Personnages‎ > ‎

Général Rampon

RAMPON Antoine
1759-1842
Général, sénateur d'Empire

 

 Sénateurs,

« Le premier consul conformément à l’article 16 de la constitution, vous présente comme candidat au Sénat conservateur le général Rampon, général de division, actuellement en Egypte. Ce soldat a rendu des services dans les circonstances les plus essentielles de cette guerre.

 Il est digne d’ailleurs du peuple Français de donner une marque de souvenir et d’intérêt à cette brave armée qui, attaquée à la fois du côté de la mer Rouge et de la Méditerranée par les milices de l’Arabie et de l’Asie entière, a été sur le point de succomber par les intrigues et la perfidie sans exemple du ministère Anglais ; mais elle se souvint de ce qu’exigeait la gloire, et confondit aux champs d’Héliopolis et l’Arabie et l’Angleterre. Séparés depuis trois ans de la patrie, que les soldats de cette armée sachent qu’ils sont tous toujours présents à notre mémoire. » ( Général Bonaparte)

 

Antoine Guillaume Rampon est né à Saint Fortunat le 1er mars 1759, fils de Jean-Antoine Rampon, sergent, retiré à Saint-Chamond et de Suzanne Milhot. Les Rampon sont originaire de Florac en Lozère où ils sont connus depuis le XVème siècle. Suzanne Milhot est fille de Guillaume Milhot, notaire, procureur de l’office du marquis Just-Antoine de la Toutette, sgr de Vernoux, Saint-Fortunat et autres lieux…

Il est arrivé au grade de sergent-major lorsque éclate la REVOLUTION ;

 

Rentré dans ses foyers, il ne reprend du service comme sous-lieutenant que le 12 janvier 1792. L’état de ses services militaires montre une ascension due à sa bravoure et à son habileté, et aussi aux circonstances.

 

Nommé adjudant-général, chef de brigade sur le champ de bataille de Villelongue, blessé, fait prisonnier à Collioure  le 20 décembre 1793, rentré en France le 1er mars 1794 ; passé à l’armée d’Italie, il s’y couvrit de gloire dans la défense de la  redoute de Montelegino contre les Autrichiens.

 

Nommé général de brigade sur le champ de bataille par Bonaparte. Désigné pour l’armée d’Angleterre  le 12 janvier 1798, puis il fait partie de l’armée d’Orient.

Promu général de division le 6 septembre 1800, il est nommé sénateur le 28 décembre 1800 mais ne prend possession de son siège au sénat que le 15 février 1802

 

Il  obtient un sabre d’honneur le 7 juin 1802, qui lui donne droit à une double solde.

Admis à la retraite, le 10 novembre 1802 avec 5000 frs de pension annuelle

Il fait un long séjour dans son pays natal et à Gilhoc dans son château du Bessin

 

 Il épouse le 8 mai 1802, Elisabeth, fille de l’avocat et ancien conventionnel François-Jérôme Riffard de Saint-Martin, âgée de dix huit ans, il avait 42 ans.

 

De son alliance, le 8 mai 1822, avec Elisabeth Riffard de Saint Martin, étaient nés :

 

- Napoléon ( 1803-1820), qui fut solennellement baptisé par le cardinal Fesch le 4 novembre 1810 à la chapelle de la Trinité au château de Fontainebleau avec vingt-deux autres fils de hauts dignitaires de l’Empire., enfants tenus sur les fonds baptismaux par l’empereur et Marie Louise d’Autriche ;

 

                                                                        - Joseph-Achille, né à Tournon le 11 mai 1804

                                                                         - Joachim-Achille, nè a Paris le 9 juillet 1805


 - Joséphine-Elisabeth-Zénaide – 1806-1827), dont la marraine est l’impératrice Joséphine

 - Hiéronine-Delphine ( 1808-1817)

 - André-Guillaume-Auguste, né le 10 novembre 1810, dont le parrain est le comte Abrial

  - Jules-Antoine-Henry ( 1814-1832)

 



Ainsi, en 1830 Rampon a-t-il vu mourir six de ses sept enfants.

 

Le troisième Joachim Rampon, est le seul survivant. :

 

Il entre à Saint-Cyr le 1 novembre 1822, puis passe à l’Ecole d’application de cavalerie à Saumur, d’où il sort sous-lieutenant le 1er Octobre 1824

Malade il obtient un long congé sans solde.

Il épouse en 1831, Emilie Marguerite de la Borne, née en 1811

Général de la Garde  Nationale ,  il devient député de l’Ardèche de 1839 à 1842.

Unique héritier, il est investi du majorat de baron par ordonnance royale le 31 mai 1845

Il continue sa carrière politique, député de l’Ardèche en 1871, sénateur ( 1876-1883)

Maire de Gilhoc de 1873 à 1883

officier de la Légion d’Honneur

Il mourut à Paris le 11 janvier 1883 

 ( Biographie)

Lettre général Rampon


Comments