Actualité

Le Collectif Rues en Paix rassemble des habitants et des associations de quartier.

Ceux-ci partagent une même préoccupation en matière de tranquillité publique. et souffrent au quotidien, dans leur quartier des mêmes nuisances. Ces dernières sont produites par dix à quinze individus souvent des voisins regroupés en pied d’immeuble. Il s’agit principalement de nuisances sonores, de dégradations de l’environnement et d’intrusions dans les halls. 

Le Collectif Rues en Paix fait donc valoir ces intérêts communs auprès des pouvoirs publics. Par son travail de réflexion, il est force de proposition. Par des actions dans l'espace public, ces membres tentent de faire évoluer la situation spécifique à chaque secteur.

Le collectif Rues en Paix est apolitique.

Pour rejoindre ce collectif, il suffit d'être inscrit dans sa liste de diffusion. Pour cela, il faut envoyer à ruesenpaix@gmail.com un message indiquant son prénom, sa rue, sa commune de domiciliation et son adresse mail. Il compte à ce jour 330 membres.

1ère rencontre Elus - Bailleurs - Habitants

publié le 22 mars 2015 à 08:18 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 22 avr. 2015 à 01:43 ]






Le 3 Février 2015 se sont réunis 
  • des élus de la mairie du 20e arrondissement
  • des représentants de plusieurs bailleurs sociaux 
  • du Collectif Rues en Paix 
  • la commissaire de police. 

Dès juin 2014, nous sollicitions une telle rencontre avec les élus des mairies du 19e et 20e. Malgré de multiples relances et l'intervention de Madame CALANDRA, la municipalité du 19e arrondissement nous a laissé sans réponse cette fois encore

Il a été convenu et précisé : 
  • du renouvellement une à deux fois par an d'une réunion de ce type
  • un arrêt préfectoral met en oeuvre le vœu d'une verbalisation ciblée contre les nuisances sonores et autres troubles à la tranquillité publique dont souffrent nos quartiers
  • un arrêt préfectoral limite les horaires d'ouverture des épiceries du nuit, déjà à l'oeuvre pour celle à l'angle Belle-ville - Dury Vasselon
  • l'accord de la préfecture pour l'ajout de caméra de vidéo protection dans nos quartiers. 
  • plusieurs autres points concernant des micros quartiers (confère compte rendu ci-dessous).

Pour l'équilibre de nos quartiers

publié le 22 mars 2015 à 07:19 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 22 mars 2015 à 08:23 ]






La concentration des logements sociaux et plus précisément l'accueil des populations les plus démunies dans nos quartiers ont des effets directes sur la collectivité. Or les pouvoirs publics ne régulent pas les difficultés de voisinage que nous connaissons depuis des années. 

En conséquence, le Collectif Rues en Paix sollicite les maires des 19e et 20e arrondissements pour que se construise une concertation entre les bailleurs sociaux et les habitants de nos quartiers. (confère courrier ci-dessous). 
Nous proposons donc une première rencontre afin de poser les divers thèmes qu'ils nous semblent nécessaires de traiter ensemble :
  • Accès à une information permettant une connaissance précise de la répartition dans nos rues des différents types de logements : superficie, nombre de logements et de résidents...
  • L’intervention des GPIS a pour effet de transférer hors les murs des HLM des comportements nuisibles qui s’installent dans les halls d’immeubles privés. Or ces derniers n’ont pas les moyens financiers pour contrer cette situation, et l’action de la police reste souvent inefficace. Quelles évolutions des GPIS peuvent être envisagées au regard de ce problème ?
  • Les locaux commerciaux vides se sont multipliés dans nos quartiers alors que les riverains et leurs associations manquent d’espaces dédiés à la convivialité et à la vie de quartier. Nous souhaitons que les bailleurs sociaux contribuent davantage aux besoins spécifiques de nos quartiers.
  • Dans plusieurs de nos rues, une dizaine de fauteurs de troubles habitant des logements sociaux sont clairement identifiés. Nous souhaitons que les bailleurs sociaux contribuent à établir un dialogue entre eux et les habitants des environs. En cas d’échec d’un tel dialogue et de persistance des troubles, les bailleurs sociaux doivent s’associer aux procédures judiciaires engagées par des riverains ou prendre l’initiative de telles procédures.
  • Hormis dans les constructions les plus récentes, la mixité sociale est réduite des résidences. Nous attendons des élus et des bailleurs qu’ils réintroduisent la mixité au sein des immeubles en brassant les niveaux économiques autant que les situations de vie : étudiants, familles, personnes isolées…
  • La municipalité de Paris annonce une augmentation des logements sociaux. Nous attendons de nos élus d’arrondissements qu’ils s’engagent à ne pas augmenter la proportion de logements sociaux dans nos territoires, et qu’ils veillent désormais prioritairement au maintien de l’équilibre entre logements privés et logements sociaux, et au rétablissement d’une mixité sociale qui fait défaut aujourd’hui.

Galop d'essai rue du Retrait

publié le 17 nov. 2014 à 02:04 par Claudine SEBILLE


Vendredi 14 novembre 2014, une réunion était organisée en mairie pour discuter des troubles à la tranquillité rue du Retrait. Rassemblés autour de la table
  • les représentants du bailleur social Paris Habitat
  • la commissaire de police du 20e arrondissement
  • le chargé de mission à la sécurité
  • le Collectif Rues en Paix à la demande d'habitants de la rue
Plusieurs solutions pour améliorer les abords de l'immeuble Paris Habitat aux environs duquel se concentrent les nuisances : 
  • ajouter de l'éclairage pour réduire les espaces sombres
  • renforcer les grilles d'accès à l'immeuble pour limiter les intrusions
  • cibler deux familles résidentes en cause dans les troubles à la tranquillité publique.

Ce fut l'occasion de préparer la réflexion sur les actions plus globales à mener pour l'ensemble de nos quartiers
  • La commissaire de police précise que désormais la verbalisation des nuisances sonores est systématique dès qu'elle peuvent être constatées.
  • Le chargé de mission annonce le vœu émis à l'attention de la mairie de Paris : Étendre les horaires de Inspecteur de la Sécurité de la Ville de Paris (ISVP). Actuellement cantonnés à des verbalisations en journée, ils pourraient alors verbaliser les nuisances sonores dans l'espace public jusque minuit environ. 
  • L'équipe de Paris Habitat s'est montrée favorable à la mise en place de rencontres régulières entre bailleurs, résidents et autres habitants des quartiers sous l'égide de la mairie. 
Prochaine étape, rencontre inter-arrondissement avec les bailleurs sociaux et le Collectif Rues en Paix.  



Devenir conseiller de le porte des Lilas 19e

publié le 2 oct. 2014 à 12:32 par Claudine SEBILLE

Habitants Porte des Lilas, depuis des années nous alertons les pouvoirs publics à propos des troubles majeurs à la tranquillité dans nos quartiers. Nous ne constatons aucune évolution. Récemment, nous avons à nouveau demandé un groupe de travail sur ce thème au sein du conseil de la porte des Lilas. L'équipe municipale du 19e arrondissement continue de repousser cette démarche. 


Les élus ont besoin de l'expérience des citoyens pour inventer de nouvelles solutions et améliorer notre quotidien.
  • Pour interpeller François DAGNAUD, maire du 19e,
  • Pour mobiliser action public
  • Pour devenir membre du Conseil : 
Réunion publique du Conseil de quartier
Porte des Lilas
Mardi 7 octobre 2014 
à 19h30
Ecole élémentaire - 57 A rue de Romainville

A l’ordre du jour
  • Introduction de François DAGNAUD, Maire du 19e arrondissement
  • Démocratie locale : Présentation des nouvelles missions et du renouvellement du groupe d’animation. En présence de Mahor CHICHE, Adjoint au Maire chargé
  • De la démocratie locale
  • “Du vert près de chez moi” : Présentation du dispositif et invitation à une balade urbaine autour de la végétalisation du quartier
  • Questions diverses
Pour informer nos voisins, ci-dessous, un trac à imprimer et à distribuer dans les boites à lettres.

Prenons la parole pour nos quartiers

publié le 26 sept. 2014 à 01:40 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 4 oct. 2014 à 22:13 ]


Jeudi 16 octobre 2014 à 19h30
MJC, 43 rue du Borrégo, Paris 20e
Prenons la parole pour nos quartier

Le Collectif Rues en Paix se réunie pour 
  • faire un point sur la situation de nos quartiers
  • obtenir la réunion avec les élus et les bailleurs sociaux
Tous ceux qui sont concernés ou solidaires pour une meilleure tranquillité publique sont bienvenus. 

Pour diffuser l'info, télécharger et imprimer tracts et affiche ci-dessous.

Devenir Conseiller des quartiers du 20e

publié le 17 sept. 2014 à 21:38 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 26 sept. 2014 à 02:09 ]


Habitants du 20e arrondissement
            • Interpeller les élus 
            • Faire connaitre nos problèmes
            • Proposer nos idées
            • Agir pour notre quartier
Pour devenir membre du Conseil des quartier du 20e arrondissement, trouvez ci-dessous le bulletin d’inscription sur la liste des volontaires.





Dans chaque quartier sur les 42 citoyens résidents, 30 seront tirés au sort sur les listes électorale et 12 autres seront tirés au sort dans une liste des volontaires ayant proposés leur candidature.

Les conditions à respecter pour devenir conseiller de quartier sont les suivantes :
  • Être âgé de plus de 16 ans
  • Vivre ou exercer une activité dans le 20ème arrondissement
  • Vouloir être conseiller de quartier en tant que personne physique
  • Ne pas avoir été conseiller de quartier pendant plus de 6 ans par le passé.

Un soir au JT, toutes les nuits dans nos rues

publié le 10 août 2014 à 23:31 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 10 août 2014 à 23:52 ]


Le quotidien de nos quartiers au JT de France 2



Ce reportage du JT de France 2 présente l'horreur de notre quotidien. Des centaines de quartiers partage des situations similaires partout en France. 

Or les institutions de l'Etat sont incapables de garantir une tranquillité minimale des citoyens.

De plus, lorsque les bailleurs sociaux repoussent ce type de nuisance, c'est un drame pour les petites copropriétés. En effet, elles ne disposent pas des milliers d'euro nécessaires pour se protéger. 

L'ensemble de ces troubles sont entretenus par le système économique induit par la prohibition des stupéfiants. Nos quartiers paie cher le prix d'une politique et d'une législation que l'Etat n'a pas les moyens d'appliquer. 

C'est pourquoi des centaines de riverains se sont rassemblés au sein du Collectif Rues en Paix pour constituer un groupe de lobbying face à l'inertie des pouvoirs publics.

Communiqué de presse

publié le 10 juil. 2014 à 06:54 par Claudine SEBILLE






Le quartier Dumien - Poincarré a connu une dégradation fulgurante, moins de 3 ans. 

Les dernières semaines, la situation se détériore encore exposant, toujours plus les habitants au danger. 

Les pouvoirs publics pourtant investis sur le terrain ne parviennent pas à endiguer la montée de violence. 

Dans la perspective inquiétante de la période de fête nationale, des citoyens ont décidé d'interpeller la presse sur leur situation au travers du Collectif Rues en Paix. Le communiqué de presse est présenté dans son intégralité (colonne de droite). Il a été transmis aux rédactions suivantes :
  • France TV
  • M6 
  • Canard Enchainé
  • Libération
  • Charliehebdo
  • Le Parisien
  • 20Minutes 
  • Métronews
  • France Bleu 107.1, l'antenne locale de Radio France 
  • France 3 Ile de France
Souhaitons que ce nouvel appel à l'aide parviennent à préserver leur avenir.
Communiqué de presse- Au cœur de Paris : 
500 habitants attendent le 14 Juillet dans l’angoisse 

En 3 ans, les rues Jules Dumien et Henri Poincaré, à 300 mètres de la mairie et du Commissariat Principal du XXe arrondissement de Paris, où il faisait bon vivre, ont vu leur quotidien devenir un véritable calvaire. 

Des nuisances sonores au déclin d’un commerce 
La pizzeria « La Petite Italie », au croisement de deux rues, est le cœur du quartier. Monté par un égyptien de 50 ans et père de 2 petites filles, le commerce accueille les voisins qui s’y retrouvent pour l’apéritif ou un café. En 2012, 3 frères de l’immeuble mitoyen commencent à passer leurs soirées devant le restaurant. Ils sont rapidement rejoints par d’autres. Alcool, cannabis, insultes, ils font fuir la clientèle, à coups de canettes vides, et sabotent le scooter de livraison à plusieurs reprises. Le chiffre d’affaire de la pizzeria chute. Pour les habitants, ce sont plus de 12 heures de bruits par jour, des joints consommés devant les élèves du collège tout proche, détritus, urines, squat des halls, obstruction des portes d’immeuble. 

13 juillet 2012, tirs de mortiers 
Le 13 juillet, l’ambiance monte d’un cran : pétards énormes placés sous les véhicules, mortiers tirés vers les fenêtres des habitants. Deux d’entre eux sont visés au visage. Un immeuble est assiégé durant plusieurs heures et son hall ravagé pendant 2 jours. 

Le quartier défend son commerce 
Paris Habitat expulse le commerçant d’une partie de ses locaux et de son logement. Les voisins se mobilisent en collectif puis en association. Ils multiplient les rencontres avec les pouvoirs publics et engagent une avocate qui obtient un échéancier afin d’éviter l’expulsion totale. Les habitants occupent littéralement la terrasse de la « Petite Italie », les perturbateurs s’éloignent, la pizzeria revit. 

Expulsion de la famille du meneur 
L’accalmie est de courte durée. Les menaces redoublent, se font plus précises, la tension est palpable. Certains soirs, se sont jusqu’à 50 hommes qui occupent la rue. Le 13 juillet 2013, le groupe est mieux équipé, et barricade la route. La nuit se termine par une charge de CRS. Le 14, le plus jeune des frères frappe la gardienne de son immeuble. Une procédure d’expulsion est engagée par Paris Habitat et la Mairie, une dizaine de voisins témoignent. Le 28 avril 2014, 9 mois après, le jugement est rendu, et l’expulsion de la famille à la source de la situation est prononcée. 

Représailles annoncées 
Les représailles commencent : une dizaine d’habitants, hommes et femmes, sont agressés ou menacés. Certains doivent appeler le Commissariat pour rentrer chez eux. Des jeunes d’autres quartiers sont mobilisés pour venir hurler la nuit. Les individus, dispersés par la police, reviennent quelques minutes après son départ. Des habitants ont saisi plusieurs conversations de la bande concernant le 14 juillet prochain : il est question de brûler les voitures d’une rue entière, et de cocktails Molotov dans 4 immeubles, et sur la pizzeria. Fantasme ou projet, la menace, elle, est bien réelle. 
Le 2 juillet 2014, la famille est expulsée. Depuis, la même bande est là, chaque soir. 25 immeubles attendent le 14 juillet, dans l’angoisse.

Pour une autre occupation de l'espace public

publié le 4 juin 2014 à 03:22 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 27 juin 2014 à 05:37 ]

 




Cette année 2014, les quartiers "Dumien - Poincaré" et "Tourelles - les 2 Villas" ont coordonné leur fête des voisins

Ensemble nous proposons une occupation paisible, festif et conviviale de l'espace public. Bien sûr tous les habitants sont conviés et bienvenus.  Plusieurs dizaines d'entre eux se sont rassemblés sur chaque site pour faire connaissance et reconstruire un bien vivre dans nos quartiers. Des rapprochements entre voisins nécessaires pour améliorer notre quotidien et supporter l'adversité qu'impose quelques fauteurs de trouble aux autres riverains.

Un véritable contraste avec l'ambiance nocturne habituelle de nos rues. Nos efforts constants pour gagner en tranquillité ne trouvent toujours pas l'écho indispensable auprès des pouvoirs publics. En panne d'idée, ce savoir faire semble leur faire défaut. Or l'intervention ponctuelle de quelques bénévoles restent insuffisantes face à l'assiduité des fauteurs de trouble locaux.

Rues conviviales

publié le 15 mai 2014 à 02:55 par Claudine SEBILLE   [ mis à jour : 10 juil. 2014 à 05:44 ]



A l'occasion de la fête des voisins
Vendredi 23 mai 2014
A partir de 19h
soit au 13 passage des Tourelles
soit à l'angle Dumien - Poincaré

  • Chacun apporte une boisson ou un plat de sa confection pour le buffet. 
  • Les habitants se mobilisent pour apporter de la convivialité dans leurs rues. Une action indispensable pour apaiser nos quartiers. 
  • La bonne humeur sera au rendez-vous. 
  • Annulation et report en cas de pluie. 
Pour aider à diffuser l'info, ci-après merci de télécharger, imprimer et accrocher l'affiche dans le hall de votre immeuble.

1-10 of 24