François Bordes



Paysages écrits N° 28

Octobre 2017


Le regard sous l’écorce


                                                                                                                                                     pour Sabhan Adam

 

L’iconodoule se présente :

Parfois, il m’arrive d’arrêter de travailler mais j’ai alors l’impression de ne plus vivre

Si je n’avais pas été peintre, j’aurais été criminel

        Je suis une figure qui disparaît, peu à peu, en fumée *

 

rage sur fond rouge, écru, noir

jarres, branches coupées, animaux fantastiques : corps de bouc ou corps de coq

animal enfant homme-tronc

amas noir et rouge serti d’une tête et de quelques doigts

 

et ces hommes

ces petits hommes étranges en maillots de bain colorés

un ballon de plage

entre les mains

 

 

carence du langage qui, secrètement, agit

pousse à la tentative

 

 

derrière le ballon rouge, jaune, vert et blanc se trouve

un indice

il se cache où le regard le voit où l’intuition le trouve

sous l’écorce

 

à l’homme-bouc, à l’homme-coq, à l’homme de suie et de goudron, à l’enfant opaque, le peintre donne des yeux

deux, trois, quatre

un mince trait de lumière transperce

 

 

l’œil

sous l’écorce

 

puissante énigme sans titre

        Quelque chose dans l’homme a changé **

 


 

Halieulogue

                                                                                                                                                                   à Eugenio de Signoribus

 

 

Tes mots

plongent dans le temps

dans la boue la vase le sang les rêves

 

 

Tu pourrais

te contenter

de fossiles

les sortir du courant

les faire sécher au soleil

et les exposer

aux passants nostalgiques

 

 

mais ta main

rapide

les sort

et les jette brillants et vifs

dans le vivier du présent

et la fraîcheur

de ses eaux

 

 


 

La cassure

 

ligne 2

Nation Porte Dauphine

tu ne sais plus

 

 

Stalingrad

« – tu as vu, ils sont chouettes les bars maintenant »

sur la place les réfugiés attendent

 

avenue de Flandre

distribution de vivres trousses de toilette

rangées d’éperdus patientant sous la pluie

 

Tu regardes les yeux pleins de larmes les pauvres émigrants

 

allongés sur le sol

boulevard de la Villette

campent & attendent les malheureux

 

 

le soir

foule amassée pour

la soupe populaire le quignon de pain

 

 

le trafic continue

les affaires roulent

et les regards les regards

s’habituent

 

 

                            et puis, la cassure




* Sabhan Adam, entretien avec Diala Gemayel, Sabhan Adam, Paris, Fragments éditions, 2005.













** Adonis, « Les pierres », in Chronique des branches, Paris, Orphée/ La différence, 1991.