Welcome‎ > ‎Marko Ristić‎ > ‎

Terpituda

Turpituda

Rugam se njenom gustom preopterećenom sanjarstvu o zlatnom izvajanom dobu
Slatkom sanjivom praznoverstvu osenčenih i blistavih rubova
Na setnom porubu nemara njena ruka drhti još poslednji put
Trpljenje se preliva u plen osakaćene mnemotehničke vizije i ni u šta
Tragovi zvonke pesme odudaraju od zaostataka neobuzdanog drhtaja
Ništavna rogozina tetura se i žrtvuje svoju jedinosušnu prašinu belim gljivama
Kao da sunce upražnjava jedno zakovitlano beščašće oko koga se skupljaju popci
Nesvesno iverje drevnog prethodnog bivanja u oku dimljive lokomotive
Srce u pretposlednjim večernjim papučama i pepeo iz svih diplomatskih pepeonica
Nestvarna jedra razapeta preko uzdrmane plazme u ćorsokacima strasti
U mekim budžacima zgrudvanog seksualnog nagona i na stenama kršne obale
More ustalasano more utvarno jednoliko pogano isceđeno preorano pokošeno
Sablast velikog mlečnog puta u rečitom sjaju nelogičnosti i užasa i užasa

Rugam se njenom pustom zapenušenom poverenju u žablje oči maštanja
Njenom svakom slatkorečivom gatanju na obali bljutavog jezera gde rže crni labud
Svoju poslednju pesmu od papira ta dugovrata papiga bez obzira na dan koji trune
U vratolomnoj kraljušti survavanja i pada spotiče se drski jodlerski pean
Jato krastavih ptica selica nadmeće se u groktanju sa debelim arheopteriksom
Poljuljane osnove predeluvialnog kapitalizma pucaju i pucketaju kao so u škripcu
Vrtloglavi gumeni tobogani istorije ustremili su se na svaku razgolićenu dojku
Dodole vekova klate se po stazama koje vijugaju oko pećine krapinskog pračoveka
Oko feudalnih tvrđava oko turbina oko Partenona i oko palate Riunione u Beogradu
Močvarne preistoriske šume u kojima čuči pronalazač šivače mašine bude se
Protežu se svojim lascivnim i nerazmrsivim lijanama i tiho stenju u znoju
Koji im kaplje sa mestanog i napućenog gigantskog lišća punog dosetaka
Na račun Bernarda Shawa Sare Bernhard i predsednika Republike Urugvaj kome ne znam ime




Ime joj je Turpituda i živi u imaginarnom oblakoderu od kristala aluminiuma i laka
Koji se vitko uzdiže usred jagnjećih koža što smrde i jagnjećih glava na panju
U Trsteniku sanja ona svoj rajski srebrni san od neoskrnjavljene pene nebeske
U Trsteniku plete ona svoje svileno pletivo od opiumskih čari i plavih fantazama
Tu bdi nad zanosima i nad tišinama svog muklog deliriuma dok zvono zvoni i zove
Rugam joj se i podlo obilazim oko njenog pupka podmuklo njušim njen miris
Kopita oštro trzaju po kaldrmi svoju pobedničku ariju gizdavih vranaca
I pucaju automobilske gume kao grozdovi iz kojih pršti slast i opojnost berbe
Gle riba samoće pipavo i glupo udara u staklo svog polustaklenog akvariuma
U kome Turpituda preslicu grize i nokte svoje maže lakom što miriše na bonbone
Na jevtine bonbone kakvih ima i u Trsteniku gde niko ne gubi pravo da sanja

Rugam se Turpitudi tek samo toliko da me ne podeju mali prasci i moljci
A njenu viziju sreće vidim i ja na raskriljenim kapijama budućeg grada ljubavi
I drhtim kao i ona od pomisli na slast koju u samom svom telu ona nosi kao mrav
Da bi se crnačka sela teturala i likovala preko balsamonavih biblioteka
Kao roj skakavaca preko žitnih banatskih polja i kao udar olovnog oblaka preko crkve
Gde unezvereno i mučki đakoni predu svoju grabež od ovog i od onog sveta
Da bi se radovali vuci kojima već danas najbolji zubni lekari pakla oštre zube
Za jedan bezuman pir u kome će se kovitlati beton i čelik svih karaula novca
Uzavrela mora ključati od lave i zemljina kugla možda skliznuti tangentom
Ali u kome će i Turpituda imati svoju veličanstvenu ulogu osvete i utehe


Turpitude

(de retors, raduit par Karine Samardzija)

Je raille son abondante et pléthorique rêverie d’un sculptural âge d’or
Sa douce et onirique superstition aux marges claires obscures
Sur la bordure mélancolique de l’indolence sa main frissonne encore une dernière fois
La souffrance se transforme otage d’une vision mnémotechnique mutilée et en rien
Les traces d’un refrain retentissant contrastent avec le reliquat d’un effréné frisson
Un misérable roseau titube et sacrifie son aridité poussiéreuse à des champignons blancs
Comme lorsque le soleil exerce un tourbillon d’infamie autour duquel se rassemblent les grillons [1]
L’inconsciente écharde d’un devenir ancestral et antérieur dans l’œil d’une locomotive fumigène
Le cœur d’avant dernières pantoufles vespérales et la cendre de tous les cendriers diplomatiques
Des voiles imaginaires déployées [2] au-dessus d’un plasma en branle dans une passion cul-de-sac
Dans les doux bas-fonds des pulsions sexuelles en avalanche contre le roc d’un littoral lunaire
La mer flétrie la mer chimérique monotone immonde égouttée labourée fauchée
Le spectre de la grande voie lactée dans une éloquente luminosité d’illogisme et l’horreur et l’horreur

Je raille sa confiance en la rêverie vide et écumée dans l’œil de grenouille
Chacune de ses prédictions de beau parleur sur les rives d’un lac insipide où hennit un cygne noir
Ce perroquet au long cou sans égard pour le jour pourrit sa dernière chanson de papier
Dans une acrobatique écaille d’éboulement tombe et chancelle un insolent pean [3]
Une nuée d’oiseaux verruqueux dans un râle concourt avec un immense archéoptéryx
Les fondations éphémères d’un avant déluge capitaliste se lézardent et craquèlent comme le sel dans la boue
Les vertigineux toboggans pneumatiques de l’Histoire se ruent sur chaque mamelle nue
Les Dodoles [4] à travers les siècles se déhanchent sur les sentiers et s’enroulent autour de la caverne de l’homme du paléolithique
Autour des forteresses féodales autour des turbines autour du Parthénon autour du palais Riunione à Belgrade
Les forêts préhistoriques et marécageuses dans lesquelles l’inventeur de la machine à coudre [5] s’accroupit se réveillent
Elles s’étirent avec leurs lascives et inextricables lianes et en silence gémissent dans la sueur
Suintent alors de leurs pulpeux et gigantesques feuillages tout un tas de boutades
Sur l’addition de Bernard Shaw de Sarah Bernhardt et aussi du président de la république d’Uruguay [6] dont je ne connais pas le nom

Son nom à elle est Turpitude et elle vit dans un gratte-ciel imaginaire de cristal d’aluminium et de vernis
Qui se dresse élancement sur un tronçon parmi des peaux et des crânes d’agneau qui puent
Dans Trstenik elle rêve son rêve paradisiaque et argenté fait d’écume céleste et immaculée
Dans Trstenik elle tisse son soyeux tissu de magie opiacée [7] et de bleus fantasmes
Là elle veille sur l’extase et le silence par son beuglement délirant tandis que la cloche sonne et somme [8]
Je la raille elle et perfidement je tourne autour de son nombril sournoisement je renifle son odeur
Les sabots battent vertement sur le pavé leurs mélodies du vainqueur tels de fringants moreaux
Et détonnent les pneus d’automobiles comme des grappes où crépitent la volupté et l’ivresse d’une récolte
Regarde le poisson de la solitude mollement et bêtement frappe sur la vitre de son aquarium de verre
Dans lequel la Turpitude ronge une quenouille et enduit ses ongles d’un vernis à l’odeur de bonbons
De bonbons bon marché de quelques noms et dans Trstenik où personne ne perd le droit de rêver

Je raille la Turpitude à un tel point que ne me dévorent pas petits pourceaux et teignes
Alors je vois moi aussi sa vision du bonheur et je déploie sur les portes cochères d’une ville future l’amour
Je frémis comme elle à la pensée de la volupté que sur ses seules épaules elle porte comme une fourmi
Afin que les villages de nègres chancellent et exultent à travers des bibliothèques embaumées
Comme une nuée de sauterelles à travers les fertiles champs banates [9] et comme le choc d’un nuage d’acier à travers une église
Où hagards de sournois diacres pillent le butin de ce monde-ci et de celui-là
Afin que se réjouissent les loups auxquels dès aujourd’hui les meilleurs dentistes de l’enfer aiguisent les dents
Pour un festin de folie où tourbillonneront le béton et l’acier des bureaux de changes frontaliers
Les mers bouillonnantes et la mappemonde jaillissante de lave peut-être déraillant par la tangente
Mais là même où la Turpitude aura son rôle majestueux de la vengeance et de la consolation


[1] Jeu de mots sur popovi « popes » au pluriel et popci « grillons », soit insectes « habillés » en noir

[2] razapeta « déployé » : on perd l’allusion à « crucifié » qui existe dans la polysémie du mot « razapet »

[3] Péan : chant en l’honneur d’Apollon

[4] Dodoles : jeunes filles qui en période de sècheresses chantent pour attirer la pluie tout en versant de l’eau sur les passants et se laissant arroser par eux.

[5] Voir Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Paris, Robert Laffont, 1980, chant VI, p.743 : « beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie »

[6] Lautréamont est né et a grandi en Uruguay.

[7] Peut-on voir là une référence à l’opium de Baudelaire ?

[8] Jeu de mots en serbo-croate, zvono zvoni i zove, littéralement « la cloche sonne et appelle »

[9] Région de Vojvodine



Comments