4. Le Cancer et le corps physique

 
Le Cancer gouverne l’appareil digestif :

  • l’œsophage
  • l’estomac
  • le duodénum
  • la rate
  • le pancréas
  • la peau
  • les seins
 
 

L’œsophage relie le pharynx au cardia de l’estomac. C’est un conduit musculo-membraneux d’environ 25 cm de long situé derrière la trachée et devant la colonne vertébrale. Les aliments déglutis sont propulsés vers l’estomac par des mouvements péristaltiques. Un sphincter, le cardia, en empêche le reflux.

 
L’estomac est un élément dilaté du tube digestif. Il est situé vers la gauche, entre le foie et la rate. Il repose sur le pancréas. Le bord droit forme la petite courbure et le bord gauche ; la grande courbure.

Motricité gastrique : le péristaltisme vide l’estomac en propulsant son contenu dans le duodénum.

 
Le duodénum est le premier segment de l’intestin grêle. Il entoure la tête du pancréas.

Les deux grandes fonctions de l’appareil digestif sont la digestion et la résorption.

 
Déroulement du fonctionnement :

  • évaluation des aliments par le goût et l’odorat
  • broyage et dispersion de la nourriture par la mastication
  • imbibition et dissolution partielle des aliments dans l’eau
  • transport du bol alimentaire
  • digestion : les aliments sont transformés en nutriments par l’intervention des enzymes digestives
  • résorption des nutriments dans la circulation à travers la muqueuse digestive
  • élimination des résidus non digestibles

Les anciens considéraient l’estomac comme un fourneau. C’était la forge sacrée sur tous les plans, lieu de maturation et d’élaboration, car manger c’est intégrer le TOUT.

 
La rate est à l’origine du système porte. Elle est située sous la coupole diaphragmatique gauche et est constituée d’un tissu lymphatique : la pulpe blanche où se forme des lymphocytes. La destruction des globules rouges vieillis se fait par la pulpe rouge. Le fer ainsi libéré y est stocké et sert à la synthèse d’hémoglobine nouvelle. C’est aussi un centre de formation d’anticorps. La rate intervient donc dans la défense de notre organisme.

Du point de vue ésotérique (subtil), la rate est en rapport avec le R3 et plus particulièrement avec l’aspect " adaptabilité " du R3. Elle constitue la base de toutes les activités fondamentales de l’être humain et de son adaptation à son environnement, à ses besoins et au macrocosme. En tant que centre, la rate subtile contrôle le processus sélectif. Elle prend la force vibratoire et l’énergie du macrocosme et la transmue pour l’usage de l’être humain. La rate est donc l’organe de la transmutation assurant la relation entre l’homme conscient et pensant et ses corps inférieurs. Elle fournit un lien magnétique.

La rate constitue un organe de connexion avec le centre cardiaque. C'est au moyen de la rate que s'opère la réunion entre le principe de vie (sis dans le cœur) et le système de conscience, qui met en contact tous les organes matériels et la substance atomique du corps physique. Cela signifie que, à l'endroit du corps humain où se trouve la rate, le long de son centre de force subjectif, se croisent deux grands courants d'énergie ; ce sont : le courant de vitalité physique ou vie, et le courant de la conscience des atomes qui construisent la forme. On observera que nous examinons ici la vie subconsciente de groupe et non pas la vie consciente ni la soi-conscience. Traité sur les 7 Rayons Vol. II p 67-68.

Dans sa contrepartie émotionnelle, la rate est l'organe de la vitalité émotionnelle.

Dans sa contrepartie mentale, elle manifeste les formes pensées vitalisées par l'intermédiaire de la volonté stimulante.

La rate se nourrit des forces de vie (ou prana) du soleil.

Ce prana entre par "le portail ouvert" du centre de force de la rate et passe au cœur. Là, il se mêle au principe individuel de vie. Par le centre de force de la rate passe également la vie consciente de la somme des cellules du corps qui, à leur tour, reçoivent l'énergie de l'aspect conscience ou principe de tous les atomes et de toutes les formes au sein du quatrième règne de la nature. On peut trouver ici une indication relative à la sensibilité excessive du centre du plexus solaire aux impacts de groupes qui l'entourent et aux impressions de genre astral. Il existe un rapport étroit entre le centre de la rate, le plexus solaire, et le cœur.

Ces deux flots d'énergie subjective et subconsciente se croisent dans la région de la rate, et forment là une croix dans le corps humain quand chacun d'eux traverse les lignes de force de l'autre. C'est la correspondance dans le corps humain de la croix de matière dont il est question à propos de la Déité. La conscience et la vie forment une croix. Le flot de vie qui se déverse du cœur et le flot d'énergie donnant la vie provenant de la rate passent (après s'être croisés et avoir produit un tourbillon de force) dans la région du plexus solaire ; de là, ils se trouvent, d'une manière définitive, attirés l'un par l'autre pour former un seul courant à un certain stade de la vie de l'aspirant avancé. Là, ils fusionnent avec la somme d'énergies, utilisant les trois points mentionnés, la tête, la base de l'épine dorsale et la rate, comme un moyen bien net de communication, de distribution, de contrôle, et finalement de retraite ultime, consciemment, au moment de la mort ou dans la technique consistant à provoquer le stade de contrôle connu sous le nom de Samadhi. Traité sur les 7 Rayons Vol. II p 67-68.

La rate s’élève à partir du moment où le corps émotionnel est animé par un désir élevé et ouvert à l'influx de force venant des niveaux causals et intuitionnels, et si sa vie mentale est intense, vibrante et animée par une volonté puissante.

La rate est l'agent le plus important de la force de vie, mais de la vie inhérente à la matière elle-même indépendamment de toute forme. Elle est donc étroitement reliée au corps planétaire physique. Elle est l'extériorisation d'un centre extrêmement important.

Le corps humain comprend trois centres fondamentaux qui, avec leurs extériorisations associées, sont absolument essentiels pour vivre :

1. Le centre cardiaque et le cœur physique lui-même. C'est en eux que le principe de vie (l'aspect Esprit) est situé. La Vie et l'Esprit ne font qu'un.

2. Le centre coronal et le cerveau. C'est en eux que se situe le principe de conscience (l'aspect Ame).

3. Le centre pranique et la rate. C'est en eux que se situe la vie de la matière elle-même (l'aspect Matière).

Comme H.P.B. l'a signalé, le corps physique dense n'est pas un principe. Il est constitué par une matière atomique maintenue en forme par une substance éthérique, sous le contrôle de l'âme. Il répond comme un automate. Il réagit aux impacts du monde extérieur et aux impulsions intérieures, mais sa vie ne comporte pas d'initiative propre. De même que toute autre forme de la nature, il est composé d'unités d'énergie et possède sa vie propre, dont le foyer distributeur d'énergie est la rate.

C'est dans la rate que sont mises en contact la vie négative de la matière et l'énergie vivante du corps éthérique positif. Alors se produit "une étincelle" entre les corps intérieurs vivants de l'homme et le plan physique, par l'intermédiaire du corps éthérique.

Cette étincelle est, sur l'échelon le plus bas de l'échelle de l'évolution, un reflet homologue de la relation entre l'âme et le corps. Sur une spire plus élevée de la spirale, l'homologie existe entre l'esprit et la matière. Guérison Esotérique p 263-264.

 

Le pancréas est une glande mixte qui a une double action sécrétoire : exocrine et endocrine.

  • fonction endocrine : les cellules endocrines forment les "Ilots de Langerhan" produisant des hormones ; l’insuline hypoglycémiante et le glucagons hyper antagoniste de l’insuline.
  • fonction exocrine : le pancréas secrète du suc pancréatique (environ 2 litres par 24 heures) contenant plusieurs éléments nécessaires à la digestion : des lipases pour la digestion des graisses, l’amylase pour les amidons, entre autres.
 
La peau est l’enveloppe externe du corps. Elle est constituée de l’épiderme, du derme et de l’hypoderme. La peau établit la barrière entre le monde extérieur et le milieu intérieur C’est l’organe de contact physique par lequel notre organisme perçoit son environnement vital.

Elle assure une protection active et passive contre les agressions de l’extérieur et la perte d’eau du milieu extérieur. C’est l’organe principal des échanges thermiques. Elle participe aux régulations circulatoires et assure la sécrétion de la sueur qui permet la sortie des produits cataboliques par les glandes sudoripares. Elle permet la sensibilité hépicritique (tact) et photopathique (douleur, température…) dont les récepteurs sont situés dans la peau.

Les seins ou glandes mammaires se développent chez les filles au moment de la puberté, sous l’influence d’hormones.

La sécrétion lactée se produit pendant la grossesse. Sous l’influence des hormones folliculaires et lutéiniques, le tissu glandulaire se développe, le lait apparaît après l’accouchement. Le colostrum apparaît en premier, c’est un liquide jaune dont la composition est différente du lait. Il apporte une protection immunitaire donnée par la mère qui permet dans les premiers jours de la vie d’éviter les infections provoquées par des bactéries.

Puis vient le lait qui contient protéines et sucres.

Le Cancer est gouvernée en exotérique par La Lune voilant Neptune. Nous avons là la symbolique de la Mère de toutes les formes (la Lune) recherchant la fusion avec le Dieu des Eaux (Neptune). Cette relation nous éclaire sur l’intention de l’humanité de tendre à la synthèse entre les formes et le désir-sensibilité.

Comments