Message de l'Au-delà, reçu par Toni.

 
 

« Ce message m’a été délivré il y a une dizaine d’années chez moi, alors que je traversais une crise existentielle très éprouvante, j’étais plein de colère et de révolte contre la société, contre la terre entière, contre Dieu surtout !....C’est alors que je me suis senti mis à genoux avec beaucoup d’amour et de douceur, je ne pouvais plus lutter ; puis une magnifique lumière blanc-bleutée a empli la pièce où je me trouvais et tout mon environnement a disparu. Je me suis retrouvé dans une lumière indescriptible, merveilleuse, qui pulsait comme un gigantesque cœur ;

une voix cristalline à la fois douce et ferme m’a dicté les deux poèmes suivants…. »  TONI

 

 

 

        POÈME N°1 

 

Ô ! Homme, écoute la voix de ton Être

Ô ! Homme, comprends ta raison d’Être,

Brise le miroir et les associations, casse les préjugés,

Détruis les peurs, rends-toi authentique,

Regarde-toi tel que tu es, n’impose pas de vérités

Mais à toi la Vérité ! recherche-la en toi-même,

Ta profondeur, ta raison d’Être,

Sois attentif à ta musique, écoute en toi ta symphonie,

N’y engage plus de fausses notes,

Mais vibre l’Harmonie. Tu es partie de l’Essentiel,

Unique ô combien dans ta diversité ;

Regarde-toi en ta vérité.

Il te faut avancer, il te faut connaître, il te faut méditer,

Il te faut recevoir, il te faut donner, il te faut Aimer,

Alors que Tout est en toi, tu es AMOUR.

Ne regarde plus à l’extérieur dans le tumulte des évènements

Qui sont ta responsabilité, car que tu le veuilles ou non,

Tu les as tous crées. Ne reste pas dans la barque à t’agiter,

Mais centre-toi en toi-même à la recherche de ton identité.

Tu te projettes vers les hauteurs, pénètre en ta sérénité,

Source de toutes les vérités. La Vie n’est pas ce qu’elle paraît,

Elle est bien plus qu’il n’y paraît, elle est bien plus que tes idées.

Exister ou Être, à toi de voir la différence. Sois ton propre maître,

A l’écoute de ton silence. Les doctrines et les dogmes ne sont que l’écho du vent, mais ils permettent à l’Homme de s’arrêter un moment.

Dans sa frénésie incontrôlée, il ne peut qu’exister.

L’infinie diversité manifestée ou altérée ne témoigne que de l’Unité.

Ne considère pas l’autre comme l’autre, mais vois-le comme toi-même.

N’oppose plus de divisions, car cela est mort.

Ne fragmente pas ce qui est totalité, ne sépare pas ce qui est Un.

Assez de différences, ne rejette pas ce qui fait partie de toi ;

N’existe-t-il pas qu’un seul et unique Esprit, cause de toutes choses ?

Qu’une seule raison d’Être ? Qu’une seule Vérité ?

Sois-en le garant ainsi que l’acteur. Tu dois reconnaître l’erreur,

Mais ne t’érige pas en juge suprême. Grandis en conscience

Dans la simplicité afin que tu deviennes ce qu’est l’Humanité.

Un dans la multiplicité, totalité dans la diversité.

Assez !! Cesse tout bavardage inutile, sache te taire et parler quand il le faut et ton action sera véritablement créatrice.

L’Amour, voilà ce qui est essentiel. Sors de tes limitations, vole vers L’Absolu. Ne mets plus de barrières réductrices, abolis tes préjugés.

Assez !! C’est la Vie qui parle, elle n’en peut plus !

Libère-la, qu’elle reprenne sa dimension.

Ainsi parle l’Amour dans l’Unité.

Ô ! Homme, toi qui es Totalité, rassemble-toi, toi l’Initié,

Guéris-toi, tu es blessé, libère-toi de ton passé.

Regarde-toi enfin l’incarné, ce que veut dire l’Eternité.

 

                                                                  LA VOIX QUI PASSE

 

 

 

       POÈME N°2  HO ! LA PAIX A TOUS !

 

Ainsi parle Celui qui Est ! Je Suis en toi, Je Suis en ton prochain,

Je Suis autant personnel qu’universel. Je parle à celui qui veut entendre et écouter afin de connaître et de comprendre l’ESSENTIEL. Ce qui est toi, ton identité, ta place dans l’Univers, ce qui est ton Cœur et ta Vie au-delà des préjugés et des apparences.

Ô ! Homme, Ecoute afin de Connaître ce qui t’est propre en VERITE.

Un grand Frère nous est venu à différentes époques au cours des siècles, sous

Différentes latitudes parlant d’AMOUR, de COMPASSION, de PAIX et de SAGESSE ; QUI L’A ENTENDU ? QUI L’A ACCUEILLI ? QUI L’A RECU ? QUI S’EST REPOSÉ EN LUI ? et QUI L’A VRAIMENT CONNU ?!!

Mon CŒUR est triste pour toi Homme, car tu ignores qui tu es depuis l’aube des temps….

 

Multitude, tu marches en aveugle, tu avances mécaniquement, mais ne progresses pas. JUSQU'A QUAND STAGNERAS-TU,

QUAND COMPRENDRAS-TU QUI TU ES VRAIMENT ?

Pour l’instant, tu n’es que fantôme, apparence et ignorance. Scorpion enfoui sous la pierre de tes désirs, tu t’es forgé des pinces de fer, le jour viendra où elles seront de terre ; Toi qui ne regarde que le profit, axé sur ton petit nombril,

QUE CONNAiS-TU DE LA VIE ET DE LA PRIÈRE ? Toi qui ne sais que demander sans être capable de Donner, tu ne fais que pleurer, te lamenter,

Te suicider en vérité. Les pinces que tu t’es forgées disparaîtront et tomberont dans le passé. TOI HUMANITÉ SI BELLE, SI GRANDE, QU’AS-TU FAIT DE TA DESTINÉE ?

Du jour où je t’ai pensée et engendrée, où mon Cœur a parlé, car tu fus ma Volonté. Ô ! JE T’AI TANT DONNÉ, QU’EN AS-TU FAIT ?

OUI JE SUIS CELUI QUI EST !!! REGARDE MA SAINTE COLÈRE ET COMPRENDS, JE SUIS TON PÈRE, AINSI QUE TA MÈRE, TON FRÈRE ET TON AMI.

Je Suis L’ÊTRE qui s’avance à nouveau et qui se tient devant la Porte de ton Cœur, sans oser l’enfoncer…

 

Le temps révolu où j’ai parlé dans le désert va cesser !

JE NE T’ABANDONNERAI JAMAIS ! Ô ! HUMANITÉ, MA VIE, MON ÊTRE, AINSI QUE LA CHAIR DE MA CHAIR ;

MON TOUT PETIT, MON NOUVEAU-NÉ. JE VAIS ENFIN TE RASSEMBLER.

Là où tu es, mon bras viendra te chercher, t’apaiser, te reposer.

OUI je viens, sois-en certain. L’Amour enfin sera Demain en ces temps troublés – siège de l’injustice et du profit, une gloire factice et illusoire bien loin de la Vie profonde et authentique de Celui QUI EST EN VERITÉ !

SACHE QUE JE SUIS DEPUIS TOUJOURS ET POUR TOUJOURS !

 

Je me tiens caché encore très peu de temps de par ma Volonté, afin de mieux révéler dans le Cœur de Tous Ma grande Humanité, Celle qui est !

Toi Homme, tu vas cesser ta mesquinerie et ta cupidité, ton petit moi va exploser, n’ayant aucune utilité.

TU VAS DEVOIR L’ABANDONNER TA RIDICULE PETITE PENSÉE,

infime personnalité que tu es le temps d’un dé jeté, qui a roulé et s’apprête à s’arrêter, figé pour l’éternité. Ce qui est passé est passé, ne te retourne plus, ne considère plus ce qui est révolu. L’Aube se lève en toi, une Co-nnaissance

nouvelle vient à maturité au-delà de tes pensées et de toutes tes vérités :

LA CONNAISSANCE, CELLE QUI EST. Ce que tu appelles inconnu sera connu, ce que tu crois impossible sera possible en Vérité, car la Conscience te sera révélée dans son Infini et sa Majesté. L’Insondable te sera apporté,

petit mortel issu du passé sera Vivant en Vérité !

TOI CRÉATURE SOIS CRÉATEUR, CECI EST MA VOLONTÉ  DE TOUTE ÉTERNITÉ ; témoignes-en et sers dans l’Amour et l’Unité et tout te sera donné. Tous tes besoins seront comblés à jamais.

CAR TU SERAS L’ÉTERNITÉ  MANIFESTÉE AU-DELÀ DU LIMITÉ, car on jette les béquilles une fois qu’on sait marcher !

 

POUR LE MOMENT, PERSONNE NE PEUT DIRE « JE SUIS SANS PECHÉ » , QUI SE DIT PARFAIT, QUI INCLINE MA VOLONTÉ.

HOMME, QUEL MÉRITE AS-TU TEL QUE TU ES ?? Tu es bien petit, bien limité !

 

 

AINSI PARLE CELUI QUI EST ! 

LA VOIE QUI EST ET QUI RESTE !

 

 

 

 

« Après avoir été étreint par cette incroyable lumière, je suis revenu à ma conscience de veille avec une très forte envie de prendre de quoi écrire, ensuite le trou noir… !! Le message ci-dessous m’a été délivré en moins de deux minutes ( j’ai machinalement regardé ma montre juste avant d’écrire et après être revenu à moi. ) »  

 

Ceci est une réflexion à une question fondamentale, cachée au plus profond du cœur de l’Homme. La raison de la vie, une question qui ne cesse de m’interpeller. Qui est l’homme, qui suis-je ? Cet être doué de « réflexion, d’analyse, de raison », d’une certaine conscience de soi. Capable du pire comme du meilleur. Dans ce monde animé par le pouvoir, la domination, la haine, en un mot, la peur !, source de tous les problèmes passés, présents et futurs. En son nom, les hommes ont commis les pires atrocités qui soient, et continuent actuellement à le faire d’une façon toujours plus destructrice, afin de satisfaire sa nature de despote. Oui, la peur a persécuté, humilié et tué sans faiblir à travers les siècles, avec le plus grand mépris de la vie. L’homme est bien plus responsable que l’animal. Ayant développé les facultés de l’intellect, l’homme sait si ce qu’il fait ou dit, porte du tort ou pas ! Il en est renseigné par la conscience du « moi », ou conscience individuelle actuellement en devenir, dans l’espèce humaine. Dans l’échelle de l’évolution, l’intellect a remplacé progressivement l’instinct propre au monde animal. Existant encore de ce fait dans le règne humain, d’une façon relativement résiduelle, mais tenace, la conscience individuelle propre à l’humanité est à l’origine de l’apparition du moi et de sa nature dualiste, ceci opposé à cela, ou j’aime, je n’aime pas ! Je crois que le monde dans lequel nous vivons est créé par la conscience individuelle propre à l’humanité de masse de toute l’humanité. Appelée conscience collective sélective qui donne à l’homme ordinaire sa raison d’être, depuis de nombreux millénaires. Je pense que toutes les formes de vie animant cette planète, ressemblent étrangement à l’homme, dans sa façon d’appréhender la vie. Tout concoure à une espèce de compétition, de rivalité, de domination, tournée uniquement vers son propre profit. Les uns agissant sur mode automatique plus ou moins développé, les autres, d’une façon plus ou moins calculée, mais de toutes façons erronée. Le profit, voilà ce que la conscience humaine a institué à travers les siècles. L’homme est responsable de ce monde, car il en est la conscience première, instigatrice de tous les problèmes. Il en est le « créateur », l’exemple d’une façon manifeste « le dieu de ce monde » : Le monde est à l’image de l’homme, dans ses moindres détails. Nous en voyons le résultat chaque jour, partout où se tourne notre regard. Tout témoigne de la conscience directrice du monde. La volonté de domination, de gloire, de profit menant ce monde à la ruine. Chaque manifestation dans ce monde témoigne de la résistance, qu’elle soit passive ou active. Tout résiste à tout. La conscience de ce monde résiste à la matière. La matière qui lui résiste, pire, elle se révolte. Il n’y a aucune fatalité, il n’y a que des conséquences. Sur cette planète, rien ne se fait dans l’harmonie la paix et l’amour. Tous les phénomènes découlent d’une lutte. La violence  est partout dans ce monde, car elle se situe avant tout dans le cœur des hommes. Nous méritons réellement ce monde, car nous contribuons tous à le créer, de part notre conscience et son action, la pensée. Je pense que l’homme sort à peine du règne animal, et qu’il en garde encore l’empreinte telle que l’instinct de compétition, de préservation, en un mot, de prédation, dû uniquement à la peur, car elle produit le manque ! Mais, cela est nécessaire à l’évolution de la conscience dans l’univers. Le moi individuel doit être développé d’une façon totale et irréversible, pour sortir complètement de l’instinct, (comportement automatique de survie) afin de se diriger vers le mental supérieur ou Soi, charnière entre l’humain et le DIVIN.   

 

 

Depuis la nuit des temps, à différentes époques des messagers sont venus, sur cette terre : ( le Christ, Mahomet, le Bouddha et bien d’autres) afin d’éclairer l’humanité, les a-t-elle compris, les a-t-elle vraiment pris au sérieux ? Ces messagers proviennent tous de la Conscience Universelle, Source de toute chose. Ces êtres plus avancés sur le chemin se sont incarnés volontairement, en acceptant toutes sortes de limitations, propres à ce monde ! Combien de fois les avons-nous persécutés, tués ?! Eux qui n’apportaient que la paix aux hommes, eux qui ne cherchaient qu’à aimer vraiment ! Combien de fois nous ont-ils enseigné que le véritable pouvoir est l’unité de toutes choses, et non pas le pouvoir illusoire sur toutes choses, qui n’est que dictature et despotisme ! Les hommes ne l’ont pas encore compris, ils continuent à vouloir prendre, quoi qu’il en coûte, se servir au lieu de servir. Et c‘est là notre fondamentale erreur (le péché des origines). Savoir  donner pleinement, c‘est recevoir pleinement ! Tant que l’homme retiendra l’énergie de la vie, il ne recevra que très peu de la vie ! L’homme doit comprendre que tout, absolument Tout est en lui, il n’y a aucun phénomène extérieur et indépendant, que Tout découle de sa conscience et de sa pensée, le monde tel qu’il lui apparaît n’est que contradiction, destruction et insécurité, car sa pensée est fondamentalement fondée sur la peur et le manque ! Il lui faut toujours se battre, lutter pour survivre et subsister. Nous ne nous servons pas assez de notre cœur dans nos motivations profondes, nos aspirations et nos buts. Nos pensées sont plus souvent animées par notre tête, telles que le raisonnement erroné, et le calcul dû à la peur de manquer. En faisant cela nous limitons notre ÉNERGIE et ne lui donnons pas la possibilité de nous exprimer totalement.

 

Etant donné que nous sommes en majorité de culture chrétienne, je souhaite apporter une précision concernant la Bible et son sens véritable ou ésotérique : La Genèse, le création de l’Homme et de l’univers. Au commencement Dieu dit « Que cela soit et cela EST  » . L’erreur que beaucoup de gens font - et moi le premier pendant longtemps ! - est de situer l’acte créateur dans le passé - cela a été - . Pourquoi ne pas situer la création dans le présent, l’ici et maintenant ?! car je ressens que tout est crée par la conscience. La création est ce que la conscience est, sans commencement ni fin !  Je suis intimement convaincu que nous sommes dans les six jours de la création comme cela est indiqué dans la Genèse. Les six jours représentent d’une façon symbolique un cycle d’évolution ou d’élévation de la conscience de l’univers jusqu’à l’accomplissement de ce cycle et ainsi de suite à l’infini.

Il y est dit aussi que Dieu - la Conscience -  se reposa le septième jour ; le sept symbolise l’accomplissement de la conscience dans un cycle de Vie ou la manifestation supérieure du principe de la Connaissance, amenant ce cycle à sa perfection totale.

Le chiffre six représente l’univers ou la création en voie de perfection, donc en devenir. Or, la conscience s’essaye à créer en travaillant dans le corruptible, afin de faire l’expérience de la limitation ou de la temporalité. Le chiffre sept représente la création en total accomplissement dans sa nature originelle au-delà du temps et de l’espace, au-delà de toute limitation.

La conscience fonctionnant à ce niveau permet le potentiel créateur absolu de la Connaissance et de l’Energie !

La volonté peut être comparée à l’énergie, car elle produit la pensée - l’action - qui elle révèle la matière ou création, ceci pourrait expliquer le symbolisme chrétien de la trinité divine : Le Père - Mère : la Volonté, le Fils - ou la Fille - : l’Action, le Saint-Esprit : la Manifestation. Ces trois principes fondamentaux engendrent ce que l’on pourrait appeler la véritable Intelligence - la Sagesse - et tout cela révèle l’Âme, la Conscience. Ce schéma trinitaire s’exerce d’une façon plus ou moins limitée due à la division de la volonté, de la pensée et de la matière produisant un désordre manifeste…

Dans les temps à venir, l’Homme comprendra beaucoup la puissance de la volonté et de la pensée, car sa conscience grandira et dévoilera un peu plus du mystère caché des choses et des êtres. Le monde tel qu’il le vit actuellement disparaîtra. La conscience personnelle sera plus près de la Conscience Universelle qui est Ordre, Amour et Sens. L’Homme est donc en chemin vers l’accomplissement de sa véritable nature : la Volonté, l’Action, la Manifestation - l’Univers -

Le chiffre sept symbolise l’acte créateur parfait qui ne connaît aucune limite dans le temps et l’espace et qui par conséquent n’engendre plus la souffrance - ou limitation - due à l’ignorance.

 

 

L’énergie à l’œuvre dans ce monde produisant la conscience individuelle et personnelle de masse de l’humanité, le Moi, est en train de passer à un mode de manifestation supérieur par la manifestation radicale de la volonté ou énergie de la pensée, de l’action et de la matière, ou résultat donc !

Revenons maintenant à l’aspect de l’univers concernant notre monde actuel, le monde physique et son cycle d’évolution se rapportant à notre espace temps personnel - nos six jours de la création -. Nous faisons l’expérience de la matière en fonction de ce que nous sommes capables d’en comprendre et uniquement cela !  La Terre que nous connaissons n’est qu’une infime partie de la Terre Universelle, de l’Univers. La nature essentielle de l’Homme est bien au-delà de toutes les conceptions actuelles. L’Homme tel qu’il est n’est que l’ombre de lui-même, soumis au temps et à l’espace. Nous ne concevons la vie que par un système linéaire qui sépare passé, présent et futur ; cela a pour conséquence de limiter notre action dans le monde.

Au niveau le plus élevé de la Conscience, le temps n’existe pas tel que nous en faisons l’expérience, car passé, présent et futur sont une seule et même chose. Il n’y a pas d’attente, les catégories du temps et de l’espace s’effacent, afin de faire place à l’Eternel Présent, où la pensée crée instantanément toute chose, où la Connaissance englobe passé, présent et futur en un seul grand Tout.

La portion de la pensée dont nous faisons l’expérience n’est qu’un fragment de la Pensée à son niveau le plus élevé, l’Homme prend part à la Création, mais seulement à ce qu’il est capable d’en révéler !  Il croit que la vie se limite à sa propre pensée dualiste, sélective et il en est fait suivant sa volonté ou énergie ; la matière ne peut qu’obéir à l’Esprit…. cela est sa nature, elle est le révélateur de l’Esprit quelles que soient les limitations que celui-ci s’impose. Esprit et matière ne sont que les deux faces d’une même pièce, l’un ne peut être sans l’autre. 

 

 

 

La vie visible et au-delà…

 

Comme nous l’avons vu, le monde que nous connaissons n’est pas la seule réalité des choses, la Vie est infiniment plus riche et plus élaborée que cela.

La matière dont nous faisons l’expérience n’est que le résultat d’un mode de fonctionnement rudimentaire - en apparence fondamental et absolu - propre à la conscience fragmentée et discursive de ce monde, mais toutefois nécessaire à l’évolution ou élévation de cette conscience. La Terre que nous connaissons est une planète ou plan de manifestation de la Conscience ou Connaissance, de la volonté ou énergie, qui ne connaît les choses que de façon linéaire, figée et arbitraire, produisant le temps et l’espace dont nous faisons l’expérience, lesquels sont les deux pôles fondamentaux d’une même réalité : le principe limitatif qui régit ce plan. Le temps correspondant à la durée, la conscience produit l’idée ou énergie, qui à son tour produit la pensée - l’action - afin de parvenir au résultat désiré : la manifestation dans la matière. Tout ceci dans un laps de temps déterminée ou durée de réalisation propre à la volonté et l’action discursives de ce plan de vie commun à tous. L’espace est l’autre pôle limitatif du principe de la connaissance rationnelle, le déplacement d’un point à un autre ;

Là encore, une notion de durée - limitation - ou de labeur donc de souffrance, ce qui prouve bien que sur ce plan - cette Terre - nous subissons plus que nous créons, la conscience n’étant pas assez unifiée donc efficace. La nature des choses est ce que nous en faisons !

 

 

La mort et l’inconnu

 

Le temps de l’expérience du plan terrestre où nous vivons, a un début et une fin comme toutes choses à ce niveau.

Nous déterminons la durée et l’intensité de cette expérience de l’incarnation par l’énergie que nous y mettons ; sauf exception pour les êtres plus avancés sur le Chemin, à la conscience plus unifiée et aux potentialités créatrices plus vastes qui ont dépassé certaines limitations imposées par la conscience collective et l’instinct propre au monde animal dont l’humanité finit à peine l’expérience. Ces êtres plus près de la vérité fondamentale sont ce que nous pouvons appeler des guides, car ils ont perfectionné le système et reculé ses propres limites, amenant progressivement le passé et le futur dans l’éternel présent et de ce fait éclairant la mort d’un sens nouveau : l’autre versant de la vie, sa face cachée, la fin et le commencement d’autre chose ; une réalité se superposant à notre réalité  temporelle limitée, plus vaste, plus révélatrice de la grande Vie où les catégories du temps et de l’espace ne se manifestent plus de la même façon. Le temps est de moins en moins une limitation subordonnée à la durée et à l’attente du résultat mis en œuvre par l’action - la pensée - et déterminé par l’énergie - l’idée - soumises au temporel ou rationnel. L’espace lui aussi ne se présente pas de la même façon, il existe toujours comme le temps, mais à un niveau tel qu’il demande de moins en moins de temps afin de parvenir d’un point à un autre.

La Connaissance aussi a besoin de moins en moins de temps pour se révéler, elle devient de plus en plus simultanée, c’est le plan de l’intuition, de la Connaissance directe dépassant le savoir et le rêve. L’imagination devient de plus en plus créatrice et révélatrice des choses, la conscience se suffit de plus en plus à elle-même comme volonté, action et présence manifeste, afin de parfaire totalement les plans de la matière dans l’univers qui est la manifestation de la Conscience à l’Infini. En effet, il n’y a pas de limite à l’expérience ou à la Vie.

 

 

Chapitre 5

 

La mort, ce qui est derrière le voile… Comme nous avons pu le voir, le temps et l’espace sont de moins en moins une limitation après la mort. Ainsi, à mesure que nous nous élevons vers les plans supérieurs de la conscience jusqu’au stade ultime de l’instantané, l’Unité parfaite, la volonté, l’action et la manifestation sont, dans un premier temps, de plus en plus rapide, devenant semi-instantané et plus ou moins simultané, jusqu’à la perfection du système.

Les émotions et les sentiments, en voie de purification à mesure que l’on grandit, permettent cet accomplissement. Le temps et l’espace - dans le sens d’attente du résultat - ne prouvent plus exister, tel que l’humanité les connaît dans le plan physique. Dans notre champ d’action limité, le temps et l’espace sont relativement figés et peu efficaces, les deux versants d’une même réalité, s’opposant l’un à l’autre, ce qui a pour effet de limiter leurs actions. Après la mort, les deux pôles s’unifient progressivement jusqu’à devenir, au niveau le plus élevé, essentiellement unifiés. La Volonté, l’Action et le Résultat sont instantanés, donc totales.

Le Temps devient l’ÉTERNITÉ (sans aucune attente) et l’Espace devient Présence (ou Connaissance Directe absolue). La conscience atteint sa nature véritable qui est Volonté directe, Action directe et Connaissance directe, donnant sens et forme à la Matière (L’UNIVERS). Ce que nous appelons la mort n’est que le sens révélé, jusque là caché de la nature des phénomènes et de l’expérience créée par la Conscience. La mort nous révèle qui nous sommes fondamentalement ! Elle est l’énergie qui écarte progressivement mais sûrement le voile de l’ignorance propre à la conscience discursive concernant notre monde. La mort n’a rien de destructeur mais au contraire construit, elle ne détruit qu’en apparence. Elle enlève ce qui est usé et ne fonctionne plus. Elle est la fin d’un processus et le commencement d’un autre. Paradoxalement, elle donne encore plus de vie et non pas l’anéantissement de la vie que nous connaissons.     

 

 

 

 

 

Le système trinitaire

 

 

Le système trinitaire qui engendre la Vie et donne sa raison d’être à toute chose est vraiment fondamental. Ce schéma se retrouve dans les différents écrits sacrés de tous les peuples de cette planète quelle que soit leur culture.

Ce système comporte trois grands principes absolus que la science détermine comme :

 

               Energie - Fonction - Résultat

               Volonté - Action -  Manifestation

               Conscience - Activité – Création

 

Pour simplifier, ce schéma trinitaire de base - ce socle - doit être d’abord renforcé et unifié afin de permettre à l’Intelligence véritable, la Sagesse, de se manifester à tous les niveaux de l’univers.

Notre véritable nature est Amour-Sagesse dans la Volonté, l’Action, la Manifestation.

La sagesse n’a aucune restriction, aucune limite, aucun manque, elle n’engendre pas la souffrance, n’a aucun besoin d’attachement produisant l’asservissement - ou désirs erronés - , elle est la Vérité, l’Âme : l’essence pure, le Tout manifeste, la Conscience infinie, ce merveilleux divin que nous sommes et en qui nous avons la Vie !

L’âme est l’essence de l’Amour et de la Sagesse dans la Volonté cherchant à se manifester sur tous les plans de la Nature. L’Homme a toujours pressenti au plus profond de lui-même, à l’arrière-plan de sa conscience, la vérité fondamentale de la Vie et sa raison d’être.

 

  

*Pour toute question ou commentaire, vous pouvez me contacter à l’adresse mail suivante : sylvieblanes@orange.fr