Annie Lulu



Paysages écrits 
N° 30 / Octobre 2018




Inimă

J’ai traversé la pluie
l’inima serrée en poing autour d’une bague
sept, huit, marelle de noms
gagnée au saut du lit,
mes amis défigurés m’ont reprise parmi eux.
Cheveux tirés de flaques
dés entre les dents pour en tisser de nouveaux.
Mizérié !






Fosfor

trajet de sortie ultime
étroitesse d’une parole tissée avec les noms de tous les oubliés
fosfor étincelant du delta de ta langue
mâchoire de l’ouverture
et frottement du peuplier lumineux

umbra mea cade din spate

je t’ai tant de fois appelé
puis gardé caché au cérumen du secret

trésor insonore
mon butin de nuit

l’ombre me tombe du dos
et l’enfant renouvelée vient au seuil avec le feu
in mijloc, au milieu
la tête
la racine

c’est la guerre aux fantômes






Nous ne serons plus noirs

Tu ne vois pas
prisonnier des teintes alternantes

il y a
la joie l’infini indéterminé le Retrait

la colorimétrie du futur
réinvention de la disparition

nous ne serons plus Noirs
nous serons des alphabets.

Du calme.




image pour Annie Lulu

גולם
Golem, Atelier de Tova Madsen, Paris, février 2018
(photo d’Annie Lulu)