Démarche artistique

 
 
         Il règne, dans chacun des univers que j’ai élaborés au cours des dernières années, une structure visuelle bien palpable. Quoique je demeure fondamentalement intuitive, mon geste s’inscrit dans une démarche bien précise. En effet, le mouvement fait partie prenante de mon travail.  Par la façon dont j’occupe l’espace dans mes compositions, par l’accumulation de matière texturée, par mes choix de couleurs parfois carnavalesques. J’essaie de susciter une prise de conscience autour de laquelle s’articule toute la démarche de mon processus créatif. Le mouvement devient partie intégrante de notre vie en société, de notre existence et de nos ressentis. Tout dans ce monde à une notion d’impermanence : l’amour, nos amis, notre famille, notre corps, nos sensations, la nature, les conditions climatiques, les berges du St-Laurent, l’eau, notre vie… Tout est éphémère, volatile et fugace tout est en mouvement.

        Dans mes créations, je développe un langage pictural empreint de spontanéité, d’énergie, mais dévoile également ma féminité. Je demeure principalement influencée par l’art naïf, et mes sujets de prédilection font généralement référence au Jazz puisque son rythme m’anime. D’ailleurs, je peins constamment sur un fond de musique. Je suis habitée par une diversité d’événements picturaux, disséminés selon la présence forte et dense de la couleur. Les motifs en gros plan texturés profusément colorés : claviers de piano, personnages, vagues, poissons, tâches, lignes et cercles, installent une rythmique par répétition de motifs. Ils permettent une errance du geste qui circule et s’ancre momentanément. Quoique récemment, j’ai été davantage influencée par des formes et des iconographies moins réalistes. Je souhaite que ma peinture prenne toute l’ampleur de l’espace, comme une loi de la matière vivante qui, au-delà des structures, impose le mouvement.

        Au cours des quatre dernières années, ma démarche s’est peaufinée. Mon atelier de création est maintenant situé au bord du Fleuve. Il m’inspire puisqu’il est en constante évolution, en mouvement incessant. Les variations journalières de la berge, les matériaux et amas de sables que les vagues laissent, les courants, le va et vient des vagues et des marées, du soleil et de la lune. Puis dernièrement, j’ai été fortement inspirée par Jackson Pollock et son étude sur ses chorégraphies et mouvements devant la toile. À partir de cela, j’ai tenté une approche plus contemporaine et cela m’ouvre à de nouvelles recherches et exploration sur la gestuelle de la danse.


        Je travaille mes tableaux avec l’acrylique puisque je le considère comme étant un médium polyvalent ainsi qu’avec de la pâte silicone puisqu’elle procure une grande maniabilité et qu’elle  traduit bien les effets de mouvements. J’oriente ma pratique vers la production de formats de plus en plus grands puisque cela me permet une plus grande liberté gestuelle.Toutes mes compositions s’opèrent par pression sur une matière dans une répartition des masses qui, tout en laissant une place à l’aléatoire et au désordre, rappelle une histoire de la peinture moderne : empâtements, hautes pâtes. J’invente des narrations dans lesquelles la répartition des formes se fait par couches, par éclatements. Progressivement, la matière durcit, la couleur prend forme, j’introduis des matériaux mixtes s’organisant en un réseau à la fois lié et délié, organisé ou embrouillé et abondant, puisque je tiens à rejouer la confusion entre peinture et sculpture. J’utilise souvent la ligne comme fonction séparatrice afin d’isoler chaque fragment qui limite et enferme l’événement pictural en soi. Je crée une peinture impure faite de toutes sortes d’histoires ludiques et suggérées.


Mélissa Roussel, artiste-peintre


Comments