Vivisection d’une exhibition domestique
















 

Le terrain de chasse de Pierre Vossier ne tend pourtant pas à s’approcher de la linguistique proprement dit, mais à définir les contours du corps dominant, de la figure patriarcale qui s’y attache et s’impose dans un inconscient sociétal globalisé. L’archétype du surmâle, ici représenté par une super star de football espagnole sur le déclin, est l’axe autour duquel se dévoile progressivement les relations d’une mère et sa fille, deux inconnues l’une à l’autre, liées par la connaissance de certains codes, exsangues de tout fondements intellectuels ou rationnels, mais formant le terreau d’une éducation réglementée. La relation est à l’image de ce chignon strict qui refuse de tenir sur la tête d’une fille qui refuse de parler.

 

L’espagnol, cet homme fort qui se nourrit de « viande en sauce et de jambon », pourrait être un agrégat de David Beckham et Johnny Hallyday. Une sorte de marionnette ternie, caricature désossée de lui-même. Un bouffeur de pulpe en pleine décadence. Cette décadence qui devient la fange séminale dans laquelle se baigne progressivement chaque personnage, tous plus obscènes de minute en minute. Chimère masculine, domination d’un homme absent, qui se révèle en rupture de l’image tissée par les médias. Un homme en faille, dans lequel s’engouffre une âme tout aussi manipulable, quoi que… Qui écrase qui. Qui domine qui, les apparences sont trompeuses, ici plus qu’ailleurs.

 

Interrogation sur le corps, son désir, sur la domination - masculine et familiale - , le texte interroge également l’ingérence du public dans la sphère privée, et le rôle de la médiatisation sur les rapports aux choses et aux autres. Une pièce pornotopique - pour reprendre le titre de l’écrivaine espagnole Beatriz Preciado - où chaque personnage féminin se dissimulera à l’autre grâce à un jeu de vêtu/dévêtu ou un babillage constant. Guerre sournoise, calfeutrée derrière l’agaçante interjection de la fille à sa mère : « Chuuuut ! ». L’incommunicabilité au centre d’un trio de pantins déshumanisés.

 

Sébastien Derrey a convoqué l’humour glacé de Cyndi Sherman pour sa mise en scène, proposant d’interminables poses clichées, souvent interrompues de manières abruptes ou incongrues. Ainsi la mère, en demande de confession, viendra pourtant interrompre sa fille lors de sa seule tentative de communiquer d’un superbe « On va poireauter encore longtemps ? ». Au travers de postures et de monologues imbriqués, nous discernerons progressivement le postulat du texte, qui restera toujours en retrait, comme s’il s’agissait avant tout d’un prélude, d’une esquisse à une dramaturgie familiale classique qui elle ne verrait jamais le jour.

 

L’enjeu s’éloigne pour se disséminer dans des lieux communs, eux aussi plus suggérés que montrés (la télévision retranscrivant un match de foot sera placée en arrière scène, journaux people et autres informations populaires seront évoqués mais pas montrés) comme pour ouvrir l’imaginaire du spectateur. Un jeu fin et délicat pour une mise à mort cruelle de l’Homme.



Marion Oddon