Retrouvez sur cette page la parole des élus socialistes au Conseil Municipal de Petit-Couronne :
  • Novembre 2012
Soutien à la raffinerie de Petroplus, non au mythe de Sisyphe ! 

Dans l’Odyssée d’Homère, Sisyphe fut condamné par les dieux de l’Olympe à faire rouler éternellement un rocher jusqu’en haut d’une colline dont il redescendait chaque fois avant de parvenir à son sommet. Métaphore de la vie elle-même où cette punition signifie qu'il n'y a de châtiment plus terrible que le travail inutile et vain ? 

Depuis près d’un an maintenant, nous sommes tous, élus locaux et nationaux, habitants, commerçants, mobilisés autour des salariés de la raffinerie Petroplus et de leurs familles. Cette mobilisation a pris plusieurs formes : aide logistique ou financière, soutien moral, démarches auprès des dirigeants de Petroplus et de Shell, des élus locaux et nationaux et du gouvernement, engagement fort lors des meetings, organisation d’une ville morte avec l’appui des commerces de la ville… 

Nous nous battons tous pour que les acteurs privés de la filière pétrole française ne réagissent pas en simples financiers mais comprennent que l’homme est le premier outil de production. Nous avons sollicité les pouvoirs publics pour qu’ils les aident à intégrer ces enjeux humains et permettent ainsi de garantir la pérennité du site, son positionnement industriel et un avenir pour chacune et chacun des salariés. Nous menons un combat social et territorial, mais avant tout un combat d'intérêt général. 

Or, ce rassemblement, cette lutte, cette émulation née de tous ces mois de « galère » ne peuvent pas rester lettre morte. Il est inconcevable que cette foi, cette énergie soient balayées d’un revers de main. Si tel était le cas au final, nous serions tel Sisyphe, à nous poser la question du sens du travail. Etymologiquement, le mot « travail » désigne l’effort physique ou intellectuel qui doit être fait pour obtenir un résultat recherché. Il a donc été longtemps associé à un labeur ou à une peine.

Mais dans le cas qui nous occupe, il ne s’agit pas de se questionner uniquement sur la valeur du travail dans notre société en perte de repères. Mais bien d’y associer une question autour du sens de la mobilisation. L’homme a créé une société dans laquelle il a de moins en moins de poids et de possibilité d’influer sur son avenir collectif. Serons-nous capables de stopper la pierre avant qu’elle ne tombe de la falaise ? L’avenir de la raffinerie Petroplus sera signifiant de ce point de vue là.


  • Septembre 2012

L’opposition palabre, la majorité travaille et agît

Lors de la dernière séance du Conseil municipal était présenté le compte primitif 2011 de la Ville, c’est-à-dire la situation réelle du budget de la Ville, validée par les services fiscaux.

Un compte administratif qui fait apparaître un excédent de fonctionnement de 856 862 € preuve, s’il en est, de la bonne gestion de la commune. Dans le même temps et afin de ne pas pénaliser les générations futures et ne pas obérer ses capacités d’investissement, la Ville, depuis l’élection de la nouvelle majorité en 2008, a réduit son endettement de 2,28 millions d’euros, passant de 7,15 millions en 2007 à 4,87 en fin 2011. Et cela en maintenant le montant des aides attribuées aux associations et sans augmenter les taux des taxes communales (taxe d’habitation et foncier bâti), seuls éléments sur lesquels les élus de Petit-Couronne peuvent agir ; l’augmentation des bases étant de la responsabilité de l’Etat et les autres taxes des autres collectivités.

Autre élément d’appréciation de la bonne gestion de la Ville, le financement des investissements qui apparaît aussi dans le compte administratif. La ville autofinance, c'est-à-dire sur ses fonds propres, 70 % de ses investissements.

Aujourd’hui, alors que l’opposition palabre, tente de désinformer les Petit-Couronnais et se veut donneuse de leçons de gestion, les élus socialistes et républicains sont, eux au travail et agissent pour améliorer les conditions de vie des Petit-couronnais.

Et pourtant, le leader de l’opposition et ancien maire de la commune devrait se montrer plus modeste, lui qui, en 2004, a été le dernier à augmenter les taux communaux, juste avant que le Préfet de Région ne l’oblige à démissionner suite à une décision de justice le frappant de trois ans d’inéligibilité.

Lorsque l’on veut laver plus blanc que blanc, il faut également regarder dans le rétroviseur et se rappeler dans quel état l’on a laissé la commune et son patrimoine : la salle de sport Duvivier, dont les dysfonctionnements de la structure apparaissent depuis la construction et pour laquelle, jamais la garantie décennale n’a été mise en œuvre (l’on peut de demander pourquoi ?), coût prévisionnel entre 500 000 et 1 million d’euros ; ou l’étanchéité de la toiture des courts de tennis et de l’école Louise-Michel (250 000 euros pour chaque bâtiment), sans parler de la SEM qui était dans l’incapacité de mettre en œuvre les 13 millions d’euros nécessaires à la rénovation des immeubles dont elle avait la gestion ou dont elle était propriétaire.

Aujourd’hui, l’ensemble de ce patrimoine immobilier, rétrocédé à Quevilly Habitat, fait l’objet d’un vaste plan de réhabilitation intérieure et extérieure qui a commencé par les immeubles Jonquilles et Pervenches et se poursuivra avec l’immeuble des Genêts dans les jours qui viennent. Une opération cofinancée par la ville à hauteur de 25 % qui permet de minimiser d’éventuelles hausses de loyer. Et que dire encore de l’état de la voirie communale qui aujourd’hui fait l’objet d’un plan de rénovation.

Lorsque l’on veut donner des leçons de gestion, il faut avoir un passé irréprochable !



  • Janvier 2012
Le groupe des élus socialistes et républicains adresse à chaque Petit-Couronnaise, à chaque Petit-Couronnais, tous ses voeux pour l'année qui s'annonce: voeux de santé, voeux de bonheur pour vous, vos familles et vos proches.

Mais il y a un voeux qui nous est cher en ce début d'année 2012, ce voeu, il va bien sûr au personnel de notre raffinerie, en souhaitant que 2012 voit la pérennisation du site de Petit Couronne, la pérennisation des emplois concernés et menacés directement et indirectement par une éventuelle fermeture.

La raffinerie, c'est la principale ressource économique de la ville, la raffinerie, c'est 80 ans d'histoire industrielle sur notre territoire !

Pour la commune, l'impact économique d'une fermeture pourrait être considérable, aussi bien pour le commerce et l’artisanat que pour l'ensemble des entreprises qui travaillent régulièrement ou ponctuellement pour Pétroplus, sans oublier les services publics. C'est le budget de la ville qui pourrait être impacté, car la redevance sur le foncier bâti payée par Pétroplus (de l'ordre de 750 mille euros) représente presque 30% des recettes foncières.

Mais la fermeture de Pétroplus, et plus généralement d'une entreprise, c'est avant toute chose un drame humain sur le plan personnel pour toutes les familles concernées.

Nous apporterons notre soutien entier à ces femmes et ces hommes, de l'intersyndicale qui tous les jours, toutes les nuits, résistent à la  machine financière, résiste à cette politique de casse du raffinage en France et combattent l'injustice qui les touche.

Pétroplus, c'est le symbole d'une politique orchestrée au plus haut niveau de l'Etat, celle de la poursuite de la désindustrialisation, de casse de notre appareil productif.

Mais si la France se trouve aujourd'hui inquiétée par des spéculateurs, prêts à mettre des peuples tout entiers au pain sec et à l'eau pour leur enrichissement personnel, si la France est désormais parmi les plus mauvais élèves de la zone euro, cela ne peut s'expliquer uniquement par la crise économique mondiale, mais cela correspond bien aux choix opérés.

L'arbre de la crise ne serait cacher la forêt, la gestion du pays où l'intérêt général a été sacrifié sur l'autel d'intérêts particuliers, ceux d'une poignée parmi les plus favorisés.

Comment ne pas s'élever face à ces injustices alors que dans le même temps, il y a plus de 70 milliards d'euros de cadeaux fiscaux, dont près de 2 milliards au seul titre de l'impôt sur la fortune.

Au final, les Français souffrent, nos industries ferment, les plans de licenciements se multiplient, le croissance diminue et la dette continue de se creuse car sans croissance , aucun plan d'austérité ne ramènera jamais l'équilibre budgétaire. Il est grand temps de changer de politique économique, de supprimer les niches fiscales et les cadeaux fiscaux accordés aux plus aisés pour nous redonner les marges de manœuvre nécessaires pour une politique active menant de front réduction des déficits, sortie de la crise par des actions ciblées sur l'emploi, l'investissement et le pouvoir d'achat, et préparation d'avenir par une nouvelle politique industrielle et l'investissement dans l'éducation, la jeunesse, la recherche, et la transition écologique.

2012 sera donc une année importante pour l'avenir de notre pays, ne ratons pas encore une fois ce rendez-vous de l'histoire car l'histoire, elle, s'en rappellera.


  • Novembre 2011

Les élus socialistes aux côtés des Petit-Couronnais !

Alors que l'UMP tente de défendre un bilan catastrophique et un programme qui semble l'être tout autant, les élus socialistes travaillent au quotidien sur le terrain.


Que ce soit l'opposition municipale, conduite par l'ancien maire de la commune, ou l'UMP, les techniques sont les mêmes: délation, désinformation et manipulation des Petit-Couronnais. Pour preuve, lors du dernier conseil municipal auquel ils n'ont même pas assistés, les élus d'opposition, avant de quitter l'assemblée, ont tenté de déformer les propos du Maire, propos pourtant enregistrés dans leur intégralité la séance précédente.


Le mensonge, et ces pratiques d'un autre temps, sont les armes de ceux qui n'ont rien à dire, qui n'ont rien fait et qui continuent de croire que l'on peut tromper les électeurs !


Non, vous n'êtes pas dupes et les élus socialistes n'ont pas le temps de répondre au mensonge et à la polémique, que cela vienne de l'opposition municipale ou de l'UMP car la situation est grave.


Où est la cohérence politique quand l'UMP parle de la dette ? Ils oublient vite qu'en 10 ans ils l'ont multipliée par 2 tout en accordant aux plus riches de ce pays 75 milliards de cadeaux fiscaux: 22 milliards de niches pour les plus grands groupes mondialisés, 20 milliards pour la baisse d'impôts sur les entreprises, 3,5 milliards pour le bouclier fiscal... La liste est longue !


Où est la cohérence politique quand l'UMP fait des Petites et Moyennes Entreprises (PME), des commerçants et artisans leur cheval de bataille pour relancer l'économie ? ils oublient qu'en supprimant la taxe professionnelle et en créant 16 autres taxes, ils les ont étranglées... Car la suppression de la taxe professionnelle n'a profité qu'aux grands groupes amis de la présidence actuelle !


Où est la cohérence politique quand l'UMP fait de l'éducation, de la formation et de l'échec scolaire une priorité ? c'est là encore oublier qu'ils ont supprimé 50 000 postes dans l'éducation nationale, supprimé des classes, des postes de psychologues scolaires...


En imposant un plan de rigueur brutal pour les classes moyennes et les plus fragiles d'entre nous, le gouvernement et son Président de la République continuent de protéger les plus privilégiés de notre pays. Les conséquences économiques et financières seront désastreuses et ne nous mettent pas à l'abris d'un autre plan après les élections de mai prochain.... Un plan toujours contre les mêmes !


Une autre politique est possible même si rien ne sera facile.


Les élus socialistes font leur preuve chaque jour dans les collectivités locales en étant à vos côtés au quotidien. A Petit-Couronne c'est le respect des engagements pris envers vous en 2008, que vous aviez plébiscités à plus de 64% !


Respecter ses engagements c'est respecter ses électeurs ! C'est dans ce respect mutuel que nous continuerons d'être aux côtés de tous les Français, de tous les Petit-Couronnais ici, maintenant et demain !


Vous pouvez compter sur nous.




  • Septembre 2011

Les Faiseux  et  les Diseux...

... Un dicton bien normand en introduction de cette Tribune politique qui reflète bien les conseils municipaux qui se succèdent et se ressemblent à Petit-Couronne.

Être "Diseux" c'est facile. Il suffit de parler, souvent pour ne rien dire. Les "Diseux" sont ceux qui critiquent, qui jugent, mais qui ne proposent rien, qui ne font rien !

Être "Faiseux" c'est plus difficile. Il faut prendre des décisions, pas toujours faciles, il faut être force de propositions, agir pour le bien de tous. Les "Faiseux" sont ceux qui agissent en pleine responsabilité, sans se soucier des médisances mal à propos de donneurs de leçons.

Au dernier Conseil municipal du 30 juin, nous avons encore assisté à un pamphlet sans saveur de la part des "Diseux", sur des sujets pourtant trop importants pour ne pas être pris à la légère, le budget, la santé publique, la scolarité et l'éducation de nos enfants pour ne prendre que ces exemples. Nous souhaitions revenir sur ce dernier sujet.

Dans notre Tribune politique de mai dernier nous évoquions notre ambition pour l'Ecole, une ambition à partager avec vous tous. Cette ambition passait par une opposition affirmée à la fermeture de classe à l'école primaire Flaubert. Cette opposition avait été relayée par Dominique Randon, Maire et Conseiller général et par Joël Bigot, 1er adjoint en charge des affaires scolaires, dans une lettre adressée à l'Inspecteur d'Académie le 6 mai, lettre dont nous vous faisions part dans cette même Tribune du mois de mai. 

Le 30 juin, l'opposition municipale s'étonnait du silence du Maire sur cette question. Ne lirait-elle pas les publications municipales ? Serait-elle frappée d'amnésie ? Ou bien de mauvaise foi avérée ? Nous vous laissons apprécier cette façon de faire de la politique... Ce fut le même procédé pour les comptes de la ville et pour la dépollution de la nappe phréatique, avec une amnésie qui tourne à la pathologie pour certains.

Oui véritablement au sein de ce Conseil municipal, il y a des "Faiseux" qui travaillent au quotidien pour faire avancer les projets de la Ville en terme d'éducation, de santé publique, de bien-être de tous, de cadre de vie, de citoyenneté, de solidarité envers les plus fragiles d'entre nous... Et les "Diseux", toujours à l'affut d'une opportunité politique, et qui n'hésitent pas à s'arranger avec la vérité pour faire oublier un passé, voire un présent, peu glorieux, sans saveur mais avec l'odeur du soufre !

Afin d'être en accord avec notre ambition pour tous les Petit-Couronnais, nous, élus du groupe Socialiste et Républicain sommes véritablement des "Faiseux" !

A vous seuls d'en juger !




  • Mai 2011

L’école une ambition à partager !

Qui ne souhaite pas voir son enfant réussir sa scolarité ?

Ce que chaque parent espère pour ses enfants, nous, élus socialistes et républicains, agissons pour que cet espoir se transforme en réalité. Car nous ne pouvons pas accepter qu’aujourd’hui 150 000 jeunes sortent du système scolaire sans aucune qualification.

Force est de constater que tout le monde n’est pas égale devant l’école et que l’école n’est pas égale sur tout le territoire national. Pire : l’école peut parfois renforcer les inégalités. Et c’est bien ce que le gouvernement renforce par sa politique de suppression de postes massive, de fermeture de classes, et donc par conséquent de mise en place de classes surchargées… A Petit-Couronne, c’est l’école Gustave Flaubert qui fait les frais de cette politique de casse de l’Education Nationale avec la fermeture d’une classe et par conséquent une augmentation des effectifs par classe.

Mais nous ne serons jamais résignés face à ce constat.

Les élus de gauche que nous sommes, mesurons l’importance de la politique éducative locale, premier poste budgétaire de la commune. C’est parce que nous sommes engagés auprès des enseignants, des associations de parents d’élèves et des parents au quotidien, que le Maire, Dominique Randon et le 1er adjoint en charge des affaires scolaires, Joël Bigot, ont rencontré l’Inspectrice de Circonscription pour faire valoir des arguments forts et ainsi éviter cette fermeture.

Dans un courrier en date du 6 mai à l’Inspecteur d’Académie, Dominique Randon rappelle les enjeux d’une politique ambitieuse en matière d’éducation. Pour cela ce sont des moyens supplémentaires dont le secteur public de l’éducation a besoin plutôt que de faire des économies sur le dos de nos enfants.

Car afin d’assurer un avenir à chacun d’eux, il faudrait notamment reconsidérer les moyens attribués à l’accueil des plus jeunes en maternelle, restructurer les réseaux de soutien aux élèves en difficulté, garantir le remplacement des enseignants absents, prendre en compte la sociologie de chaque établissement afin de réétudier les prévisions d’effectifs… Un vrai Pacte éducatif à mettre en place !                                                              

Nous, élus socialistes et républicains, sommes dans une démarche politique claire : vouloir le meilleur pour tous les Petits-Couronnais, dès leur plus jeune âge, et ce, tout au long de leur vie, pour un avenir serein, où chacun puisse s’épanouir durablement. L’école en est un vecteur essentiel, partageons donc cette ambition !




  • Février 2011
L'épanouissement des Petits-Couronnais avant tout !

Le budget 2011, voté par les 24 voix de la majorité municipale (Parti Socialiste, Parti Communiste et Verts) les 5 voix de l'opposition ayant voté contre, fait une large place à la qualité de vie des Petits-Couronnais. Il a été construit sans augmentation des taux communaux d'imposition, ceci pour éviter de surcharger les ménages qui aujourd'hui encore, souffrent de la politique libérale à outrance menée par le gouvernement, politique qui nous mène tous dans le mur. A Petit-Couronne, nous avons choisi notre camp : celui de l'épanouissement de ses habitants par la mise en place de politiques publiques attachées au développement collectif et durable de la population. Le but des élus qui composent cette majorité municipale est de vouloir améliorer les conditions de vie de ses concitoyens.

Pas de place pour la polémique et le mensonge !

En ces temps difficiles où la misère sociale s'accroît, où le salarié peine à vivre de son travail, il n'y a pas de place pour la polémique et le mensonge.
Les représentants du peuple sont élus pour s'attacher à résoudre les problèmes des gens et non à chercher la polémique et mentir pour discréditer l'action municipale à des fins purement électoralistes !
Le leader de l'opposition municipale, qui se trouve être l'ancien Maire de la commune, passe son temps à vouloir justifier son bilan de 27 ans de règne, sans aucune vision d'avenir.
Mais de qui se moque-t-il quand on sait quelle fut son action, ou plutôt son inaction, face à la pollution de la nappe phréatique que nous nous attachons à résorber aux côtés des victimes ce cette pollution ; quand on sait dans quel état il a laissé les finances de la ville avec un endettement à son paroxysme, plus de 10 millions d'euros de dettes en 2003 (dette divisée par 2 aujourd'hui) ; quand on sait quel était l'état des bâtiments publics, qu'il faut aujourd'hui complètement repenser ; quand on connaît l'état du logement social sur notre commune dû à un endettement de la SEM qui ne laisse la place ni à l'entretien ni à l'investissement ; quand on sait, enfin, qu'il demande, en conseil municipal, la baisse de la taxe foncière alors-même que cette taxe est, pour la moitié, payée par les entreprises de la ville au 1er rang desquelles la raffinerie couronnaise ... quel cadeau fiscal après la suppression de la taxe professionnelle ! Quelle cohérence politique !

Nous élus socialistes et républicains, nous voulons que la situation des Petits-Couronnais s'améliore et que les plus vulnérables d'entre nous soient protégés. Nous savons aussi que tout ne peut pas se faire en un an et que rien n'est parfait. Notre action pour 2011 portera donc sur deux axes majeurs :
  1. l'amélioration du cadre de vie avec la réhabilitation des Jardins Aquatiques, la réfection des voiries (plan pluriannuel d'investissement), le réaménagement de la camaraderie maternelle du Centre de Loisirs pour un accueil des plus petits dans de bonnes conditions, l'étude sur notre politique sportive et de loisirs pour leur accès au plus grand nombre...
  2. le logement avec la vente du patrimoine Ville et SEM à Quevilly Habitat pour une réfection complète du parc locatif de la commune, la réalisation de maisons de ville BBC en location-accession en centre ville sur les terrains ex-Tropico, la poursuite du projet d'aménagement mixte habitat-activité tertiaire, sur les terrains du Port Autonome à l'entrée de la ville...
Élaborer des projets municipaux c'est définir et organiser les conditions de vie qui permettront à chacun de s'épanouir. Le budget 2011 répond à cette exigence.




  • Janvier 2011 :

En 2011 indignons nous !

Cette année 2011 s'ouvre sur des perspectives nationales qui ne nous réjouissent pas. Face aux inquiétudes, face à la crise, face à la tentation, trop forte, du repli sur soi, nous, élus socialistes et républicains, y opposons une garantie de faire perdurer la douceur de vivre à Petit-Couronne.

Et pour cela, nous nous indignons face aux discours démagogiques et populistes des élus de l'opposition municipale. Ils ne nous empêcheront certainement pas de faire le travail pour lequel vous nous avez accordé votre confiance en mars 2008.

Nous poursuivrons donc cette année les nombreux chantiers ouverts ensemble, pour rénover la ville et faire que chacun y trouve sa place.

Si Petit-Couronne est une ville qui bouge, une ville qui rit, une ville tournée vers l'avenir, c'est parce que vous, Petit-Couronnais, avez des valeurs fortes. Le vivre ensemble pour le bien-être de toutes et tous doit être préservé, à n'importe quel prix. Les mots d'ordre de notre action ? Laïcité, éducation, respect, solidarité, transparence, honnêteté... Nous respectons cet engagement pris devant vous en 2008 et nous continuerons en 2011 ! Ce sont les fondations de notre projet que nous bâtissons à vos côtés, pour la Ville de Petit-Couronne et tous les Petits-Couronnais.

La qualité de vie et le bien-être de chacune et chacun d'entre vous est au cœur de nos priorités. Cette année encore, c'est dans cette perspective que nous ouvrons des chantiers majeurs :
  • réhabilitation des Jardins Aquatiques
  • rénovation des voiries communales en fonction d'un plan pluriannuel
  • rénovation de la camaraderie maternelle du centre de loisirs
  • création d'une Maison des Associations
... Et le projet qui nous tient particulièrement à cœur car cela touche le logement, un élément essentiel de la vie de tous : le partenariat avec Quevilly Habitat pour, à terme, la réhabilitation complète (intérieur et extérieur) du parc locatif Ville et SEM. Et c'est bien parce que ce sujet est particulièrement important pour chacun d'entre vous que nous ne pouvons pas laisser dire n'importe quoi. Non, la ville ne brade pas son patrimoine, elle lui donne au contraire un souffle nouveau... ce souffle que chaque locataire concerné est en droit d'attendre et pourra apprécier au quotidien d'ici quelques mois.

Alors c'est dans cette perspective d'avenir que tous les élus socialistes et républicains vous souhaitent une excellente année 2011, que vos projets soient couronnés de succès, que votre santé et celle de ceux qui vous sont chers vous permettent de profiter pleinement de la vie.

Nous resterons à vos côtés, pour faire de Petit-Couronne un territoire durable, socialement, économiquement et écologiquement.


Facebook Twitter More...