Route de Bourgogne - 58000 SAINT-ELOI               03 86 61 30 60               Nous sommes aussi sur :    Facebook     







PAYPAL



Aidez nous à subvenir à leurs besoins en faisant un don, déductible des impôts.  

Sans vous, le Refuge de Beauregard n'existerait pas ! 

Ouvert au public les lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h30. 

Fermé le jeudi (visite vétérinaire), le dimanche et les jours fériés.
 






Journal de Bord du mois en cours :
  
journal-de-bord-de-avril-2017
 http://issuu.com/beauregard58/docs/album_photo_2__2_/0 Beauregard vu par la presse
 



GRAAL - Réhabilitation de 8 beagles

Le GRAAL, association nationale de défense animale, a conçu et mis en œuvre au plan national une action unique en France :
la réhabilitation d’animaux issus des laboratoires (publics ou privés).
La démarche menée par le GRAAL est motivée par la volonté d’offrir aux animaux arrivés en fin de protocole une alternative éthique à l’euthanasie.
Leur site : http://www.graal-defenseanimale.org/
Leur page Facebook : https://www.facebook.com/AssoGRAAL/

En octobre 2013, le Refuge de Beauregard est devenu partenaire du GRAAL et a accueilli 4 chiots beagles, Lou Reed, Scott, Alina et Freedom
(Cliquez ici pour voir le sujet sur notre forum).

Le 11 mars dernier, le Refuge a renouvelé son partenariat avec le GRAAL et a accueilli 8 beagles de 2 ans (mâles et femelles).
Bien sociabilisés avec l'Homme et les chiens, ils sont arrivés à Beauregard pour trouver une nouvelle famille.

Voici Angy, Gloria, Iris, Pilou, Rock, Romy, Sonic et Vita :


 
 



 



 

 




Notre bulletin de décembre 2016





Calendrier 2017

Ca y est ! Vous l'attendiez, le voici : notre calendrier 2017 vendu (au prix inchangé de 5 euros) au seul profit de nos poilus,
et que vous pourrez admirer au fil de ses pages, est disponible.
Son thème vous enchantera...

Un grand merci à notre chère Charlotte qui réalise pour nous de splendides photos,
sans oublier nos 40 partenaires sans lesquels ce projet ne saurait se concrétiser.


5 euros pièce
Frais de port... ajoutez
+ 3,70 euros pour 1 calendrier
+ 4,80 euros de 2 ou 3 calendriers
+ 6,15 euros pour 4 - 5 – 6 ou 7 calendriers
+ 6,80 euros pour 8 calendriers
+ 9,90 euros de 9 ou 10 calendriers







Laurence Chamberland de Beauregard (le 3 janvier 2016 par Luce Lapin)



En octobre 1989 meurt Lucienne Métin, présidente de l’APAN, Association de protection des animaux de la Nièvre, sise sur une fermette qui abrite, avec peu de moyens, ce qui va devenir le refuge de Beauregard. Quelque 60 chiens abandonnés sont attachés à la chaîne à des niches vermoulues. 

Il est courant que, lors du décès d’un parent, les enfants prennent l’héritage, mais laissent le chien ou le chat s’il s’en trouve. La fille de Mme Métin, Laurence, 26 ans, comprend tout de suite que les chiens sont condamnés, et qu’elle seule peut agir. Ce n’est pas un, mais 60 chiens, destinés à être tués, qu’elle va sauver du chaos, aidée par son compagnon, Éric, et son frère Didier. Laurence quitte son emploi, fait un emprunt. Trente-deux box de 10 m2 chacun sont construits, 49 chiens à l’adoption. À l’intérieur, des niches Igloo, qui protègent au mieux contre le froid, car les hivers sont très rudes dans le Morvan. Très vite, une chatterie (chauffée, elle) permettra de sauver de nombreux matous — une centaine aujourd’hui, dont des chatons, et aussi des vieux, qui vous y attendent.

En 1993, je fais la connaissance de celle qui, succédant à sa mère, a été élue présidente de Beauregard. On devient vite très proches, avec cette même vision de la protection animale. Laurence a « été » Beauregard toute sa vie de protectrice et de présidente. Depuis l’appartement qu’elle occupait au refuge, placé juste sous les box, elle dormait en pointillé, constamment angoissée. Elle y entendait «les gémissements du dernier abandonné», et ça lui était insupportable.

Par trois fois, j’ai accompagné François Cavanna à Beauregard — un grand bonheur pour Laurence que cette rencontre. Il y a dédicacé ses livres au profit du refuge.

Il y a une quinzaine d’années, l’un de mes chats étant décédé, j’avais demandé à Laurence de me choisir celui qu’elle voudrait que j’adopte. Elle avait opté pour un jeune chat noir (bout des pattes, menton et plastron blanc) de 7 mois, baptisé Brandon par les bénévoles qui s’en occupaient — cette couleur étant la plupart du temps, encore de nos jours, considérée comme « portant malheur », les noirauds ont rarement la chance de partir. Un après-midi de juin, Laurence fait le voyage pour me l’amener. Je vais l’accueillir et la voit sortir de voiture avec… deux cages de transport. Soit, donc, Brandon, et… Tigri, même âge, un superbe chat gris, ressemblant comme deux gouttes d’eau à un chartreux. Je proteste (mollement), on avait dit juste un, comment se fait-il que… « Ah », me répond ma Laurence, « mais Tigri a entendu que son copain partait pour Paris, pourquoi je n’irais pas chez Luce moi aussi, il a dit, alors il fait sa valise, et le voilà, tu vois ben ! ». Plus tard, dans la soirée, Brandon était planqué sous le lit (il y est resté huit jours, ne sortant que la nuit pour se nourrir, c’est courant chez les chats, il faut leur laisser le temps de s’habituer à vous tranquillement), tandis que notre Tigri découvrait l’appartement et les autres chats et venait chercher des caresses auprès de nous. « J’ai bien fait de l’amener », m’a alors dit la présidente de Beauregard en riant, « qu’est-ce qu’on se serait ennuyées… »

Beauregard

Depuis toujours, et on en parlait souvent, Laurence a « un rêve fou pour des locaux au poil » : des box chauffés, car les chiens, malgré les niches, souffrent du froid. Il y a tout juste un an, à force de se battre, de tempêter de tous les côtés, et grâce à une chaîne de dons incroyable — merci, grand merci encore à tous ceux qui y ont participé —, le rêve de Laurence est réalisé. Trente-deux box tout neufs, munis de lampes à infrarouge, chacune placée juste sous la corbeille du chien.

Atteinte d’un cancer, découvert en mars 2015 à un stade déjà avancé, Laurence « de Beauregard » — comme elle nommait les chiens, ainsi le célèbre « Balthazard de Beauregard », adopté après dix ans de refuge et à l’origine d’une chanson du même nom — s’est éteinte lundi 7 décembre 2015 avant l’aube, incinérée, selon sa volonté, trois jours plus tard. Ses amis Joëlle et Serge l’ont aidée jusqu’à la toute fin… On était nombreux au funérarium de Nevers jeudi dernier, dans un froid glacial bien nivernais. La Fondation 30 Millions d’amis était représentée. Avec Didier, on a discuté longuement de l’avenir du refuge.

Lors de l’assemblée générale du 18 décembre 2015, Didier Chamberland Métin a été élu à l’unanimité président du refuge par le conseil d’administration. L’œuvre de Laurence et de leur maman va continuer. Didier, très présent et très actif au refuge, est plein de projets pour apporter des améliorations au bien-être des animaux de Beauregard. Il est secondé par une équipe formidable de salariés et de bénévoles, et par son conseil d’administration, qui, lui inclus, compte dix membres. Je m’y suis présentée avec plaisir et ai été élue ce même 18 décembre.

 Il est de bon ton de dire du bien de ceux qui ne sont plus, alors qu’on ferait mieux de leur prouver notre affection de leur vivant. J’ai eu l’occasion à plusieurs reprises d’assurer Laurence de mon affection et de mon admiration pour son combat envers les abandonnés et pour la stérilisation, pratiquée systématiquement à Beauregard (femelles et mâles). Tous les chats sont testés (FeLV et FIV, deux virus de l’immunodéficience féline), aucun n’est euthanasié si le résultat est positif. Malheureusement, tant que chiens et chats seront « des marchandises », 1 million de chiots continueront à naître chaque année et quelque 100 000 seront abandonnés — quant aux chats, on n’a même pas de chiffres. Et ce sera sans fin tant que, de surcroît, des particuliers irresponsables ne stériliseront pas. N’achetez pas, ADOPTEZ, STÉRILISEZ !

Quelques 49 chiens et une centaine de chats, dont une quinzaine de matous porteurs sains du FIV1, attendent, pleins d’espoir, une famille à Beauregard. Ne les décevez pas, pensez à eux!
Luce Lapin

  1. Le FIV, ou virus de l’immunodéficience féline, est transmissible uniquement entre chats, par morsures profondes ou par le sperme. La maladie ne se déclare la plupart du temps qu’après plusieurs années. J’ai adopté en juillet 2015 deux chattes à Beauregard, Tana, 13 ans et demi, et Inès, 5 ans. Ces chats sont adoptables uniquement en appartement.





Journal du Centre du 16 décembre 2015

Nous avons plus que jamais besoin de vous pour que Beauregard reste Beauregard.





POURQUOI VENIR ADOPTER A BEAUREGARD ?


Parce que nous connaissons bien les animaux qui nous ont été confiés ou que nous avons recueillis et que nous pouvons ainsi mieux vous orienter vers ceux qui correspondent à votre mode de vie, 

Parce que nous leur prodiguons tous les soins sanitaires dont ils ont pu manquer et que nous les stérilisons pour leur confort et leur sécurité et .... pour les vôtres,

Parce que nous les observons, que nous facilitons et notons leurs progrès. Parce que nous vous donnerons le plus honnêtement possible, un maximum d'informations sur leurs grandes qualités et leurs petits défauts. Ceci vaut aussi bien pour les chiens en liberté à nos côtés que pour ceux qui séjournent en box mais que nous mêmes et nos bénévoles sortons et stimulons régulièrement,

Parce que nous maintenons ou entreprenons leur sociabilisation, que nous les mettons en contact les uns avec les autres, que nous leur donnons en fonction de leur personnalité, de leur âge, de leur taille, ... les bases d'une éducation nécessaire à leurs futurs échanges avec vous,

Parce que nous comptons sur vous pour poursuivre ces échanges tellement gratifiants ; Aidez nous à maintenir leur confiance retrouvée et à sauver encore plus d'animaux. ......

                                                                                    
        

Vous avez perdu ou trouvé un chien ou un chat ?

Le site de BeauregardVous avez perdu votre chien, votre chat, ou vous en avez trouvé un...
 CLIQUEZ ICI :
Nous ne faisons pas office de fourrière et n'avons pas l'autorisation d'accueillir les animaux trouvés sur la voie publique.


Vous avez trouvé ou perdu un chat ?
Pensez à le signaler sur ces sites : 
Pour les chats
 : http://www.chat-perdu.org/
Pour les chiens : http://www.chien-perdu.org/
Et aussi à la fourrière dont dépend votre commune ou département.

Pensez surtout à contacter la fourrière de votre département :

LISTING DES FOURRIERES SUR TOUTE LA FRANCE :  ICI




SOUTENEZ NOUS AVEC : http://www.helloasso.com/associations/refuge-de-beauregard





http://luce-lapin-et-copains.com/

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

100 chats à Beauregard !!!

CHAT DÉBORDE


Nous sommes saisis de très nombreuses demandes d'abandons de chats.
100 chats vivent à Beauregard !  Nos locaux ne sont pas extensibles et nous ne pouvons pas en loger plus, ni assumer plus de frais vétérinaires (40 000 euros par an) ni de charges salariales (3 personnes à temps plein rien que pour les chats).
Nos interlocuteurs se montrent peu enclins à comprendre la situation et nous sommes souvent confrontés à des réactions pas très sympathiques. Difficile parfois de garder son sang froid !
J'ai moi-même bien du mal à regarder ces pauvres chats en cages ou en chatteries.
Il y a les jeunes encore pleins de vigueur et de vaillance, qui déambulent sans relâche pendant des heures, d’un angle à l’autre de la chatterie, d’une manière mécanique ; les révoltés qui sursautent au moindre souffle, grondent, crachent, tendant parfois rageusement la patte à travers les barreaux pour s’accrocher au vide ; les tristes, vaincus d’avance, frileusement pelotonnés dans le recoin le plus discret ; les clowns mélancoliques qui ont encore la force de tenter des facéties et pitreries dérisoires, jouant avec une balle ou une feuille morte.
 Il y a aussi les déments, les égarés qui s’égosillent dans leur cage en interminables et stridents miaulements à fendre l'âme, les bagarreurs qui s'accrochent rageusement au moindre de ses congénères qui ose l'approcher.
Comment en ajouter d'autres dans ces chatteries et infirmeries tristement surpeuplées ?
Voilà ce que je tente d'expliquer à mes interlocuteurs... mais ils ne m'en laissent pas souvent le loisir.




TWITTER

Rejoignez nous sur TWITTER

https://twitter.com/REFUGEBEAUREGAR

Vous nous aiderez à relayer nos SOS à grande échelle
Twitter   

                                                                                                                             

Ventes de chiens et de chats sur Internet : elles n’échappent pas aux « arnaques »

L’E-commerce est en vogue, on trouve tout et n’importe quoi sur internet. C’est bien pratique, à condition de déjouer les arnaques, les contrefaçons (50 % des médicaments vendus sur internet !),

La vente d’animaux de compagnie n’échappe pas à ces «règles». Quel que soit le mode de vente (ou de cession GRATUITE), la loi exige que le chien ou le chat soit identifié (puce ou tatouage) et âgé de plus de 8 semaines. Le vendeur doit préciser la date de naissance et son n° de SIREN si c’est un professionnel. Si c’est un particulier, il doit indiquer le n° d’identification des jeunes (ou de la mère) et le nombre d’animaux de la portée. Le nom de la race n’est possible que si l’animal possède un certificat de naissance ou un pedigree. Dans le cas contraire, il doit être mentionné de type x, ou de genre x.

Ventes de chiens et de chats sur Internet : les principales arnaques
la vente déguisée du genre « Adorable chiot de type cavalier king charles à donner ». Le vendeur vous demande ensuite de participer aux frais (vaccins, identification, stérilisation, …). La liste est souvent longue et le résultat est une vente déguisée.
l’animal fantôme du genre « Chiots berger allemands devant être euthanasiés (ou suite mutation à l’étranger, …) cherchent d’urgence famille d’accueil ». L’escroc, généralement à l’étranger, vous demande de payer par mandat  et vous ne verrez jamais le chiot qui d’ailleurs n’existe pas.
le réseau de trafiquants : belle photo avec un prix très inférieur à celui du marché pour un animal « élevé en famille ». Il s’agit alors d’animaux élevés en batterie, dans de très mauvaises conditions sanitaires, le plus souvent malades, … qu’on vous livre généralement à domicile.

Source : Hôpital vétérinaire Frégis


Ċ
Laurence C,
21 mars 2014 à 08:38