Inde

L’identité nationale de l’Inde se décline ainsi :

  • Ame R1 et personnalité R4
  • Capricorne
  • R1 – R3 et R7 (avec ses régents : Saturne R3, Saturne R3 et Vénus R5), ascendant Bélier R1 – R7 (régents : Mars R6, Mercure R4, Uranus R7)
  • Devise ésotérique : "Je cache la Lumière".
  • Féminine et négative (intuitive, mystique, sensible, attrayante et belle, aimant le faste et la couleur mais aussi matérialiste, mettant trop l’accent sur les possessions et l’argent comme symbole de ce que signifie le côté forme). Nourrit la civilisation et les idées.
  • Darjeeling est l’un des 5 chakras principaux de la planète. Gouverné par l’énergie Scorpion, son âme est R2, tandis que sa personnalité est sous l’influence du R5. De là émane le R1.
 
 

L'Inde est l'antithèse de l'Occident, dans sa culture et sa civilisation. La civilisation occidentale est scientifique, matérielle, de tendances positives et surtout objectives. La culture de l'Inde est spirituelle et fondamentalement négative. Elle n'insiste pas sur le monde des biens matériels, d'où son misérable état physique, sa pauvreté, son absence d'hygiène, et le triste état physique de ses femmes et de ses enfants, malgré les efforts britanniques, pendant des années, pour améliorer les conditions et enseigner une hygiène meilleure et un mode de vie plus sain. En Inde, la conscience populaire est en grande partie subjective et philosophique ; elle n'a pas de tendance scientifique. Ainsi l'Inde a produit une des plus belles Ecritures sacrées du monde, la Bhagavad-Gîta et la religion la plus répandue après la religion chrétienne, celle de Bouddha. L'Inde a produit quelques-uns des plus grands chefs spirituels de tous les temps, le Bouddha, Shri Krishna, Patanjali, Sankarâchârya et d'autres.

Les Problèmes de l’Humanité p 132.
 

L'Inde cache la lumière, et cette lumière, lorsqu'elle se répandra librement sur le monde et qu'elle sera révélée à l'humanité, rétablira l'harmonie dans l'aspect forme ; on verra alors clairement les choses telles qu'elles sont, dégagées du mirage et de l'illusion. L'Inde même a grand besoin de cette lumière harmonisante qui, lorsqu'elle se manifestera, suscitera le fonctionnement correct du premier Rayon du Pouvoir ou du Gouvernement. Alors la volonté du peuple sera vue dans la lumière. C'est sous ce rapport que l'activité de la Grande-Bretagne renaîtra, car son rayon de la personnalité est le même que le rayon de l'âme de l'Inde. De nombreux sujets britanniques sont liés subjectivement à l'Inde par des incarnations antérieures et des rapports étroits.

La querelle entre la Grande Bretagne et l'Inde était, dans une large mesure, une affaire de famille, au sens le plus profond du terme, d'où son amertume. Il y a également un lien étroit, comme vous le savez, entre le R4 et le R2, et cela aussi établit un rapport entre l'Angleterre et l'Inde. Ces liens multiples démontrent une destinée que ces pays doivent affronter conjointement.

La Destinée des Nations p 52 et Traité sur les 7 Rayons Vol. I p 374.
 

Ainsi, l’Inde est porteuse de l’énergie Capricorne, ce qui conduit nécessairement à une certaine forme de cristallisation. Le R4 quant à lui provoque dans son expression inférieure une certaine forme de séparativité se manifestant notamment par le système de castes, par le nombre important de groupes religieux, de langues et d’antagonismes. L’objectif est la synthèse, mais cela prendra du temps. Le R1 gouvernant l’âme de ce pays n'entrera pas vraiment en activité, tant que l'Inde n'aura pas résolu ses différences, et ne sera pas revenue aux anciennes voies de la compréhension spirituelle et de la sagesse éclairée qui la caractérisaient il y a des siècles. L'Inde a presque perdu la lumière, mais, quand elle sera passée par le prochain point de crise, et qu'elle aura atteint un point de tension, elle trouvera alors la porte, ou le point d'émergence vers la lumière.

Traité sur les 7 Rayons Vol. V p 503.
 

Par la devise ésotérique de ce pays : "Je cache la lumière", et en relation avec le R1 si important en Inde, on a l’idée que lorsque l'intention et le dessein de la Grande Vie qui œuvre à travers Shamballa se manifesteront et seront en voie de réalisation, une lumière se révélera qui n'aura jamais été vue ou connue auparavant. On lit dans les Ecritures Chrétiennes : "Dans cette lumière nous verrons la lumière", cela signifie qu'au moyen de la lumière de la sagesse déversée dans nos cœurs par l'Antique Sagesse, nous verrons finalement la Lumière de Vie.

La Destinée des Nations p 93 à 96.

 
En Orient, le problème qui se pose à l'instructeur, au Guru, est de prendre des gens polarisés négativement et de les rendre positifs. En Occident, les hommes ont, dans leur ensemble, une attitude positive et ils n'ont pas besoin de l'entraînement qui est donné à juste raison aux Orientaux. Que veux-je dire exactement par-là ? Je veux dire que, en Orient, le facteur volonté, qualité du premier aspect, est absent. Les Orientaux, particulièrement les habitants des Indes, manquent de volonté, de stimulant dynamique et de la capacité d'exercer sur soi une pression intérieure qui produise de bons résultats. C'est pourquoi cette civilisation s'adapte si mal à la civilisation moderne ; c'est pourquoi les populations des Indes font si peu de progrès dans l'adoption des normes de la vie municipale et nationale ; c'est pourquoi ils sont en retard par rapport à la manière de vivre du monde moderne. En généralisant, on peut dire que l'Occidental est positif, qu'il a besoin de l'énergie directrice de l'âme, ce à quoi il peut arriver avec un minimum d'enseignement.

Le Mirage, problème mondial p 177.

 
Bhagavad-Gita : Mot Sanscrit : Litt., Le "Chant du Seigneur" ; partie du Mahâbhârata, le grand poème épique de l'Inde. Il contient un dialogue dans lequel Krishna – l' "Aurige" – et Arjuna, son chelâ ont une discussion sur la plus haute philosophie spirituelle. L'ouvrage est éminemment occulte ou ésotérique. Glossaire Théosophique.

La Bhagavad Gîta peut être considérée entièrement du point de vue du combat du disciple contre le mirage ; les étudiants devraient l'étudier sous cet angle.

Le Mirage, problème mondial p 81.
 
 

L’Inde comprend dans sa mythologie de nombreux dieux. Les trois principaux sont Agni, Vayu et Surya. Il peut être intéressant de présenter ici Agni, en lien avec l’enseignement ésotérique donné par le Tibétain.

Agni est le Seigneur du Feu dans les Védas. Il est le plus ancien et le plus vénéré des Dieux aux Indes. Il représente le triple aspect du feu, regroupant en lui Vayu et Surya. Le feu est l’essence du système solaire, ce qui est indiqué dans la Bible par l’expression : "Notre Dieu est un feu dévorant." Agni gouverne le plan mental dont le feu est le symbole. Les jours des Seigneurs lunaires sont révolus, Agni, Seigneur solaire de la vie et de l'énergie, va prendre sa juste importance dans la vie humaine.

Il règne sur tous les élémentals du feu et les dévas des trois plans de l'évolution humaine, le physique, l'astral, le mental et ceci non seulement sur cette planète appelée la Terre, mais aussi sur ces trois plans dans toutes les parties du système. Il est l'un des sept Frères Qui incarnent chacun l'un des sept principes, et Qui sont Eux-mêmes les sept centres du corps du Seigneur Cosmique du Feu, appelé "Fohat" par H.P.B. Il est cette Intelligence active du feu, Qui est la base des feux internes du système solaire.

Traité sur le Feu Cosmique p 56.
 

Le Seigneur du Feu, Celui Qui crée, qui entretient et qui détruit ; des quarante-neuf feux par lesquels Il se manifeste. Nous traitons du feu solaire en soi, de l'essence de la pensée, de la vie cohérente en toutes choses, de la conscience dans son aspect évolutif, c'est-à-dire d'Agni, la totalité des Dieux. Il est Vishnu et le Soleil dans sa gloire. Il est le feu de la matière et le feu du mental mêlés et fusionnés ; Il est l'intelligence qui palpite dans chaque atome ; Il est le Mental qui actionne le système ; Il est le feu de la substance et la substance du feu ; Il est la Flamme et ce que la Flamme détruit.

Il est le Seigneur du plan mental. Il est la vie qui anime le système solaire et cette vie est la vie de Dieu, l'énergie du Logos et la manifestation de la radiance qui voile le Soleil Central. C'est seulement lorsqu'on Le reconnaît comme étant Fohat, l'énergie de la matière, comme étant la Sagesse, la nature de l'Ego et sa motivation, et comme étant l'unité essentielle, qu'on peut arriver à une juste conception de La nature de Son être. Il n'est pas le Logos solaire sur le plan mental cosmique, car la conscience égoïque du Logos est plus que Sa manifestation physique, mais Agni est la totalité de cette partie de l'Ego logoïque qui est reflétée dans Son véhicule physique ; Il est la vie de la Personnalité logoïque, avec tout ce que comportent ces mots. Il est au Logos solaire sur Son propre plan ce que la personnalité cohérente d'un être humain est à son Ego dans le corps causal. Ceci est un point qu'il est très important de saisir ; s'il est médité, il sera pour l'étudiant une grande source de lumière. La vie d'Agni est celle qui fusionne et unit la nature triple du Logos, lorsqu'Il est en incarnation ; Il est la force cohérente qui fond en une unité la Personnalité triple du Logos. Traité sur le Feu Cosmique p 511-512.
 

Agni est Fohat, l'Energie triple (émanant de l'Ego logoïque) qui produit le système solaire, véhicule physique du Logos et qui anime les atomes de substance. Il est la base du processus évolutionnaire ou cause du développement psychique du Logos ; Il est cette vitalité qui finalement effectue la synthèse divine où la forme satisfait à la demande subjective et finit par être rejetée, après avoir été dirigée et manipulée consciemment. C'est le but à atteindre pour le Logos, comme pour l'homme ; ceci marque l'ultime libération de l'être humain, de l'Homme Céleste et du Logos solaire.

Traité sur le Feu Cosmique p 518.
 

La plupart des phénomènes psychologiques de la terre sont sous le contrôle du Déva Seigneur Agni, Le principal Grand Seigneur du Feu, le Maître Gouverneur du plan mental. Le feu cosmique forme l'arrière-plan de notre évolution ; le feu du plan mental, son contrôle intérieur et sa prédominance, ainsi que son activité purificatrice constituent le but de l'évolution de notre vie triple. Quand le feu intérieur du plan mental et le feu latent dans les véhicules inférieurs se fondent avec le feu sacré de la Triade, le travail est achevé et l'homme est un adepte. L'union a été faite et le travail des éons accompli. Tout ceci est mené à bonne fin par la coopération du Seigneur Agni et des dévas supérieurs du plan mental travaillant avec le Gouverneur de ce plan et avec le Grand Seigneur du second plan.

Lettres sur la Méditation Occulte p 113-114.
 

"(...) Agni, qui est la source de tout ce qui donne lumière et chaleur. De sorte qu'il y a différentes sortes d'Agni (feu) ; mais "quels que puissent être les autres feux, ils ne sont que les ramifications d'Agni, l'immortel" (Rig Véda, L, 59 I). La division primaire d'Agni est triple. "Agni" dit le Vishnu Parana, "a trois fils, Suchi, Pavamana et Pavaka" (1, X). Suchi signifie le Saura, ou feu solaire ; Pavamana signifie Nirmathana, feu produit par friction, comme la friction de deux morceaux de bois ; Pavaka signifie le vaidyuta ou feu du firmament, le feu des éclairs, ou feu électrique.

Les sources de ces trois feux, observons-le en passant, constituent les trois principales divinités dont on parle dans le Véda, à savoir Suruya le soleil, représentant le Feu solaire ; Indra (et quelquefois Vayu) la divinité qui produit la pluie, représentant le feu du firmament et Agni, représentant le feu terrestre, le feu produit par friction (Nurukta, VII, 4) ; Les trois, qu'on s'en souvienne, ne sont que les ramifications d'Agni qui est un ; qui à son tour, est une émanation du Soi-Suprême, ainsi que le lecteur s'en rendra compte en lisant la description allégorique donnée d'Agni comme étant né de la bouche de Brahma dans le Vishnu purana.

Or, chacune des trois divisions d'Agni a de nombreuses subdivisions. Le feu solaire se distingue par plusieurs divisions selon la nature des rayons émis par le grand luminaire. The Theosophist Vol. VII, p. 196. Traité sur le Feu Cosmique p 510-511.

 

 

Comments