Jean de Breyne


PE30 - 1ère Couv

Paysages écrits 
N° 30 / Octobre 2018



*

Quelques fois nous n’avons

                                aucune nouvelle

 

 

Cet espace et ce temps

qui  séparent

 

 

Cet espace et ce temps

entre

 

 

On peut penser  qu’il est

des préparations

 

 

Aussi des signes

en route

qui vont arriver

 

 

Attendre

 

 

-

 

De qui

 

Sans aveu

 

Tant

 

 

 

 

De qui s’estompe

Chacun son tour

 

On ne peut tout prendre

On ne peut tout garder

 

S’estompe

En perte de vue  s’enfonçant

                                Dans les brumes

 

(Penser l’image)

 

S’en va

 

 

 

Et toujours alors :

Que devient ?

                Sans nous

 

Devient

 

-

 

Lui revient toujours à ces présences  à ces existences

 

                Il les sait

 

Elles qui Elles ont un poids

Le poème leur parle

                Confidentiel,                                     cette la

Elles  les existences  ne savent aucune   dédicace

 

Que faire d’autre

 

-

 

Pour passer à autre chose

 

si je le peux

 

après lire la leur

 

qui n’est pas la mienne

 

je reste abasourdi

 

de ce que ça dit

 

sans me dire

 

tant c’est beau

 

 

 

 

Haché  falaise  couteau

 

Tombe   cela tombe

 

 

 

 

 

nous n’y sommes

 

et lisons  et avons lu

 

leur chose

 

-

 

                Traversée sous le ciel bleu

                La rivière, la ville ; croisées

 

                Jusqu’à là

 

                Là    toujours     là

 

                Ailleurs

 

-

 

Comment l’éclair n’obligerait ?

 

Eclairé    de toutes ces langues    donc

je n’ai pas de mots

 

 

Ailes

 

 

                Et,

                Ailes n’ont                                          rien à entendre

                qui s’envolent                                      qui volent

 

 

 

                quoi qu’il en soit

    

        Tant                                    derrière les yeux

 

                                               

                                                derrière les branches

 

 

          Leur vie

 

          Dans leurs voix

 

 

 

Il survient bien une récompense

 

des figures

qu’on ne voit pas venir

-tant le brouillard est bas

et cache les chemins-

surgissent chaque jour

 

 

 

 

 

 

 

Du Carnet MISLI ZA TRAVANJ 2016/ PENSEE POUR AVRIL, 2016, Zagreb, MSU (Musée d’Art Contemporain)