Espace Membres

883jours après
le début du projet

Partager

Nombre de visites

Introduction

 Les analyses existantes dans les trois pays Maghrébins (Maroc, Algérie, Tunisie) montrent, à quelques nuances près, que l’accès à l’enseignement supérieur pose des difficultés réelles pour les  étudiants cibles de ce projet. Ainsi, le nombre d’étudiants avec handicap qui sont inscrits dans les universités maghrébines ne dépasse pas les 2%. 

Les étudiants d’origine rurale sont représentés, notamment chez les filles, avec des taux très faibles (moins de 6%); et de nombreux étudiants étrangers vivent de réelles difficultés d’intégration. De même, les conditions de pauvreté  que vivent les étudiants d’une troisième catégorie jouent un rôle de frein dans leur parcours universitaire.  Cependant, ce constat n’est pas en harmonie avec les efforts déployés par les autorités publiques des trois pays maghrébins en vue de mettre en application une stratégie de démocratisation et de transparence dans l’accès à l’enseignement supérieur. Ce dysfonctionnement provient d’un déphasage entre une volonté politique officiellement exprimée et les conditions réelles dans les établissements de l’enseignement supérieur telles qu’elles sont vécues, au quotidien, par les trois catégories d’étudiants. Or, de ce point de vue, force est de constater que les défaillances et pratiques en cours dans les établissements de l’enseignement supérieure contribuent à l’émergence d’un enseignement sélectif qui sanctionne en premier lieu ces groupes socialement vulnérables en les fragilisant davantage.

Par l’implantation d’une Cellule d’Accompagnement, de Sensibilisation, d’Appui et de Médiation (CASAM) au sein de chaque université partenaire, ce projet ambitionne :

·  La réalisation d’un changement d’esprit vis-à-vis de ces étudiants, qui sont aujourd’hui toujours confrontés à des préjugés.  

· Développer une stratégie et une politique de démocratisation d’accès aux universités du Maghreb. 

· Réaliser un transfert de connaissances,  de compétences    et de savoir-faire des partenaires européens vers le Maghreb par la formation d'un groupe de personnes clés, les responsables des CASAM.                            

·  Afin de garantir la pérennité du projet, un guide de formation sera rédigé et édité. Celui pourra servir pour la formation d’autres responsables de CASAM au sein d’autres institutions qui suivront l’exemple des universités pilotes.

Toutes ces activités sont développées dans le but de démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur du Maghreb.

Objectifs

Par la création et l'implantation, au sein des universités, d’une Cellule d’Accompagnement, de Sensibilisation, d’Appui et de Médiation (CASAM), ce projet vise à améliorer l'accès aux universités du Maghreb pour les 3 groupes cibles d’étudiants aux besoins spécifiques (lié à la précarité économique, à l’origine géographique à handicap).

Les objectifs spécifiques sont :

· Améliorer l’accès pour ces groupes socialement vulnérables et prévoir un accompagnement le long de leur parcours universitaire. Afin de réaliser ceci une mission en matière d’enseignement inclusif sera développée;

·  Sensibiliser tous les groupes impliqués   :    staff académique et administratif, présidences, étudiants,  ... dans le but de créer un vrai changement d’esprit vis-à-vis des groupes-cibles;

·   Créer  un  groupe  de  personnes   formées  qui s’investiront pendant et après la fin de ce projet;

·   Produire un guide de formation;

· Réaliser un transfert de connaissances, de compétences et de savoir-faire.

Méthodologie

Dès le lancement du projet, une réflexion commune sera entamée, sur la base d’une proposition des partenaires du Maghreb, par rapport au profil souhaité des futurs responsables des CASAM, leur rôle et leur place au sein des universités. Ceci permettra d’engager/nommer ces personnes au plus vite, pour qu’elles puissent être impliquées dans le projet dès le début.

Dans une première phase, chaque institution partenaire du Maghreb dressera un état des lieux avec pour but :

·  de rassembler des données plus précises par rapport à la présence à l’université des groupes cibles (étudiants d’origine rurale ou étudiants étrangers, étudiants avec handicap, étudiants aux conditions sociales précaires) afin d’avoir une vue claire sur la présences/absence de ces groupes aux universités. Les états de lieux serviront comme référence et permettront par la suite d’évaluer les changements réalisés;

·  de rassembler des témoignages d’étudiants ou d’anciens étudiants. Leurs expériences, les problèmes et obstacles auxquels ils ont été confrontés, les éventuelles réponses qu’ils ont trouvé pour surmonter ceux là, le soutient auquel ils ont pu faire appel ou pas, ce sont des informations utiles qui aideront à monter la suite du projet et qui serviront plus tard dans les activités de sensibilisation; 

· de documenter les services existants auxquels les étudiants peuvent déjà faire appel. 

Les états de lieux permettront d’avoir une vue d’ensemble de l’existant, de relever les carences et lacunes, de percevoir les différences entre institutions (au niveau national et régional) et elles serviront, d’autre part, comme base pour mieux identifier les besoins précises. 

Une fois que ces états de lieux auront été dressés, les responsables du projet ainsi que les futurs responsables des CASAMS seront invités à Bruxelles pour une table ronde où les résultats seront présentés et discutés au sein du comité de gestion composé des institutions européennes et les experts des organisations partenaires du projet. A cette occasion, des rencontres avec d’autres acteurs régionaux, belges et internationaux (COM EU incl) seront prévus afin de permettre aux partenaires maghrébins de comprendre les stratégies et politiques mises en places au niveau européen et d’avoir une vue sur les directives nationales et sur la concrétisation de ces politiques européennes.

Une première esquisse de politique et de stratégie, tenant compte de la diversité, pour une amélioration de l’accès aux universités maghrébines sera développée suite à ces discussions, ainsi qu’une description de tâches de la CASAM et le tout sera traduit en feuille de route pour la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur au Maghreb. Ce document, avec un résumé des états des lieux, sera publié sur le site web et il y aura également une version imprimée (en français-arabe) qui sera distribuée au sein des facultés, des bibliothèques et des services centraux des universités maghrébines, ainsi que vers les autres institutions concernées du Maghreb: universités, ministères, …

Sur base de la feuille de route pour la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur au Maghreb, un processus de réflexion sera lancé au sein des différentes institutions avec pour but d’élaborer davantage la politique et la stratégie et pour concrétiser la feuille de route. Un exercice qui sera mené par les futurs responsables des CASAM en consultance avec les étudiants, le corps académique, les présidences, le staff administratif afin de garantir l’implication d’un maximum de personnes impliquées.

 A travers trois séminaires qui seront organisés en parallèle à cette réflexion, les responsables des CASAM seront inspirés par les informations, les documents, les témoignages et les conseils des partenaires européens pour les soutenir et aider dans ce processus. Les séminaires seront l’occasion de partager les propositions nées de la réflexion, menée à l’intérieur de chaque institution maghrébine. Lors de chaque séminaire un forum de discussion sera créé, ce qui permettra de suivre ces exercices, de veiller au respect de l’esprit du projet et à faire des ajustements dans le cas où cela serait nécessaire. 

Après une première année de réflexion et d’analyse, les futurs responsables des CASAM seront invités en Europe pour trois visites « in situ ». Afin d’approfondir leur connaissances et renforcer leurs compétences, ils seront invités à trois visites-formations dans trois universités d’excellence pour chacun des domaines.

Au courant de la deuxième année, des groupes de travail CASAM, seront créés dans les trois pays du Maghreb. Les responsables CASAM des institutions partenaires de ce projet seront les personnes clés de ces groupes. Le groupe de travail leur permettra de continuer les contacts et d'échanger les expériences. Mais ils s'engageront également à déployer tous les efforts possibles pour convaincre d'autres concernés afin de les impliquer: du personnel d'universités non-participants, sensibilisés grâce au projet, des représentants d'associations d'étudiants locaux et éventuellement également des représentants des ministères d'éducation. Ces groupes de travail mobiliseront les moyens nécessaires à la survie et la pérennisation du projet, ils seront impliqués dans la dissémination des résultats du projet et plaideront pour la démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur pour les trois groupes-cibles de ce projet.

Introduction

    Current studies in the three Maghreb countries (Morocco, Algeria, Tunisia) show, with some nuances, that access to higher education poses real difficulties for the target students of this project. Thus, the number of students with disabilities who are enrolled in the Maghreb universities, does not exceed 2%.

Students from rural backgrounds are underrepresented (less than 6%), particularly among girls, and many international students face real difficulties of integration. Similarly, the conditions of poverty are a barrier in the academic career of certain students. However, this finding is not consistent with the efforts of the authorities of the three Maghreb countries to implement a strategy of democratization and transparency in access to higher education. This failure comes from a disconnection between the political will formally expressed and the actual conditions in higher education institutions. This is experienced by the three categories of students on a daily basis. However, from this point of view, it is clear that failures and practices in higher education institutions contribute to the emergence of selective education affecting in the first place these socially vulnerable groups and this weakens them more and more .

By establishing an Assistance Unit of Awareness, Support and Mediation (CASAM) within each partner university, the project aims to:

·         Change the mindset towards these target students, who are today still facing prejudice;

·         Develop a strategy and a democratization policy for access to Maghreb universities;

·         Ensure transfer of knowledge, skills and expertise of European partners to the Maghreb partners by training a group of CASAM key leaders;

·         Develop a training guide to ensure sustainability of the project, which can be used for training other CASAM in other institutions who will follow the example of the pilot universities.

All these activities are developed in order to democratize access to higher education in the Maghreb.

Objectives

Through the creation and installation of this Assistance Unit of Awareness, Support and Mediation (CASAM) at the different partner universities, this project aims to improve access to Maghreb universities for 3 target groups with special needs (linked to economic insecurity, geographical origin and disability).

The specific objectives are:

·         to improve access to universities for these socially vulnerable groups, and to provide coaching throughout their academic career. To accomplish this result, a mission on inclusive education will be developed;

·         to raise awareness of all stakeholders: academic and administrative staff, chairs, students, etc., in order to create a real change of mind vis-à-vis the target groups;

·         to create a group of trained people who invest during and after the end of the project;

·         to produce a training manual;

·         to ensure transfer of knowledge, skills and expertise.

Methodology

During the launch of the project, a joint discussion will start on the basis of a proposal of the partners in the Maghreb, regarding to the required profile of future CASAM managers, their role and place in the universities. This will facilitate the engagement of these people as soon as possible so that they can be involved in the project from the beginning.

During a first phase, each Maghreb partner institution draws up an inventory with the aim to:

·         Gather accurate data about the enrolment of the 3 target groups in the university in order to provide a clear overview of the enrolment rates or absence of these groups in universities. These state of the art documents will serve as a reference throughout the project and will subsequently allow to evaluate changes which result from the project;

·         Gather testimonies of current or former students: their experiences, challenges and the obstacles they have faced or are facing in their universities, any answers they have found to overcome these difficulties, the support which they have or have not found. This is paramount information, that can support advocacy during a later stage of the project;

·         Document existing services which students can already make use of.

The inventory documents, stating the current situations at the different partner universities, will provide an overview of the current situation, identifying deficiencies and gaps, the differences between institutions (national and regional) and, secondly, they will serve as a basis to identify specific needs.

Once these inventories have been drafted, the project managers and future CASAM managers will be invited to Brussels for a symposium to present and discuss these results. During this occasion, meetings with other regional, Belgian and international actors (incl EU COM) will be organised to enable the Maghreb partners to understand the strategies and policies available at European level and to have an overview on the national guidelines and on the implementation of these EU policies.

Out of these discussions, a first draft of the policy and strategy, taking into account the diversity for improving access to Maghreb universities, will be developed together with a description of the role of the CASAM. This information will be provided through the development of a roadmap for the democratization of access to higher education in the Maghreb. This document, along with a summary of the inventories, will be published on the website of the project and a printed version (in French-Arabic) to be distributed among schools, libraries and central services of Maghreb universities, as well as among other institutions, Maghreb universities, Ministries, etc.

Based on the roadmap for the democratization of access to higher education in the Maghreb, a reflection process will start within the various institutions which aims to further develop the policy and strategy and to implement the roadmap. This is an exercise that will be led by the future CASAM leaders in consultation with students, academics, presidencies and administrative staff, to ensure the involvement of all stakeholders.

During the three seminars which will be organized  in parallel to this debate, the CASAM leaders will be trained by the European partners, utilizing relevant information, documentation and advice. The seminars will provide an opportunity to share the proposals arising from the reflection carried out within each Maghreb institution. During each seminar, a  discussion forum will be created, which allows to monitor the exercises to ensure compliance with the spirit of the project and to make adjustments if necessary.

After a year of reflection and analysis, the future CASAM leaders are invited to Europe for three visits "in situ" to strengthen their knowledge and enhance their skills in relation to each domain.

In the course of the second year, CASAM working groups will be created in the three Maghreb countries. Official CASAM partner institutions of this project will be the key people in these groups. The working group will continue its exchange of information and experiences, but they also commit to involve other relevant actors: the non-participating universities who are sensitized by the project, representatives of associations of local students and eventually also representatives from ministries of education. These working groups will mobilize the resources necessary for the survival and sustainability of the project; they will be involved in the dissemination of project results and advocate the democratization of access to higher education for the three target groups of the project.