7. La Balance : Septembre - Octobre

Parce que la thématique essentielle de la Balance est celle des justes relations, le mois de la Balance représente le moment idéal pour travailler sur notre rapport aux autres, au temps et à l’argent.


 

La Balance est gouvernée par des Rayons impaires, avec le R3 représentant le but, les R5, R7 et R3 (Vénus, Uranus et Saturne) en position de moyens, au niveau de la personnalité, de l’âme et de l’Esprit. Elle œuvre donc sur la ligne de la Vie même et de ce qui est en rapport avec la construction des formes. Elle suit l’énergie Vierge et précède l’énergie Scorpion, deux signes très pairs dans leur énergie et qualités, qui eux renvoient donc de façon privilégiée à la conscience et à son développement. La Balance est aussi un signe de la Croix cardinale, la Croix de l’Esprit. Au sein de cette Croix, elle renvoie aux Lois divines et parmi elles aux Lois de l’âme, elle nous relie à elles et sur le pallier inférieur, elle nous relie aux lois de l’homme, à la justice.


 


De par tous ces aspects, le mois de la Balance représente une énergie d’intégration, de bilan et d’évaluation. En ce début d’automne, il nous invite à réaliser une synthèse des 9 mois précédents. C’est un temps de pause, de régulation et d’intégration, le moment où la vie, nourrie par la conscience, va produire un nouvel équilibre. En Scorpion et en Sagittaire, une évolution supérieure est ainsi rendue possible. C’est le temps dans l’année où nos relations aux autres, à l’argent et au temps mais aussi de manière plus générale à toutes les paires de dualité sont mesurées et pesées avec en fond pour objectif la recherche du juste équilibre. Dans la Balance, aucun extrême n’est privilégié et si un déséquilibre au sein de notre conscience est identifié, il va provoquer un appel, une impulsion à un travail de rééquilibrage. Le R3 est là pour veiller à ce que l’intelligence créatrice, au service de la conscience, soit notre but. Dans ce sens et de par Uranus R7 au niveau de l’âme, la Balance est un signe qui stimule à plus de cohérence entre ce qui est en Haut, les grandes Lois, et ce qui est en bas, le monde des formes. Elle se sert de Vénus R5 pour percevoir les causes des déséquilibres et mettre en place, par le biais du mental, un plan d’action amenant un ordre et un équilibre supérieur, créant ainsi davantage de conformité avec les grandes Lois de l’âme. Le mois de la Balance représente ainsi une invitation à créer dans sa conscience davantage de cohérence. Et cela peut provoquer une vraie révolution.


 


Reprenons chacun des aspects impliqués par cette question des justes relations et étudions plus spécifiquement le type d’effet que cela peut produire sur nous.


 


  • La relation aux autres êtres humains

     

    Comme nous l’avons vu dans la présentation du signe de la Balance, cette énergie stimule à être en relation avec d’autres, à mettre en place une coopération, à s’entendre dans un groupe, à communiquer et à rechercher la paix et l’harmonie. On pourrait donc dire qu’elle est à la base de tous les partenariats, les alliances et les contrats, les actions vers la paix. Dans le Gémeaux, premier signe d’air, la relation est créée et avec elle la dualité apparaît. Il y a moi et il y a l’autre. Dans la Balance, la relation a de l’expérience derrière elle. C’est donc le moment d’étudier le vécu de cette relation et sa conformité avec le cadre de référence formé par les Lois supérieures.

     

    La relation à l’autre comporte ainsi : la relation dans le couple, au sein de la famille, au niveau amical, dans le cadre du travail, les personnes avec qui on est en affaire… Sous l’influence de l’énergie Balance, un bilan peut être dressé afin de percevoir là où existe une relation équilibrée et déséquilibrée. Cela peut alors se manifester par des émotions quelque peu chamboulées, des tensions extérieures et intérieures, voire par des conflits. En effet, là où n’existe pas une relation équilibrée finit toujours par se produire une crise. Il est donc intéressant de prendre conscience de comment nous nous sentons dans telle ou telle relation, si nous éprouvons un sentiment de paix et de sérénité ou si nous nous sentons insatisfaits, tendus, agacés, nerveux, agités ou inquiets. L’énergie Balance peut d’ailleurs pointer chez nous nos propres incohérences, là où, au niveau de nos différents corps, nous ne sommes pas alignés. Est-ce que ce que je dis à l’autre correspond à ce que je pense vraiment ? Quand je m’exprime ainsi, mes désirs, mes besoins émotionnels sont-ils en accord ? Le fait de ne pas être en harmonie, cohérent avec soi-même provoque une tension qui à la longue crée un conflit intérieur. Il y a ensuite de grands risques que ce conflit intérieur s’extériorise, l’autre étant vu comme la cause de notre mal-être. La lucidité de la Balance nous invite à voir ce qu’il en est vraiment de nos propres incohérences et dysfonctionnements, à remettre de l’ordre en nous afin d’être plus honnête envers l’autre, à aspirer à faire ce qui est juste. L’énergie Balance peut d’ailleurs faire remonter nos dépendances affectives, notre besoin de plaire et d’être aimé, notre peur de nous retrouver seul et donc notre tendance, à jouer un rôle. Au niveau supérieur, le mois de la Balance est le moment idéal pour faire tomber les masques. C’est un mois propice à la communication et à l’expression. Les signes d’air favorisent les échanges, donc dans le mois de la Balance, réglons nos différents, que ce soit avec nous-mêmes mais aussi avec les autres, repartons sur des bases plus saines, tendons à penser, à dire et à faire ce qui est juste.

     

    Il se trouve d’ailleurs que c’est dans le mois de la Balance que les Juifs fêtent le Yom Kippour, appelé le Jour du Grand Pardon. Elle est considérée comme la plus sainte des fêtes juives (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Yom_Kippour).

    Il est particulièrement intéressant de faire le lien entre le fait de pardonner et les qualités portées par l’énergie Balance. L’acte même du pardon, quand il est fait en toute sincérité, est d’une puissance libératrice sans commune mesure. Il remet chaque chose à sa juste place et dénoue les conflits intérieurs et extérieurs dont l’existence nous empêche d’avancer.

     

    Dans ce sens, le mois de la Balance est un temps idéal pour réaliser un acte symbolique d’écriture d’une "lettre d’amour – pardon". Il s’agit en fait d’écrire à une personne avec qui nous sentons que nous avons des comptes à régler. Il y a eu un vécu de relations qui n’étaient pas justes et des émotions négatives y ont été associées. Il suffit d’ailleurs de repenser à cette personne et à ce que nous avons vécu avec elle pour sentir des émotions telles que la colère, la tristesse, les remords, voire la haine, remonter à la surface. Ces émotions montrent bien qu’un lien toxique existe toujours. Or de par ce lien, cet attachement, ces émotions négatives ne se retrouvent pas seulement toujours vivants entre cette personne et nous, mais elles peuvent aussi se manifester dès que nous nous trouverons avec quelqu’un qui, par ses propos, son attitude, voire sa ressemblance physique viendra nous rappeler cette personne. Cela signifie que toute relation peut être biaisée et perturbée par l’existence d’un conflit non résolu. Il ne faut en effet pas croire naïvement que parce que la relation appartient au passé, que l’autre n’est plus dans notre vie ou qu’il n’en occupe plus la même place que tout est réglé.

     

    La lettre d’amour-pardon n’est pas destinée à être donnée à la personne avec qui nous sommes toujours en conflit. D’ailleurs cette personne peut ne plus être de ce monde. Il peut ainsi s’agir d’une grand-mère autoritaire, d’un père qui nous a abandonné, d’un ex-conjoint qui nous a trahi, d’un ami qui nous a déçu… Elle s’écrit en trois phases distinctes, chaque partie étant destinée en quelque sorte à vider son sac, à faire sortir toute l’émotion négative encore présente dans notre conscience. Il faut vraiment prendre le temps de tout écrire, de ne rien oublier. Il peut donc se passer plusieurs jours avant que la lettre ne soit terminée. Pour chaque partie, des souvenirs peuvent remonter au fur et à mesure que la lettre est écrite.

    1ère partie : « je suis en colère contre toi parce que / à cause de / que tu n’aies pas… » Comme vous le voyez, il s’agit ici de vider toute sa colère en se remémorant et donc en notant tous les événements qui ont pu provoquer cette émotion négative ou de manière générale le comportement, l’attitude qui chez l’autre suscitait cette émotion. On peut aussi y noter ce que l’on a détesté de la part de l’autre puisque la colère est souvent liée à la haine. Cela peut toucher à un sentiment de trahison, voire d’humiliation.

    2ème partie : « je suis triste que… ». On est là dans l’évocation de manques éventuels, d’absences. Ce sont les moments où l’on a pu se sentir mal considéré, délaissé, voire abandonné (cependant chacun peut réagir émotionnellement de manière différente. Chez certains l’humiliation peut provoquer de la colère et chez d’autres de la tristesse, il ne faut donc pas être trop rigide par rapport à ces vécus et à la place qu’ils occupent dans la lettre, l’important est qu’ils y figurent).

    3ème partie : « je t’aime ». Dans cette dernière partie, on écrit tout ce qui chez l’autre a pu susciter en nous de la reconnaissance, de l’affection et de l’amour, voire de l’admiration. Ce sont toutes ces choses positives qui nous ont été données, transmises par l’autre, que ce soit de petites ou de grandes choses. Pour un parent, cela peut être un trait de caractère qui nous relie. Par exemple, même si nous avons souffert de l’autorité excessive d’une grand-mère, nous pouvons percevoir que comme elle, nous avons la force d’aller de l’avant, de faire face aux difficultés de la vie sans fuir ni paniquer. Cela peut être aussi tout ce que nous avons appris de positif dans la relation même quand elle était difficile, tout ce qui nous a conduit à grandir. L’absence d’un père a pu pousser à développement l’autonomie, etc.

    Une fois que cette partie est complète, nous concluons la lettre par une phrase du style « pour tout cela, je te pardonne et je me pardonne ».

     

    Cette lettre n’est pas destinée à cracher son venin, à dire du mal de l’autre ni même à jouer les victimes. Elle doit donc être écrite dans le respect de l’autre et de nous-mêmes. Le but de cette lettre est de permettre de tourner une page et de continuer à avancer. C’est d’ailleurs également un enseignement fondamental de la Balance. En tant qu’énergie du R3, elle nous montre que l’équilibre n’existe que dans le mouvement, à l’image du funambule sur sa corde. Lorsqu’en nous résident des émotions verrouillées sur une histoire passée, elles créent une forme d’inertie, elles nous empêchent d’être pleinement disponible pour le moment présent, elles nous font craindre l’avenir, entretiennent une souffrance et elles nous maintiennent donc éloignées de notre véritable nature divine. Nous avons déjà vu avec le Cancer qu’au niveau de l’âme, nous choisissons la famille dans laquelle nous nous incarnons et donc de l’environnement dans lequel nous grandissons. Aussi comment pourrions-nous en vouloir à l’autre de ce que nous avons été amenés à co-créer ? Pour autant, il est compréhensible de ressentir de la haine, de la colère ou de la tristesse quand nos souffrances sont trop fortes. Ces émotions ne doivent pas être niées ou pire, refoulées, elles doivent être vues avec toute la lucidité que l’énergie Balance nous amène à acquérir. Cependant, si nous ne parvenons pas à tourner la page, si nous ressassons le passé, nous ne nous libérons pas (« Libra » : libérer la Balance) du poids du passé. Le mois de la Balance peut donc favoriser la recherche d’un équilibre et d’un ordre supérieurs alors qu’un karma relationnel trouve sa résolution, évitant ainsi que l’histoire se poursuive au cours de la prochaine incarnation.

     

     

  • la relation au sexe

     

    C’est dans la Balance bien plus que dans le Scorpion ou le Taureau que le juste rapport et le juste usage de la sexualité peuvent être trouvés. La Balance gouverne la thématique du sexe au niveau de la conscience, même chose pour l’argent comme nous le verrons plus bas. Le Taureau stimule le désir pour le sexe et l’union physique tandis que le Scorpion est l’énergie dans lequel les tests sont appliqués, tests visant à faire évoluer la conscience. Le mois de la Balance représente donc une occasion particulière de réaliser un bilan sur sa perception et son vécu de la sexualité en mesurant ici les excès et les manques non pas tant au niveau des désirs mais dans un idée d’un vécu juste et sain de la sexualité, respectueux de soi et de l’autre.

     

     

  • la relation aux autres règnes de la nature

     

    Etablir de justes relations ne concerne pas uniquement notre rapport à nos frères et sœurs humains, cela s’entend aussi dans notre façon de considérer et traiter une plante, un animal, la planète Terre elle-même. Durant le mois de la Balance, nous pouvons donc également réaliser un bilan des rapports équilibrés ou déséquilibrés que nous entretenons avec les êtres et les formes de ces règnes. Ce mois peut d’ailleurs être propice à la réalisation d’un rituel de fraternité et de respect envers nos petits frères du monde animal mais aussi à destination des esprits de la nature. Les rituels chamaniques en sont une bonne illustration à partir du moment où ils ne sont pas destinés à récolter un quelconque pouvoir mais expriment la reconnaissance de l’unité existant entre les différents règnes.

     

    La gratitude constitue un levier d’évolution des plus puissants et dans le mois de la Balance, elle peut être pratiquée sans modération. Il peut s’agir de dire merci au soleil d’illuminer la journée, à la pluie d’arroser notre jardin, aux oiseaux d’embellir la Terre de leurs chants, à la fleur de nous faire don de sa beauté et de son parfum. Tout peut être sujet à éprouver de la gratitude pour celui qui sait voir la beauté et l’abondance présentes tout autour de nous. Bien évidemment, cela présuppose de penser, ressentir et vivre cette gratitude. Alors, les paroles prononcées sont dotées d’un pouvoir particulier.

     

     

  • la relation au temps

     

    Parmi les leçons essentielles enseignées par la Balance, il y celle qui consiste à réaliser que tout se trouve dans le moment présent, que ce soit la réponse à nos questions, la solution à un problème, la connexion à tout ce qui est, l’inspiration ou même l’illumination, l’abondance, la santé, le bonheur et la plénitude. Tout est là, présent maintenant. La Balance nous invite à faire une pause dans notre fuite du passé ou notre désir de le faire revivre, notre course vers l’avenir ou notre peur d’un futur incertain. Elle nous invite à être, être là, être présent.

     

    Avec les R3 et les R7, la Balance met en avant la question des rythmes, elle nous montre que tout dans l’univers est sujet à des rythmes, un peu à l’image de la respiration, du mouvement des marées, de la nuit et du jour, du passage des saisons, de la rotation des planètes, mais aussi des rythmes de notre corps, du développement d’un être humain. Nous pouvons soit être dans le rythme soit être arythmique. La vie de tous les jours telle que nous la connaissons dans nos sociétés modernes est foncièrement arythmique. Des rythmes nous sont imposés liés à des obligations que nous nous sommes créés. Nous vivons dans une société de rythmes artificiels. Nous ne tenons pas assez compte du fait que nos corps physiques n’ont pas les mêmes besoins selon les saisons, que ce soit au niveau de l’alimentation (tout est disponible tout le temps), en heures de sommeil, en alternance entre le fait d’être à l’extérieur et celui d’être à l’intérieur. Tout cela engendre une déconnexion aux rythmes naturels et donc par voie de conséquence une déconnexion à la nature elle-même et en finalité à nous-mêmes puisque nous sommes la nature, en tout cas une part. Parce que nous sommes en dehors des rythmes justes, nous ne savons pas la plupart du temps quand prendre une décision, soit nous traînons, soit nous sommes impatients, ce qui a pour effet d’accroître notre décalage par rapport aux rythmes de l’univers.

     

    Le mois de la Balance peut donc être propice à une réorganisation de nos rythmes de vie, même si cela n’est pas toujours facile et que l’idéal est difficilement atteignable actuellement. Cela peut être une période intéressante, puisque les énergies soutiennent ce travail, de pratiquer la pleine conscience, par des marches ou en méditation. La pleine conscience réside dans l’ouverture au moment présent. En fait, c’est plonger et s’immerger dans cet éternel moment présent. Quand nous y entrons, nous pouvons alors être impactés par une idée nouvelle nourrissant notre créativité, nous pouvons trouver la réponse à une question, être stimulés à donner une certaine direction à notre action, à prendre une décision, voir une blessure guérir, trouver les mots justes à dire à un proche. Nous savons aussi quand parler et quand nous taire, quand agir et quand attendre, quand être dans une phase d’intériorisation et quand être tourné vers l’extérieur, quand être seul et quand être avec d’autres. Tout cela parce que c’est dans le temps présent que l’âme peut être trouvée.

     

    Temps et mouvement sont en fait intimement liés. Après tout, le temps est basé sur la perception du mouvement, notamment la rotation de la terre autour du Soleil ainsi que les cycles de la Lune. Quand dans notre vie, nous commençons à trop ralentir ou à être déphasé par rapport aux rythmes, il peut être bon de se mettre à danser. Oui, danser. On met un morceau qui nous plait et on se laisse aller à suivre le rythme. Nous pouvons aussi danser avec la nature, le vent, les sons perçus, en chantant en même temps ou juste en émettant des sons. Libre à nous de laisser venir et d’entrer dans le mouvement. Nous pouvons également nous recentrer sur le rythme de notre respiration et celui des battements de notre cœur. Ceux-ci peuvent nous aider à retrouver le temps et le mouvement justes.

     

     

  • la relation à l’argent

     

    Comme nous l’avons vu, la Balance gouverne la question de l’argent, non pas tant dans le côté concret, ça c’est le Taureau qui s’en charge, mais plutôt dans la conscience que nous avons de l’argent, dans la représentation, les valeurs que nous avons face à cette thématique très humaine. Le mois de la Balance peut nous inviter à faire un point sur notre relation à l’argent et là aussi sur les équilibres ou zones de déséquilibres présents dans notre conscience. Qu’est-ce que je pense de l’argent ? Des personnes riches ? Des personnes pauvres ? Quel genre de jugement est-ce que je porte ? Pour moi, l’argent c’est… Que ferai-je si j’avais plus d’argent ? Comment est-ce que je me sentirai ? Il peut être particulièrement éclairant de se poser ces questions durant le mois de la Balance, les réponses apportées spontanément peuvent montrer là où résident notre aptitude ou nos difficultés à œuvrer avec cette énergie. Encore une fois, la question de l’intelligence liée à la qualité de lucidité peuvent faire beaucoup pour créer un plus juste équilibre face à cette thématique.

     

     

  • la relation à toutes les paires de dualité

     

    Durant le mois de la Balance, c’est la relation entre toutes les paires d’opposés – complémentaires qui peut être revisitée par l’âme. Ceci est encore plus vrai quand la Balance se trouve être notre ascendant durant une Révolution Solaire, à ce moment là, l’âme dispose à la fois d’une impulsion plus puissante et de plus de temps pour réaliser ce travail d’évaluation.

     

    Evidemment, les dualités visitées sont potentiellement très nombreuses. Parmi elles, il y a la relation entre toutes les paires de signes astrologiques. Par exemple, je suis Gémeaux, où en suis-je dans l’intégration des qualités du Sagittaire, sachant que je dois trouver le juste équilibre pour permettre à ma conscience d’évoluer ?

     

  • la relation à l’âme, aux Lois (et à la justice)

     

    Comme indiqué, la Balance R3 est en relation directe avec les Lois divines et donc au niveau humain, à la justice et aux lois humaines qui pour le moment ne sont qu’un pâle reflet déformé des Lois divines. Nous aurons un jour à comprendre que la question de la justice est à mettre en relation avec celle du karma. Cette leçon nous sera enseignée par et la Balance, de par Saturne, planète sacrée du R3 gouvernant l’Esprit dans ce signe d’air. Cela nous amènera à revoir complétement et donc à révolutionner notre rapport à la justice.

     

    Le R3 de la Balance est donc très présent et marqué. C’est le Rayon qui unit l’Esprit et la Matière, la conscience et la forme. Selon la loi d’Economie, nous vivons un temps où il nous est permis de réunir en un tout cohérent et de faire descendre jusque dans les aspects denses de la matière (et donc de notre quotidien) les prises de conscience réalisées dans l’année. Selon la loi du Karma, c’est une période de conséquences, de résultats où nous pouvons nous apercevoir très concrètement des progrès réalisés et des difficultés encore présentes. C’est le moment de la récolte et sa qualité dépendra du travail accompli sur les mois précédents. En cela, le travail du R3 est accompagné par Uranus, la planète sacrée du R7, qui, au niveau de l’âme, chez la Balance vient apporter toute la rigueur scientifique (application inévitable des Lois divines) et la matérialisation propre à ce Rayon. La concrétisation résultant de ce qui est a été vécu d’essentiel est inévitable. Les formes deviennent en ce mois particulièrement importantes et doivent être considérées avec attention puisqu’elles matérialisent le travail de conscience. Elles témoignent des progrès réalisés. Vénus, planète sacrée du R5, liée au mental concret, gouvernant la personnalité dans la Balance, nous indique que la personnalité elle-même est invitée en ce mois à prendre conscience du résultat atteint et a coopéré à ce travail. Nous voyons ainsi qu’avec la Balance l’âme et la personnalité sont considérées comme des partenaires à part égal intervenant dans un processus de création intelligente, un processus visant à rapprocher le Haut et le bas, les grandes Lois et leur application sur le plan des formes.

     

    Ainsi, pour accompagner le travail de l’énergie Balance, il peut être intéressant de réaliser une synthèse écrite des 9 mois précédents. Ce travail de synthèse reprend ainsi les résultats des méditations, leur aboutissement, mais aussi les grands moments vécus dans cette année et les décisions que cela nous amène à prendre. La méditation peut évidemment sous-tendre ce travail.

     

    En Bélier, énergie complémentaire de la Balance, nous avions, avec la fête de Pâques, à vivre l’un des moments les plus forts spirituellement de l’année. Nous étions dans l’abstraction complète cherchant à atteindre mentalement le point le plus haut possible. Ce travail s’était poursuivi en Taureau avec la fête du Wesak et en Gémeaux, avec la fête de l’Humanité. Durant l’été, les formes ont commencé à prendre plus d’importance, le monde concret est apparu. Le Cancer, nous a demandé de débuter la mise en forme des idées perçues, le Lion nous a poussé à revoir notre identité et la Vierge à nourrir davantage l’âme en nous, au prix souvent de tiraillements et oppositions entre la personnalité (la mère) et l’âme (l’enfant). En Balance, nous pouvons voir et comprendre (R3) où ce travail nous a conduit.

     

    En tant que 7ème signe du zodiaque, la Balance renvoie à une perfection relative, à la fin d’un cycle. Un pallier a été atteint.

     

    Nous pourrions nous arrêter là, sur une grande pause, une synthèse contemplative du chemin accompli. Un certain équilibre a été trouvé et nous pourrions être tentés de rester immobiles. Pour autant et comme il l’a déjà été dit, l’équilibre n’existe que dans le mouvement. Le mois de la Balance nous a conduit à intégrer un nouvel et plus juste équilibre, mais avec ce R3, il nous pousse à continuer et à avancer et à nous poser la question de ce qu’il est vraiment intelligent de créer. Pour cela, il est important de remonter au niveau des nécessités, c’est-à-dire du Plan. Ce signe de la Croix cardinale, gouverné par des Rayons en lien avec le Dessein, nous y invite, voire nous facilite le travail. La chaîne impaire exclusivement présente en Balance nous renvoie à tout ce qui concerne la Vie et sa manifestation. Elle pose ainsi avec Uranus R7 la question de l’ordre nouveau à créer où l’intelligence, au service de l’Amour a toute sa place.

     

    A l’origine de tout désordre et de tout mal, il y a l’inversion d’une qualité fondamentale appartenant soit au Bien, au Beau, ou au Vrai. La Balance étant le signe du rapport des justes équilibres, c’est le moment de l’année pour « choisir la voie qui conduit entre les deux grandes lignes de force ». C’est donc un travail d’engagement, de fiançailles avec l’âme. En Scorpion, le mariage, la fusion, pourra se réaliser.

     

    Ainsi, en Balance, nous terminons une histoire, nous en réalisons le bilan et de là, nous nous engageons à aller plus loin.

     

     

     

  • de façon plus générale, au niveau des sociétés

     

    La Balance est donc un signe qui peut produire une vraie révolution. Quand des déséquilibres relationnels ont été identifiés et que l’aspiration à un ordre supérieur se produit, cela peut produire un grand chamboulement dans la façon même de vivre sa vie. Si ceci est vrai pour soi, c’est tout aussi le cas au niveau d’une société.

     

    Si nous devions retracer l’histoire des crises financières ayant frappé le monde, nous nous apercevrions qu’elles ont à la base une gestion de l’argent qui n’est pas juste, pas saine. Nous ne pourrons éviter ces crises que lorsque nous aurons compris ce qu’est réellement l’argent du point de vue divin, car oui, l’argent est bien une émanation d’une énergie divine, il ne s’agit pas de revenir au troc comme certains les proposent.

     

    Il en va de même des tentatives de paix faites ici ou là dans le monde. La plupart ne fonctionnent pas de façon durable. Il serait en fait bon d’arrêter de parler de vouloir instaurer la paix. La paix n’est pas un but, c’est une conséquence, elle survient quand des relations justes sont créées et entretenues. C’est vrai pour un couple, une nation et entre deux nations étrangères. On ne peut pas s’attendre à ce que la paix fonctionne là où existe des mensonges, des abus, de l’exploitation, des trahisons. La meilleure façon de créer la paix est déjà soi-même de commencer à regarder, reconnaître et accepter là où nous ne sommes pas justes dans nos relations aux autres, à l’argent et au temps. En œuvrant pour des relations plus justes, nous apportons au monde une énergie nouvelle qui peut alors soutenir tous les efforts faits pour que le monde connaisse l’harmonie.

     

    Là où il ne faut pas non plus s’illusionner concernant la paix, c’est qu’un temps de chaos et de destruction est également nécessaire. Les rythmes de la nature nous montre en effet qu’une forme naît, grandit, se stabilise, décroît et meurt. Cela est vrai d’un arbre, comme d’un être humain ou d’une civilisation (cf. l’Egypte ancienne ou les Mayas, la Grèce antique, Rome…). Aucune forme n’étant faite pour durer éternellement, le travail du destructeur, du R1 est là pour en amener la mort faisant ainsi place nette pour que des formes supérieures se construisent par la suite. La Balance qui œuvre à travers des Rayons impaires, avec donc en fond, le R1, nous montre bien ce principe. C’est notre peur du changement, de la mort et du chaos qui font que nous ne savons pas voir la beauté du processus et en apprécier les bienfaits. Là aussi, il y a un temps pour chaque chose et chaque chose en son temps.






Comments