Laure Gauthier


PE30 - 1ère Couv

Paysages écrits 
N° 30 / Octobre 2018

 « queu paìs »

 

Par les cafés princiers attendre le matin ? 

Les plafonds enrichis de nymphes et de voiles, 

Qu’on jette les mendiants par la vitre, cause : larcin. 

 

Et quand tu sors, vieux dieu, grelottant sous tes toiles 

D’emballage, l’aurore est un lac de vin d’or 

Regrette aux pauvres de ne pas imposer l’étoile ! 

 

Faute de supputer l’éclat de ton trésor, 

Tu peux du moins t’orner d’une plume, à complies

Pour vous voir quitter les lieux, un cierge brûle encor. 

 

Ne t’imagine pas que je dis des folies. 

La terre s’ouvre vieille à qui crève de faim. 

Et je hais les aumônes et vous veux engloutis

 

Et surtout ne leur donnez pas, frères, de pain.

 




Je suis venue dans cette ville inconnue,

ne la voir

Mais

respirer dans les recoins, m’in-staller dans le drapé

hors-sec près des rinceaux

des arcs-boutants

qui ne retiennent presque rien, plus,

De la pierre et la poussière, visitées

puis, du dedans de la chambre je veux être le jaune que ne mange

et refaire coquille dans un monde qui ébrèche

voir au travers des rideaux la pierre

ruthène ni albi ni conques

Entendre le carillon n’actionner plus les foules

la grâce / de pouvoir vivre entre sa peau /

matinée

Et entendre son cœur sans devoir prier

ni acheter

Sentir le temps à la fatigue sur corps claquemuré

Ignorer l’été.

Ne pas en faire l’expérience

dans une chambre,

demeure         échapper donc

aux banderilles du vrai

à la forêt d’étiquettes

de la grande surface du dehors

Rester à la pénombre jusqu’au fond

Qu’on nous laisse ramper dans la salle aux cornes rouges,

à plat ventre redresser la nuque par-delà soi

sentir nos torrents

sous la pulpe des doigts

Ce qui nous ravine

dans une chambre

J’ai vu la fresque de saint éloi

qu’ils venaient à dix mille contempler

disait le guide, je le crois,

puis,

retournaient dans les maisons de pierre bises, pensai-je,

ceints des douze images fresques pour illustrer

une Vie

des quelques inscriptions

L’occitan au mur qui parle

(c’est devenu du latin l’occitan)

la langue des champs près du jubé orné

le seul souvenir de cette image enduite

de la chaux, des couleurs

coup de hache dans l’uniforme

matin du travail

Comme couleur dans la peur noire

de la peur sans électricité

celle qu’on ne peut éclaircir,

ce noir que rien ne

soulages

Si l’image qui déquille les photos

qui noient la surface

Faire ployer les clichés

notre grande surface

y a plus que ça,

le lichen qui nous tue

La fresque noire

est

notre bleu

de méthylène

(tâcher de respirer)





Pas de porte de frigidaire pour éclairer la nuit

Et fuir la faille

au petit matin

Mais quelques images qui travaillent

à l’œuvre de soi





Si tu perds la tête, c’est fichu ! (tu le savais bien ça !)

On ne croit pas en dieu jusque-là,

dieu c’est bon avant le précipice, là à la rigueur

Même à ton époque, on ne croyait pas que dieu recolle les têtes,

Insert coins,

 /Insère les coins /

La tête ça sert à rien la vie à quoi bon dieu

Avant l’orguel’onguentlelivrelepourpre, ça t’en mettait

plein la vue, la foi ça vient après la vue, par les yeux ça rentrait

plus que par les oreilles, l’orgue n’a pas affermi la foi,

(il faut le voir pour le croire)

L’orgue a ouvert les salles de concert,

mais ne parle plus aux trous, dans le corpstête, parle ailleurs

Les salles sont vides,

de prière de concert.

 

Mais je ne sais rien de tes trous,

ne sais si tu aurais rêvé de chantilly en l’an mille,

glaces tablettes crème

glacée écran plages porno bains république dominicaine série fantasy autoplus burger pour les remplir tes trous ?

Mais le blanc battu, meringué, vaut mieux

que celui de la lame,

tout au travers de toi,

Il y aurait donc progrès ?

faisant dans sa culotte de peur de mourir baissant la tête au champ

(d’honneur ça seuls ceux qui ne sont pas morts le disent)

ou bouffant avant d’être bouffé se photographiant pour se dire qu’on vit

se tatouant les contours histoire de se sentir vivre

au lieu d’être écorché ?





Mais je ne vois pas ton visage

J’imagine bien tes mains le nain

des pommes de terre ( ???)

des champs

et du chaume (d’après mes livres d’enfants)

Mais ne t’entends pas, pas même

en découpant les strophes de villon pour faire son

je ne vois pas vos visages

sur les champs de bataille des livres

vous les Enfants perdus

en première ligne

étrillés au blanc

à la lame

On gagne rarement au tirage

au sort – pas de grattage

seuls les moustiques grattent,

enfin, nous démangent

mais vous ?

  ceints d’oubli




 

En volant un cierge (2 euros ils exagèrent) et le faisant brûler (ils se sont sucrés avec la dîme alors 2 euros ils s’en passeront), en demandant une voiture neuve au moment d’allumer la flamme

dans l’alvéole du saint (on dit une chapelle)

vous tentez de boucher les trous

qu’on bouchait jadis en latin à l’orgue

introduire du bon sentiment ou des achats

dans les trous

quand vous prenez l’eau, ça gonfle le bon sentiment,

l’achat aussi est spongieux

et s’adapte à la taille de vos trous

Pour éponger le vide

sinon restent les écrans à gratter

comme on gratte la peau léprée,

ça tombe, ça s’effrite les escarres

Mais la lèpre reste

nos trous ne sont pas des jeux de hasard

gratter n’apporte rien

pourtant ça démange





Les faits d’armes, les roses, l’épique,

Le temps ne pardonne pas,

Mais reste

le cintre articulé

et l’on y suspend encore

les faits divers

les breloques héroïques

On a les morts qu’on peut

On chérit les mythes, le sang

les taureaux les ballons ronds

On a oublié le nom des plantes

On ne bouffe plus le gazon pour se purger

Mais l’on devrait

se mettre en jachère

pour apercevoir un peu d’herbes fraiches

euphémisme dysphémisme, mots tampons

on leur bourre le mou aux mots

Vous faites mousser le pédiluve,

il faut bien faire Histoire

Mais la mer est trop salée trop froide trop je ne sais quoi, fais chier, pas cool

rester dans le chlore à se raconter

des histoires de grandes eaux

trop voir pour ne pas regarder

qui trop embrasse mal étreint

 

 

Extrait de Les corps caverneux (inédit)