8 juin 2013-Istanbul-Mobilisation

Le monde selon Erdoğan :

un pastiche de caserne ottomane

+ un centre commercial + une mosquée géante

(sans oublier canons à eau et gaz lacrymogènes)...



Sans doute faudra-t-il un un jour analyser la conception du monde futur que recouvre ce projet erdoğanien de (re)construire sur la place Taksim (haut lieu symbolique de la modernité kémaliste dans la ville) une pseudo-caserne ottomane abritant un centre commercial (un mall de plus dans une métropole qui en regorge...), en attendant évidemment la mosquée géante promise depuis deux décennies... Plus souvent comparée aux « mouvements des Indignés » qu'aux « Printemps arabes », la mobilisation contre l'autoritarisme du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan persiste en Turquie. Celui-ci vient de rentrer d'une tournée au Maghreb, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'a pas été très convaincante : certains observateurs estiment d'ailleurs que les trois pays du Maghreb ont profité de l'occasion pour faire payer au dirigeant turc une certaine arrogance de « donneur de leçons » lors des « printemps arabes » de 2011... Alors qu'à Ankara le président de la République Abdullah Gül et le vice-premier ministre Bülent Arinç (tous deux de l'AKP) essayaient de calmer le jeu, au Maroc, en Algérie puis en Tunisie, le premier ministre a multiplié les déclarations contre « les voyous », « les apprentis-terroristes », « les vandales », « les agents de l'étranger », etc. Vocabulaire de l'intransigeance butée qui, s'ajoutant à la violence extrême de la répression policière dans les premiers jours de la mobilisation, n'a pas convaincu les alliés ou partenaires de la Turquie de la capacité du premier ministre à gérer politiquement la crise autrement que dans une confrontation aux conséquences imprévisibles. Sans parler du soutien à peine pervers du régime syrien aux « revendications démocratiques légitimes du peuple turc », de Washington à Bruxelles, de Paris à Berlin, les appels au calme se sont donc multipliés en direction d'Ankara...



Références d'une sélection d'analyses parues depuis le 1er juin:


- Elise Massicard (responsable à l'IFEA de l'Observatoire de la vie politique turque, OVIPOT)  le 1er juin : « Un printemps turc ? »:

http://ovipot.hypotheses.org/8880


- Jean Marcou (OVIPOT) le 1er juin : « De quoi Taksim et Gezi Parki sont-ils le signe ? »

http://ovipot.hypotheses.org/8889


- Jean Marcou le 3 juin : « Le gouvernement turc confronté à un accroissement de la contestation »:

http://ovipot.hypotheses.org/8898  


- Ali Karababa (responsable alévi) le 3 juin, « Un nouvel Empire ottoman pour M. Erdoğan » :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/03/un-nouvel-empire-ottoman-pour-tayip-erdogan_3422880_3232.html d


- Ariane Bonzon (slate.fr) le 3 juin : Sur les relations contrastées entre le président de la République Abdullah Gül (AKP) et le premier ministre : http://www.slate.fr/story/73309/gul-erdogan-turquie


- Jean Marcou (OVIPOT)  le 4 juin dans Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/04/01003-20130604ARTFIG00496-jean-marcou-erdogan-ne-semble-pas-avoir-pris-la-mesure-de-l-evenement.php


- Ariane Bonzon (slate.fr) le 6 juin : l'interview de trois chercheurs français de l'Institut français d'Etudes anatoliennes (IFEA): Jean-François Pérouse, Alexandre Tourmarkine et Elise Massicard, sous le titre « On n'a rien vu venir... » :

http://www.slate.fr/monde/73531/turquie-rien-vu-venir


- Ariane Bonzon (slate.fr) le 7 juin : un entretien avec Elise Massicard, responsable à l'IFEA de l'Observatoire de la vie politique turque (OVIPOT) : « Et maintenant, que peut-il se passer ? » : http://www.slate.fr/monde/73597/turquie-maintenant



> Dans la page « Idées-Débats » du Monde du vendredi 7 juin, des textes d'analyse et d'intervention d'intellectuel(le)s turc/ques ou de spécialistes de la Turquie:

* Nilüfer Göle : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/le-jardin-gezi-occupe-voit-refleurir-la-liberte_3424795_3232.html

* Orhan Pamuk : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/place-taksim-memoire-d-une-ville_3424961_3232.html

* Pïnar Selek : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/un-mouvement-a-la-mai-68-s-est-empare-de-la-societe-civile_3424823_3232.html

* Riva Kastoryano : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/le-parti-au-pouvoir-divise_3424837_3232.html

* Ahmet Insel : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/ras-le-bol-des-caprices-du-premier-ministre_3424838_3232.html

* Vincent Duclert : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/gezi-parki-un-lieu-symbolique-de-la-liberte_3425519_3232.html

* Nedim Gürsel : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/06/je-veux-siroter-mon-raki-sur-le-bosphore-monsieur-erdogan_3424905_3232.html

* Hamit Bozarslan : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/04/a-istanbul-sur-la-place-de-la-division_3423924_3232.html



- Elise Massicard (OVIPOT) le 7 juin : « Mais qui représente le mouvement Gezi? »

http://ovipot.hypotheses.org/8910


- Jean Marcou (OVIPOT) le 8 juin : sur un bilan international très mitigé, « La tournée de Recep Tayyip Erdoğan dans le Maghreb a fait un flop » : http://ovipot.hypotheses.org/8919


- Jean Marcou (OVIPOT) le 10 juin : « Quels scénarios pour une sortie de crise? » : http://ovipot.hypotheses.org/8935


- Etienne Copeaux (GREMMO, Lyon), le 10 juin : « Les arbres de Taksim cachaient la forêt de la révolte » :

http://nouvellesdorient.net/magazine/les-arbres-de-taksim-cachaient-la


- Marc Semo (Libération) le 11 juin:  1/ Pourquoi Erdogan a choisi le rapport de force 2/ Quels sont les atouts et les faiblesses du Premier ministre ? 3/ Quels sont les risques de cette stratégie?

http://www.liberation.fr/monde/2013/06/11/en-turquie-le-pari-risque-d-erdogan_909988?jkl#atout-erdogan



Annexe: une réaction officielle de la Syrie aux événements d'Istanbul:


Le 1er juin, repris par l'agence syrienne de presse SANA (officielle), le ministre syrien de l'information, Omrane al-Zoubi, a qualifié « d'irréaliste et injustifiable la répression des manifestations pacifiques en Turquie » par le chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdoğan: « le peuple turc frère ne mérite pas cette barbarie ». Il a appelé M.Erdoğan à « revenir à la raison et à ne pas traiter le peuple turc comme il l'a fait pour la Syrie. […] les revendications du peuple turc ne méritent pas cette violence. […] Et s'il est incapable d'utiliser des moyens de réponse non violents, M.Erdoğan doit renoncer à sa fonction […]. Le peuple turc a beaucoup de cadres pour occuper ce poste [de premier ministre]. »   


Source: http://sana.sy/fra/51/2013/06/01/485237.htm


Comments