Analyse rapide de "La structure des révolutions scientifiques"

Le texte complet est à venir. 

La structure des révolutions scientifiques est un livre écrit par Thomas Kuhn, dans les années 1960, complété en 1970.


Pour tous ceux qui sont passionnés de sciences, d'histoire des sciences, ce livre est unique. J'y ai trouvé, comme une évidence, de très nombreux parallèles entre les périodes de révolutions scientifiques anciennes décrites et analysées par l'auteur, et la situation en médecine et recherche médicale telle qu'elle est depuis les années 90 environ.

A titre d'exemple, l'auteur décrit la notion de paradigme en phase de science normale : ensemble de notions explicites - par exemple les théories dominantes dans une science - et implicite - les présupposés dominants dans un domaine scientifique - qui ne sont pas toujours formulés, ni perçus consciemment.
En sciences médicales, un tel paradigme, très puissant, est présent depuis des années : la plupart des intervenants estiment qu'en dehors de quelques cas particuliers (allergies, maladie coeliaque, prévention cardio vasculaire, ...), l'alimentation n'a que très peu de pouvoir thérapeutique, mais n'a seulement qu'un pouvoir préventif, et encore relativement limité.
Il y a un extraordinaire blocage sur ces notions : et pourtant, aussi bien les données épidémiologiques, que les données d'observation, que les données d'essais cliniques, vont toutes dans ce sens : un rôle souvent prééminent de l'alimentation, avec une possibilité curative nette, pour une centaine de pathologies, dont certaines très graves.
Plus généralement, ce constat s'impose pour l'ensemble du mode de vie : alimentation donc, comme facteur le plus important, y compris l'usage des boissons, mais aussi activités physique, usage ou non de cigarettes, etc. L'importance de ces facteurs, y compris en termes curatifs, est très largement sous-estimée dans la pratique médicale quotidienne, bien que tout le monde en reconnaisse l'importance. 
Comments