Bienvenue en Enfer !

 
- Samedi 22 janvier 2011
 

 

« L’Enfer est le lieu le plus noir du monde de l’Esprit, l’Univers des ténèbres. Comme son nom l’indique, il accueille les esprits ténébreux, les âmes qui ont très lourdement fauté sur la Terre, au cours de leur séjour.

 

L’Enfer n’est pas un lieu de vie éternel pour ces âmes. Pourtant, leur séjour en ce lieu sera parfois très long. Ce qui peut ressembler, pour certaines, à une éternité. Personne n’est condamné à l’Enfer éternel, parce que Dieu offre son pardon et le rachat de toute âme qui est de sa création.

 

L’Enfer mérite pourtant son nom. Il n’existe rien de semblable dans votre monde physique. C’est le choix de chacun de se rendre là-bas, après la mort. C’est le choix de l’âme qui s’imposera naturellement à tous ceux qui n’ont pas réussi leur parcours d’évolution sur Terre, mais surtout à ceux qui ont commis les pires exactions, quelles que soient leurs victimes. 

 

 

 

 

Nous avons tous une mission à accomplir pour aider les âmes en souffrance. Mais elle est parfois très difficile parce que les forces d’opposition à Dieu, l’entravent. Elles tentent, par tous les moyens, de garder en Enfer  dans ces lieux infernaux, dans ces mondes inférieurs  des âmes qui ont trahi leur propre engagement. Les gardiens de l’endroit veulent les emprisonner et leur font régulièrement comprendre que la Lumière divine n’existe pas, et qu’on leur a menti sur cet état de chose.  

 

Certaines âmes  les plus faibles  l’admettent très facilement puisqu’elles n’ont pas, pour la plupart, suivi le droit chemin. Mais nous intervenons. Nous organisons, comme vous pourriez le dire, des opérations commando, pour tenter de libérer les êtres qui veulent bien nous écouter. Ces missions sont toujours périlleuses. Nous intervenons, en effet, sur le territoire de l’ennemi et nous sommes suspectés, bien que prenant mille précautions pour se fondre dans l’environnement du lieu.

 

Sachez pourtant que notre champ vibratoire, notre âme lumineuse, supportent très mal les basses vibrations qui nous sont alors imposées. Nous nous protégeons du mieux que nous pouvons, comme vous le faites sur Terre lorsque vous-mêmes rendez visite, pour l’aider, à une personne dont l’âme est en difficulté. Vous éprouvez alors, à son approche, une sorte de malaise ou d’étrange sensation qui peut vous déstabiliser et vous faire fuir à grandes enjambées.

 

La situation est presque identique pour ce qui nous concerne, avec la seule différence que nous ne sommes plus dans un corps physique, et que nous ne subissons aucun dommage mental après cette rencontre.

 

Nous retrouvons ici les plus grands criminels, les êtres les plus abjects que notre Terre ait jamais portés. Les masques sont tombés. Ils ne ressemblent plus à ce qu’ils étaient sur la Terre. Ils ne sont plus fringants ni aussi sûrs d’eux, bien que certains continuent à dominer le petit peuple. Ils n’abdiquent pas facilement et restent les terroristes mentaux ou physiques qu’ils étaient. Les monstres les plus hideux deviennent leurs compagnons. Ils les ont adoptés sur la Terre et continuent après leur mort. Il n’est pas facile pour nous de lutter contre leur influence. À l’image de l’Archange Michel, nous les traquons sans répit. Mais aussi longtemps que les humains  incarnés ou non les accueilleront dans leur vie, il nous faudra lutter sans jamais renoncer.

 

Le plus souvent, il nous faut éclairer leur esprit pour qu’il retrouve sa lucidité. À partir de l’instant où la situation devient claire et limpide, l’âme sait parfaitement ce qu’elle a à faire pour s’élever dans la Lumière. Elle n’est plus influencée par les forces qui souhaitent à tout prix la retenir au fond, là où la Lumière divine ne peut se voir, s’entrevoir ou même pénétrer. Il est de notre devoir d’éclairer les âmes en perdition. C’est la démarche d’Amour qui s’impose à nous tous.

 

Oui, le combat céleste n’est pas un vain mot. Il est même une éclatante réalité. 

 

Toutefois, le temps n’existant plus dans notre monde divin, il peut se passer des millénaires pour obtenir enfin la prise de conscience de ces âmes perdues. En conséquence, ainsi que vous le constatez, le séjour en ces lieux d’expiation peut être très long. Il dépendra bien sûr de la faute commise, du manque de courage et de la volonté ou non de s’en sortir.

 

En résumé, si les humains voyaient dans la réalité ce qui les attend après leur mort physique, ils prendraient sans attendre les meilleures dispositions pour rejoindre les plans de Lumière. C’est alors que l’enfer des âmes malheureuses et perdues disparaîtrait totalement du paysage spirituel.

 

L’Enfer ne l’oubliez jamais  est un état, un lieu fabriqué par l’esprit, une création de la pensée et de la volonté. L’être qui meurt fabrique de toutes pièces  selon ses actes terrestres son lieu de vie et son environnement. C’est en réalité lui qui se juge. Il n’existe pas d’autre jugement. L’être miroir, le double du physique, celui qui survit à la mort, est le seul juge divin. »