère pour des baptêmes, des mariages ou des confessions.

A la fin des années 40, plusieurs organisations internationales s’installèrent à Washington. Cela provoqua l’arrivée de plusieurs centaines de familles francophones dont le nombre s’accrut encore après 1960 avec l’accession à l’indépendance d’une vingtaine de pays francophones d’Afrique, dont chacun ouvrit une ambassade dans la capitale américaine.

Cette grande communauté de langue française étant pour une part catholique, il devient essentiel de pourvoir à la vie spirituelle de ses membres. Au milieu des années 50, un Père jésuite du Secrétariat de l’ONU, le Père Emmanuel de Breuvery, vint de New York une fois par mois célébrer la messe á l’intention des francophones de Washington dans la chapelle des Sœurs du Sacré Cœur. Vers 1955, le pensionnat du Sacré Cœur fut transféré à Bethesda où les messes continuèrent à être célébrées par le Père de Breuvery ou des prêtres étudiants belges ou canadiens.

En 1953, le Père Guillet fonda l’Ecole Française Internationale qu’il dirigea jusqu’à sa mort en 1962, mais il n’exerça pas de ministère paroissiale. La création d’une aumônerie francophone s’imposait afin de prendre en charge l’éducation religieuse des élèves de l’Ecole Française de Washington, futur Lycée Rochambeau.

Cette aumônerie commença en 1960, sous l’impulsion de l’Aumônerie Générale des Français de l’Étranger, organisme dépendant de la Conférence des Evêques de France. Le premier prêtre, Père Donat Guillaume, franciscain, fut choisi avec l’agrément de l’Archevêché de Washington.

Saint Louis de France était née…