Correspondance avec Erik Satie



Erik Satie
Correspondance presque complète
Réunie et présentée par Ornella Volta
Fayard / Imec - 2000
1.165 lettres en tout


Correspondance avec et sur Roger Désormière



959. À HENRI SAUGUET 

Arcueil, le 19 juillet 1923

Cher Monsieur. 


Depuis guelques jours Diaghilew & moi parlons beaucoup de l’Ecole d'Arcueil  - & de vous en particulier. 


Voulez-vous venir demain, vendredi vers 18h 1/2 (6 h 1/2) à l'Hôtel Continental, 3 rue de Castiglione, où Diaghilew désire vous voir.

 

Je vous présenterai à lui. 

Amicalement : ES


P.-S. Après, si vous êtes libre, nous pourrons dîner ensemble - tous deux. 





964 AU BARON MOLLET [?] 


Arcueil, le 24 juillet 1923 


Mon Cher Ami.

 

Je n'ai gardé aucun mot d'Apollinaire, non pas par mépris mais par une coupable négligence. Je le regrette, bien entendu.

 

« L'École d'Arcueil » ?... se compose de quatre jeunes musiciens : Henri Cliquet-Pleyel, Roger Désormière, Maxime Jacob, Henri Sauguet. 


J'ai eu l'honneur de présenter ce groupe dans une conférence que j'ai faite sur ces musiciens au Collège de France, le 14 juin. Leur succès a dépassé de beaucoup mes espérances, lesquelles étaient pourtant vastes.... 


.... Tant mieux : l'arrivée de ces jeunes gens, dans la lice musicale, consolide les efforts de ceux qui luttent contre les produits gluants, pondus à plaisir par les « artissess », les « mufles » & les « périmés ». Oui. 


Bien à vous, je suis 

Erik Satie 




986 À DARIUS MILHAUD 

Samedi 15 sept. 1923 

Cher Grand Ami. 


Revenez vite, & nous causerons.... 


Je trépigne de joie, pour ce que (enfin !) Diaghilew vous a écrit. C'est une victoire contre X (un X que je voudrais bien connaître. Oui).


Je travaille comme un travailleur qui travaille (cas rare). 


Je viens de terminer le deuxième acte du « Médecin malgré lui ».

 

On (?) a dit à Jean que je « lâchais ». Hum !


 Serait-ce - ce « on » - notre camarade Auric ?... 


Où sont les bons Collaer ? S'ils sont toujours avec vous, embrassez-les pour moi, ainsi que Désormière. 


Dites à la Petite Dame Collaer que je l'adore & vais lui écrire... 


Amitiés à vos bons parents & à vous-même, de 

ES 





998. A ROLF DE MARÉ 

Arcueil, le 12 Oct. 1923

Cher Directeur. 


Ce qu'est l'École d’Arcueil ?... Le 14 juin dernier, j'ai eu l'honneur de présenter - au Collège de France… - quatre jeunes musiciens : Henri Cliquet-Pleyel, Roger Désormière, Maxime Jacob & Henri Sauguet. 


Ils ont pris la dénomination d’École d’Arcueil par amitié pour un vieil habitant de cette commune suburbaine. Oui.



Je ne vous parlerai pas de leurs mérites - n'étant ni « pion » ni critique (heureusement !)…. 


Le public est leur seul juge : lui seul a le réel pouvoir de se prononcer.... Personnellement, je suis heureux de la venue de ce groupe dans la lice musicale: il remplace les « Six », naturellement dissociés, & dont quelques-uns des membres sont irrémédiablement entrés dans la Gloire - malgré les dires saugrenus & comiques des « artisses », des « périmés », & des « criticaillons ». 


Bien à vous.


Erik Satie 



© Archives Erik Satie

1005 A ROGER DÉSORMIÈRE 

Dimanche 21 Oct. 1923 


Ami. 


Pas du tout : c'était très bien. 


Portez votre attention, s'il vous plaît, sur les harmonies du temps dans les « Gymnopédies ». Ce temps est très caractéristique :



Je serai demain au théâtre à 14 heures. 


Encore & toujours merci pour votre dévouement. 


Bien à vous : 

ES


P.S. Koussevitsky donne, le 8 novembre, « Parade » ! 


Quelle veine (pour moi) !



Désormière préparait un concert d'ouverture de l'École d'Arcueil à la soirée des Ballets suédois du 25 octobre 1923 au Théâtre des Champs-Élysées.






 

 © Archives Erik Satie

1049. À ROGER DÉSORMIÈRE 

Samedi 16 février 1924 


Cher Ami. 


Très content que ce soit vous qui conduisiez le « truc » Beaumont. 


En effet, Caryathis est encore propriétaire de la « Belle Excentrique », mais Auric a peut-être tort de me rejeter de cette combinaison : je compte écrire deux petites choses en collaboration avec Tzara. Oui. 


Que notre ami Auric ne se trouble pas sur mon compte (de Beaumont - qui est très « chic »). Oui. 


Remarquez que j'ai le droit de donner la « Belle Excentrique » en morceau symphonique, ce qu'Auric sait bien, mais ne dit pas. Pour le matériel, voyez la « Sirène » : elle en a sûrement un. 


Amicalement vôtre :  

ES 

 

Tzara ? confusion avec Picabia ?

Désormière dirigera la Belle Excentrique le 5 avril suivant pour un concert École d'Arcueil au Théâtre-Atelier-Montmartre de Charles Dullin.









1080. À PIERRE BERTIN 

Dimanche 30 mars 1924 

Monsieur le bon Pierre. 


Impossible d'assister à ce nouveau début : réunion importante, chez Maxime Jacob, des membres fondateurs de « l'École d'Arcueil ».


Je ne puis remettre cette séance : il y a des dispositions importantes à prendre au sujet du concert (& de ma confërence} qui ont lieu samedi à « l'Atelier ». Oui. 



Excusez-moi, mon cher Pierre. 


Bon & grand succès. Oui... 


Bravos par milliers (des centaines de). Oui... 


Amitiés à la Dadame et à «Bibique» de la part de « Galocbin ». 


ES 



ce nouveau début = Pierre Bertin rentre à la Comédie française.


Concert de L'École d'Arcueil le 5 avril 1924 au Théatre-Atelier-Montmartre de Charles Dullin.


Dadame = Marcelle Meyer, alors épouse de Pierre Bertin. 

Bibique = Marie Bertin, leur fille. 

Galochin =  Erik Satie.





1083. À PAUL COLLAER 

Dimanche 6 Avril 1924 

Cher si brave Ami. 


J'ai dîné hier chez Milhaud (après le beau concert de « L'École d'Arcueil » au théâtre Montmartre) .... Oui... J'y ai prononcé quelques mots très aimables sur la Critique. Oui. 


Milhaud me dit avoir reçu de vous une lettre indignée sur Auric ... Joli, le quatuor Poulenc - Laloy - Cocteau & Auric !... Un beau paquet de «salauds » l... Nous en verrons bien d'autres. Attendons. Oui... 


Je n'ai pas eu de nouvelles nouvelles des étudiants Bruxellois. Je crois la « chose» terminée. 


Ces Dames vont bien ? La vôtre est un être exquis, délicieux, introuvable... 


Faites-lui mes amitiés, vous prie-je. 


Bien à vous, cher Ami, je suis : ES


Concert de L'École d'Arcueil le 5 avril 1924 au Théatre-Atelier-Montmartre de Charles Dullin.






1098. AU COMTE ÉTIENNE DE BEAUMONT 


Samedi 10 Mai [1924] 


Cher Bon Comte. 


Suis venu, hier vendredi, pour vous apporter la fin l'adaptation de « Mercure ». Je n'ai pas laissé ce manuscrit ne trouvant personne de qualifié pour le remettre sûrement.

 

Je suis revenu cet après-midi. Vous n'avez pu me recevoir. 


Mon travail est terminé. 


Bien à vous : ES 

Mercure de Satie en 1947




 © Archives Erik Satie

1099. A ROGER DÉSORMIÈRE (carte-lettre pneumatique)


Dimanche 11 Mai 1924 


Cher Ami. 


Bonjour. Ça va ? 


J'ai terminé toute l'orchestration des « Aventures de Mercure » depuis vendredi. Chic !... 


Je suis allé, plusieurs fois, pour déposer cette dernière partie, rue Duroc.... Je n'ai pu laisser ce manuscrit, n'y rencontrant personne de qualifié pour le lui remettre. 


Du reste, c'est au bon Comte (lui-même) que je désire transmettre cet objet (pour des raisons d'ordre économique & des plus monétaires). Oui. 


Si vous avez besoin de cette fin (pour en faire faire des copies), vous me ferez plaisir de vous adresser, au plus tôt, au dit bon Comte. Oui. 


Vive l’École d'Arcueil ! Oui. 

ES 





 © Archives Erik Satie

1114. À ROGER DÉSORMIÈRE 

Lundi 16 juin 1924 

Cher Ami. 


Je vous demande instamment de prendre, pour « Mercure », la version originale - celle de samedi : pas de reprise de la musique pendant l'attente des décors. 


C'est moi qui fais les frais de cette attente : beaucoup de personnes croient que ma musique est la cause de ces faux entractes - & ils « gueulent », les très braves gens. Oui .... ils ont raison, du reste. 


Je ne serai pas là ce soir, & vous prie, amicalement, de faire le nécessaire à ce sujet. 


Bien vôtre :             

ES 


P.-S. Merci pour votre dévouement. Vous êtes un « chic type ». Très réussi, hier soir ! 


Carte pneumatique postée rue de la Glacière dans le XIIIème.





1115. À DARIUS MILHAUD 

Lundi 16 juin 1924 

Cher Grand Ami. 


                    J'écris à Désormière pour le prier de ne pas faire de reprises de la musique pendant l'attente des décors. 


J'ai pu constater que l'on me rendait responsable de cette longue attente.......... Très peu ! Qu'on attende (sans moi)...


Oui... 


Veillez à cela, Cher Ami : je ne peux venir ce soir, & vous supplie de me représenter. 


J'ai, en sortant, traversé le groupe « Faux-Dada » : ils ne m'ont rien dit. 


Excusez-moi auprès de la toute petite Dame pour le coup de coude que je lui donnai sur la tête. J'en suis désolé. 


Amicalement vôtre : ES


la toute petite Dame : Madeleine Milhaud ?




 

 © Archives Erik Satie

1157. À ROGER DÉSORMIÈRE 

Jeudi 23 Oct. 1924 


Cher Ami. 


Très content suis : alors vous dirigez « Relâche » ? 


J'ai encore sept pages à orchestrer. Samedi je remets la fin du second acte au copiste. Vous aurez la partition dans les premiers jours de novembre (vers le 10). 


Quant à la partie cinématographique, M. Clair ne m'a pas encore remis le détail du film. Il n'y a pas de retard : tout est arrangé avec le copiste... 


Le tout est beaucoup plus simple que « Mercure », vous savez. En tous cas, c'est très gros.... 


Dînons ensemble quand vous voudrez. Vers 19 heures (7 heures), par exemple, & dans un lieu sans prétention (je ne mange que des légumes). Oui. 



Bonjour, Cher Ami. 

A bientôt 

Erik Satie

Comments