Retrouvez sur cette page la parole des élus socialistes et républicains au Conseil Municipal de Petit-Couronne :
  • Juin 2017

Une ville accessible à tous

En 2015, la ville a déposé auprès des services de la préfecture son Agenda d’Accessibilité Programmée (Ad’AP), il s’agit d’un document de programmation pluriannuelle, qui précise très simplement la nature et le coût des travaux nécessaires à la mise en accessibilité des établissements recevant du public.

Cette démarche ne consiste pas qu’à mettre les structures communales en conformité vis-à-vis de la loi mais elle répond surtout à un enjeu de société majeur, rendre la ville accessible à tous. En effet, il faut savoir que 15 % de la population française est aujourd’hui confronté à un handicap permanent ou occasionnel. En outre, cela concerne aussi les personnes âgées, malades ou accidentées, les parents avec de jeunes enfants, les femmes en fin de grossesse, et même les voyageurs encombrés de bagages qui peuvent rencontrer des difficultés à l’occasion de leurs déplacements.

Ainsi, les premières réalisations programmées dans la cadre de cet Ad’AP touchent l’ensemble de ces publics :

- les jeunes, avec les travaux de la Cama C du centre de loisirs ou ceux de l’école maternelle Flaubert.

- les adolescents, avec le nouvel Espace Jeunesse situé au château des Tourelles.

- les seniors, avec le remplacement des ascenseurs de la résidence des Couronniers.

- les sportifs, avec la prochaine mise en accessibilité des courts de tennis couverts.

- l’ensemble des couronnais avec la mise en conformité progressive des voiries, et notamment des trottoirs.

- le patrimoine Couronnais avec la réhabilitation de l’église et sa mise en accessibilité.

L’ensemble des travaux de mise en accessibilité représente un coût important pour la Ville puisqu’il s’élève à plus de 1,2 millions d’euros. Les élus du groupe socialiste et républicain ont à cœur de transformer la ville pour qu’elle soit plus ouverte aux personnes en situation de handicap et ainsi simplifier la vie quotidienne des Couronnaises et des Couronnais. C’est ainsi que de nouveaux chantiers importants pour notre commune permettront de poursuivre cette modernisation des bâtiments communaux tels que ceux de l’Archipel et de l’église Saint-Aubin.


  • Avril 2017

Un budget sincère et respectant nos engagements !

En Normandie, le printemps est la saison à laquelle la nature renait pour le plus grand plaisir de tous. Mais cette année, il semble qu’il soit aussi, pour certains, une source d’affabulation. En effet, d’aucuns tentent de réécrire les engagements pris devant vous en 2014. Ainsi notre programme, soumis à vos suffrages, indiquait que « notre objectif est de limiter l’endettement et de maîtriser la fiscalité ».

Trois ans après, qu’en est-il de ces deux engagements :

- la dette continue de décroitre pour avoisiner aujourd’hui les 3 millions d’euros. Cela permet que les intérêts de celle-ci poursuivent leur baisse pour atteindre 70 000 €, soit 0,5% des dépenses réelles. Ainsi, nous avons tenu ce premier engagement !

- la fiscalité est l’une des composantes des recettes des communes. Si certaines sont stables comme la dotation de la Métropole, d’autres en revanche connaissent une forte baisse année après année. Ainsi, la dotation forfaitaire de l’Etat ne cesse de diminuer passant de 1 052 883 € en 2013 à environ 100 000 € en 2017. Sur la même période, la fiscalité directe décroit, elle aussi, de 3 713 817 € à 3 372 080 €. Jusqu’alors, ces pertes de recettes ont uniquement été compensées en maîtrisant les dépenses de fonctionnement mais nous sommes arrivés à un niveau où il n’est plus possible de réaliser d’économies significatives ainsi. Alors, nous avions deux options, diminuer la qualité des services publics proposés aux Couronnais ou augmenter légèrement les taux d’imposition communaux pour préserver les services apportés à la population et conserver une capacité d’investissement suffisante pour améliorer notre cadre de vie. C’est cette seconde option que nous avons choisi, dans le respect de nos engagements, en augmentant de 5 % ces taux. Rappelons qu’ils avaient été augmentés deux fois consécutivement en 2003 et 2004, période où le contexte économique était favorable, par celui qui critique aujourd’hui ce choix !

Enfin, notre programme prévoyait de lourds et nécessaires investissements sur les bâtiments communaux. Certains ont débuté ou vont débuter comme les travaux de l’église, du centre de loisirs, de la résidence des Couronniers ou de l’école Flaubert et ils seront suivis par la restructuration de l’Archipel et du gymnase Boudehen. Afin de recourir de façon modérée à l’emprunt, nous avons choisi de geler certains crédits pour financer ces investissements. Aussi le budget communal comporte une somme dite de « dépenses imprévues » qui permettra leur financement sans grever excessivement les ressources communales.


  • Février 2017

Nouvelle opération d’amélioration de l’habitat social

Fidèle à l’engagement pris dans notre programme municipal de 2014, et dans la continuité des opérations de réhabilitation menées en partenariat avec Quevilly Habitat et Habitat 76, c’est un nouveau programme d’amélioration de l’habitat qui va être lancé par Logéal au Pommeret.

Ainsi, ce sont près de 150 logements qui vont bénéficier d’importants travaux d’amélioration énergétique tels que le raccordement au gaz, permettant de passer d’un couteux système de chauffage électrique à un système au gaz, le remplacement des menuiseries extérieures, la reprise de la VMC pour un passage en hygroréglable, l’amélioration de l’isolation des murs périphériques extérieurs ou encore l’isolation des combles. Dans le même temps, des travaux d’embellissement vont aussi être opérés avec la reprise des couvertures dont certaines seront changées afin d’assurer leur désamiantage, et le remplacement des sanitaires.

Mais ce programme ne se limitera pas à ces travaux, puisque, là aussi fidèle à notre engagement pris en 2014 d’avoir une ville attentive à tous, cette réhabilitation permettra d’aménager 4 pavillons selon le label « habitat senior services ». Celui-ci vise à préserver le plus longtemps possible l’autonomie des personnes âgées à leur domicile en proposant des adaptations techniques pour leur logement et ses abords afin de limiter les risques de chutes et les rendre accessibles.

Cette opération d’ampleur, estimée à plus de 7,85 millions d’euros soit 52 000 euros par logement, réalisée sans augmentation des loyers, permettra en outre aux locataires de bénéficier d’une baisse de leurs charges locatives, accroissant ainsi leur pouvoir d’achat. Pour obtenir un tel résultat, la ville a facilité la réalisation de cette opération en minorant de 10 % la valeur du foncier cédé à Logéal et en accompagnant à hauteur de 10 000 euros par logements cette réhabilitation.

Ainsi, au cours des dernières années, ce sont plus de 33 millions d’euros qui ont été investis dans les différents programmes de rénovations des logements de notre commune. Cette amélioration du cadre de vie des Couronnais n’est possible que grâce à l’étroite collaboration développée entre la ville et l’ensemble des bailleurs sociaux présents sur le territoire, car une telle somme (plus de 2 fois notre budget annuel de fonctionnement) n’aurait pu être raisonnablement supportée par nos finances.



  • Décembre 2016

En 2017, exprimez-vous, choisissez votre modèle de société !

L’année 2017 arrive à grands pas et elle sera marquée par deux élections déterminantes pour le quotidien de chacun d’entre nous.

En effet, les 23 avril et 7 mai, nous serons amenés à élire notre nouveau Président de la République. Cette élection, au-delà de l’Homme qu’elle placera à la tête de notre pays, sera, pour nous tous, l’occasion de choisir entre plusieurs projets de société.

Voulons-nous une société qui, comme le propose les candidats de la droite extrême et de l’extrême droite, voit nos droits régresser avec une baisse des services publics, une augmentation de l’âge des départs en retraite, un abandon de la priorité donnée à la jeunesse et à l’éducation, une abolition de la durée légale du travail pour la porter à 48 heures par semaine, une explosion des impôts payés par tous avec une augmentation de la TVA alors que l’impôt sur la fortune serait supprimé pour les plus riches…

Ou voulons-nous une société qui propose des services publics adaptés aux rythmes de nos vies, des parcours professionnels plus sécurisés, un soutien à la vie associative et au bénévolat, une justice fiscale au service d’une justice sociale, une société qui ne laisse personne sur le bord du chemin…

C’est à ces questions que nous devrons répondre en choisissant un nouveau chef de l’Etat mais aussi en donnant à celui-ci une majorité au parlement afin d’assurer la traduction de ces projets en loi, les 11 et 18 juin 2017 lors des élections législatives.

L’année 2017 sera donc déterminante, elle vous permettra de choisir la France dans laquelle vous souhaitez vivre, la France dans laquelle vos enfants ou vos petits-enfants seront amenés à construire leur vie.

Pour pouvoir être acteurs de ce choix de société, il est impératif  que vous soyez inscrits sur les listes électorales de votre commune avant le 31 décembre. Si cela n’est pas encore le cas, vous n’avez besoin que de quelques minutes en mairie pour faire procéder à votre inscription. Pensez à vous munir d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile.

Le groupe des élus socialistes et républicains vous souhaite de belles fêtes de fin d’année !



  • Août 2016

Un été actif !

Comme la tradition le veut à Petit-Couronne, l’été a débuté avec la grande fête populaire qu’est l’Archifête. Au fil des années, la majorité municipale a souhaité valoriser la convivialité de cette manifestation qui permet aux Petit-Couronnais de partager, d’échanger, de se retrouver dans le cœur dans notre ville dans une ambiance fraternelle ! Cette nouvelle édition n’a pas dérogé à cette règle avec une belle affluence et une ambiance chaleureuse à la hauteur de celle du bûcher.

Mais le programme de l’été dans notre ville ne s’est pas arrêté à ces deux jours, bien au contraire. L’action de nos élus vise à n’oublier personne lors de cette période.

Ainsi les plus jeunes comme les ados, en plus de pouvoir bénéficier des activités du centre de loisirs et de l’espace jeunesse, se sont vus proposer des mini-camps qui permirent de développer le vivre ensemble mais aussi de les confronter à l’organisation quotidienne de la vie en collectivité.

Les seniors n’ont pas été en reste puisque des animations leur ont été proposées durant tout l’été à la RPA et que le CCAS a organisé pour eux un séjour alliant détente et découverte.

Mais l’été ne rima pas qu’avec vacances, aussi, la Ville permit aux jeunes couronnais de se confronter à une première expérience professionnelle. Afin d’optimiser celle-ci tant pour les jeunes que pour la population qui bénéficient des services rendus, la majorité municipale a fait évoluer cette année le format de ces stages. Ainsi, les jeunes se sont vu proposer un stage de 4 semaines qui leur permit d’acquérir une meilleure expérience et un petit pécule fort utile pour leur été ou pour mieux aborder la rentrée.

L’été aura enfin permis aux services municipaux de préparer la rentrée et d’offrir aux Petits-Couronnais un cadre de vie de qualité. Ainsi, des travaux d’entretien et d’amélioration de l’ensemble des bâtiments communaux ont été effectués pour permettre à chacun de repartir du bon pied.

D’ailleurs, nous vous donnons rendez-vous le 11 septembre prochain pour la fête des associations. Celle-ci vous permettra de découvrir ou de redécouvrir la richesse du tissu associatif de notre ville, tissu qui assure un lien indispensable entre les Petit-Couronnais nous permettant de toujours mieux vivre ensemble !



  • Février 2016

Débat d’orientation budgétaire : loyauté et vérité !

Il y a un an, lors du débat d’orientation budgétaire, notre groupe, par la voix de Dominique Randon, annonçait que le budget 2015 serait difficile à boucler car nous allions subir une baisse de recette de l’ordre de 1 300 000 €. Certains ont tenté de discuter la véracité de ces chiffres mais au regard des recettes de l’an passé pour notre ville, aucun doute n’est permis, notre Maire avait parfaitement anticipé notre situation budgétaire.

Toutefois, cette baisse de recette n’a en rien affecté la détermination de notre groupe à défendre les engagements pris dans le programme municipal proposé aux Couronnais en mars 2014. Ainsi, les taux d’imposition communaux n’ont pas été augmentés et nous avons continué à mener une politique dynamique pour le développement de notre ville.

Oui, une partie du patrimoine foncier de notre ville a été vendu mais il s’agissait de biens isolés sur le territoire de la commune qui ne permettaient pas de mener à bien des projets de renouvellement urbain. De plus, les recettes issues de ceux-ci étaient marginales au regard des coûts d’entretien. En revanche, ces cessions ont permis d’assurer la réhabilitation du parc immobilier de la ville comme cela a été le cas place Mendès France ou encore au Moulin.

Non, la Ville n’agit pas moins pour ces habitants mais elle évolue. Ainsi, le château des Tourelles est devenu l’Espace Jeunesse. Cela faisait des années que les jeunes attendaient un lieu adapté à leurs besoins, c’est aujourd’hui chose faite ! De plus, ce lieu offre de nouveaux services qui permettront à nos enfants de mieux appréhender les différentes étapes de l’évolution de leur vie. De même, un espace « info seniors » va être créé à la résidence des Couronniers, il permettra de renseigner ceux-ci et leur entourage sur les questions du quotidien.

Et cela ne va pas s’arrêter là ! En 2016, de nouvelles constructions de petits collectifs verront le jour sur notre commune. Par ailleurs, la Ville va lancer un diagnostic énergétique de ses bâtiments et des études seront faites pour déterminer le futur de l’Archipel et du gymnase Boudehen. L’emploi ne sera pas en reste puisque la zone d’innovation des couronnes va monter progressivement en puissance.

Mais il n’en reste pas moins que la Ville va continuer de voir ses recettes baisser (environ 350 000 € en 2016), aussi nous allons devoir continuer à innover et à optimiser notre gestion afin de maintenir un service public de qualité pour tous les Petit-Couronnais et garder une ville dynamique et attractive !



  • Novembre 2015

La culture : un droit pour tous !

La ville de Petit-Couronne agit depuis de nombreuses années dans le domaine culturel afin que chaque Petit-Couronnais puisse accéder à l’expression artistique de son choix.

Ainsi dès leur plus jeune âge, les enfants de la commune peuvent pratiquer ou découvrir comme spectateur le théâtre, la musique, ou encore les arts visuels que cela soit sur des temps scolaires ou extrascolaires. Si nos jeunes peuvent ainsi baigner dans ces activités, c’est notamment grâce au soutien important que la ville apporte au Conservatoire, à Commédiamuse mais aussi aux associations culturelles.

Ces trois moteurs de notre cité s’adressent bien évidemment à toutes les tranches d’âges car la culture doit rester accessible à chacun tout au long de sa vie. Toutefois, le financement de ces activités n’est possible que par l’action conjointe de toutes nos institutions. Ainsi, l’aide de l’Etat, via la DRAC, est indispensable à notre Conservatoire, et nous devons saluer le combat mené par notre Député, Guillaume Bachelay et notre Maire, Dominique Randon, pour que celle-ci soit maintenue en 2015 (70 000 €).

Ce combat nous interroge sur les choix fait par les Mairies et les Conseils Départementaux dont la majorité a récemment basculé à droite, de réduire fortement le financement des structures associatives (fin des dispositifs 276, baisse des aides aux associations de solidarité) et cela est particulièrement criant pour le monde culturel. Ainsi, dans l’Eure, la Seine Nationale Evreux Louviers a vu sa subvention réduite de façon conséquente tout comme le festival « Rock dans tous ses Etats ».

A l’inverse, les collectivités de gauche, continuent de favoriser l’accès à la culture en proposant des événements culturels rassembleurs comme les concerts gratuits de la Région chaque été à Rouen ou en aidant 150 000 jeunes chaque année avec la carte Région (elle offre un crédit de 100 € utilisable pour acheter des livres, des vêtements, des places de cinéma, de concert, de théâtre...). De même, notre municipalité favorise l’accès aux structures couronnaises à ses habitants en leur faisant bénéficier d’un tarif préférentiel et en finançant des spectacles ou des cours aux écoliers et aux collégiens !

L’accès à la culture doit être possible pour tous et c’est l’un des combats au cœur de l’action des élus socialistes et républicains de notre ville !


  • Septembre 2015

Une ville aux finances saines

Lors du dernier Conseil Municipal, les élus ont étudié le compte administratif (dépenses et recettes réelles) de notre ville pour l’année 2014. Celui-ci démontre une nouvelle fois que notre commune, malgré un contexte économique difficile, est gérée de façon performante par la majorité municipale, sans augmentation des taux communaux d’imposition.

Les intérêts de la dette comme le capital emprunté poursuivent leur baisse. De même, notre capacité de désendettement reste performante puisqu’elle est de 2,9 ans contre une moyenne nationale située entre 5 et 7 ans.

Quant aux investissements 2014, la ville les financent à plus de 80 % sus ses ressources propres, le recours à l’emprunt n’ayant été que de 400.000 euros.

Ils ont porté sur :

- le logement pour plus d’un million d’euros. Il s’agit notamment de la réhabilitation du parc de logement de Quevilly habitat.

- la voirie et les espaces publics pour plus de 920 000 € dont la réfection complète de la rue Guy de Maupassant.

- les bâtiments municipaux pour plus de 330 000 € (écoles, bâtiments sportifs et culturelles).

- les équipements pour plus de 220 000 €.

Du coté de la section de fonctionnement de ce compte administratif, on peut voir l’affirmation des priorités de la majorité municipale avec :

- plus de 27 % des dépenses consacrées à l’éducation et à la jeunesse.

- plus de 13 %  de celles-ci au profit du cadre de vie et du logement.

- et 12 % pour la culture et l’animation ainsi que 7 % au sport pour tous.

durant l’été.

Le résultat de fonctionnement de l’exercice est de 724 699 € qui, cumulés au résultat 2013 s’élève à 1 868 479 €.

Quant à la section d’investissement, elle présente un besoin de financement de 518 479 €, équilibrés sur l’excédent de 1 868 479 € de la section de fonctionnement.

Ainsi, la ville a pu reporter 1.350.000 euros sur son budget de fonctionnement 2015 et ainsi, maintenir encore, en 2015, ses taux d’imposition communaux.


  • Mai 2015

Un budget contraint mais ambitieux !

 

Lors de sa séance du 26 mars, le Conseil Municipal a adopté le budget 2015 de notre commune. Ce premier budget de la mandature marque notre volonté de respecter les engagements pris auprès des Couronnais lors de notre élection. Ainsi, comme nous nous y étions engagés, nous n’avons pas augmenté les impôts en votant des taux d’imposition identiques à ceux de 2014, ceux-ci restent même inchangés depuis 2005 !

Toutefois, ce budget n’a pas été facile à construire puisque nous devons faire face à la baisse des dotations de l’Etat (300 000 €) et aux transferts à la Métropole de certaines compétences.

Heureusement, la bonne gestion financière des dernières années, nous permet de voir notre dette poursuivre sa baisse pour atteindre 3,594 millions d’euros soit 386 € par habitant contre 881 € pour la moyenne nationale.

La priorité de ce budget est aussi la maitrise de nos dépenses de fonctionnement afin de favoriser l’investissement (plus de 2 450 000 euros). Ainsi ce budget, nous permettra de réaliser de nouveaux investissements pour améliorer votre quotidien :

- la poursuite de l’amélioration du cadre de vie notamment grâce à la rénovation des immeubles de Quevilly habitat, financée à hauteur de 25 % par la Ville

- l’ouverture des nouveaux locaux de l’espace jeunesse au château des Tourelles

- la réalisation de travaux d’entretien des bâtiments municipaux (écoles, gymnases…)

Car il ne faut pas oublier que pour 100 000 € investis, c’est un emploi qui est créé ou sauvegardé !

Nous souhaitons également réaffirmer nos priorités avec un budget de fonctionnement qui accorde une part importante :

- à l’éducation et la jeunesse (27 % des dépenses de fonctionnement)

- aux solidarités avec une subvention de plus d’un million d’euros au Centre Communal d’Action Social qui permettra par exemple d’aider nos ainés ou les personnes en difficulté.

- au soutien aux associations avec un niveau de subvention constant.

Dans un contexte difficile pour tous, la majorité municipale a donc construit un budget qui permettra de maintenir un niveau de service à la population de très bonne qualité pour tous les couronnais et de poursuivre son embellissement et sa modernisation sur l’ensemble de son territoire, ceci avec une fiscalité communale inchangée.


  • Mars 2015

Les 22 et 29 mars, soyons citoyens, votons !!!

Dans 15 jours, vous voterez pour élire les conseillers départementaux du nouveau canton de Grand-Quevilly et Petit-Couronne. Vous aurez à élire deux conseillers départementaux, une femme et un homme. Pour la première fois, le mandat de cette nouvelle assemblée s’inscrira dans le temps puisqu’il sera de 6 ans.

Un département, au fait, à quoi ça sert ?

Le Département de Seine-Maritime agit pour votre vie quotidienne. Ses principaux domaines de compétences sont :

- l’action sanitaire et sociale : l’aide à l’enfance (crèche, assistantes maternelles et PMI), l’aide aux personnes en situation de handicap, l’aide aux personnes âgées (Résidence « les Couronniers » et EHPAD), l’insertion sociale et professionnelle.

- les collèges : le restaurant scolaire du collège Pasteur refait et le Contrat de Réussite Educative Départemental.

- les routes départementales (carrefour Maison Brûlée et accès pont Flaubert).

- la sécurité incendie (notamment les casernes de pompiers).

- la contribution à la résorption de la précarité énergétique.

Mais en Seine-Maritime, c’est aussi un volontarisme politique sur :

- le logement (réhabilitation des immeubles de Quevilly-Habitat et Habitat 76), la construction mais également dans le financement du Fonds de Solidarité Logement dont il est le premier contributeur.

- les aides aux associations et le soutien au secteur culturel ou sportif.

- le soutien au secteur économique (soutien à la revitalisation du site de Pétroplus et au maintien des emplois à la Chapelle-Darblay).

Pourquoi voter ?

Nous voulons un département qui développe la solidarité, le vivre ensemble qui protège l’ensemble des seinomarins, qui revendiquent ces valeurs de gauche. L’enjeu des élections départementales sera de définir la politique menée dans notre canton dans les six années à venir. Certains prôneront le vote sanction, sans solution alternative crédible. Nous faisons résolument le pari du respect, de la vérité en exposant les enjeux, en proposant des solutions concrètes et utiles. Intéressez-vous à la campagne et soyez-en pleinement acteur ou actrice ! Chacun de nous est l’artisan de la démocratie au quotidien, par notre vote, les 22 et 29 mars, nous allons donc voter pour un département et choisissons le proche de nous, solide et solidaire !!!


  • Janvier 2015

Le 13 novembre dernier, la direction du groupe finlandais UPM-Kymmene a annoncé une réduction de ses coûts d’environ 150 millions d’euros afin d’améliorer ses résultats, pour notamment verser plus de dividendes à ses actionnaires. Pour cela, elle envisage la fermeture d’une machine à papier à Grand-Couronne, à la Chapelle-Darblay, et la suppression de 196 des 390 emplois actuels ce qui ne laisse rien présager de bon pour l’avenir de ce site dans sa totalité.

Le Conseil Municipal, à l’initiative des élus socialistes et républicains, a attiré l’attention du Premier Ministre sur cette situation, qui suscite de vives inquiétudes chez les salariés de cette entreprise mais aussi dans notre population couronnaise déjà fortement marquée par la fermeture de la raffinerie Pétroplus et la perte de plus de 550 emplois directs l’an passé.

La situation sociale et économique exige une vigilance quant à la préservation de l’un des fleurons du savoir-faire français en matière de production de papier à partir de déchets recyclés et de celle d’un appareil productif d’excellente qualité. De même, les savoir-faire de ces salariés doivent être sauvés !

C’est pourquoi, nous demandons à ce que l’avenir de ce site soit envisagé de manière globale et collégiale, réunissant partenaires sociaux, élus, pouvoirs publics et acteurs privés.

Aussi, au regard de la situation économique de notre territoire, nous ne pouvons que nous réjouir de voir que suite à la cessation d’activité des magasins « Mutant », la supérette de la place du marché ait pu trouver immédiatement un repreneur qui a permis de poursuivre l’activité avec l’ensemble du personnel. Ce n’est certes qu’une petite victoire dans la lutte pour la préservation de l’emploi mais c’est indéniablement un plus pour tous les Petit-Couronnais.

Pour cette nouvelle année, nous vous souhaitons que celle-ci vous apporte le meilleur et qu’elle soit l’amorce d’une reprise qui profite à tous !

  • Novembre 2014

14-18 : le devoir de mémoire

Voilà un siècle, le continent européen était ravagé par celle qu’on appelle aujourd’hui la grande guerre. Cette guerre, comme beaucoup d’autres, aurait pu être évitée si les nombreux appels à la raison et au sang-froid lancés par Jean Jaurès et les pacifistes de tous pays avaient été entendus et partagés.

Mais au lieu de cela, c’est l’horreur qui régna pendant cinq années dans notre pays et sur notre contient. Le bilan fut très lourd avec près de 10 millions de soldats tombés sur le champ de bataille, auxquels s’ajoutent 20 millions de blessés et de mutilés…

A Petit-Couronne, pas moins de 150 hommes ont été mobilisés en 1914 et près d’un tiers d’entre eux est décédé dans l’horreur des champs de batailles…

Au-delà du nombre de victimes, accablant en lui-même, les combats sur le front ont atteint un degré de brutalité inconnu jusqu’alors. L’horreur des tranchées ne saurait effacer celle attachée pour l’éternité aux noms de Verdun, du Chemin des Dames, de Douaumont ou de Notre Dame de Lorette, tristement célèbres, et qui doivent à jamais résonner dans notre mémoire collective.

Cette horreur trouve ses origines dans un nationalisme fort, dans la montée des impérialismes associés à des volontés expansionnistes, auxquelles s'ajoutent des rivalités économiques.

Parce que la paix ne dépend que de nous, il faut enseigner aux jeunes générations que celle-ci recule quand se renforce la haine de l’autre, qu’elle s’affaiblit lorsque les peuples se livrent à une compétition sans fondement. La paix disparaît lorsque la soif de vivre ensemble et de construire un monde de fraternité et de progrès s’amenuise au profit d’intérêts personnels.

C’est un monde de paix, un monde plus juste que nous voulons laisser à nos enfants alors ne laissons pas se banaliser la violence, quelle qu’en soit sa nature, et sachons mobiliser, rassembler nos énergies pour imposer le seul et unique choix qui devrait être le nôtre : celui d’une humanité solidaire, libre et fraternelle. Et comme le disait Jaurès, n’oublions jamais qu'au fond, il n'y a qu'une seule race : l'humanité !


  • Août 2014

Le dernier Conseil Municipal était en grande partie consacré aux budgets et aux finances de notre ville. A cette occasion, nous avons pu avoir une image des finances de notre commune et celle-ci nous permet d’affirmer que les engagements pris sont tenus et que la gestion est saine ! Quelques exemples :

-          L’encours de la dette poursuit sa baisse, plus de 45 % en 5 ans, elle a ainsi été ramenée à 524 € par habitant contre 881 € pour la moyenne nationale.

-          La marge d’autofinancement courant 2013 s’élève à 110 € par habitant quand la moyenne nationale n’est que de 22 €.

De plus, cette amélioration de la santé financière de notre commune a été réalisée sans aucune augmentation des taux communaux d’imposition. Elle n’est donc que le fruit d’une gestion rigoureuse des finances publiques. Celle-ci permet de mettre en œuvre les priorités définies dans le programme municipal :

-          La solidarité avec le versement d’une subvention de plus de 900 000 € au Centre Communal d’Action Sociale.

-          Le soutien à la vie associative avec plus de 800 000 € de subventions en faveur des clubs sportifs, des associations culturelles et au conservatoire…

-          La petite enfance, la jeunesse et l’enseignement qui représentent 27 % des dépenses de fonctionnement.

-          La réalisation d’importants travaux de voirie (les rues Brémontier et du Pommeret, le réaménagement de la rue des écoles et la 1ère phase des travaux à l’entrée Sud de la ville) pour plus de 1 200 000 €.

-          La réhabilitation de logements en partenariat avec Quevilly Habitat pour plus de 1 250 000 €.

-          L’entretien des bâtiments communaux (notamment la cama maternelle du centre de Loisir) pour près de 850 000 €.

Dans les prochains mois, la bonne santé financière de notre commune permettra à la majorité municipale de poursuivre cette politique. Ainsi, nous pourrons lancer une étude pour la modernisation du complexe de l’Archipel, poursuivre l’entretien des bâtiments municipaux et animer la ville. Nous continuerons à agir pour conserver une ville vivante et dynamique !!!


  • Mai 2014

En mars dernier, vous avez élu les Conseillers Municipaux de notre commune. A cette occasion, la liste que nous présentions a recueilli les faveurs des couronnaises et couronnais. Nous vous remercions pour votre confiance renouvelée.

Dans quelques jours, le dimanche 25 mai, nous aurons, à nouveau, à nous rendre aux urnes afin d’élire nos Députés Européens. Cette élection européenne pourrait sembler éloignée de nos préoccupations, mais le parlement est pourtant un acteur clé dans nombre de domaines de notre quotidien !

Ainsi, nos Députés Européens auront à intervenir dans des domaines tels que la santé, l’environnement, les transports, l’emploi ou encore la protection des consommateurs. Il nous appartient donc de choisir les orientations que nous souhaitons voir adoptées dans ces domaines.

Quelques exemples de politiques que nous souhaitons voire mise en œuvre :

- en matière de santé et de protection des consommateurs, il est impératif que chacun puisse avoir une alimentation saine, constituée de produits de qualité et sûrs. De même, nous devons avoir des garanties sur la sécurité sanitaire, notamment des médicaments et des dispositifs médicaux.

- ll est aussi important de rendre l’Europe plus verte. Notre continent doit devenir celui de la transition écologique et de la conversion énergétique.

- les transports doivent permettre à chacun de voyager en sécurité mais aussi de façon plus responsable, en réduisant les émissions de CO2 ou en limitant le bruit des voitures.

- L’emploi, doit être la priorité, notamment en favorisant les emplois non-délocalisables comme ceux créés par « l’économie sociale et solidaire », ou en accompagnant le redressement productif par le développement d’activités innovantes, créatrices d’emplois.

Alors pour permettre à l’Europe de changer de cap, pour stopper les politiques d’austérités voulues par l’actuelle majorité conservatrice, et impulser désormais une Europe protectrice qui agisse pour l’emploi, pour les plus démunis, pour la qualité de notre quotidien et pour la croissance, le 25 mai, il nous appartiendra de choisir notre Europe !


  • Mars 2014
Faites votre choix, Votez !

La citoyenneté ne se définit pas uniquement d’un point de vue juridique par la possession de la nationalité française et de ses droits civiques et politiques. Elle se définit aussi aujourd’hui comme une participation à la vie de la cité. Toutefois, un citoyen actif a un rôle essentiel à jouer, qui prend tout son sens avec l’exercice du droit de vote. Établi en France par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, il n’a été effectif pour l’ensemble de la population qu’en 1944 avec la reconnaissance du droit de vote aux femmes.

Exercer votre droit de vote revêt une grande importance. C’est à ce moment que le citoyen apporte sa contribution majeure à la société. Les élus municipaux assument en effet un grand nombre de responsabilités. De plus, cette année, pour la première fois, vous voterez également pour élire vos conseillers communautaires c’est-à-dire vos représentants à la CREA.

Si vous voulez que soit élu(e) une candidate ou un candidat dont les orientations correspondent aux vôtres, saisissez l’occasion et allez voter. Votre vote est l’expression de vos opinions et de vos besoins en ce qui a trait à votre qualité de vie. Ne laissez pas quelqu’un d’autre décider pour vous.

Les élus réunis en Conseil Municipal représentent la population. Ils prennent les décisions sur les orientations et les priorités d’action de la municipalité répondant aux besoins des habitants et en administrent les affaires.

Quelle candidate ou quel candidat, quel programme ou quelle vision répond le mieux à vos besoins et à vos préoccupations pour la qualité de la vie de votre communauté? Faites votre choix!


  • Janvier 2014

Débat d’orientation budgétaire 2014

Le Débat d’Orientation Budgétaire 2014 qui a eu lieu lors du dernier conseil municipal a donné les grandes lignes du budget qui sera voté en février prochain : Un budget de 17 millions d’euros de fonctionnement et de 4 millions d’euros d’investissement en phase avec les conjonctures nationales.

Emploi :

La Ville poursuit son effort dans l'insertion professionnelle des jeunes par le recrutement de 3 emplois d'avenir supplémentaires en 2014 après 4 recrutements en 2013.

Gardant le cap depuis 2008, la Ville poursuit son soutien à l'économie locale par un taux élevé d'investissement. Ainsi, côté voirie, la rue Guy de Maupassant fera peau neuve ; Les travaux sur l'entrée Sud se poursuivront ; Des bâtiments seront rénovés, comme le château des Tourelles, la toiture des vestiaires musculation et publics de l'Archipel ; Les opérations de réhabilitation des logements continueront sur 2014. 100 000 € investis, c'est un emploi pérennisé ou créé.

Education :

La Loi de refondation de l'École a prévu 25 mesures pour rendre l'École plus juste pour la réussite de tous les élèves.

A Petit-Couronne, après plusieurs mois de concertation avec les enseignants et les parents à propos de la réforme des rythmes scolaires, le choix a été fait de maintenir l'ensemble des actions culturelles et sportives sur le temps scolaire pour l'éveil de tous. Le péri scolaire  restera renforcé avec un encadrement identique à celui existant avant la réforme.

Fiscalité :

A Petit-Couronne, cette année encore, les taux communaux resteront inchangés. Et oui, même si en ces temps pré électoraux, certains se plaisent à répandre de fausses informations, 10 années sans augmentation  sont une réalité, bien plus tangible que des rumeurs sans proposition crédible ou réaliste.

Ces orientations budgétaires, bien que contraintes, restent fidèles aux engagements de la majorité municipale.

Une gestion sérieuse, crédible et réaliste permet à la Ville de maintenir ses ambitions pour un développement harmonieux et durable, axé sur un service public de qualité et des investissements rénovant notre patrimoine.


  • Novembre 2013

le logement,  où en sommes-nous ?

Trop nombreux sont ceux qui encore aujourd’hui sont à la recherche d’un logement de qualité qui corresponde à leurs attentes en raison de l’évolution de la composition de leur foyer, de la dégradation de leur habitat, des nouveaux modes de vie, de la distance des lieux de travail, de l’évolution de la pyramide des âges, ou tout simplement du manque cruel de logements.

L’État et le Mouvement HLM ont signé l’été dernier un Pacte d’objectifs et de moyens pour la mise en œuvre d’un Plan d’investissement pour le logement. Pour sa part, l'État créera les conditions d'un environnement fiscal et de financement stable pour les organismes HLM et amplifiera la mobilisation du foncier public. Les membres du Mouvement HLM s’engagent, notamment, à atteindre les objectifs de construction de 120 000 et de réhabilitation de 100 000 logements sociaux par an. Ces mesures devraient enfin apporter l’impulsion attendue, sans négliger leurs conséquences positives pour l’emploi.

A Petit Couronne, le parc de HLM (plus de1500 logements) représente aujourd’hui 40 % du total de logements de la ville, construits depuis les années 1950. Un grand nombre de ceux-ci nécessite une réhabilitation, surtout ceux qui sont « énergivores ».

Une première étape a été menée par Habitat 76 sur le secteur Bel Air (220 logements entre 2009 à 2012). Une seconde vague, conduite par Quevilly Habitat, en application des accords conclus en 2011 et avec la participation financière de la ville(25%),  concerne, pour des réhabilitations intérieures et extérieures les immeubles Genets, Pervenches et Jonquilles (2012-2013 :109 logements),  Gascogne, Moulin et Iris (2013-2014 : 81 logements), lotissements Mendès France et Jean Jaurès (2014-2015 : 104 logements). Une troisième étape, à l’étude depuis deux ans et très attendue par les occupants, concerne le parc La Croix d’Habitat 76 qui doit débuter l’an prochain (2014-2015 : 241 logements).

 A l’issue de ces opérations, 755 logements, soit la moitié du parc, aura été réhabilitée sur un période de 4 ans.

Côté nouvelles constructions, qu’elles relèvent de l’habitat social ou privé, une performance équivalente sera plus difficile à atteindre : raréfaction des terrains constructibles, incertitudes quant au Plan de Préventions de Risques Technologiques (PPRT), pollution de la nappe phréatique… 

Des solutions doivent être préparées, passant par des acquisitions ou des préemptions dans des zones ciblées afin de mener à terme leur reconstruction et leur revitalisation : c’est là l’un des enjeux des prochaines années.


  • Septembre 2013
L’avenir du site de Pétroplus : ni renoncement, ni immobilisme

Depuis l’annonce de la fermeture de la raffinerie de Petit-Couronne, nous, élus socialistes et républicains du Conseil municipal de Petit Couronne, apportons notre soutien aux salariés de Pétroplus ainsi qu'à l'ensemble des salariés des entreprises sous-traitantes. Personne ne peut nier notre investissement et plus particulièrement celui du Maire, pour défendre les intérêts des salariés et de la raffinerie, auprès des pouvoirs publics, que ce soient au travers ses interventions à l'Elysée comme à Matignon, aux côtés de l'intersyndicale, exemplaire dans ce conflit. Personne ne pourra nier non plus, l'aide matérielle ou financière apportée par la commune à l'intersyndicale, ou encore les aides ouvertes, en cas difficultés, à tous les salariés petit-couronnais de l'entreprise, comme à celles et ceux des entreprises sous-traitantes. 

Aujourd’hui, il est évident que notre objectif prioritaire est qu'une solution pérenne soit trouvée avec un repreneur qui garantisse l'avenir du site, de ses salariés et que l'Etat, dans ces conditions, apporte son soutien financier à travers la BPI. Cependant, force est de constater qu’à ce jour, aucun dossier de reprise n'a été déposé auprès de la liquidatrice malgré des effets d’annonce dans la presse. 

Mais, si aucune reprise n’était possible, il est vital pour l’avenir de la ville que le repositionnement de ce site soit anticipé. Il est clair qu’il ne doit pas se faire à n’importe quel prix et dans n’importe quelles conditions. Ce repositionnement doit viser à :
○ la ré-industrialisation de ce site en lien avec la plate-forme industrialo-portuaire majeure qu’est le Grand Port Maritime de Rouen, 
○ la gestion d’une transition urbaine et économique avec le tissu existant situé à proximité : zone de transition permettant un développement d’activités en lien avec l’industrie (services, …) ou celle située dans le tissu urbain (artisanal, ateliers, tertiaire, …), 
○ répondre à une attente forte en matière d’emplois (nombre et nature), de valeur ajoutée et d’écologie industrielle, tous trois contribuant à un ancrage et une durabilité des activités économiques sur le territoire. 
○ définir des "secteurs d’avenir" et porteurs permettant d’accompagner la mutation économique industrielle ou de s’appuyer sur des filières fortes et pérennes. 

Voilà pourquoi, l’étude de repositionnement industriel du site de Pétroplus, lancée par la CREA, est nécessaire et que les élus socialistes ont voté favorablement à son lancement.


  • Février 2013

« Emplois d’avenir » : une chance d’insertion pour nos jeunes !


L’entrée dans la vie professionnelle est une étape fondamentale dans notre vie. Bien souvent, c’est ce qui va donner le « La » de notre évolution et de notre carrière. Depuis maintenant quelques décennies, on sait que cette entrée dans la vie active est de plus en plus difficile pour nos jeunes et de plus en plus repoussée dans le temps.

Or, s’insérer professionnellement signifie avoir une place dans la société et être reconnu comme tel. C’est bien souvent l’élément déclencheur d’une socialisation dont on sait à quelle point elle est fondamentale pour garantir le vivre ensemble.

Durkheim définit le concept d’insertion ainsi : « un groupe ou une société sont intégrés quand leurs membres se sentent liés les uns aux autres par des croyances, des valeurs, des objectifs communs, le sentiment de participer à un même ensemble sans cesse renforcé par des interactions régulières ».

Conscient de cet enjeu et face à la montée du chômage et fidèle aux promesses de campagne, le chef de l’Etat a donc fait des propositions concrètes avec, entre autre, la mise en place du dispositif « Emplois d’avenir ». Ce nouveau dispositif permet d’offrir une insertion ou réinsertion professionnelle à des jeunes de 16 à 25 ans, sans qualification ou peu diplômés dans des domaines ayant soit une utilité sociale ou environnementale soit un fort potentiel de création d’emplois.

Notre collectivité a donc décidé, lors du Conseil municipal du 14 février, de recruter 4 personnes au sein de la mairie et du CCAS, qu’elle financera avec l’aide de l’Etat.

Elle souhaite ainsi s’associer à l’effort collectif pour inverser la courbe du chômage car les jeunes qui seront recrutés suivront une formation qui, pour nous, doit déboucher sur des emplois pérennes sur notre commune. Il n’est aucunement question de faire de ces emplois d’avenir de la main d’œuvre bon marché et de s’en séparer en fin de formation.

Nous croyons aux mesures mises en place et en apportons la preuve par cette décision. C’est un signe de solidarité vers la jeunesse en difficulté. Le chômage n’est pas une fatalité et nous devons tout mettre en œuvre pour le combattre. C’est le sens de notre décision.



  • Janvier 2013
Débat d’orientations budgétaires : 2013, une année de consolidation 

Le groupe des élus socialistes et républicains vous souhaite à tous et à toutes une excellente année 2013, et forme pour vous et vos proches des voeux de santé, de prospérité et de réussite dans vos projets. Que le combat que mènent au jour le jour les salariés de Pétroplus et leurs familles trouve un dénouement heureux. 


Depuis maintenant 4 ans, nous avons décidé de construire ensemble un avenir qui nous ressemble. Cet avenir passe notamment par la solidarité, l’écoute, l’intégration, la préservation du cadre de vie, le développement durable, l’animation de la vie de la ville, des services pour tous…

Aujourd’hui que le contexte économique européen et français est complexe et que nous avons de grosses inquiétudes quant au devenir de la raffinerie, nous avons toutefois décidé de ne pas tomber dans la sinistrose. Nous savons que nous devrons contribuer à l’effort que nous demande le Gouvernement dans le projet de loi de finance 2013 ; que les dotations, que ce soit de l’Etat ou de la CREA, seront équivalentes, et que celles provenant de la raffinerie seront maintenues en 2013 mais très aléatoires les années suivantes.

Malgré tout, nous avons pris le parti de poursuivre les objectifs annoncés dans notre programme et de dépenser mieux en dépensant autrement et ce, au service des Petit-Couronnais. Premier exemple, depuis le début du mandat, nous avons décidé de maintenir les taux communaux de la taxe d’habitation, ainsi que le foncier bâti ou non bâti.

Les dépenses courantes resteront maîtrisées grâce à une politique d’achat rigoureuse. Il en sera de même pour les charges de personnel malgré l’embauche de 3 emplois d’avenir. La priorité ira vers l’enfance, l’éducation et la jeunesse, et le maintien de l’aide sociale. Et contrairement à d’autres financeurs, la Ville confirme son soutien aux associations vecteur du dynamisme de la ville, en maintenant le montant de leurs subventions.

En matière d’investissement, 2013 s’inscrit comme une année de forts investissements, qui tournera autour de 3 axes principaux :
- la réfection des rues se poursuivra et notamment celle des rues Brémontier et Pierre d’Etat, ainsi que les abords des écoles Flaubert, afin d’assurer la sécurité des enfants. Quant à l’entrée sud de la ville, elle sera embellie. 
- la rénovation du Château des Tourelles et de la Camaraderie des maternelles du Centre de Loisirs prendra fin. Le Sillon connaîtra de nouvelles assises avec le changement des gradins. 
- un gros effort de rénovation, conjointement avec le bailleur social Quevilly Habitat, continuera à être fait avec la réhabilitation des extérieurs des logements Jonquilles/Pervenches et Genêts. Le programme se poursuivra par la rénovation de l’Iris, du Moulin et du Gascogne. Le projet d’accession sociale rue Aristide Briand, réalisé en partenariat avec Logeal, verra également le jour.
D’autre part, un programme mixte d’habitat en accession sociale à la propriété, en location, et, de petites unités d’artisanat verront le jour au nord de la Ville. 

Ce débat d’orientations budgétaires signifie bien que le groupe majoritaire, fidèle à ses engagements, continuera, malgré le contexte difficile, à appliquer son programme pour le bien de tous et en toute transparence.