La consultation pour adolescents

L'adolescence est une période délicate, de part les importants remaniements psychiques qui s'opèrent, engendrant parfois l'apparition de comportements inhabituels. Les parents de l'adolescent se questionnent fréquemment, et à juste titre, sur ces manifestations. 
Ainsi, les principaux motifs de consultations sont : un désinvestissement scolaire (absentéisme, diminution des résultats …), une agressivité inhabituelle et soudaine, des angoisses, un repli sur soi, des troubles alimentaires...
Durant cette période particulière, il est courant de constater la difficulté qu'a l'adolescent pour aborder les sujets sensibles qui l'angoissent ou le tracassent. En effet, parler de cela peut provoquer chez lui des sentiments de honte ou de culpabilité qu'il refuse de montrer à ses proches. Cependant, il est important qu'il puisse entendre et se rendre compte que son entourage est attentif à ce qu'il vit et manifeste.

La première consultation:

Une première consultation permet de faire le point. Nous évoquons ensemble les difficultés rencontrées que nous replaçons dans leur contexte afin de comprendre le « pourquoi  » de la situation. Par la suite nous abordons la question du « comment » sortir de cette passe difficile.

Comprendre ce que vit votre enfant est important pour pouvoir l’aider à réagir de manière plus appropriée dans son milieu : la famille, le collège/lycée .

Dans la mesure du possible il est souhaitable que les deux parents puissent assister à la première consultation. Il est également important de préserver la vie privée de l’enfant/adolescent et sa pudeur en conservant dans son entourage une certaine discrétion à propos des consultations.



Comment en parler à son enfant? :


On peut présenter la possibilité de rencontrer « un psy » comme une manière de « vider son sac » à quelqu'un qu'il ne connait pas, qui est soumis au secret professionnel et qui ne dévoilera donc pas le contenu de ce qu'il déposera. Aussi, il peut être utile de lui préciser qu'il ne sera obligé en rien, qu'il est libre «d'essayer pour voir » et de décider ensuite de revenir ou non. Mon travail consistera alors à entrer en relation avec lui de manière adaptée, afin de créer un climat de confiance.

 

Consulter ne signifie pas :


  • · que l'on est "fou"
  • · faire une analyse durant des années

La durée de la psychothérapie dépend du type de travail mis en œuvre. Tout dépend des difficultés: parfois une ou deux séances suffisent à régler un problème léger ou à soulager des inquiétudes. D’autres fois il faudra se donner plus de temps .

 

  • · « devoir raconter toute sa vie »

Il n’est pas nécessaire de raconter toute sa vie et l’on ne parle que de ce qui est nécessaire sans y être forcé. le psychologue est présent pour écouter, soutenir et faciliter la parole mais en aucun cas pour la forcer. Chez un psychologue tous les sujets peuvent être abordés selon les souhaits de l’enfant/l’adolescent et des parents, de plus le psychologue est tenu au secret professionnel. Le psychologue préserve l’intimité de la pensée de l’enfant et de l’adolescent

 

  • · qu’ il « va me juger et me faire la morale ! »

Un psychologue, un psychothérapeute n’est ni un juge ni un directeur de conscience, il est là pour aider la personne à trouver et soulager ce qui souffre en elle.

 


Comments