La Dame Blanche.


Mise à jour du 22 novembre 2012.


L’appellation dame blanche est donnée à des mythes ou apparitions de natures diverses. 

Il peut s’agir:



Quelle que soient leurs formes, les légendes des dames blanches se retrouvent un peu partout en Europe et aux États-Unis: France (Languedoc): Damas blancas, Angleterre: White Lady, Allemagne: Weisse Frauen, Hollande: Witte Wieven ouWittewijven, Europe centrale: Bílá paní.



Exemple 01


La Dame Blanche du Val de Fier Haute-Savoie

__________________________________________________________________________________________________________________



Tout d'abord je voudrais vous parlez d'une histoire qui viens seulement de faire surface d'une dame blanche qui aurait été vu par plusieurs personnes en quelque mois sur une petite route de haute Savoie au lieu dit val de fier .

François MERLE, adjoint au maire de Seyssel, évoque la légende des dames blanches. 

Il raconte qu'à Val de Fier (St André), des mauvaises femmes attiraient les passants pour les précipiter au fond du gouffre. 

Mathilde "la maudite", elle, rançonnait les passants égarés et les laissait, nus, sur le bord du chemin...
à l'endroit où les contreforts des deux massifs sont le plus rapprochés, le Fier s'engage dans un étroit goulot dont les pentes abruptes et boisées s'étendent sur une longueur de plus de quatre kilomètres et sont longées par la route qui va d'Annecy à Seyssel et qui a remplacé l'ancienne voie romaine. 

Ce site, empreint d'une impressionnante grandeur, est désigné sous le nom de Val-de-Fier ou, plus rarement, de Bagnes-de-Fier. 

La rivière s'engage en grondant et en bouillonnant dans un ravin profond au fond duquel elle se transforme en un véritable torrent. 

A l'entrée du ravin se dressent les ruines d'une petite chapelle consacrée à saint André et qui en gardait autrefois l'entrée. 

Un peu plus loin on voit sur la rive gauche, au pied d'un roc immense surplombant à pic le torrent, 
les restes d'une très vieille maison que l'on appelle dans le pays la Chambre de la Dame. 

Cette maison, accrochée aux flancs du rocher, est pratiquement 
inacessible. 

Elle fut habitée, dit-on par une femme, mais ce fut en des temps très lointains et à une époque où les choses les plus invraisemblables paraissaient alors toutes naturelles.
 
L'étrange habitante de ces lieux fut, si l'on en croit les récits que l'on contait autrefois au coin du feu, 
une châtelaine qui possédait pourtant à Saint-André un fort beau manoir. 

Du temps qu'elle habitait son manoir, cette châtelaine était une personne fort peu recommandable. 

Quelque peu magicienne et sorcière, elle ne croyait guère qu'au diable et les habitants du pays la craignaient autant qu'ils la détestaient. 

D'une avide cupidité, sans pitié pour les malheureux, elle poursuivit spécialement d'une haine implacable les gens d'Eglise. 

Elle ne pensait qu'à augmenter sans cesse sa fortune pourtant déjà fort grande et vivait dans son château avec quelques mécréants de son espèce qui lui servaient de domestiques.
 
Mais un jour, une épidémie de peste noire s'abattit sur Saint-André et tua les habitants comme des mouches. 

La châtelaine prit peur et craignit d'être atteinte à son tour. 

Et comme elle tenait beaucoup à la vie, elle décida de fuir son castel et d'aller se réfugier au sein même du ravin, où elle pensa être à l'abri du mal. 

Elle fit donc rapidement bâtir la maison dont on trouve encore les vestiges et fit transporter toutes ses richesses. 

Puis, délaissant le village déserté, elle s'installa à l'entrée du défilé avec ses gens, dans cette demeure suspendue entre le ciel et l'eau. 

Une fois retranchée dans son repaire, la Dame ne trouva rien de mieux que de rançonner les voyageurs qui passaient sur la route. 

Tel un renard s'élançant de son terrier, elle les guettait avec ses complices et les dépuillait sans vergogne de tout ce qu'ils avaient sur eux, 
argent, vivres, bijoux, etc. 

Elle s'attaquait de même aux pélerins qui fréquentaient la chapelle de Saint-André. 

Aussi pendant longtemps put-elle, avec sa bande, vivre largement et accumuler des richesses de plus en plus importantes dans son inacessible refuge. 

Mais sa sordide avarice devait finir par la perdre. 

Elle ne laissait, en effet, à ses comparses qu'une part aussi réduite que possible des butins ramassés et ceux-ci finirent par se lasser de se voir ainsi dépouillés de la quasi-totalité des fruits de leurs rapines. 

Ils devinrent menaçants et demandèrent le partage équitable de tous les biens accumulés dans la maison. 

La sorcière, remplie d'effroi, eut alors, pour se retirer de ce mauvais pas, l'idée de faire appel à Satan, 
dont ces lieux décharnés constituaient un séjour de prédilection. 

Une nuit donc, après avoir procédé aux incantations d'usage, elle se trouva en face du maître des enfers et lui demanda de lui assurer un asile au sein même du ravin en s'engageant, en échange, à demeurer, jusqu'à la fin des temps, sa très humble et très obéissante servante. 

Le démon accepta le marché et aussitôt l'ancienne châtelaine fut transportée avec tous ses trésors dans une grotte située au coeur même du défilé, 
à l'endroit le plus sauvage et en un lieu où nul ne pourrait jamais la déloger. 

Et, depuis, la Dame du Val-de-Fier reste nuit et jour près de ses richesses, qu'elle contemple et brasse sans cesse et dont elle peut désormais jouir pour l'éternité. 

De temps en temps elle s'en va, dit-on, errer à travers l'abîme. 

Diaphane et immatérielle, elle part vêtue seulement d'une longue robe blanche, les cheveux flottants au vent, portant sur son épaule un lourd sac d'argent.

On la voit quelquefois sauter de roc en roc, semblable, sous la course de la lune, à quelque apparition druidique. 

D'autres fois c'est au sein d'un épais brouillard ou parmi de violentes rafales de vent qu'elle accomplit ses fantastiques randonnées. 

Et partout où elle passe, les rochers restent, dit-on, crevassés derrière elle et les buissons effleurés par sa robe sont roussis comme s'ils avaient été atteints par la foudre. 

Malheur à ceux qui aperçoivent la blafarde silhouette de la Dame du Val-de-Fier car celle-ci, si elle ne s'en prend plus aux biens matériels des voyageurs, cherche désormais à les dépouiller de leurs âmes eu profit du suppôt des enfers. 

Mieux vaut donc ne pas se risquer la nuit aux abords de ces lieux infernaux. 

Et si l'on s'y trouve par hasard et que l'on vienne à rencontrer cette créature, 
fuir sans détourner la tête : c'est seulement ainsi que l'on aura quelque chance de sauvegarder son salut éternel.

Source
La dame blanche par CATALANREPORTAGE

La falaise de la dame blanche se situe dans le Val de Fier, c'est la route pour aller de Rumilly à Seyssel, 
à ne pas confondre avec les Gorges du Fier vers Annecy!
Longer la route en direction de l’est sur une centaine de mètre et prendre une sente raide à gauche 
(main courante dans la partie raide). 


La Dame Blanche : Accès aux voies

Pour accéder à Looser magnifique, il est nécessaire de traverser vers l’est 
et de remonter une courte pente raide en terre pour rejoindre une petite terrasse avec des arbres.

De la gauche vers la droite : Petits vols de Nuit, Lorelei, Looser magnifique/Futurs désillusions, Vols en piqué.

Exemple 02


Teresa Fidalgo est t'elle bien une dame blanche ?

Teresa Fidalgo Ghost ‎‎(Original)‎‎

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Deux garçons, david et tiago, et une fille tania, parcourent la route

vers la montagne de Sintra, tout à coup sur le côté de la route ils voient une fille seule .

(elle dira ensuite de s'appeler Teresa)

et vu qu'il pleut ils décident de lui donner une place...

Comme nous le montre la vidéo ci-dessous Teresa Fidalgo a été prise en stop par 3 jeunes gens au Portugal sur une route déserte.


Les jeunes traversent une ville puis au bord de la route ils voient une jeune femme, elle leur dit qu´elle veut rentrer à la maison et qu´elle connaît le chemin donc elle peut les guider.


Le gars qui filme demande donc pourquoi est-elle là si tard ?

(Rapport du suivi la traduction des derniers dialogues avant l'incident) 


David : Salut

Teresa : puis-je avoir une place ?

David : Pour où ?

Teresa : Là, plus loin. 

David : ok, Tiago et ton caméscope... il est bien ?

Tiago : Va-tu à sintra ? 

Teresa : je vais là,plus loin. 

David : ok,que fais-tu ici aussi tard ? 

Tiago : La caméra pourrait l'ennuier david, éteins la

David : il est mieux de l'éteindre cette merde. 

Tiago : mais s'est-il passé quelque chose, comment t'appelles tu ? nous ne connaissons pas ton nom 

Teresa: teresa

Tiago : est-il arrivé quelque chose là-bas ?... David, tu as encore cette merde allumée ? éteins la 
(ensuite, en se tournant vers Teresa) tu es sûr que tu va bien,tu veux quelque chose ,
nous avons de l'eau... veux tu de la boisson quelque chose ?
tiago... !!!


Teresa: je cherche a comprendre qu'est-ce qui s'est passé !

David : dis nous qu'est-ce qu'il t est arrivé ....
.
 
Teresa : peux-tu voir ce point là ? 

David: oui

Teresa : regardes-tu ce point ? il est la ou j'ai eu un accident... 


là elle dit c´est là juste là que j´ai eu mon accident et que je suis morte !
Les 3 autres n´y croient pas et pensent qu´elle blague puis la fille se met à pleurer et 
on voit que son visage est couvert de sang et de débris de glace, ensuite les trois jeunes font un accident.


ceux-ci sont les derniers mots prononcés dans le camescope,la voiture s'écrase dans un accident Ce camescope a été retrouvé dans la voiture, à Sintra - 

Portugal, après un incident mortel. 


Mais un certain David Rebordão a déclaré plus tard être l'auteur du film, appelé A Curva (La Courbe).

Il a donné des éclaircissements sur la création du film, après avoir avec une certaine fascination laissé se développer la rumeur, et avoir vu le film devenir, selon lui, 

« le court métrage le plus regardé de tous les temps au Portugal ».

La version complète du film n'est pas disponible sur internet, mais est vendue sous forme d'un DVD.


____________________________________________________________________________________________



(Exemple vidéo Google) cliqué ici au-dessus

Comments