L’Antenne clinique de Mons s’inscrit dans un réseau plus large dont l’horizon est à la fois national, avec la Section clinique de Bruxelles et international, avec les Sections cliniques de Paris, Barcelone et Madrid. Ces structures ont pour but d’assurer un enseignement fondamental de psychanalyse, tant théorique que clinique, qui s’adresse aussi bien aux travailleurs de la « Santé mentale », psychiatres, médecins, psychologues, orthophonistes, éducateurs, infirmiers, etc., qu’aux universitaires, et aux psychanalystes.

Participer à l’Antenne clinique n’habilite pas à l’exercice de la psychanalyse.

Le programme comprend le cours à Mons, l’élucidation des pratiques de thérapie à Mons, la présentation de cas à Tournai, ainsi que le cours d'introduction du Samedi matin à Bruxelles. Accès gratuit aux cycles de conférences à Bruxelles et au Collège Clinique de Lille.

Thème de travail // Le traitement du réel en institution

Le Cours : Le traitement du réel en institution (Mons)

Enseignants : Béatrice Brault-Lebrun, Philippe Hellebois, Dominique Holvoet, Jean-François Lebrun, Guy Poblome

Les mercredis 14/10, 18/11, 09/12/2020, 13/01, 10/03, 21/04, 19/05/2021 de 19h à 21h

Ateliers de la Fucam, rue des Sœurs noires, 2, 7000 Mons

Arguments :

Voilà trois termes dont nous cernerons les contours pour tenter de saisir comment ils s’articulent. S’il y a le réel, celui de la science, dont nous constatons de plus en plus qu’il échappe aux formules des scientifiques, Lacan a peu à peu dégagé un statut différent du réel, spécifique à la psychanalyse. Il ne s’agit plus du réel mais d’un réel, qui ne répond plus à aucune loi. Ce réel ne connaît effectivement que le hasard, celui de la contingence des rencontres qui font la trame de toute vie humaine. La psychanalyse montre que ces rencontres se ramènent à celles que fait le sujet avec le langage et ses effets de jouissance dans le corps 1. Dès lors l’expérience analytique s’orientera vers ce réel, au-delà des constructions fictionnelles qui le recouvrent comme autant de défenses qu’il s’agit de déranger, non pas pour qu’il saute à la figure, mais pour, comme Lacan l’évoque, savoir y faire 2.

N’est-ce pas ce dont il s’agit quand nous parlons de traitement du réel ? En effet, le réel sans loi, que Lacan a appelé jouissance, assaille certains parlêtres, spécialement ceux qui frappent à la porte de nos institutions. Il ne s’agit pas avec eux de démonter la défense, pas plus d’ériger une forteresse, mais peut-être de chercher comment savoir y faire autrement avec ce qui les ravage.

L’institution dite de soins est-elle apte à soutenir cet effort ? Oui, à condition qu’elle s’oriente elle aussi du réel en renvoyant chacun qui y opère à la solitude de son propre rapport au réel au-delà de tout idéal collectif 3.


1 Cfr. Miller J.-A., « Un réel pour le XXIe siècle. Présentation du thème du IXe congrès de l’AMP », Scilicet, Paris, École de la Cause freudienne, 2013, p. 25.2 Lacan J., Le Séminaire, livre XXIII, Le Sinthome, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 2005, p. 125.3 Cfr. Miller J.-A., « Théorie de Turin sur le sujet de l’École », La Cause freudienne, n°74, mars 2010, p. 135-137.


Elucidation des pratiques (Mons)

Enseignants : Béatrice Brault-Lebrun, Philippe Hellebois, Dominique Holvoet, Jean-François Lebrun, Guy Poblome

Les 14/10, 18/11, 09/12/2020, 13/01, 10/03, 21/04, 19/05/2021 de 21h à 22 h

Ateliers de la Fucam, rue des Sœurs noires, 2, 7000 Mons

Argument :

L’éthique de la psychanalyse implique de prendre la clinique à partir du cas, et non pas des classifications et des évaluations qui visent à faire rentrer chacun dans des petites cases. Le travail de construction du cas est un effort de bien dire, de nomination, un effort de saisie par le langage de ce qui arrive à un sujet. Cette construction logique du cas n’est cependant pas suffisante. Il y a quelque chose qui lui échappe, qui tient à un impossible à dire et qui inscrit un trou. C’est la place de la jouissance ; elle concerne au plus près la différence absolue, le point de singularité même du sujet.

Enfin, pour qu’un cas soit un cas, il reste encore la mise du praticien, de son désir, et la façon dont il s’affronte au réel en jeu. Ces trois points – construction logique, place de la jouissance, désir du praticien – nous guideront pour aborder les cas présentés par les participants. Comme ils sont issus le plus souvent de leur pratique en institution, nous accorderons une attention particulière aux psychoses, à l’autisme ainsi qu’à la pratique à plusieurs.


Les Présentations (Tournai)

Enseignants : Philippe Hellebois, Dominique Holvoet, Véronique Mariage

Hôpital Les Marronniers, rue Despars, 94 à 7500 Tournai

Les 16/10, 20/11, 18/12/2020, 15/01, 12/02, 19/03, 23/04, 4/06/2021 de 9h30 à 11h30

Argument :

Un patient hospitalisé est invité à témoigner de son parcours de vie en dialogue avec un psychanalyste extérieur au service. L'entretien met en évidence la trame de son existence et les difficultés, les impasses auxquelles il s'affronte. En éclairant les choses d’une façon absolument nouvelle, la présentation a un effet d’enseignement aussi bien pour le patient que pour l’assistance. Cet effet d’enseignement tient principalement dans la révélation de la singularité du sujet au-delà du cas. Si les cas peuvent se comparer, la singularité est par contre irréductible à chacun. Elle constitue ce que chaque cas a de plus sérieux, et partant de plus précieux. Et c’est seulement en prenant appui sur celle-ci que nous pourrons élaborer avec le patient les réponses ajustées à ce qui lui est arrivé.


Conférences du Champ freudien (Bruxelles)

17 octobre 2020

Marie-Hélène Brousse


20 mars 2021

Éric Laurent


Les conférences se tiennent à 15h le samediLes titres et le lieu seront communiqués ultérieurement par le courrier du Champ freudien


Cycle d'introduction à la lecture de Freud et Lacan (Bruxelles)

  • Sept samedis matins (24 octobre, 28 novembre, 12 décembre 2020, 09 janvier, 06 février, 06 mars, 08 mai 2021)

9h-10h30 : Gil Caroz, Yves Vanderveken et Alfredo Zenoni : "Abords du réel"

10h30-12h : Alexandre Stevens, Bruno de Halleux et Monique Kusnierek : "Les amphibologies du réel"


  • Sept lundi soirs (19 octobre, 16 novembre, 7 décembre 2020, 11 janvier, 8 mars, 19 avril, 10 mai 2021, 19h-20h30

Philippe Bouillot et Jean-Marc Josson : "Ce que vise, et permet une analyse"

Lieu : au local de l’ACF, Rue Defacqz, 16 à 1000 Bruxelles