Paul Celan




Paysages écrits N° 28

Octobre 2017

dans le Musée de l’Holocauste de Bucarest, Roumanie

  dans La Grande Synagogue –

Poème, parmi les rares, écrit en roumain


Celan 1


Celan 2


Celan 3


Celan 4


Celan 5


Poème en prose, écrit en roumain, exposé dans la Grande Synagogue de Bucarest, 

au Musée de l’Holocauste.

 

Comme le lendemain les déportations allaient commencer, Raphaël est arrivé la nuit, vêtu d’un immense désespoir de soie noire, avec capuche, son regard brûlant s’arrêta sur mon front, des ruisseaux de vin commencèrent à couler sur ma joue, s’éparpillèrent par terre, les gens les burent pendant leur sommeil. – Viens, m’a dit Raphaël, en mettant sur mes épaules trop brillantes un désespoir pareil à celui qu’il portait. Je me penchai vers ma mère, je l’embrassai, incestueusement, et sortis de la maison. Une immense nuée de papillons noirs, arrivés depuis les Tropiques, m’empêchait d’avancer. Raphaël me tirait après lui et nous sommes arrivés vers le chemin de fer. Je sentis le fer des rails, j’entendis le sifflement d’une locomotive, tout près, et mon cœur se raidit. Le train passa par-dessus nos têtes.

J’ouvris les yeux. Devant moi, sur une immense étendue, se trouvait un candélabre géant, aux mille bras. – C’est de l’or ? ai-je chuchoté à Raphaël. De l’or. Tu vas grimper sur un de ses bras, et quand je l’aurai soulevé dans l’air, tu pourras l’accrocher au ciel. Avant l’aube, les gens pourront se sauver, en volant vers lui. Je leur montrerai le chemin, et tu les recevras.

Je montai sur un des bras, Raphaël passa d’un bras à l’autre, les toucha tour à tour, le candélabre commença à monter. Une feuille se posa sur mon front, au même endroit où m’avait touché le regard de l’ami, une feuille d’érable. Je regarde autour de moi : ce n’est pas cela le ciel / ceci ne peut pas être le ciel. Des heures passent et je n’ai rien trouvé. Je sais : en bas les gens se sont attroupés, Raphaël les a touchés avec ses doigts frêles, ils se sont aussi élevés, et moi je ne me suis pas arrêté.

Où est le ciel ? Où ?

 

 

Trad. du roumain : Sanda Voïca