Jean-Paul Burdy

Derniers articles

Liens

Mesbah Yazdi

Mesbah Yazdi (Ayatollah, 1934-), dirigeant de la Hojjatieh


Dirigeant de l'association ultra-conservatrice de la Hojjatieh, l'ayatollah Mohammed Mesbah Yazdi est présenté comme le mentor religieux et politique de Mahmoud Ahmadinejad. La Hojjatieh a été fondée dans les années 1950 pour combattre la religion syncrétique des bahaïs, considérée comme apostasie. Refusant une attitude attentiste, la Hojjatieh, anti-sunnite et radicalement messianique, entend travailler activement au retour du Mahdi, l'Imam caché du chiisme duodécimain.

Beaucoup moins connu que ses homologues Khomeyni, Montazeri ou Khamenei, l'ayatollah Mohammed Taqi (ou Taghi) al-Din Mesbah Yazdi, né en 1934 et formé à Qom, est pourtant un personnage important, dont la pensée inspire largement, au-delà du seul Ahmadinejad, de nombreux cadres ultra-conservateurs du régime iranien. Or, la Hojjatieh est d’un tel messianisme que l’Imam Khomeyni lui-même avait pendant un temps suspendu Mesbah Yazdi en s’inquiétant de son radicalisme. Président de l’autorité judiciaire au début de la République islamique, Mesbah Yazdi devient ensuite, à Qom, l'un des dirigeants du « Cercle (ou: séminaire) Haghani » qui forme ses étudiants à devenir cadres dans l'appareil d'Etat, ou dans les services de sécurité. En 1995, il obtient, toujours à Qom, la direction de l’Institut Imam Khomeyni pour l’éducation et la recherche, où ont été formés des milliers de jeunes, souvent d’origine populaire, qui accéderont ensuite à des postes de responsabilité dans l’appareil d’Etat : parmi eux, Mahmoud Ahmadinejad. Il se dit également que Mesbah Yazdi a joué un rôle important, en 1989, dans la difficile promotion d’Ali Khamenei à la responsabilité de Guide suprême, alors que les capacités théologiques et politiques du candidat étaient très contestées.

Si Mesbah Yazdi, membre de l'Assemblée des experts à partir de 1990, a peu fait parler de lui dans les années 1990, sinon en appelant à la résistance violente aux réformes du président Khatami, il a réapparu sur la scène politique en soutenant son disciple Ahmadinejad, d’abord à la mairie de Téhéran en 2003, puis lors des élections présidentielles de 2005 et de 2009. Et celui-ci accède aux responsabilités en même temps que de nombreux autres élèves et disciples de Mesbah Yazdi, marqués par son messianisme mahdiste de la première phase de la révolution iranienne. Mesbah Yazdi, qui dénonce la dérive démocratique de révolution iranienne, ne manque jamais de rappeler que la pensée de l’Imam caché l’emporte évidemment sur l’autorité du Guide suprême. Et de souligner que « République islamique » est une contradiction en soi, puisque seul l'islam chiite et l'Imam caché à son retour peuvent établir un pouvoir islamique véritable et juste. Dès lors, Mesbah Yazdi serait le tenant d'une « Gouvernement islamique » , d'un « Etat islamique /Dolat-e islami », qui se substituerait à la République islamique (« Jomouri-e islami »).

Si le marjaa Mesbah Yazdi est effectivement le maître à penser et mentor de M.Ahmadinejad que l’on dit, on comprend mieux pourquoi celui-ci paraît parfois  « inspiré » lors de certains de ses discours, et pourquoi il défend des positions radicales quasi millénaristes. Et l’on n’oubliera pas que M.Ahmadinejad n’est que l’un des représentants d’une véritable « génération Mesbah Yazdi », dont le pouvoir n'a cessé de se renforcer depuis 2005, et plus encore à l'occasion du coup de force électoral du 12 juin 2009…


Corrélats > Ahmadinejad, Bahaïs, Chiisme, Election présidentielle 2009, Guide suprême, Imam caché (Mahdi), Khomeyni, Qom, Ultraconservateurs




Comments