Ilots froids dans la Voie Lactée.


La mission Planck de l'ESA a découvert dans notre Galaxie des îlots de gaz froid inconnus et 
une mystérieuse brume de micro-ondes entourant le centre galactique.



Distribution des nuages de Co2 identifiés par le satellite Planck. ESA/Planck Collaboration

Les nouveaux résultats ont été présentés semaine lors d'une conférence internationale à Bologne, en Italie, où les astronomes du monde entier ont pu étudier les résultats intermédiaires de la mission Planck. 

Lancé en 2009, le satellite Planck a été conçu pour étudier le fond cosmologique diffus : une lumière issue des tous premiers instants de l’univers.

Ces résultats intermédiaires comprennent la première carte du monoxyde de carbone couvrant l'ensemble du ciel. 

Le monoxyde de carbone est un constituant des nuages ??froids qui peuplent la Voie Lactée et les autres galaxies. 

Principalement constitués de molécules d'hydrogène, ces nuages ??sont des réservoirs de matière à partir desquels naissent les étoiles. 

Cependant, les molécules d'hydrogène sont difficiles à détecter car elles n’émettent pas de rayonnement facilement identifiable. 

A l’inverse du monoxyde de carbone, formés dans des conditions similaires à l’hydrogène, qui même s’il est beaucoup plus rare, émet plus facilement de la lumière et est donc plus facilement détectable.

«Planck se révèle être un détecteur de monoxyde de carbone pour l'ensemble du ciel d’excellente qualité», se réjouit Jonathan Aumont de l'Institut d'Astrophysique Spatiale, à l’université Paris XI.


Distribution de la brume de micro-ondes. ESA/Planck Collaboration

Le satellite a également détecté une brume mystérieuse de micro-ondes qui n’est pas actuellement bien comprise. 

Elle provient de la région entourant le centre galactique et ressemble à une forme d'énergie appelée émission synchrotron. 

Elle est produite lorsque les électrons passent à travers des champs magnétiques après avoir été accélérés par les explosions de supernovæ. 

Mais l'émission synchrotron associée à la brume galactique présente des caractéristiques différentes de l'émission synchrotron vu ailleurs dans la Voie Lactée. 

Jusqu'ici le signal reste mystérieux.



Sciences et Avenir.fr
14/02/2012

Joël Ignasse
Par Joël Ignasse

 


Comments