Welcome‎ > ‎Laza Kostić‎ > ‎

Santa Maria Della Salute

Santa Maria della Salute

Oprosti, majko sveta, oprosti,
što naših gora požalih bor,
na kom se, ustuk svakoj zlosti,
blaženoj tebi podiže dvor;
prezri, nebesnice, vrelo milosti,
što ti zemaljski sagreši stvor:
Kajan ti ljubim prečiste skute,
Santa Maria della Salute.

Zar nije lepše nosit’ lepotu,
svodova tvojih postati stub,
nego grejući svetsku lepotu
u pep’o spalit’ srce i lub;
tonut’ o brodu, trunut’ u plotu,
đavolu jelu a vragu dub?
Zar nije lepše vekovat’ u te,
Santa Maria della Salute?

Oprosti, majko, mnogo sam strad’o,
mnoge sam grehe pokaj’o ja;
sve što je srce snivalo mlado,
sve je to jave slomio ma’,
za čim sam čezn’o, čemu se nad’o,
sve je to davno pep’o i pra’,
na ugod živu pakosti žute,
Santa Maria della Salute.

Trovala me je podmuklo, gnjilo,
al’ ipak neću nikoga klet’;
štagod je muke na meni bilo,
da nikog za to ne krivi svet:
Jer, što je duši lomilo krilo,
te joj u jeku dušilo let,
sve je to s ove glave sa lude,
Santa Maria della Salute!

Tad moja vila preda me granu,
lepše je ovaj ne vide vid;
iz crnog mraka divna mi svanu,
k’o pesma slavlja u zorin svit,
svaku mi mahom zaleči ranu,
al’ težoj rani nastade brid:
Šta ću od milja, od muke ljute,
Santa Maria della Salute?


Ona me glednu. U dušu svesnu
nikad još takav ne sinu gled;
tim bi, što iz tog pogleda kresnu,
svih vasiona stopila led,
sve mi to nudi za čim god čeznu’,
jade pa slade, čemer pa med,
svu svoju dušu, sve svoje žude,
— svu večnost za te, divni trenute!
— Santa Maria della Salute.

Zar meni jadnom sva ta divota?
Zar meni blago toliko sve?
Zar meni starom, na dnu života,
ta zlatna voćka što sad tek zre?
Oh, slatka voćko, tantalskog roda,
što nisi meni sazrela pre?
Oprosti meni grešne zalute,
Santa Maria della Salute.

Dve u meni pobiše sile,
mozak i srce, pamet i slast.
Dugo su bojak strahovit bile,
k’o besni oluj i stari hrast:
Napokon sile sustaše mile,
vijugav mozak održa vlast,
razlog i zapon pameti hude,
Santa Maria della Salute.

Pamet me stegnu, ja srce stisnu’,
utekoh mudro od sreće, lud,
utekoh od nje — a ona svisnu.
Pomrča sunce, večita stud,
gasnuše zvevde, raj u plač briznu,
smak sveta nasta i strašni sud. —
O, svetski slome, o strašni sude,
Santa Maria della Salute!

U srcu slomljen, zbunjen u glavi,
spomen je njezin sveti mi hram.
Tad mi se ona od onud javi,
k’o da se Bog mi pojavi sam:
U duši bola led mi se kravi,
kroz nju sad vidim, od nje sve znam,
za što se mudrački mozgovi mute,
Santa Maria della Salute.

Dođe mi u snu. Ne kad je zove
silnih mi želja navreli roj,
ona mi dođe kad njojzi gove,
tajne su sile sluškinje njoj.
Navek su sa njom pojave nove,
zemnih milina nebeski kroj.
Tako mi do nje prostire pute,
Santa Maria della Salute.

U nas je sve k’o u muza i žene,
samo što nije briga i rad,
sve su miline, al’ nežežene,
strast nam se blaži u rajski hlad;
starija ona sad je od mene,
tamo ću biti dosta joj mlad,
gde svih vremena razlike ćute,
Santa Maria della Salute.

A naša deca pesme su moje,
tih sastanaka večiti trag;
to se ne piše, to se ne poje,
samo što dušom probije zrak.
To razumemo samo nas dvoje,
to je i raju prinovak drag,
to tek u zanosu proroci slute,
Santa Maria della Salute.

A kad mi dođe da prsne glava
o mog života hridovit kraj,
najlepši san mi postaće java,
moj ropac njeno: “Evo me, naj!”
Iz ništavila u slavu slava,
iz beznjenice u raj, u raj!
U raj, u raj, u njezin zagrljaj!
Sve će se želje tu da probude,
dušine žice sve da progude,
zadivićemo svetske kolute,
zvezdama ćemo pomerit’ pute,
suncima zasut’ seljanske stude,
da u sve kute zore zarude,
da od miline dusi polude,
Santa Maria della Salute.





Ken Moroney - Venetian gondolas on the Grand Canal before Santa Maria della Salute

Santa Maria della Salute

Forgive me, O Holly Mother, I pray
For mourning our mountains, stripped of pine,
Those woods that became, despite our dark day,
Part of Your Mansion, a Holy Shrine,
And, Source of Mercy, forgive, as you may,
This, my earthly sin, this guilt of mine.
Repentant, I kiss the hem of your dress,
O, Maria della Salute, Blessed.

Is it not better to bear Beauty’s weight,
Hold up your arches, solid as rock,
Than to feed the hearths of the world’s hot hate,
Burning to ash the heart and its bark,
Than to sink like a ship, rot at a gate,
Like the devil’s own fir tree or oak?
So much lovelier the eternal rest
O Maria della Salute, Blessed.

Forgive me, O Mother, I’ve borne such hurt,
Much sin I’ve repented and renounced.
All my young heart had dreamed is but naught,
Ripped up by the walking world, denounced.
All that I yearned for, all hope my youth bought,
Crumbled to ashes, dusty accounts,
All in fulfillment of some malign jest,
O, Maria della Salute, Blessed!

Poisons, corruptions have hurt me within,
Yet I’ll injure no man with my curse.
Whate’er I’ve suffered, from lash or snake’s sting,
I’ll have no man bear the blame or worse.
The power that broke this spirit’s bright wing,
Choking its breath as it flew on course,
Sprang from this mad head, this mind of unrest,
O, Maria della Salute, Blessed.

Then my secret nymph stood there at my side.
Oh, such a sight had my eyes ne’er seen!
From the black darkness, a poem in her pride,
Broke dawn’s glory in a dazzling sheen,
Healed in an instant all my wounds beside,
Yet left deeper wound, sharper pain.
Now how could I bear this joy in my breast,
Dear, Maria della Salute, so Blessed?

She looked on my face, and none has yet seen
Such a shine that sparkled from her eyes.
On a frozen landscape the light of that mien
Could warm mountain tops, melt snow and ice.
Now my heart’s every wish was there to glean
Sorrows and sweetness, gall and fresh spice,
Hunger and thirst and the wants of my breast
Eternity be yours for this bequest,
O Maria della Salute, O Blessed!

Was all of this splendor for such as me?
This prize like a miracle mine?
All these golden fruits, now ripe on the tree,
Indeed all for me, in life’s decline?
O rarest fruit, you, so sweet to see,
Why were you not ripe at the harvest time?
Forgive me, for I’m a sinner confessed,
You, Maria della Salute, Blessed.

Two forces struggled for mastery in me,
Mine against heart, against flesh’s yoke,
How long did they fight in this awful way,
Like the tempest against the old oak?
Finally passion grew weak in the fray,
And the grooved brain made its last attack.
You’re the hinge of the mind; you hold it fast,
You, Maria della Salute, Blessed

My mind consticed, compressed my own heart;
I fled its pleasures, mad in my flight.
Oh, how I fled, so hurt at the start.
Cold rose round my sun and quenchead its light.
Stars darkened, and tears burst from heaven’s part;
‘Twas the world’s end, Judgment’s awful night,
The crack of doom, the world’s trial at the last,
O, Maria della Salute, Blessed.

All broken hearted, my mind scored with fears,
I hold her memory a holy shirine.
Now in later years, whene’er she appears,
It’s as thought God’s face were here, Divine.
Within me the ice of agony thaws;
Throuth her I see; all knowledge is mine.
Why are our wise minds perplexed and distressed,
O Maria della Salute, Blessed?

In sleep she comes, all silent, refusing
The loud rabble-cry of my desire.
When she will speak, the time of her choosing.
At her command she holds strange power,
And all around her, in clouds suffusing,
A heavenly pattern of charming hours.
And my path to her is thus paved and pressed
By Maria della salute, Blessed.

We hold one another as man and wife,
Without unhappiness, without care,
Halcyon days, wich no fever of life,
Our passions cooled by heavenly air.
She’s older now, and there is no strife;
The past is as mute as unsaid prayers.
For here my own age is blessed by the best,
By Maria della Salute, Blessed.

For us our children are poems I have made,
Timeless traces of our elation,
A written text, neither sung, nor e ’en said,
Only the soul’s ray’s penetration.
Only two known where the secret is laid,
Rare is heavenly revelation.
It’s what rapturous prophets have expressed,
O Maria della Salute, Blessed.

When the time of my doom comes round at last,
When I break my head ‘gainst life’s jagged stone,
My dream will be born with Death’s rattling brass;
Then I’ll hear ringing cry, “Come home!”
From nothingness into glorious grace,
From limbo to the Heaven’s fult bloom,
To heaven and into her arms so warm.
Then that yearning will rise within my breast,
And my heart-strings will quiver without rest,
And the moving stars in the skies above,
Both the men there and gods will gaze aghast,
We’ll alter the path on wich the stars move;
We’ll melt in our warming sun all the frost,
Till the dawn’s red glow lightens every cove,
And all the ghosts are by love obsessed,
Dear Maria della Salute, Blessed!

(Translated by Dorian Cooke & Milne Holton 1909)



Santa Maria della Salute

Pardon, Sainte mère, pardon d'avoir
tant regretté les pins de nos forêts,
sur lesquels s'est édifié, pour ta gloire,
en rempart contre le mal, ton palais [l];
Céleste, aies la bonté de ne pas voir
l'affront qu'un être d'ici-bas t'a fait :
J'embrasse, honteux, ta robe immaculée,
Santa Maria della Salute.

N'est-il pas mieux de porter la splendeur,
devenir de tes voûtes le pilier,
que de chauffer les vices des pécheurs
en consumant et le cœur, et l'aubier,
ou que sombrer ici, pourrir ailleurs,
le pin au diable, au démon l'arbousier ?
Mieux vaut durer en toi l'éternité,
Santa Maria della Salute.

Pardonne, Mère, j'ai beaucoup souffert,
j'ai déjà expié nombre de péchés ;
tout ce que mon cœur a rêvé naguère,
la réalité me l'a tout brisé ;
et tous mes désirs, tout ce qu'on espère,
sont depuis longtemps cendres dispersées,
et la jaune envie s'en est délectée,
Santa Maria della Salute.

Un poison, sournoisement, me minait,
mais pour cela, qui pourrais-je maudire ?
quels que soient les tourments que j'endurais,
nul ne peut être accusé de me nuire :
car ce qui mon âme en plein vol brisait,
qui cassait net l'élan de mes désirs,
c'était ma tête, et son inanité,
Santa Maria della Salute.

C'est alors que ma fée [2] m'est apparue,
plus belle que jamais les yeux ne virent ;
de la nuit noire, exquise, survenue,
hymne de gloire à l'orée de l'aurore,
un geste d'elle et mes plaies n'étaient plus,
mais une plaie plus grave me perfore :
le mal cruel de la félicité,
Santa Maria della Salute.

Sur moi ses yeux. Et mon âme chancelle :
jamais regard n'avait autant brillé,
jetant partout des gerbes d'étincelles
à fondre toutes les cimes glacées,
que ce soient peines ou joies, miel ou fiel,
elle offre tout ce que j'eus désiré,
toute son âme et toutes ses pensées,
- divins instants valant éternité !
Santa Maria della Salute.

Seraient-ils donc à moi, tous ces trésors,
pauvre que suis, tant de munificences ?
Et, tout juste mûrissant, ce fruit d'or,
vieux que je suis au fond de l'existence ?
Oh, que n'as-tu mûri pour mon aurore,
doux fruit, et moi Tantale en sa souffrance !
Pardonne mes errements d'impiété,
Santa Maria della Salute.

Deux forces en moi se firent la guerre,
le cerveau et le cœur, plaisir et raison,
terrible et long combat se livrèrent,
orage furieux et chêne au vieux tronc :
les forces chéries à la fin plièrent,
propos et but de l'odieuse raison,
le cerveau tortueux les a domptées,
Santa Maria della Salute.

Pris de raison, je fis taire mon cœur,
écartant le bonheur, fou que je suis,
je fuis loin d'elle, - et la voilà qui meurt.
Le froid règne, le soleil s'obscurcit,
le paradis soudain éclate en pleurs,
fin du monde, astres éteints, tout est nuit,
terre livrée au Jugement dernier,
Santa Maria della Salute.

Brisé le cœur et la tête en tourmente,
son souvenir est mon temple béni.
Or de là-haut elle apparaît vivante,
comme si Dieu lui-même avait surgi,
le givre fond en mon âme dolente,
je vois par elle, et par elle saisis
tout ce qui trouble les hommes sensés,
Santa Maria della Salute.

Visitant mes nuits mais non quand l'appelle
l'essaim foisonnant de ma propre envie,
elle vient à moi quand lui plaît à elle,
ses servantes sont forces de magie.
Et toujours suivie de douceurs nouvelles,
céleste avatar des charmes d'ici,
me fraie le chemin pour la retrouver,
Santa Maria della Salute.

Tout est pour nous comme à mari et femme,
mais simplement sans travail ni souci,
tout est délice ici mais sans les flammes,
notre feu s'apaise en frais paradis,
elle est pour moi devenue une dame
et je serai pour elle rajeuni
là où les temps ne sont qu'éternité,
Santa Maria della Salute.

Et nos enfants, ce sont tous mes poèmes,
ces éternels témoins de nos unions ;
ni dans l'écrit, ni dans le chant lui-même
ne se dit l'âme ajourée de rayons.
Cela n'est perceptible qu'à nous-mêmes,
l'eden lui-même y trouve inspiration,
seul le pressent le prophète extasié,
Santa Maria della Salute.

Et quand enfin je briserai ma tête
sur le bord rocailleux de cette vie,
le rêve le plus beau me fera fête,
mon râle, et son « je suis là, me voici ! »,
et du néant à la fête des fêtes,
du manque que j'ai d'elle au paradis,
au paradis et dans ses bras saisi !
Tous les désirs là-bas vont s'éveiller,
toutes les cordes de l'âme vibrer ;
les dieux puissants, bien sûr l'humanité,
et les sphères... vont nous émerveiller ;
et nous saurons les étoiles guider,
soleils brûler aux espaces glacés,
pointer partout aurores empourprées,
et de bonheur les esprits s'enivrer,
Santa Maria della Salute.

(Traductions en vers : Jean-Marc Bordier)

In : Poèmes serbes, Belgrade, PLATO, 2002

[1] Kostić fait ici allusion à un autre de ses poèmes, MaksimCrnojević, dans lequel il pleurait la destruction par les Vénitiens des forêts de Dalmatie, oubliant que certains des arbres avaient servi pour les fondations de l'église Santa Maria della Salute de Venise. (NdT)

[2] Kostić va désormais évoquer sa passion pour une jeune fille,Lenka Dundjerska, rencontrée trop tard et disparue trop tôt en 1895. (NdT)



Laza Kostic and Santa Maria della Salute




Santa Maria della Salute

Zapomnij, Matko, o mej małości,
gdym żalem żegnał jodłowy bór,
z którego przeciw wszelakiej złości,
Błogosławionej wznoszą Ci dwór;
pogardź, Niebianko, źródło miłości,
czym ziemski Ciebie obraził stwór,
Całuję szatę Twą za pokutę
Santa Maria della Salute.

Czyż nie jest piękniej w pięknie trwać lata
wspierając Twoich ołtarzy zrąb,
niżeli grzejąc mizerię świata
w płomieniu rdzenia spopielić krąg ,
popróchnieć w płotach, potonąć w statkach,
gdzie złego łupem jodła i dąb?
W piękno się wetrwać, w Ciebie przekute
Santa Maria della Salute.

Przebacz mi, Matko, cierpiałem wiele,
za grzechy-m płakał nie jeden raz;
Wszystko co serce marzyło śmiele,
wszystko to jawy zgruchotał głaz:
tęsknoty moje, nadzieje szczere,
wszystko to w popiół obrócił czas
radując dusze zawiścią strute
Santa Maria della Salute.

Zatruty jestem, zgnile, obrzydło,
lecz na nikogo nie rzucam klątw;
za mojej męki dławiące sidło
nikogo niechaj nie spotka sąd,
bo to co duszy złamało skrzydło,
co jej w zarodku zdusiło lot,
wszystko z mej głupiej głowy wysnute
Santa Maria della Salute.

Ujrzałem muzę moją i pannę,
piękniejszej nigdy nie dotknął wzrok;
nadeszła niczym zorze poranne,
jak one z triumfem rozproszyć mrok;
i wszelką we mnie zamknęła ranę
lecz sroższą raną otwarł się bok:
co począć w męce szczęsnej i lutej
Santa Maria della Salute.

Spojrzała na mnie. W duszę bolesną
nikt jeszcze takich nie wświecił ócz,
tym co ze wzroku owego skrzesło
wszelakich lęków stopiła lód;
ofiarowując spełnienie tęsknot,
boleść i rozkosz, gorycz i miód,
całą swą duszę, ciało przecudne
- wieczność zwęźloną w jedną sekundę -
Santa Maria della Salute.

Dla mnie, nędzarza, taka uroda?
Dla mnie aż taki bezmierny skarb?
Dla mnie, starego, na kraj żywota,
dojrzewającej słodyczy dar?
Ach. Tantalowa brzoskwinio złota,
gdybym cię prędzej, prędzej był znał.
Przebacz niewczesny i grzeszny smutek
Santa Maria della Salute.

Dwie we mnie walczyć poczęły siły
rozum i rozkosz, serce i mózg
w zmaganiach długich tak się skłębiły
jak nawałnica i stary buk;
klęska pisana jest siłom miłym
już mózg pokrętny zapał ich zmógł:
mądrość mi moja przyniosła zgubę
Santa Maria della Salute.


Zgnębiłem serce, rozum zwyciężył,
tak mądrze-m, głupiec, stłumił nasz głód,
uciekłem od niej - nie mogła przeżyć.
Sczerniało słońce, wieczny spadł chłód,
pogasły gwiazdy, raj w płacz uderzył,
to koniec świata, rękę wzniósł Bóg,
strasznego sądu Kosmos padł łupem
Santa Maria della Salute.

Serce rozdarte, myśli rozbiegłe,
lecz pamięć o niej za świętość mam,
a gdy się do mnie stamtąd odezwie,
to jakby Pan Bóg przemówił sam:
topnieją lody bólu obmierzłe,
przez nią dziś światy widzę i znam
mizerną wiedzą mędrków popsute
Santa Maria della Salute.

Przychodzi we śnie. Nie gdy ją wzywa
splątanych pragnień kipiący rój,
lecz kiedy zechce, w chwilach szczęśliwych,
tajemnych potęg przywodzi dwór.
Nowe widzenia zawsze przyzywa,
ziemskiego szczęścia niebiański krój
I przyjściem swoim koi mój smutek
Santa Maria della Salute.

Jesteśmy sobie mężem i żoną,
zniknęły tylko troska i trud,
ogniem nam tylko zmysły nie płoną,
w pieszczotach naszych rajski jest chłód;
Starości dusze nasze nie pomną
w świecie, co młodość z wiecznością splótł,
gdzie czas się wszelki zmienił w ułudę
Santa Maria della Salute.

Naszymi dziećmi pieśni są moje,
tych spotkań cichych wieczysty ślad;
i nie zapiszę ich, nie ułowię,
to tylko w duszy ognisty znak.
To rozumiemy tylko my dwoje,
rajskie potomstwo, bycie i brak,
jak tajemniczą proroctwa nutę
Santa Maria della Salute.

A gdy mi przyjdzie uderzyć głową
o tego życia skalisty kres,
sen najpiękniejszy stanie się jawą,
mój jęk agonii - jej: "Otom jest!"
Z nicości wchodzę w sławę nad sławą
i z bezniejności raj dla mnie wskrzesł!
Jej objęć raj, mój rajski kraj!
W dusz naszych struny wcielim ułudę
i każdą na nich zagramy nutę,
światami wstrząśniem, co w koła skute,
potęgą bogów, pokornym ludem,
gwiazdy orbity zgubią, rozsnute,
słońca - lun chłodem znikną, posute
i wszędy zorze zaświecą rude
nad duchów szałem, rozkoszy cudem
Santa Maria della Salute.


Lenka Dundjerski



Santa Maria della Salute

Pardonne-moi, sainte mère, pardonne-moi
D'avoir regretté le pin de nos forêts1
Sur lequel s'élève, rempart contre le mal,
Le palais qui t'est consacré, bienheureuse ;
Dédaigne, ô céleste, ô source de miséricorde,
L’impiété de la créature terrestre :
Repentant, je baise les pans de ta robe pure,
Santa Maria Maria della la Salute...

------------------------------------------- [*]

Pardonne, mère, j’ai connu la souffrance,
J’ai expié bien des erreurs ;
Tout ce que mon jeune cœur avait rêvé
S’est évanoui au souffle du réel ;
Ce que j’ai désiré, ce que j’ai espéré,
A présent est cendre et poussière,
Pour la grande joie de l’envie venimeuse,
Santa Maria Maria della la Salute.

Un poison sournois m’a rongé,
Mais je ne maudirai personne ;
Des peines que j’ai endurées
Que nul ne soit accusé :
Car ce qui baisait les ailes de mon âme,
Ce qui, au faîte, arrêtait leur essor,
C’était ma tête, cette folle tête,
Santa Maria Maria della la Salute.

C’est alors que ma fée, rayonnante, apparut2 ;
Les yeux jamais n’ont vu plus belle créature ;
Des ténèbres, elle surgit, lumière éclatante, -
Chant de rossignol à l’aube du jour.
Elle guérit mes blessures anciennes,
Mais éveilla en moi un tourment nouveau :
Je fus transporté de bonheur et d’amer chagrin,
Santa Maria Maria della la Salute...

-------------------------------------------- [*]

Tant de beauté pour moi seul,
Pour moi seul tant de richesses ! …
Pour moi, vieillard, au soir de la vie,
Ce fruit d’or, à peine mûrissant !
O doux fruit du festin de Tantale,
Pour te cueillir il est trop tard ! —
Pardonne encore mes tristes égarements,
Santa Maria Maria della la Salute.

Deux puissances en moi s'affrontèrent,
Le cerveau et le cœur, la raison et l’amour
Leur long combat me déchira,
Tel un vieux chêne battu par l'orage ;
Enfin succombe la plus tendre,
La victoire alla au subtil cerveau,
Source et limite de notre pauvre sagesse,
Santa Maria Maria della la Salute.

La raison l’emporta, je durcis mon cœur ;
Fou de bonheur, soumis, je m’enfuis,
Je m’enfuis d’elle – et la mort la prit.
Le soleil sombra dans la nuit éternelle,
Les étoiles s’éteignirent, le paradis pleura,
Ce fut la fin du monde, le jugement dernier –
O écroulement, ô damnation ! –
Santa Maria Maria della la Salute.

Le cœur brisé, la tête perdue,
Je n’ai plus que le temple de son souvenir.
Quand de l’au-delà elle m’apparaît,
C’est Dieu lui-même que je retrouve :
De mon âme endolorie la glace fond ;
Par elle je vois, par elle je comprends
Tout ce qui égare le cerveau des sages,
Santa Maria Maria della la Salute.

Elle me vient en songe et non à l’appel
De l’essaim obsédant de mes vœux ;
Elle m’apparaît lorsque tel est son gré,
Les forces secrètes lui obéissent.
Ce sont, chaque fois, des révélations nouvelles —
Aspects célestes des joies d’ici-bas.
Ainsi elle m’ouvre les chemins qui mènent à elle,
Santa Maria Maria della la Salute

En toute chose nous sommes comme des époux
Moins les soucis et les peines,
Toutes les félicités sont nôtres, mais sans amertume,
Notre passion s’apaise dans l'ombre du paradis ;
Là-haut, maintenant, elle est mon aînée,
Et l'écart de nos ans ne me pèsera plus
Là où s’effacent les limites des temps,
Santa Maria Maria della la Salute.

Et mes chants sont nos fils,
Postérité immortelle de ces rencontres ;
On ne peut l’exprimer, on ne peut le chanter,
C’est un rayon qui traverse l’âme.
Nous deux seuls le concevons ;
Pour le paradis même c’est un trésor nouveau
Que seuls les prophètes en extase ont pu rêver,
Santa Maria Maria della la Salute.

Et quand viendra l’heure où ma tête se brisera
Contre les rocs de cet aride séjour,
Mon rêve le plus beau deviendra réalité,
Mon agonie – l’étreinte de ses bras,
Le néant d’ici-bas – gloire entre les gloires,
Le désert – le paradis, le paradis !
Félicité éternelle, vivre auprès d’elle !
Tous les désirs anciens renaîtront,
A nouveau l’âme vibrera de toutes ses cordes ;
Nous émerveillerons les sphères des mondes,
Et les hommes, et les dieux tout-puissants ;
Nous tracerons de nouvelles routes aux étoiles,
Nous parsèmerons de soleils les ténèbres de l’univers ;
Et de tous les côtés des aurores éclateront,
Et les esprits seront ivres de bonheur,
Santa Maria della la Salute.

(Traduction de Miodrag Ibrovac)

In Anthologie de la poésie yougoslave des XIXe et XXe siècles, Paris, Librairie Delagrave, 1935.

1 Dans une poésie de jeunesse, le poète avait reproché à Venise d’avoir décimé les forêts dalmates pour construire les fondations de l’église de Sainte-Marie du Salut, bâtie à l’occasion du mariage d’un doge. 
[* Sans expliquer les raisons qui l’ont conduit à opérer son choix, le traducteur n’a pas intégré dans sa traduction deux strophes du poème (n° 2 et n° 6), dont l’emplacement est signalé par un astérisque. Il est à noter également qu’il n’a pas non plus reproduit, dans sa traduction, la présentation graphique originale du texte. Note du rédacteur.]

2 Le poète évoque le souvenir de Mlle Lenka Dundjerska, jeune fille très belle et d’une grande distinction, qu’il aima malgré la différence d’âges, et mourut lorsque leur union ne put se réaliser.


Dogana and Santa Maria della Salute by J. M. W. Turner (1843)



Santa Maria della Salute

Pardonne-moi, sainte mère, pardonne
d’avoir regretté de nos bois le pin5,
sur lequel, la bienheureuse patronne,
s’élève ta cour que tout mal craint ;
toi célestaine6, fontaine tant bonne,
absous cet être terrestre et vain :
je baise tes pans purs plein d’humilité,
Santa Maria della Salute.

N’est-ce mieux donc porter la beauté,
de tes voûtes devenir pilier,
qu’en chauffant la mondaine vanité
cœur et écorce brûler par milliers ;
chavirer avec navire, pourrir à côté,
nourrir le diable et au ver s’y plier ?
N’est-il mieux toujours en toi exister,
Santa Maria della Salute.

Pardonne, mère, j’ai souffert sans trêve,
j’ai expié maintes erreurs déjà,
tout ce dont mon jeune cœur fit rêve
le souffle du réel le dispersa ;
mes désirs, mes espérances brèves,
sont de la cendre et rien que ça,
par l’amère jalousie persécutés,
Santa Maria della Salute.

Fort m’a rongé le poison sournois
mais je ne maudirai nul ni rien ;
toutes les peines choisies pour moi,
j’espère que nul ne s’en souvient ;
car si l’aile de l’âme maintes fois
se brisa, la laissant sans soutien,
à cause de cette folle tête c’était,
Santa Maria della Salute.

Là devant moi comme en rêverie
[onc plus belle n’en vit mon œil]
ma fée surgit des ténèbres, fleurie
tel le chant du rossignol au soleil ;
toute ma plaie en était guérie,
mais s’éveilla en moi un autre deuil :
vois à la joie la tristesse s’ajouter,
Santa Maria della Salute.

Elle me vit. Onc sur une vive âme
ne brilla un regard tant essentiel ;
elle eût, par sa pénétrante flamme,
fondu les glaciers des cents ciels ;
elle m’offre tout ce que je réclame ;
douleur et douceur, fiel et miel,
toute âme, tous plaisirs mérités,
— pour toi, bel instant, toute l’éternité !—
Santa Maria della Salute.

Pour moi pauvre, beauté sans égale ?
Pour moi donc, tout ce grand trésor ?
Pour moi vieux, moi une ombre pâle,
à peine mûrissant, ce fruit d’or ?
Oh, doux fruit du jardin de Tantale,
pourquoi tu ne mûris pour moi qu’or ?
Mes errements implorent ta bonté,
Santa Maria della Salute.

Deux forces en moi s’affrontèrent,
cerveau et cœur, l’un fol l’autre sage.
C’était un combat plein de colère,
tel le vieux chêne et l’orage ;
si douces forces churent, au contraire
sinueux cerveau prit l’avantage,
cause de notre savoir limité,
Santa Maria della Salute.

Raison vainquit, je durcis mon cœur,
je fuis sobrement mon bonheur, fou ;
je m’enfuis d’elle — et là elle meurt.
Le soleil sombre, le gel couvre tout,
étoiles éteintes, paradis en pleurs,
fin du monde et redoutable courroux —
ô chute totale ô Courroux redouté7,
Santa Maria della Salute.

Brisé au cœur, troublé jusqu’au fond,
j’ai sa mémoire comme seul temple.
Quand de là-haut m’apparaît son front,
il me semble que Dieu me contemple,
en l’âme la glace de douleur vite fond,
par elle je vois, avec elle ensemble
je comprends sages cerveaux excités,
Santa Maria della Salute.

En songe me vient. Non quand l’appelle
l’essaim de mes désirs qui me hante,
elle me vient quand cela plaît à elle,
les forces secrètes sont ses servantes.
Toujours suivie d’images nouvelles,
joies terrestres sur la céleste pente.
Ainsi me fait avancer sans douter,
Santa Maria della Salute.

Nous sommes tels époux et femme,
moins soucis et coups du destin,
nos ébats ne craignent plus la flamme,
notre passion sent l’air de l’éden ;
mon aînée est maintenant son âme,
près d’elle jeune je serai soudain,
car la différence d’âge s’y tait,
Santa Maria della Salute.

Et nos enfants ce sont mes vers,
de ces rencontres l’éternelle trace ;
ce ne sont pas les mots, ni les airs,
ce n’est qu’un rai qui par l’âme passe.
Cela n’est qu’à nous deux clair,
même l’éden ce feu neuf embrasse,
ce, en extase, prophète peut écouter,
Santa Maria della Salute.

Et quand un jour, contre vie noire
tel un rocher, se brisera mon front,
mon plus beau rêve sera ma victoire,
monrâle son appel: “Voicimon don!”
Du néant dans la gloire des gloires,
du sans-elle8 à l’éden, à l’éden, prompt!
à l’éden, à l’éden, dans son giron !
Tous désirs là cesseront d’hésiter9,
cordes d’âme vibreront en sérénité,
nous enchanterons cercles habités,
Dieux puissants, toute l’humanité,
étoiles, nous allons alors les guider,
de soleils peuplerons froide immensité,
aux aubes ferons tous coins visiter,
esprits seront fous de félicité,
Santa Maria della Salute.

(Traduction de Kolja Mićević)

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002 


5 Dans une poésie de jeunesse, le poète avait reproché à Venise d’avoir décimé les forêts dalmates pour construire les fondations de l’église Sainte-Marie du Salut, bâtie à l’occasion du mariage d’un doge. [Miodrag Ibrovac]. Il s’agit en effet du poème Le mariage du doge, écrit en 1879, où apparaît déjà le refrain Santa Maria della Salute... L’église fut construite par Baldasare Longhena de 1631 à 1683. L’architecte mourut un an après. 
6 Dans l ’ original : Nebesnica, Celle qui habite le Ciel.
7 Dans l’original : Strašni sud, Le Jugement dernier.
8 Dans l’original : beznjenica ([l’existence] sans elle). Prononcer : bezgnénitsa. Un dernier néologisme du poète. 
9 Le poète ajoute toute une nouvelle octave pour souligner sans doute la sonorité baroque du refrain italien. [NDT]

Laza Kostic



Santa Maria della Salute

Pardonne, Sainte-mère, reçois maintes excuses
pour mes regrets des pins10 de nos forêts
sur lesquels, contre tout mal et toute ruse,
on t’éleva, bienheureuse, un grand palais.
Toi céleste, source de grâce, sœur non recluse,
dédaigne d'un être terrestre le péché,
contrit, je baise tes pans immaculés
Santa Maria della Salute [*].

N'est-ce pas plus beau de porter la beauté,
de tes voûtes devenir les piliers,
qu'en chauffant de ce monde le péché
réduire en cendres cœurs et aubiers ;
sombrer comme nef ou pourrir au plancher,
le pin au diable, à satan le laurier,
n'est-il pas mieux en toi s'éterniser ?
Santa Miaria della Salute.

Comprends-moi, mère, j'ai beaucoup trop pâti,
j'ai expié nombre de mes péchés,
tout ce que mon jeune cœur avait senti,
le souffle du réel l'a fracassé.
Ce que j'espérai et ce dont je me languis
depuis longtemps est poussière cendrée –
belle cible des gratuites méchancetés
Santa Maria della Salute

Le sournois et le pourri me minaient,
néanmoins personne je ne maudirai
des souffrances qu'autrefois je dus endurer,
afin que nul n'en soit du monde accusé.
Car ce qui les ailes de l'âme gênait
et en plein vol leur élan entravait,
vient de ma tête, cette écervelée
Santa Maria della Salute.

C'est alors que ma fée se révéla,
jamais plus belle la vue ne la vit,
du noir, elle, svelte, comme le jour se leva
tel le chant de fête à l'aube qui blanchit.
Aussitôt toutes mes plaies elle soigna
mais la plus grave à me cuire se mit :
que faire de mon heur, moi, un tourmenté
Santa Maria della Salute.

D'un regard elle m'effleura. Jamais
regard l’âme vivante ne fit tant briller,
avec étincelles qui en jaillissaient
elle ferait fondre tous les univers glacés.
Elle m'offre tout ce dont je me languissais :
douceurs après chagrins, miel après fiel,
tout son cœur et tous ses désirs et,
pour toi l'instant sublime – toute l’éternité !
Santa Maria della Salute.

A moi, misérable, toutes ces beautés ?
A moi tant de trésors – qui l'aurait cru?
A moi, homme au soir de sa vie, usé,
ce fruit d'or qui seulement mûrit ?
Ah, doux fruit, de Tantale la lignée,
pourquoi n'as-tu pas plus tôt mûri ?
pardonne mes égarements dans le péché
Santa Maria della Salute.

Les forces contraires en moi s’opposèrent
cerveau et cœur, raison et volupté,
longtemps bataille sauvage ils se livrèrent,
tel le vieux chêne contre bourrasque déchaînée,
à la fin les forces de cœur armes déposèrent,
le sinueux cerveau l'a emporté,
l’implacable raison l'y ayant aidé
Santa Maria della Salute.

Par la raison bridé mon cœur se serra,
sagement j'évite mon bonheur et, fou,
je m'enfuis d'elle – et là elle trépassa.
Le soleil s'éclipsa, il gèle partout,
les astres ternirent, le paradis pleura,
c’est la fin du monde, le Ciel en courroux,
apocalypse et jugement dernier
Santa Maria della Salute.

Le cœur brisé, la tête déconcertée
son souvenir est sanctuaire pour moi,
voici que de l'au-delà elle m'apparaît
comme si Dieu lui-même se montrait à moi.
Dans mon cœur meurtri la glace disparaît,
Maintenant j’apprends tout par elle et sais
pourquoi les cerveaux des sages deviennent troublés
Santa Maria della Salute.

Elle vient dans mes rêves. Non à l'appel
de mes désirs en foule croissante,
elle vient quand ça lui plaît à elle,
les puissances secrètes sont ses servantes.
Avec elle les scènes sont toujours nouvelles :
les hélices terrestres à la mode du ciel ;
ainsi jusqu'à elle le chemin est essarté
Santa Maria della Salute.

Entre nous tout est comme mari et femme,
excepté le travail et les soucis,
tout n'est que délices, mais sans les flammes.
nos ardeurs se calment dans le frais paradis.
Maintenant elle est mon aînée cette dame,
je serai jeune pour elle au paradis
où les âges sont sous silence passés,
Santa Maria della Salute.

Et nos enfants sont tous mes poèmes,
la trace pérenne de nos face à face,
ils ne sont ni écrits ni chantés même,
ce sont friselis de l'âme flottant dans l'espace
que sentir seuls nous deux sommes à même,
chéris de l’éden, il leur offre une place,
ce que seuls pressentent les prophètes extasiés
Santa Maria della Salute.

Et le jour où ma tête va se briser
Contre les limites de cette vie rocheuse,
Le plus beau de mes rêves se réalisera :
Mon râle et son : « Me voici, amoureuse ! »
Du néant au faîte des gloires ça ira,
d’ici où elle fut, au paradis je courrai
et, sans feinte, droit dans son étreinte !
Tous les désirs vont s'y ranimer,
toutes les cordes de l’âme à nouveau vibrer,
les sphères d'univers nous émerveillerons,
les dieux puissants, mais aussi les hommes,
des étoiles les routes nous changerons,
de soleils les mondes glacés abreuverons,
que de tout coté les aurores rougissent,
et de bonheur les esprits fous enivrés
Santa Maria della Salute. 

(Traduit par Velimir Popović)

Premier publication sur le site de Serbica, 2016

10 Destinés aux fondations de l’église Sainte-Marie du Salut à Venise. Dans sa jeunesse l'auteur avait vigoureusement critiqué les coupes de bois massives ayant dénudé les forêts de l'arrière-pays dalmate – 1 157 000 troncs d'arbres furent nécessaires pour ces fondations dont les travaux débutèrent en 1631. [NDT]
[* Comme la traduction de Miodrag Ibrovac, celle de Veelimir Popović ne reproduit pas non plus la présentation graphique du texte original du poème. Note du rédacteur.]


Santa Maria della Salute

Perdoa, Santa Madre, perdoa
Pelos pinheiros abatidos o meu lamento
Que serviram, apesar do mal, na fé boa,
Para que a ti, Nossa Senhora, erguessem o templo;  
Ó mãe celestial piedosa, ignora o pecado 
Que a todo o ser humano acomete
Penitente beijo o teu manto imaculado:
Santa Maria della Salute.

Não é melhor fazer parte da beleza
Das tuas abóbadas ser pilar,
Do que nutrindo a futileza
O coração e o corpo dizimar:                    
Ser um tapume podre, um barco naufragado
Ou um carvalho que com o diabo se mete?               
Não é melhor ser em ti perpetuado
Santa Maria della Salute?

Perdoa, Madre, por muita desgraça já passei,
De tantos pecados arrependido, 
Tudo com que enquanto jovem sonhei 
Tudo isso de um golpe ficou varrido;        
Das saudades todas, da minha esperança
Há muito não restam que pó e cinza,        
À inveja roxa fazendo a corte                                 
Santa Maria della Salute.

De má-fé ela andava-me a envenenar
 Mal-grado não quero amaldiçoar ninguém;     
De toda a aflição que tive de suportar
Que não seja culpado ninguém:
Tudo aquilo que as asas da alma quebrava  
E durante o voo o fôlego sufocava         
Tudo isso vem desta cabeça delirante
Santa Maria della Salute.

Foi então que a minha fada aparece
Estes olhos jamais viram uma mais linda;
Das trevas fundas no seu esplendor amanhece
Como um canto que celebra a sua vinda;
Todas as minhas mazelas ela sabe curar
Contudo, a ferida maior ainda persiste:
Ó minha alegria, ó meu amargo pesar!
Santa Maria della Salute.


O seu olhar que me roçou
- Nunca um olhar assim refulgia -
Uma faísca que dele ressaltou 
Todo o gelo do universo derretia;
Tudo que eu almejo ela dá-me
Doçura e amargura, mel e fel,
A alma toda e o seu desejo ardente,
Na tua eterna posse, ó instante admirável!
Santa Maria della Salute. 

Será para mim coitado toda essa lindeza?
Será para mim tanta riqueza?                   
Para este velho há tanto a desflorescer             
Esse fruto de ouro, prestes a amadurecer?
Ó doce fruto, suplício tantalesco,
Porquê é que tardaste tanto a aparecer?                 
Perdoa o meu devaneio itinerante,
Santa Maria della Salute. 

Duas forças em mim batalha travaram                    
Cabeça contra coração, prazer contra razão. 
Durante muito arduamente lutaram                                               
Um velho tronco fustigado por um trovão;                                     
Aos poucos as forças dissiparam-se no ar
E as rugas do cérebro saíram a ganhar,
A razão da sensatez, mas também o seu limite
Santa Maria della Salute.

A razão apertou, o coração desistiu
Deixei, tolo, a felicidade para trás
Fugi dela – e ela sucumbiu
Trevas eternas sem sossego nem paz.
Estrelas morrem, o paraíso em chamas            
Vem aí o julgamento final. -         
Ó tribunal temível, ó inferno omnipresente!              
Santa Maria della Salute!

De coração partido e cabeça confusa
A memória dela cada vez mais presente.  
De repente, ouço a sua voz difusa                  
Como se fosse Deus pessoalmente:             
Através dela consigo ver e saber,  
Enquanto na alma dorida o gelo derrete,
O que faz os sábios enlouquecer
Santa Maria della Salute.

Uma noite, no sonho, comigo veio ter,
Milhentos desejos chamaram por ela.
Costuma vir quando lhe apetecer,
Forças misteriosas são as servas dela.              
Sempre a mudar, sempre diferente
Ela abre-me o caminho até os aposentos dela; 
Regalos terrestres de vestimenta celeste 
Santa Maria della Salute.

Como marido e mulher agora somos
Apenas sem a casa para tratar                     
Todos os mimos não consumados
No frescor do paraíso hei de lhe dar;
Agora ela é mais velha que eu,
Ali terei a juventude suficiente,
Onde a diferença de idade é inexistente
Santa Maria della Salute.

Os meus poemas serão os nossos filhos
Vestígio eterno da nossa união;
Não serão escritos nem lidos
Da alma prenha por um raio nascerão.               
Além de nós ninguém vai acreditar  
No amor que o Éden pela prole sente,  
Naquilo que os profetas estão a vaticinar
Santa Maria della Salute.

Quando ao ponto sem retorno chegar,
E a minha vida o abismo enfrentar,
O meu sonho em realidade se transformou
E a minha agonia no seu: “Já vou!”
Do nada para a glória suprema 
Do Hades ao paraíso no espaço,  
Ao espaço, ao espaço, ao seu abraço!
Todos os desejos aí acordarão,
As cordas da alma todas se afinarão,                
As esferas terrestres ficarão admiradas,
As estrelas das suas órbitas desviadas,
Sóis espalhados pelas quelhas geladas.
Cada recanto no alvor resplandecente                       
Os espíritos de regozijo alucinantes                       
Santa Maria della Salute.

 

Traduzido por Katarina Mirić Ribeiro

 

Comments