Guy Rocher

Guy Rocher a fait ses études classiques au Collège de l'Assomption (1935-1943). En 1950, il obtient le M.A. en sociologie de l'Université Laval et en 1958, le Ph.D. de l'Université Harvard.

Sa carrière d'enseignement a commencé à l'Université Laval en 1952. En 1960, l'Université de Montréal l'invita à assumer la direction du Département de sociologie, poste qu'il occupa durant cinq ans (1960-1965). Durant cette même période, il occupa le poste de vice-doyen de la Faculté des sciences sociales (1962-1967). C'est également à ce moment (1961) que le Gouvernement du Québec le nomma membre de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement, chargée de planifier la réforme du système d'enseignement du Québec.

Entre 1977 et 1983, Guy Rocher fit deux parenthèses dans sa carrière universitaire. Il fut nommé par le Gouvernement du Québec secrétaire général associé au Conseil exécutif et sous-ministre au développement culturel (1977-1979) et au développement social (1981-1982). À ce titre, il participa à l'élaboration de la politique linguistique (Livre blanc et Charte de la langue française), de la politique culturelle (Livre blanc sur le développement culturel) et de la politique de la recherche scientifique (Livre vert).

Depuis plus de 25 ans, Guy Rocher est attaché au Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit pour y développer les recherches sociologiques sur le droit, l'éthique et les autres modes de régulation sociale. Outre les livres qu'il a publiés, il est l'auteur d'un grand nombre d'articles dans diverses revues scientifiques et autres. Il a exposé sa pensée dans un grand nombre de conférences devant des publics variés.

Il s'est vu décerner un Doctorat honorifique en droit par l'Université Laval en 1996, un doctorat honorifique en sociologie par l'Université de Moncton en 1997 et un doctorat en sciences humaines par l'Université du Québec à Montréal en 2002. Il a reçu, entre autres, le Prix Léon-Gérin du Gouvernement du Québec en 1995, le Prix Molson du Conseil des arts du Canada en 1997, le Prix Esdras-Minville de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal en 1998 et le Prix William Dawson de la Société royale du Canada pour une œuvre interdisciplinaire en 1999.

 

Comments