REVUE DES REVUES                                                           Kasemate numéro deux



Paysages écrits 
N° 29 / Mai 2018

Alexandre Thevenot a initié cette revue, dont il est le réalisateur intégral, fabrication comprise. Après le numéro 0 et 1, voilà le numéro 2, tiré à 23 exemplaires sur papier recyclé, avec couverture en papier népalais. Sans prix. Offert à qui le désire. Ce numéro épuisé.

Sur la première de couverture : une des dernières images de Nicolas Devil.

Les autres textes, images sont extraits de : Camille Fraisse, Roger Gilbert-Lecomte, Damian Genest, Maud Guerche, Christian Hubin, Alain Jouffroy, Joy Division, Annie Le Brun, F.J. Ossang, Francis Poictevin, Serge Sautreau, Jean-Louis Schefer, Mary Taamallah, Alexandre Thevenot.

Avec une illustration musicale originale de Dziahn, le CD étant inclu dans la revue.

Alexandre Thevenot en parlant de kasemate : « il s'agit d'une sélection de textes, d'images, de sons que je mets en rapport les uns avec les autres, une proposition de sens qui me permet de faire émerger une proximité entre des artistes et des univers parfois totalement différents. C'est une revue à petit tirage que j'envoie à qui le souhaite. ».

« Dans cette première série constituée de trois numéros (0, 1 et 2 […] C’est l’espoir d’une ligature quand tout l’esprit s’acharne à fracturer le monde, puis le nœud et l’avènement d’une rupture quand rien n’est plus que toujours : l’amour du vide et le vertige d’être peu. »

Une sorte de cadavre exquis, en haut des pages, avec des lignes (sans mention de citation) de plusieurs auteurs. A chacun de découvrir qui est l’auteur et de quoi.

Nous avons retenu, des fragments signés, celui d’Annie Le Brun, de Lâchez tout : « Méprisant depuis toujours les maîtres qui ont des mœurs d’esclaves comme les esclaves impatients de se glisser dans la peau des maîtres, j’avoue que les affrontements habituels entre les hommes et les femmes ne m’ont guère préoccupée. Ma sympathie va plutôt à ceux qui désertent les rôles que la société avait préparé pour eux. Ils n’ont jamais la prétention de construire un monde nouveau, et c’est en cela que réside leur honnêteté fondamentale : ils ne feront jamais le bien des autres malgré eux, se contentant d’être les exceptions qui dénient la règle avec une détermination souvent capable de bouleverser l’ordre des choses. » Plus de détails ici : http://kasemate.fr/revue-kasemate-n2/

Sanda Voïca



kasemate 
numéro deux 
obsolétal